www.zejournal.mobi
Jeudi, 22 Oct. 2020

L’Apocalypse, c’est maintenant

Auteur : Gilad Atzmon | Editeur : Walt | Mercredi, 23 Sept. 2020 - 15h37

« Heureux celui qui tremble toujours devant Dieu, car celui qui endurcit son cœur tombe dans le trouble. » (Proverbes 28:14)

Heureux celui qui tremble toujours devant le Covid19, car celui qui ne met pas de masque tombe dans le pétrin. (CDC 2020)

Depuis deux décennies, nous, les habitants de cette planète, avons été soumis à une hystérie apocalyptique répétée. Après le 11 septembre, nous avons été entraînés dans une guerre mondiale contre l’Islam, car les « islamistes », nous ont dit nos maîtres Néocon, avaient « l’intention d’éradiquer notre civilisation ». Peu de temps après, la bulle économique s’est effondrée. Nous étions préparés à la pauvreté mondiale. Puis, alors même que nous nous remettions de la tourmente économique, le réchauffement climatique menaçait de nous mettre sur le grill et/ou de nous jeter dans l’océan. Entre tous ces scénarios catastrophiques, Daech était également une menace existentielle mondiale et c’est alors qu’est apparu Covid-19.

Le fait d’être constamment terrifié à l’échelle mondiale, universellement et collectivement par une « catastrophe apocalyptique imminente » est un phénomène nouveau. Il est intrinsèquement lié à la montée de l’économie mondiale, des marchés mondiaux et des entreprises mondiales. Il peut signifier que nous sommes déjà soumis à la règle d’une puissance mondiale insaisissable dont les caractéristiques et le mode de fonctionnement n’ont pas encore été dévoilés, et encore moins discutés. Il se peut même que la véritable nature de cette puissance mondiale soit mystérieuse, même pour elle-même. Mais la signification pratique d’un tel « nouvel ordre » et son impact sur le monde sont visibles pour tous.

En théorie, du moins, la crainte d’un « pogrom mondial » ou d’un « holocauste universel » est censée nous unir. Elle est destinée à nous montrer que nous n’avons aucune chance de nous battre ou de gagner seuls, en tant qu’individus, en tant que tribus, en tant que classes, en tant que nation ou en tant que continent. Si nous voulons survivre à la fois individuellement et en tant que race humaine, on nous dit que nous devons agir immédiatement en tant que peuple unique et obéir à un certain ensemble de règles.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le marxisme avait également promis de nous unir au niveau mondial, de faire de nous un poing fermé brandi, tout de résistance au nom de la révolution prolétarienne mondiale. À l’heure actuelle, ce sont en fait les post-marxistes qui nous divisent en fragments identitaires d’origine biologique, et c’est le capitalisme mondial et certains magnats bizarres qui nous unissent par le biais de la peur mondiale. La menace d’une apocalypse mondiale est là pour miner : l’État national, les marchés locaux, la fabrication locale, les anciennes élites, les anciennes traditions et tout autre cadre hégémonique reconnu. Dans une perspective mondialiste, il est difficile de ne pas voir un certain continuum entre la prophétie mondiale marxiste et la « réalité » apocalyptique mondialiste actuelle.

Dans la pratique, les choses fonctionnent souvent différemment. Aussi puissants et convaincants que soient nos clercs apocalyptiques, la réalité sur le terrain contredit souvent la prophétie mondiale. Certains États n’ont pas été convaincus par le fantasme néocon et ont refusé de se joindre à la « guerre contre l’Islam », ne considérant pas l’Islam ou les musulmans comme une menace mondiale. Le président américain Trump a récemment appris que son plan pour vaincre l’Iran par le biais de sanctions au nom de Sion n’est peut-être pas une tâche facile. De même, quelques dirigeants mondiaux ne sont pas convaincus que la planète se réchauffe (curieusement, le nom de Trump me revient à l’esprit). Et lorsque l’actuelle pandémie de Corona a commencé, nous avons remarqué ce qui était le contraire d’une unité mondiale. Au lieu de cela, nous avons vu les frontières se fermer et les lignes nationalistes refaire surface. En mars, l’Italie a été laissée seule face à sa crise et l’UE est revenue à un ensemble d’États. Aux États-Unis, nous constatons une fragmentation similaire entre les États. La Corona est devenue une zone de combat politique. Il met l’accent sur la différence, il agit pour nous séparer plutôt que pour nous unir.

Même si la tentative de nous maintenir sous la menace d’un « holocauste universel » constant est nouvelle pour nous, une telle menace n’est pas nouvelle pour tout le monde.

Dans mon premier livre de non-fiction, The Wandering Who, j’ai défini une condition mentale particulière mais commune. Je faisais valoir que si la plupart des gens connaissent la notion de syndrome de stress post-traumatique (Post TSD) – un état de stress causé par un événement passé réel ou imaginaire – il me semblait que de nombreux Juifs qui s’identifient comme tels manifestent souvent des symptômes de stress que je définis comme syndrome de stress pré-traumatique (Pre TSD). Dans le cas du TSD, un sujet humain est tourmenté par le fantasme d’un événement catastrophique imaginaire dans le futur. Cette imagerie destructrice évolue en un traumatisme qui peut se manifester par une conduite irrationnelle motivée par l’émotion. La période précédant l’EDT fonctionne souvent comme une « prophétie qui se réalise », c’est-à-dire la condition dans laquelle la « prédiction » devient réalité simplement parce que la personne qui la croit adopte certains modèles de comportement qui aboutissent à la réalisation de sa croyance.

Dans The Wandering Who, j’ai fait valoir que de nombreuses catastrophes dans l’histoire juive étaient le résultat direct de la pré-DST. Il est par exemple facile de souligner que la « peur de l’antisémitisme » et les actions répressives menées par les institutions juives conduisent souvent à une forte montée de l’antagonisme à l’égard de différents aspects de la politique, de la culture, de l’idéologie et de l’histoire juives. De même, la crainte fantasmatique de l’État juif face à l’armement nucléaire iranien, suivie par les attaques israéliennes incessantes contre les intérêts iraniens dans la région, envoie un message clair à l’Iran et à toutes les autres nations de la région, à savoir que le fait de ne pas posséder un arsenal important d’ADM comme moyen de dissuasion est tout sauf un acte suicidaire. En réalité, la technologie avancée des missiles iraniens (tant les missiles de précision que balistiques) est le résultat direct de la pré-DTS israélienne. C’est le Pre TSD israélien qui a fait de l’Iran une superpuissance régionale qui met en danger Israël (on est dans le cas de la « prophétie auto-réalisatrice »).

Mais Israël n’est pas seul. Au moment où nous avons atterri dans le Covid 19, le pré-TSD n’était plus un « symptôme juif ». Le pré-TSD était devenu une condition mondiale universelle.

La religion de la peur

La peur et la crainte de sa divinité, est au cœur de l’existence juive. Le terme « Juif craintif » (Yehudi Hared) est la façon dont la langue hébraïque désigne un Juif orthodoxe. L’anxiété est à la base de la pensée juive. L’expression hébraïque attribuée à un juif pieux est « l’homme qui craint le ciel » (Ish Yare Shamayim). L’idée qu’un bon Juif est un Juif tremblant est exprimée dans sa forme la plus claire dans les Proverbes 28:14 « Heureux celui qui tremble toujours devant Dieu ». Rashi (Rabbin Shlomo Yitzchaki 1040 – 1105), acclamé pour sa capacité à présenter le sens fondamental du texte biblique de manière concise et lucide, résume le proverbe comme suit : « Aie toujours peur – soucie-toi de la punition, et éloigne-toi ainsi de la transgression ».

Pourquoi les Juifs redoutent-ils leur Dieu ? Est-ce parce que le Dieu de l’Ancien Testament peut facilement surpasser les scènes les plus barbares de Quentin Tarantino ? Est-ce parce qu’ils savent que le Dieu des dix plaies d’Égypte n’aurait aucune chance à La Haye ? Est-ce parce qu’ils savent que leur divinité est un Dieu jaloux (« Car tu n’adoreras pas d’autre dieu, car le Seigneur, dont le nom est Jaloux, est un Dieu jaloux » : Exode 34:14) ? Les critiques agnostiques de la pensée judaïque peuvent même pousser la chose plus loin et se demander pourquoi les Juifs se sont donné la peine d’inventer un Dieu aussi jaloux. Mais on peut difficilement nier que les Juifs et leur divinité pas si miséricordieuse ont réussi à survivre pendant trois millénaires alors que d’autres civilisations sophistiquées et supérieures ont, l’une après l’autre, disparu dans l’oubli. Il est certain que, en termes de stratégie de survie, le judaïsme, en tant que précepte, a réussi à s’imposer et à se maintenir contre toute attente.

La bataille dialectique Athènes contre Jérusalem sert à démêler le sens de l’ère apocalyptique actuelle et à mettre en lumière ce qui précède. Dans l’éthique culturelle occidentale, Athènes représente la ville de la philosophie, le berceau de la science, de la poésie et de la tragédie. Jérusalem est la ville de la révélation. Le berceau du légalisme (Halacha, Mitzvoth) et de la stricte obéissance. Athènes vous apprend à penser par vous-même. Jérusalem nous dit ce qu’il faut dire et ce qu’il ne faut jamais penser. Avant de poursuivre, je voudrais répéter que le contexte philosophique dans lequel je parle de Jérusalem et d’Athènes ne révèle pas de division entre « juifs et gentils », car le christianisme et l’islam sont également imprégnés d’éléments légalistes jérusalémites. Jérusalem contre Athènes est une bataille dialectique entre deux formes de connaissance qui, historiquement, ne sont souvent pas d’accord l’une avec l’autre. Nous sommes au cœur d’un moment dramatique de l’histoire.

Comme le juif orthodoxe qui redoute constamment son propre Dieu, nous sommes tous censés être mobilisés par différents récits de catastrophes universelles colossales, qu’il s’agisse de l' »islamisme », du réchauffement climatique ou du Covid19. Notre statut dans la société, comme le dit le proverbe (verset 28:14), est défini par le degré de crainte que nous sommes prêts à manifester. Le masque facial est devenu notre « calotte » universelle. Il est un identifiant symbolique de notre adhésion à la politique actuelle face à la « menace Corona ». Les germophobes orthodoxes se couvrent le corps avec les derniers équipements de guerre chimique, ils se lavent les mains avec l’alcogel le plus avancé toutes les deux minutes, ils peuvent atteindre le point culminant libidinal par l’acte d’atténuation. Les croyants ordinaires sont légèrement plus détendus. Ils se couvrent le visage avec de légers masques en papier. Les athées, les athéniens, les agnostiques et les païens portent également des masques, comme la loi le leur ordonne, mais ils mettent souvent le nez dehors, soit pour protester, soit pour profiter de la rare sensation d’air frais.

Nous observons que ceux qui expriment des doutes sur le récit officiel du 11 septembre, l’hystérie du réchauffement climatique ou le Covid 19 sont rapidement étiquetés par les médias comme étant « de droite », « nazis », théoriciens du complot et antisémites. Et nous devrions savoir pourquoi : ceux qui remettent en question les religions apocalyptiques actuelles interfèrent avec notre « nouvel ordre monothéiste de Jérusalem » – ils pensent par eux-mêmes. Ce sont des athéniens ou même « pire », une bande de païens.

Torah et Mitzvoth

C’est une question cruciale, comment Jérusalem s’est-elle maintenue à travers l’histoire alors que l’existence de conditions de peur constante contredit le principe de plaisir* ? Pourquoi les adeptes du judaïsme acceptent-ils de suivre une religion aussi abusive ? Est-il possible que les adeptes prennent réellement plaisir à avoir peur de la divinité qu’ils ont choisie et qui n’est pas si clémente ? Je crois que les réponses les plus perspicaces à cette question ont été données par l’érudit et professeur israélien de génie, Yeshayahu Leibowitz RIP..

Leibowitz était un polymathe rare. Il était à la fois un scientifique et un philosophe et il était aussi un pieux juif orthodoxe qui a inspiré des générations de penseurs juifs et israéliens et d’intellectuels en général.

Pour Leibowitz, comme pour Maïmonide, l’acceptation de la transcendance radicale de Dieu est au cœur du monothéisme juif. Le Dieu juif est défini par sa nature incompréhensible et inaccessible. Adoptant un mode de pensée kantien, Leibowitz accepte que le Dieu juif transcende l’espace-temps et ne peut donc pas être réalisé en termes d’expérience humaine, car la connaissance humaine de la réalité est liée à des catégories d’espace et de temps.

Si Dieu est une entité transcendantale radicale intrinsèquement étrangère à l’expérience humaine, que reste-t-il au Juif ? En quoi les Juifs croient-ils ? La réponse de Leibowitz est à la fois fascinante et simple : tout au long de l’histoire, du moins jusqu’à l’émancipation du judaïsme européen, le judaïsme s’est défini par une stricte adhésion aux mitzvoth juives, les commandements de la Torah elle-même. Pour Leibowitz, le judaïsme est l’histoire du développement des mitzvoth, le système global de la loi juive. Le judaïsme est essentiellement un appareil juridique.

On peut donc se demander quelle est la signification de la croyance juive. Réponse de Leibowitz : C’est l’observance halakhique (légaliste) qui constitue la foi et cette foi ne peut être identifiée indépendamment de sa pratique. Autrement dit, le judaïsme est une forme d’observance stricte et ce sont ces rituels qui constituent la foi.

Pour Leibowitz, être juif, c’est accepter le « fardeau de la Torah et de Mitzvoth ». Être un Juif, c’est se rendre, faire d’abord et demander ensuite, obéir aveuglément. Être juif, ce n’est pas « croire en Dieu » volontairement, mais accepter la prescription de Maïmonide selon laquelle la croyance en Dieu est en fait le « premier commandement », sur 613 Mitzvoth (commandement de Maïmonide #:1 La première mitzvah est de croire en la Divinité : croire qu’il y a une cause et une raison, qui est le Créateur de toutes les créations. Comme l’a dit le Très-Haut : « Je suis le D-ieu, ton D-ieu »)

En tant que tel, le judaïsme est fondamentalement différent de l’islam et du christianisme. Alors que dans le christianisme et l’islam, la croyance en Dieu est un acte volontaire, dans le judaïsme, la « croyance » elle-même est une question de décret. C’est un acte d' « observance », une pratique, une affirmation par le biais d’un asservissement total.

Leibowitz a en outre observé que « l’émancipation de l’esclavage de la nature ne peut être obtenue que par la religion de Mitzvoth ». Cette observation choquante du code judaïque peut expliquer pourquoi le judaïsme orthodoxe n’a pas participé ou contribué au développement de la science, de la philosophie ou de la pensée occidentale. Les Juifs étaient heureux d’être « émancipés de la nature », comme le décrit Leibowitz, en s’immergeant dans la Torah et Mitzvoth. Ils ont laissé la science, les mathématiques, la médecine, la philosophie et les arts aux « goyim ». Ce n’est qu’à l’époque de l’émancipation des Juifs en Europe que les Juifs assimilés ont commencé à se familiariser avec la pensée occidentale et se sont peu après impliqués dans ces domaines.

Leibowitz nous a dit tout ce que nous devions savoir sur le Covid 19 et les autres religions apocalyptiques jérusalémites qui se sont trop souvent imposées à nous. Le fait de s’interroger sur le réchauffement climatique, de douter du 11 septembre, de refuser de voir l’Islam comme une menace mondiale et de douter, littéralement, de tout ce qu’ils nous disent sur Covid19 vous fera qualifier de « de droite », de « néonazi » et d' « antisémite », car ces discours sont structurellement conçus comme des appareils de Jérusalem. Comme dans la lecture de Leibowitz sur l’éthique du judaïsme, « l’émancipation de l’esclavage du Covid 19 ne peut être obtenue que par la religion du confinement et de l’atténuation ». Nous avons affaire à une perception qui est soutenue par une stricte observance, par opposition à une recherche de logos. Elle exige l’accomplissement de « croyances » aveugles qui sont soutenues par la pratique et sont définies par le défi à la raison et à la curiosité. Dans ces nouvelles religions apocalyptiques mondiales de Jérusalem, les algorithmes de police de la pensée établis par les entreprises médiatiques remplacent le contrôle rabbinique orthodoxe traditionnel de ce que nous sommes autorisés à dire et de ce que nous n’avons même pas le droit de penser par nous-mêmes.

Scutellaire vs. masque facial

Les hommes juifs sont tenus de se couvrir la tête. Le Talmud déclare : « Couvrez-vous la tête afin que la crainte du ciel soit sur vous ». Le couvre-chef est un symbole d’identification qui montre l’adhésion de son porteur à la croyance dans le Dieu juif. C’est ainsi que l’homme juif admet le concept d' « honorer le Dieu (juif) ».

La justification théologique de la calotte juive est peu convaincante. Si Dieu sait « ce qui est dans votre cœur », comme la Torah ne cesse de le répéter, il n’y a aucune raison d’essayer de tromper le Tout-Puissant en cachant vos vraies pensées sous une calotte. Certains rabbins de l’histoire juive ont admis qu’il y a en effet un léger problème théologique lié à la calotte, car elle fait du mâle juif un maître du Dieu juif, le mâle juif pouvant apparemment tromper Dieu simplement en se couvrant la tête.

En effet, plus d’un rabbin a contribué au changement de signification de la calotte juive. Ils ont décidé que la calotte était là pour faire la distinction entre les Juifs et le reste de l’humanité. Le grand rabbin séfarade d’Israël, Ovadia Yosef, a décidé à un moment donné que la calotte devait être portée pour montrer l’affiliation à la communauté religieuse. La calotte en tant que telle, n’a pas grand chose à voir avec Dieu, elle agit comme un identifiant symbolique juif ; elle différencie le Juif du Goy. Elle fonctionne comme un masque au sein de la religion du Covid 19. Si les scientifiques peuvent être d’accord ou non sur l’utilité du masque facial pour prévenir la propagation du Covid 19, le port du masque confirme que vous adhérez à la croyance en le Covid19, que vous soyez d’accord ou non. Le port du masque facial indique clairement que « vous êtes béni d’avoir tremblé devant le Corona ».

Quelques observations finales sont cruciales à la lumière de ce qui précède. Et je suis sûr que ces observations ne me rendront pas populaire.

Comme l’Islam et le Christianisme sont parsemés de structures légalistes à la manière des habitants de Jérusalem, il est peu probable que l’Islam ou le Christianisme aient le pouvoir de nous émanciper du tsunami actuel de religions apocalyptiques grossières. Cette tâche peut être laissée aux païens, aux agnostiques et aux athéniens, des gens qui vont au-delà des binarismes banals et qui s’attachent plutôt à l’esprit humain et à la recherche du sens de l’Être. Cela peut expliquer la popularité de voix dissidentes comme Alexandre Douguine, David Icke et de médias comme Unz Review et London Real qui, bien que soumis aux mesures autoritaires les plus restrictives, ne font que gagner en popularité. C’est parce qu’elles ressemblent aux prophètes hébreux, Jésus et Spinoza. Il est vrai que les questions relatives à l’Être dans le monde ne sont pas populaires à Jérusalem, mais l’histoire se souvient de Jésus, de Spinoza et de Heidegger, elle ne prête aucune attention aux habitants de Jérusalem et aux rabbins qui ont tenté de les faire taire.

Cela explique aussi pourquoi les juifs rabbiniques ne prennent pas le Covid19 très au sérieux. Les Juifs tremblent devant leur Dieu depuis 3000 ans. Cela a très bien fonctionné, il n’y a aucune raison qu’ils se jettent dans de nouveaux régimes apocalyptiques qui tentent maladroitement de cloner le leur. Laissons le Covid19 régner pendant quelques millénaires, laissons le Dr Fauci et Bill Gates assembler leur couronne comme « Torah et Mitzvoth » avant que les Juifs orthodoxes ne les considèrent comme un candidat sérieux dans leur concours de divinités.

* Principe du plaisir – Dans la psychanalyse freudienne, le principe du plaisir se réfère à la recherche instinctive du plaisir et à l’évitement de la douleur pour satisfaire des besoins biologiques et psychologiques.

Traduction mp (Entre La Plume et l'Enclume)


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...