www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Août 2020

Les peuples autochtones fêtent le Nouvel An ou le retour du Soleil

Auteur : JGN | Editeur : Walt | Lundi, 22 Juin 2020 - 08h21

Le 21 juin est appelé le Nouvel An Andin par les Boliviens, We Tripantu par les Mapuches, Fête Nationale de la Nuit la plus Longue par les Argentins et Inti Raymi en Équateur et au Pérou.

La plus importante célébration des peuples autochtones d’Amérique du Sud a eu lieu ce 21 juin et est connue sous le nom de « We Tripantu » ou « Nquillatún », un terme mapuche qui signifie « lever du nouveau soleil ».

Ce dimanche était le jour le plus long de l’année et marquait également le solstice d’été, une date importante pour les communautés indigènes d’Amérique du Sud connues sous le nom d’Inti Raymi en Équateur et au Pérou.

Les peuples indigènes ont identifié les périodes de l’année où le Soleil s’aligne sur l’équateur terrestre (équinoxes) et les périodes où le Soleil atteint sa plus haute hauteur apparente dans le ciel (solstices).

Joyeux we tripantu ! Il est temps de renouveler les énergies, ça marque le début d’un nouveau soleil et coïncide également avec le fait que nous sommes en pleine nouvelle lune pour tout commencer à nouveau !

Le 21 juin, le solstice d’hiver a eu lieu dans l’hémisphère sud, ce phénomène est considéré par les indigènes comme une renaissance car la saison des récoltes se termine et la terre se prépare pour sa nouvelle période de fertilité.

La veille du solstice est la nuit la plus longue de l’année, après ce moment clé et pendant les six mois suivants, les nuits deviennent plus courtes et les jours plus longs. Il y a plus de lumière dans l’environnement et avec elle, plus d’abondance.

Qui célèbre le solstice ?

Les peuples de la culture andine : Aymara, Quechua et Atacameños pratiquent des rituels de la veille du Nouvel An. Les indigènes célèbrent la Pachamama ou Terre Mère et le Tata Inti ou Soleil Père et lui demandent de leur apporter une année productive riche en animaux et en cultures pour la communauté.

We Tripantu

Il s’agit de la célébration du Nouvel An mapuche, un peuple indigène établi en partie au Chili. La fête est célébrée dans les zones chiliennes de la commune de Lautaro, dans l’Araucanía ou à Temuco. Les communautés mapuches préparent leur propre célébration dans les grandes villes chiliennes de Concepción et de Santiago (capitale).

La base de la sagesse et de la science mapuche est l’observation permanente et systématique de la nature. Leur méthode d’apprentissage est connue sous le nom « d’inarrumen », « ils utilisent la même méthode socratique que celle utilisée dans la science occidentale : l’observation et l’induction.

« Dans la nature tout est donné, il faut seulement observer », a expliqué l’historien mapuche responsable du Programme du Patrimoine Indigène de la Corporation Nationale pour le Développement Indigène (CONADI), Juan Ñanculef Huiaquinao.

Ñanculef dit que les connaissances astronomiques des Mapuches les ont amenés à distinguer les mouvements de la Terre. La rotation était appelée chünküz mapu (rondeur de la Terre) et la révolution tüway mapu (tour de la Terre).

Comme pour le reste des peuples précolombiens, la connaissance de ces phénomènes a servi à créer leur calendrier, qui indique une année de 364 jours exacts, répartis en 13 mois (küyen) et 28 jours (antü).

Terre de feu

La Fête Nationale de la Nuit la plus Longue est célébrée chaque 21 juin à Ushuaia ou Terre de Feu en Argentine.

De la nuit du 20 juin à la levée du premier rayon de soleil le 21 juin, se tient la veillée autour du feu, en attendant son énergie.

Les participants à la cérémonie s’assoient en cercle pour partager la chaleur du feu la première nuit de l’hiver et les plus sages et les plus âgés se joignent à eux pour partager leurs connaissances tout au long de la nuit, expliquant comment le feu est source de vie et pourquoi nous sommes reconnaissants de sa présence car les êtres humains sont aussi le feu et ils contiennent l’énergie qui les mobilise pour lutter pour la justice.

Les Indiens offrent au Père Soleil de l’encens, de la coca, du tabac, des plantes aromatiques, du pain, des sucreries et des boissons, partagent leurs joies, leurs désirs et demandent au Tata inti (Soleil) de leur donner de la force et de les guérir.

La Bolivie et le « retour du soleil »

Les peuples indigènes qui habitent certaines régions de Bolivie célèbrent le « Willkakuti », également appelé « retour du Soleil » ou « Nouvel An Andin », la célébration est caractérisée par les rituels ancestraux effectués par les prêtres indigènes le matin du 21.

Accueillons avec espoir le Nouvel An Andin en Amazonie et dans le Chaco, et que les rayons de soleil qui arrivent aujourd’hui nous bénissent et nous donnent l’énergie nécessaire dans ce nouveau cycle qui commence afin que la démocratie puisse revenir dans notre chère Bolivie et garantir la stabilité politique, économique et sociale.

« L’apthapi », un repas communautaire indigène dans lequel la communauté d’Oruro partage sa nourriture, réunit généralement des centaines de personnes.

Les indigènes se retrouvent à Tiahuanaco avec des offrandes et des feux de joie sur des autels dédiés au Willkakuti, une célébration qui, en 2009, a été baptisée par le Président de l’époque, Evo Morales, le « Nouvel An Andin Amazonien ».

Traduit par Réseau International


- Source : Telesur (Venezuela)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...