www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Avr. 2024

La Russie considère désormais que l’OTAN participe directement au conflit

Auteur : Edouard Husson | Editeur : Walt | Samedi, 10 Déc. 2022 - 12h58

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a mis fin à la fiction selon laquelle on avait affaire à une guerre par procuration. Il parle maintenant ouvertement de l'implication de l'OTAN. C'est désormais une vraie guerre au sol, comme l'Europe n'en avait pas connu depuis la Seconde Guerre mondiale, qui se déroule à présent en Ukraine. La carte ci-dessous indique où se déroule en ce moment le coeur de la bataille: autour de Bakhmout/Artemovsk. Les pertes ukrainiennes sont estimées entre cinq et huit fois supérieures aux pertes russes. Pour un expert de la chose militaire comme Douglas Macgregor, le dénouement de la guerre, aux dépens de l'Ukraine, est inéluctable. Mais les Occidentaux ne l'entendent pas de cette oreille. Ils ont annoncé vouloir entraîner des soldats ukrainiens en nombre. Jusqu'au "dernier Ukrainien"?

Comme Scott Ritter, Douglas Macgregor n'a aucune illusion sur le dénouement du conflit

Comme Scott Ritter, Douglas MacGregor est un ancien militaire américain qui analyse froidement les opérations militaires. Extraits de son dernier article

“Les dirigeants politiques et militaires nationaux qui ont engagé l’Amérique dans des guerres de choix au Vietnam, dans les Balkans, en Afghanistan et en Irak, l’ont fait en règle générale parce qu’ils étaient convaincus que les combats seraient courts et décisifs. Les présidents, les conseillers présidentiels et les hauts responsables militaires américains n’ont jamais cessé de considérer que la stratégie nationale, si tant est qu’elle existe, consiste à éviter les conflits, à moins que la nation ne soit attaquée et obligée de se battre.

La dernière victime de cette mentalité est l’Ukraine. En l’absence d’une analyse critique de la puissance nationale et des intérêts stratégiques de la Russie, les hauts responsables militaires américains et leurs patrons politiques ont considéré la Russie à travers un prisme étroit qui magnifiait les forces américaines et ukrainiennes, mais ignorait les avantages stratégiques de la Russie – profondeur géographique, ressources naturelles presque illimitées, forte cohésion sociale et capacité militaro-industrielle à accroître rapidement sa puissance militaire.

L’Ukraine est désormais une zone de guerre soumise au même traitement que celui que les forces armées américaines ont infligé à l’Allemagne et au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, au Vietnam dans les années 1960 et à l’Irak pendant des décennies. Les réseaux électriques, les réseaux de transport, les infrastructures de communication, la production de carburant et les sites de stockage de munitions sont systématiquement détruits. Des millions d’Ukrainiens continuent de fuir la zone de guerre pour se mettre à l’abri, avec des conséquences inquiétantes pour les sociétés et les économies européennes.

Pendant ce temps, l’administration Biden commet à plusieurs reprises le péché impardonnable dans une société démocratique de refuser de dire la vérité au peuple américain : contrairement au récit populaire de la “victoire ukrainienne” des médias occidentaux, qui bloque toute information qui le contredit, l’Ukraine ne gagne pas et ne gagnera pas cette guerre. Des mois de lourdes pertes ukrainiennes, résultant d’une série sans fin d’attaques inutiles contre les défenses russes dans le sud de l’Ukraine, ont dangereusement affaibli les forces ukrainiennes.

Comme on pouvait s’y attendre, les membres européens de l’OTAN, qui supportent l’essentiel de l’impact de la guerre sur leurs sociétés et leurs économies, sont de plus en plus désenchantés par la guerre par procuration menée par Washington en Ukraine. Les populations européennes remettent ouvertement en question la véracité des affirmations de la presse concernant l’État russe et les objectifs américains en Europe. L’afflux de millions de réfugiés en provenance d’Ukraine, ainsi qu’une combinaison de différends commerciaux, de profits tirés des ventes d’armes américaines et de prix élevés de l’énergie risquent de retourner l’opinion publique européenne contre la guerre de Washington et l’OTAN.

La Russie a également subi une transformation. Au cours des premières années du mandat du président Poutine, les forces armées russes étaient organisées, entraînées et équipées pour une défense territoriale exclusivement nationale. Mais la conduite de l’opération militaire spéciale (OMS) en Ukraine a démontré l’inadéquation de cette approche pour la sécurité nationale de la Russie au XXIe siècle.

La phase d’ouverture de l’OMS était une opération limitée avec un objectif étroit et des buts restreints. Le point critique est que Moscou n’a jamais eu l’intention de faire plus que persuader Kiev et Washington que Moscou se battrait pour empêcher l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN, ainsi que la poursuite des mauvais traitements infligés aux Russes en Ukraine. L’OMS était toutefois fondée sur des hypothèses non valables et a été interrompue. Il s’est avéré que la nature limitée de l’OMS a obtenu le résultat inverse de celui souhaité par Moscou, en donnant une impression de faiblesse plutôt que de force. 

Après avoir conclu que les hypothèses sous-jacentes concernant la volonté de Washington de négocier et de faire des compromis n’étaient pas valables, Poutine a ordonné au Ministère de la Défense d’élaborer de nouveaux plans opérationnels avec de nouveaux objectifs : premièrement, écraser l’ennemi ukrainien ; deuxièmement, lever tout doute à Washington et dans les capitoles européennes sur le fait que la Russie remportera la victoire à ses propres conditions ; et, troisièmement, créer un nouveau statu quo territorial à la mesure des besoins de la Russie en matière de sécurité nationale.

Une fois le nouveau plan soumis et approuvé, le président Poutine a accepté une opération d’économie de forces pour défendre les gains territoriaux russes avec des forces minimales jusqu’à ce que les ressources, les capacités et les effectifs nécessaires soient réunis pour des opérations décisives. Poutine a également nommé un nouveau commandant de théâtre, le général Sergei Sourovikine, un officier supérieur qui comprend la mission et possède l’état d’esprit nécessaire pour réussir.

La prochaine phase offensive du conflit donnera un aperçu de la nouvelle force russe qui émerge et de ses futures capacités. À l’heure actuelle, 540 000 combattants russes sont rassemblés dans le sud de l’Ukraine, en Russie occidentale et au Belarus. Les chiffres continuent de croître, mais ils comprennent déjà 1 000 systèmes d’artillerie à roquettes, des milliers de missiles balistiques tactiques, de missiles de croisière et de drones, plus 5 000 véhicules de combat blindés, dont au moins 1 500 chars, des centaines d’avions d’attaque pilotés, des hélicoptères et des bombardiers. Cette nouvelle force a peu de choses en commun avec l’armée russe qui est intervenue il y a 9 mois, le 24 février 2022.

Il est désormais possible de projeter que les nouvelles forces armées russes qui évolueront du creuset de la guerre en Ukraine seront conçues pour exécuter des opérations stratégiquement décisives. La force russe qui en résultera s’inspirera vraisemblablement de la conception des forces et du cadre opérationnel recommandés dans l’ouvrage du colonel général Makhmut Gareev, If War Comes Tomorrow ? The Contours of Future Armed Conflict. Le nouvel établissement militaire sera constitué de forces en puissance beaucoup plus importantes, capables de mener des opérations décisives dans un délai relativement court, avec un minimum de renforts et de préparation.

En d’autres termes, lorsque le conflit prendra fin, il semble que Washington aura incité l’État russe à renforcer sa puissance militaire, ce qui est tout le contraire de l’affaiblissement fatal voulu par Washington lorsqu’il s’est engagé dans la voie de la confrontation militaire avec Moscou.

Mais aucun de ces développements ne devrait surprendre qui que ce soit à Washington, D.C. En commençant par le discours de Biden à Varsovie demandant effectivement un changement de régime à Moscou, l’administration Biden a refusé de voir la politique étrangère en termes de stratégie. Comme un général stupide qui insiste pour défendre chaque pouce de terrain jusqu’au dernier homme, le président Biden a confirmé l’engagement des États-Unis à s’opposer à la Russie et, potentiellement, à tout État-nation qui ne se conforme pas aux normes démocratiques hypocrites du mondialisme, quel qu’en soit le coût pour le peuple américain, que ce soit en termes de sécurité ou de prospérité.

Le discours de Biden à Varsovie était chargé d’émotion et imprégné de l’idéologie du mondialisme moralisateur qui a la cote à Washington, Londres, Paris et Berlin. Mais pour Moscou, ce discours équivalait à un plan de paix carthaginois. La conduite de la politique étrangère américaine par Biden, qui consiste à ne faire aucun prisonnier, signifie que l’issue de la prochaine phase de la guerre d’Ukraine ne détruira pas seulement l’État ukrainien. Elle démolira également les derniers vestiges de l’ordre libéral d’après-guerre et entraînera un déplacement spectaculaire du pouvoir et de l’influence en Europe, notamment à Berlin, de Washington vers Moscou et, dans une moindre mesure, vers Pékin.

Sergueï Lavrov considère que l'OTAN est désormais directement impliquée dans le conflit

2 décembre 2022

Lu sur Zero Hedge: 

“En début de semaine, CNN a rapporté que l’administration Biden envisageait d’augmenter “considérablement” la formation des forces ukrainiennes. La proposition impliquerait que des conseillers américains forment “des groupes beaucoup plus importants de soldats ukrainiens à des tactiques plus sophistiquées sur le champ de bataille” dans des installations américaines en Allemagne, et éventuellement dans d’autres endroits en Europe. Cela pourrait concerner jusqu’à 2 500 soldats ukrainiens formés par des conseillers américains par mois, ce qui, sur une période de six mois, porterait à 15 000 le nombre de soldats qui suivraient le programme américain accéléré proposé.

Ce rapport et d’autres, qui ont également détaillé l’expansion des programmes de formation militaire pour les Ukrainiens en Europe, supervisés par le Royaume-Uni et d’autres armées membres de l’OTAN, ont suscité une réponse vendredi du Kremlin. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé jeudi que les États-Unis et l’OTAN participaient désormais directement à la guerre en Ukraine.

“Vous ne devriez pas dire que les États-Unis et l’OTAN ne prennent pas part à cette guerre. Vous y participez directement”, a déclaré Lavrov lors d’un point de presse.

“Et pas seulement en fournissant des armes, mais aussi en formant du personnel. Vous formez leurs militaires sur votre territoire, sur les territoires de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de l’Italie et d’autres pays”, a-t-il souligné.

Il a réitéré les déclarations antérieures du Kremlin soulignant que la guerre entre puissances nucléaires est “inacceptable”, mais tout en soulignant que l’implication croissante des États-Unis et de l’OTAN augmente considérablement ce risque.

“Même si quelqu’un prévoit de la déclencher par des moyens conventionnels, le risque d’escalade vers une guerre nucléaire sera énorme”, a ajouté M. Lavrov.

Les commentaires de M. Lavrov sont extrêmement significatifs, car jusqu’à présent, Moscou a critiqué ce qu’il a appelé l’implication “indirecte” des États-Unis. Les responsables russes ont parlé de la nature croissante de guerre par procuration du conflit. Mais il semble maintenant que le Kremlin considère qu’il y a eu une escalade vers une implication directe de l’OTAN.

Pendant ce temps, le programme britannique en cours dans plusieurs bases britanniques continue d’être de grande envergure. Le programme d’infanterie britannique destiné aux forces ukrainiennes a pour objectif déclaré de former au moins 10 000 soldats ukrainiens.

Il n’en reste pas moins que le Kremlin a mis en garde à plusieurs reprises contre une telle implication croissante de l’Occident, qui va désormais bien au-delà des simples livraisons d’armes. Cette semaine, la Russie s’est retirée des négociations sur le traité de réduction des armes nucléaires New START avec les États-Unis, citant l’implication croissante de ces derniers dans le soutien à Kiev comme une raison majeure de l’arrêt de la reprise des pourparlers”.

Ce n’est pas la première déclaration russe de ce type: 

Et la France est directement concernée par ce que dénoncent les officiels russes: 

On en vient en fait à se demander si, derrière les déclarations russes, une guerre secrète, menée par les services, n’a pas déjà commencé. On apprend par exemple qu’un train transportant des chars de l’OTAN a déraillé en Grèce: 

On ajoutera cependant aussitôt que, quelle que soit l’implication de l’OTAN, cette dernière ne semble pas faire le poids face à la Russie: 

Cela n’empêche pas Vladimir Poutine de rappeler aux Américains et aux Européens les règles de base de la dissuasion nucléaire. 

C’est sur cette toile de fond que se joue le psychodrame entre l’Allemagne et la Pologne concernant la livraison potentielle de missiles Patriot à l’Ukraine: 

On se rappellera, dans tous les cas, ce qu’Alexandre N nous disait il y a quelque temps sur l’infériorité occidentale face aux missiles russes: 

La bataille d'Ukraine

Comme indiqué, l’essentiel de la bataille au sol se déroule actuellement autour de Bakhmout, véritable forteresse dont les troupes russes s’efforcent de déloger les soldats de Kiev. 

3 décembre 2022: 

Selon Erwan Castel, la situation des troupes ukrainiennes à Artiomovsk devient terrifiante: 

“La bataille urbaine pour le contrôle d’Artemovsk est devenue un enfer pour les forces ukro-atlantistes pour citer les sources ukrainiennes elles mêmes. 

Même le quotidien “The New York Times”, décrit la situation militaire sur le front d’Artemovsk (Bakhmout) de catastrophique pour les ukrainiens, complètement saignés par les assauts et les bombardements ininterrompus. Les reporters occidentaux évoquent 250 blessés par jour dans les hôpitaux complètement saturés de l’arrière du front. 

Ce qui signifie, dans le contexte de combats en zone urbaine entre de 50 à 80 tués par jour ! (…) 

Pour expliquer pourquoi depuis 2 mois les adversaires s’affrontent avec un tel acharnement meurtrier pour le contrôle d’Artemovsk (Bakhmut)  il faut comprendre que cette ville industrielle, transformée en bastion par Kiev, est: 

1 / la clef de voûte du front ukro-atlantiste à l’Est de Slaviansk/Kramatorsk (État major du Corps de bataille du Donbass).

2 / un important carrefour stratégie routier et ferroviaire ouvrant vers le Nord (Slaviansk), l’Ouest (Konstantinovka) et le Sud (Toresk).

La libération d’Artemovsk permettrait à l’Etat Major russe d’engager une nouvelle offensive “en étoile” comme celle qui, à partir de Popasnaya avait provoqué l’effondrement du front de Lisichansk en juillet dernier.

Pour Kiev, la chute d’Artemovsk sonnera le glas de son corps de bataille dans le Donbass car Slaviansk et Kramatorsk se retrouveront rapidement en 1ère ligne. 

Le groupe Wagner a même proposé à l’ennemi de capituler pour arrêter ce “hachoir à viande”, avec un ultimatum de 24 heures ce 26 novembre.

Proposition refusée par Kiev. 

Donc les combats continuent…”jusqu’au dernier ukrainien” !”

Sur son remarquable fil twitter, Jacques Frère nous donne de nombreuses illustrations de ce qui se passe autour d’Artemovsk: 

Les Kiéviens se vengent en bombardant Donetsk

4 décembre 2022 

Selon Erwan Castel

“Les bombardements sur ca ville de Donetsk, commencés en 2014 redoublent de violence et de rage au fur et à mesure que les forces ukro-atlantistes sont laminées sur le front. 

Mais ces tirs quotidiens ne sont que pure haine terroriste meurtrière car ils ne visent aucun objectif militaire mais exclusivement des quartiers résidentiels civils.

Chaque jours des civils sont tués et mutilés, des habitats détruits par une artillerie utilisant de plus en plus des systèmes d’armes occidentaux dont les pays de l’OTAN couvrent, soutiennent et alimentent les crimes de guerre qu’ils commettent dans l’indifférence complice des [médias]. 

[Le] 4 décembre, encore 7 civils, majoritairement des femmes et une fillette de 10 ans ont été blessés par les bombardements terroristes dirigés sur leurs quartiers résidentiels vides de tout objectifs militaires. (…)

Le secteur d’où ont été tirées sur Donetsk les roquettes “Grad” est celui de Tonenske, un village situé dans la zone du bastion d’Avdeevka, à 15 km de Donetsk, juste au Nord des villages de Pervomaïske et Vodyane qui sont disputés dans des combats en cours.

(…)

Les pressions alliées ont donc bien fait reculer l’artillerie ennemie, mais il reste du chemin avant de la mettre hors de portée de Donetsk !

Je rappelle qu’un BM21 “Grad” comme celui qui a été utilisé hier et cette nuit à une portée de 40 km, un BM27 “Ouragan”, une portée de 70 km et qu’un canon français CAESAR peut tirer jusqu’à 50 km avec obus+fusée additionnelle.

La mobilité importante de ces systèmes posés sur des châssis de camion additionnée à des moments très courts restés sur leurs points de tir rend difficile les repérages et tirs de contre batteries”.

Les bombardements ont lieu tous les jours. 

La façon kiévienne de procéder conduit à une intensification des frappes russes sur les infrastructures; 

Et ceci, d’autant plus que les Kiéviens ont tiré des drones pour viser des aéroports militaires russes. 

L'Ukraine reçoit de nouvelles salves de missiles russes

5-6 décembre 2022

Selon southfront.org: 

+”N‘ayant pas eu de succès significatifs sur les fronts, les militaires ukrainiens ont réussi à attaquer les aérodromes de l’aviation à long rayon d’action russe impliqués dans des frappes sur des cibles dans toute l’Ukraine. Le matin du 5 décembre, des drones ukrainiens de fabrication soviétique ont tenté de frapper les aérodromes militaires de Diaghilev, dans la région de Riazan, et d’Engels, dans la région de Saratov.

Les drones volant à basse altitude ont été interceptés par les moyens de défense aérienne russes. Suite à l’explosion de l’épave, le blindage de la coque de deux avions a été légèrement endommagé.

Trois militaires russes ont été tués. Quatre autres ont été blessés.

Le 6 décembre, les militaires ukrainiens ont poursuivi leurs attaques contre les aérodromes russes, mais ont choisi des cibles situées beaucoup plus près des frontières ukrainiennes.

Pour la quatrième fois depuis le début des opérations militaires russes, un drone a attaqué l’aérodrome russe de Koursk. À la suite de cette attaque, le réservoir de stockage de pétrole a pris feu.

Une autre cible était l’aérodrome de Belbek à Sébastopol ; mais l’attaque a échoué et tous les drones ont été interceptés par les défenses aériennes russes.

La riposte russe ne s’est pas fait attendre: 

“En réponse aux tentatives de Kiev de perturber le travail de l’aviation russe, les forces russes ont lancé une autre attaque massive contre des installations militaires et énergétiques dans toute l’Ukraine.

Le ministère russe de la Défense a affirmé que 17 cibles en Ukraine avaient été touchées. Des explosions ont été signalées dans plus de 10 régions du pays.

Les frappes sur les infrastructures ont entraîné un nouvel effondrement de l’ensemble du système énergétique ukrainien. En raison du déséquilibre du système, une vague de coupures de courant d’urgence continue de déferler sur le pays, accompagnée d’accidents massifs dans le réseau électrique. Selon les responsables ukrainiens, il faudra au moins deux jours pour stabiliser le système et revenir au moins partiellement aux pannes de courant roulantes prévues. Ce délai est crucial, car le gel s’est déjà installé dans toutes les régions.

Le manque d’électricité, d’eau et de communications dans tout le pays s’accompagne de déclarations fracassantes de Kiev selon lesquelles la défense aérienne ukrainienne aurait réussi à intercepter presque tous les missiles russes.”

L’armée ukrainienne a violemment bombardé, une fois de plus, des quartiers civils de Donetsk,  faisant huit morts.  La veille, 5 décembre, l’armée ukrainienne a visé délibérément un immeuble remplis de civils à Archelsk, dans la République de Lougansk. 

Cependant, la capacité de frapper est asymétrique. Les Russes, par leurs frappes, rendent la situation invivable pour les Kiéviens. 

Le 5 décembre, Vladimir Poutine est venu voir les travaux du Pont de Crimée, qu’il a parcouru en voiture. 

Les dirigeants occidentaux persévèrent dans leur insoutenable légèreté

Dans un discours qu’il a tenu le 6 décembre, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, a déclaré que les troupes russes “prennent toutes les mesures pour assurer la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporozhye”, et que Kiev “cherche à créer l’apparence d’une menace de catastrophe nucléaire en continuant à bombarder délibérément cette installation.”

Selon le ministre russe, les forces armées ukrainiennes ont tiré 33 obus de gros calibre sur la centrale nucléaire au cours des deux dernières semaines. La plupart d’entre eux ont été interceptés par les défenses aériennes russes, “cependant, certains d’entre eux ont touché des objets qui affectent le fonctionnement sûr de la centrale nucléaire.”

Le matin du 6 décembre, la zone industrielle de la centrale nucléaire de Zaporozhye a été à nouveau bombardée par l’armée ukrainienne. Et ceci alors que Rafaele Grossi, le directeur de l’AIEA, avait parlé, samedi 3 décembre, d’un accord imminent sur une “zone de sécurité”. 

“En ce moment même, le bombardement de la centrale nucléaire de Zaporozhye est en cours, ou plutôt pas directement de la centrale, mais de la zone industrielle, depuis environ sept heures du matin. Des frappes sont effectuées sur la zone industrielle, très bruyamment, la ville s’est réveillée précisément des grondements et des coups,” a déclaré Rogov, un membre du conseil principal de l’administration de Zaporozhye.

Il ne fait aucun doute que, dans cette affaire, les dirigeants occidentaux, continuent à faire preuve d’une coupable légèreté. Nous le signalons depuis le mois d’août. La tolérance aux bombardements par l’Ukraine de la centrale d’Energodar – sans que l’on puisse dire pour l’instant s’il y a une collaboration active de conseillers occidentaux à ces tirs – est une des manifestations les plus claires du déclin éthique de la gouvernance occidentale. 

Le président du Nigéria a déclaré que des armes livrées par les Occidentaux à l’Ukraine arrivaient en fait en Afrique. “Malheureusement, la situation au Sahel et la guerre qui fait rage en Ukraine sont des sources importantes d’armes et de combattants qui renforcent les rangs des terroristes dans la région du lac Tchad. Une part importante des armes et des munitions fournies pour mener la guerre en Libye continue de se retrouver dans la région du lac Tchad et dans d’autres parties du Sahel.

” Les armes utilisées pour la guerre en Ukraine et en Russie commencent également à filtrer vers la région.

“Ce mouvement illégal d’armes dans la région a accentué la prolifération des armes légères et de petit calibre, qui continue de menacer notre paix et notre sécurité collectives dans la région. Il est donc urgent que nos agences de contrôle des frontières et autres services de sécurité collaborent pour mettre fin à la circulation de toutes les armes illégales dans la région”.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...