www.zejournal.mobi
Dimanche, 29 Janv. 2023

Klaus Schwab du FEM déclare que la Chine est un « modèle »

Auteur : Monica Showalter | Editeur : Walt | Samedi, 26 Nov. 2022 - 18h10

Il fut un temps où les Soviétiques disposaient d’un réseau d’internationalistes étroitement contrôlé, connu sous le nom de COMINTERN, pour promouvoir leur modèle communiste en Europe et au-delà.

A l’heure actuelle, les Chinois rouges ont fait encore mieux : Ils ont Klaus Schwab.

Selon Fox News :

"Le fondateur et président du Forum économique mondial, Klaus Schwab, a récemment accordé une interview à un média d’État chinois et proclamé que la Chine était un « modèle » pour les autres nations.

Schwab, 84 ans, a fait ces commentaires lors d’une interview avec Tian Wei de CGTN en marge du sommet des chefs d’entreprise de l’APEC qui s’est tenu la semaine dernière à Bangkok, en Thaïlande.

Schwab a déclaré qu’il respectait les réalisations « formidables » de la Chine en matière de modernisation de son économie au cours des 40 dernières années.

« Je pense que c’est un modèle pour de nombreux pays », a déclaré Schwab, avant de nuancer qu’il pense que chaque pays devrait prendre ses propres décisions quant au système qu’il souhaite adapter.

« Je pense que nous devons être très prudents lorsque nous imposons des systèmes. Mais le modèle chinois est certainement un modèle très attrayant pour un certain nombre de pays », a déclaré Schwab".

Un modèle ? Un pays où la liberté est nulle, où la mobilité sociale est faible, où le crédit social est faible et où la surveillance gouvernementale est constante ? Qui diable, même parmi les wokistes révolutionnaires, réclame ouvertement un modèle chinois pour son propre pays ?

La Chine est en fait une prison géante, avec des esclaves, des ateliers clandestins, des bas salaires, des confinements permanents et de véritables laogai, ou goulags. Contestez le gouvernement de quelque manière que ce soit et vous serez rapidement envoyé dans l’un d’eux pour des années et des années. Dans le cas des Ouïgours, le simple fait d’être de la mauvaise nationalité suffit pour être puni de la sorte.

Loin d’être un modèle attrayant, la Chine est un pays que les gens fuient. En 2019, selon les propres statistiques de la Chine, 11 millions de personnes ont pris la poudre d’escampette et ont déménagé dans d’autres pays, juste pour s’en éloigner, dont environ un tiers aux États-Unis. La Chine a le troisième taux d’émigration le plus élevé au monde, après l’Inde et le Mexique, et nous savons tous que ce qui se trouve à côté du Mexique sur son côté nord est ce qui les amène. C’est en grande partie la même chose avec la Chine.

Schwab, qui est un opérateur avisé, savait que son amour de la Chine serait bien accueilli par les journalistes-propagandistes de l’État chinois, mais qu’il ne plairait pas à tous les autres qui entendraient cette déclaration, aussi l’a-t-il nuancée en affirmant que chaque nation devrait pouvoir choisir son mode de gouvernance. Cela sonne faux, étant donné que le système qu’il préconise pour l’Occident exige explicitement qu’une élite du parti fasse tous les choix pour le peuple qu’elle dirige d’une main de fer. Quant à la Chine elle-même, les Chinois ont-ils choisi le système horrible dans lequel ils vivent ? Non, en 1948, Mao Zedong, aidé par, surprise, le COMINTERN, s’est frayé un chemin jusqu’au pouvoir et a imposé par la force un régime brutal à la Chine, où il est au pouvoir depuis lors.

On dirait que le vieux COMINTERN a toujours le dernier mot. Car qui aurait imaginé qu’en 2023, le chef du Forum économique mondial, fils d’un homme ayant au moins quelques liens avec les nazis, serait en train de vanter le modèle chinois comme M. Respectabilité, utilisant le prestige de son organisation internationale comme crédibilité pour influencer les grandes entreprises et divers activistes et ONG qui ont complètement succombé aux idées de la gauche.

Cette organisation devrait être considérée comme la marionnette d’une dictature immonde, mais d’une manière ou d’une autre, avec toutes ces belles montagnes, cette bonne nourriture et ces bons aéroports de jets privés là-bas en Suisse, où la plupart des réunions exclusives et coûteuses du FEM sont tenues dans tout cet arôme d’argent, ce n’est pas le cas.

L’organisation de Schwab a infiltré l’industrie, parfois avec des intérêts monétaires réels, a influencé beaucoup d’autres pour qu’ils s’adaptent au « capitalisme des parties prenantes », qui est le projet favori de Schwab, et a influencé d’autres pour qu’ils s’adaptent à quelque chose appelé la « réinitialisation » mondiale. Naturellement, ils sont tous favorables au contrôle gouvernemental induit par la « menace » du réchauffement climatique, qui est complètement bidon. Des questions sur la raison pour laquelle les entreprises sont devenues si wokes ? Il semble que tout tourne autour des banquets et des conférences de Davos, en Suisse. En ce moment, Schwab fait pression sur le gouvernement suisse pour obtenir des logements plus luxueux, tout en ne payant pas d’impôts, et menace de transférer son émission à Singapour s’il ne le fait pas. (Voir la section « Critique » de sa page Wikipedia en bas de page). Cela ressemble à un type qui a l’intention de se contenter de parler et d’essayer de persuader des vertus de la Chine ?

Quant aux liens de Schwab avec les nazis, ils ne sont probablement pas aussi forts que certains le prétendent sur Internet, mais ils sont assez graves : d’après ce que dit Wikipédia, le père suisse de Schwab dirigeait dans l’Allemagne nazie une entreprise qui avait recours à l’esclavage et au travail forcé, ce qui indique assez bien de quel côté il se trouvait. Même si une telle entreprise n’avait pas existé, les nazis ne l’auraient pas mis à la tête d’une entreprise s’ils n’avaient pas eu entièrement confiance en lui, car le fascisme consiste à faire en sorte que l’État régisse les entreprises. Sur sa page Wikipedia, il est dit que la mère de Schwab a été surveillée et interrogée par la Gestapo en raison de son accent suisse. Le fait que les nazis n’aient pas fait de même avec le père, qui dirigeait une entreprise sous contrôle nazi, nous indique que la Gestapo ne le considérait pas comme un problème.

Il semble que les anciennes valeurs nazies de corporatisme et de « remise à zéro » aient déteint sur Klaus, qui a 83 ans, si l’on peut dire. Les gens ne peuvent pas choisir leurs parents, mais si le vieux papa était effectivement ami avec les nazis, il serait peut-être impératif de ne pas adopter ces idées particulières, et encore moins de les défendre.

Mais bien sûr, Schwab plaide maintenant pour le contrôle par les entreprises et l’État de toutes les nations libres de l’Occident, ce qui n’est guère différent de ce que les nazis et leurs alliés communistes (le COMINTERN) ont cherché à obtenir pour l’Occident pendant des décennies. L’envie de tuer la liberté est très présente dans cette bande.

Aujourd’hui, ils n’essaient même plus de le cacher – ils font ouvertement l’éloge du modèle communiste chinois et plaident pour son imposition, sous réserve de choix (comme si, avec des élections truquées, le choix était pertinent), comme si rien ne s’y opposait. Le masque de ces gens, en effet, est tombé.

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé