www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Août 2020

Candace Owens : « Le racisme est accepté dans notre société, tant qu’il s’adresse aux Blancs »

Auteur : ASR | Editeur : Walt | Mercredi, 24 Juin 2020 - 11h58

La société libérale américaine moderne a jugé le racisme acceptable en 2020, selon Candace Owens, qui dit « tant qu’il s’adresse aux blancs ».

Décrivant cet état de fait comme « fou », Owens a qualifié le racisme moderne de « privilège des Noirs » et a commenté un post d’une femme noire raciste sur Twitter qui énumérait des dizaines d’insultes raciales contre les Blancs.

« Imaginez ce qui se passerait si un homme blanc publiait une liste similaire de ses insultes préférées à l’encontre des Noirs », a déclaré Owens.

The American Truth a déclaré que le tweet original avait été supprimé, mais a fourni des captures d’écran.

Candace Owens a fait tourner les têtes dans le passé avec ses commentaires soutenant des causes conservatrices et affirmant que les Afro-Américains ont une « mentalité de victime ». Elle a publié une vidéo sur la mort de George Floyd le 3 juin dernier dans laquelle elle critiquait les médias et l’Amérique noire pour avoir fait de lui un « martyr » pour la communauté noire.

« Nous sommes uniques en ce sens que nous sommes les seules personnes à se battre et à crier et à exiger du soutien et de la justice de la part des gens de notre communauté qui ne font rien de bon », a-t-elle déclaré. « Il serait difficile de trouver un Juif qui a fait cinq séjours en prison et qui meurt en commettant un crime et le peuple juif qui réclame justice », répétant la déclaration pour les Américains blancs et « même les Latinos ».

Elle a également déclaré que la réaction nationale à la mort de Floyd est représentative d’une « culture noire brisée » qui est prête à « célébrer les criminels ». Elle a déclaré : « Nous sommes embarrassants à cet égard. C’est pourquoi nous avons un cycle et une culture toxique parce que personne ne veut dire la vérité. Il est si facile d’être efficace qu’il est si facile de demander aux blancs de s’incliner, de s’excuser et de faire toutes ces choses pour nous. C’est de la merde ».

Owens a également déclaré qu’elle refuse de croire que Floyd essayait de changer de vie et a passé des minutes à examiner l’ensemble de son casier judiciaire, y compris la durée de sa peine de prison.

« Nous ne devrions pas acheter des T-shirts avec son nom dessus », a-t-elle déclaré.

« C’était un criminel violent », a-t-elle déclaré à propos de Floyd. « Ce n’est pas parce que c’était un criminel que vous méritez de mourir aux genoux d’un policier. Je ne le dirai jamais assez, non, il ne méritait pas de mourir de cette façon ».

Cependant, elle a déclaré : « La brutalité policière à motivation raciale est un mythe » et a poursuivi en disant que plus de personnes blanches sont tuées par la police.

***

Une banderole « White Lives Matter » jugée « raciste »

Si le slogan « Black Lives Matter » se retrouve floqué sur l’ensemble des maillots des joueurs de football de la Premier League en Angleterre, le slogan « White Lives Matter » (traduisez : « La vie des Blancs compte ») créé la polémique… jusqu’en France.

Un avion survole un match de foot

Le championnat de football anglais a repris ses droits depuis plusieurs semaines sans que le public ne puisse regagner les stades. Sur le maillot des joueurs, le slogan « Black Lives Matter » y est inscrit depuis la mort de George Floyd aux États-Unis. En réponse, des supporters de Burnley ont survolé le stade de Manchester City où leur équipe évoluait lundi 22 juin.

À bord d’un avion de tourisme, tractant une banderole « White Lives Matter, Burnley », ils ont surgi dans le ciel de Manchester au moment du protocole d’avant match qui veut que les joueurs mettent un genou à terre en hommage au mouvement importé des États-Unis.

Une provocation « d’extrême droite » pour les médias français

Si, en Angleterre, la télévision n’a pas daigné filmer la scène, c’est sur les réseaux sociaux qu’elle a été particulièrement commentée. En France, de grands médias français qualifient cette action de « raciste » (LCI) ou évoquent une provocation de « l’extrême droite » (Le Parisien).

Le Burnley FC a « condamné fortement » la banderole déployée et assuré que le club et les autorités « coopéreront pour identifier les responsables et prendre les mesures appropriés ». Le capitaine de l’équipe, Ben Mee, a fait part de sa « honte ». Une réaction qui n’a pas porté chance à l’équipe, qui s’est finalement inclinée 5-0 contre Manchester City. 

Source : Boulevard Voltaire


- Source : Anguille Sous Roche

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...