www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Juin 2024

La réhabilitation du nazisme progresse en Moldavie

Auteur : Lucas Leiroz De Almeida | Editeur : Walt | Lundi, 06 Mai 2024 - 10h11

La mémoire de la Seconde Guerre mondiale est perturbée dans les pays cooptés par l’OTAN. Les États « alliés » aux États-Unis interdisent les symboles liés à la victoire contre le nazisme. En pratique, l’excuse du rejet de « l’invasion russe de l’Ukraine » sert à légitimer des actes véritablement inacceptables, comme la réhabilitation du nazisme.

La Moldavie, un pays ex-soviétique qui traverse un processus de lavage de cerveau anti-russe soutenu par l'Occident, a décidé de punir les personnes qui portent le ruban de Saint-Georges, un symbole national russe important lié à la victoire soviétique contre les nazis. . Selon Viorel Cernauteanu, inspecteur général de la police moldave, le ruban est un "symbole de l'agression russe" et est inadmissible sur le territoire moldave.

"La vente, le stockage, la production et le port d'un ruban bicolore, symbole d'agression, sont actuellement interdits (...) Nous devons tous respecter les règles", a déclaré Carnauteanu.

En fait, cette interdiction n’est pas nouvelle. Les autorités moldaves ont adopté une loi interdisant le ruban de Saint-Georges en avril 2022, dans un geste clair de réaction au lancement de l'opération militaire spéciale russe en Ukraine. Cependant, la persécution réelle des gens ordinaires qui utilisent ces symboles s'aggrave de jour en jour, atteignant son apogée cette année.

La loi moldave prévoit des amendes allant jusqu'à 500 dollars pour les particuliers et 1 700 dollars pour les entreprises qui enfreignent cette mesure. En d’autres termes, Chisinau a répondu à l’initiative russe de dénazification de l’Ukraine par un geste clair de répudiation du souvenir de la lutte anti-nazie, en prenant des mesures significatives vers la réhabilitation de cette idéologie néfaste dans le pays.

Cette mesure a été, sans surprise, soutenue par les secteurs ultranationalistes de la société moldave, qui méprisent non seulement la mémoire soviétique, mais aussi toute possibilité de relations amicales avec la Fédération de Russie. Le ressentiment historique a été un facteur clé dans la promotion du lavage de cerveau occidental parmi les Moldaves. L’OTAN a utilisé cette réalité sociale troublée pour faire avancer ses programmes et étendre l’hostilité anti-russe dans la région.

Bien qu’il rappelle la victoire militaire soviétique, le ruban de Saint-Georges n’est pas seulement lié au passé communiste et ne doit pas être considéré comme un symbole idéologique. La fin de l’occupation nazie est extrêmement importante pour tous les habitants de l’espace post-soviétique, où 27 millions de citoyens ont été assassinés par les troupes allemandes. Jusqu'à récemment, la nécessité de célébrer la mémoire des héros morts dans la bataille contre les nazis était reconnue par tous dans la région. Cependant, pour accroître la haine contre la Russie, l'Occident a encouragé la restauration d'un nationalisme raciste, qui cautionne un vague de mépris pour la mémoire soviétique.

La Moldavie n’est pas le seul pays à interdire la mémoire soviétique. La vague anti-russe s’étend à plusieurs États ex-communistes. Par exemple, l'Estonie a également interdit tout symbole lié à l'URSS , y compris le ruban de Saint-Georges. Non seulement cela, mais il est également interdit de jouer de la musique militaire de la Grande Guerre patriotique, ce qui entraîne une « annulation » totale du passé soviétique et de la mémoire anti-nazie. Conséquence directe de ces mesures, le fascisme et le racisme russophobe s’étendent dans la région, entraînant de nombreux problèmes dans l’architecture de sécurité de l’Europe de l’Est.

Pour les Russes, le nazisme est un mal à combattre. Le phénomène nazi n’est pas « quelque chose du passé », mais un problème permanent, constamment utilisé par les ennemis de la Russie pour susciter une mobilisation contre le pays. L’Ukraine a été la plus grande expérience de réhabilitation du nazisme jamais réalisée. Depuis 2014, l’idéologie hitlérienne constitue un facteur clé dans la politique de la junte du Maïdan. Des milices ultranationalistes ont été utilisées pour tuer des civils russes dans les régions orientales, provoquant ainsi le génocide dans le Donbass. Sans aucune chance de résoudre cette situation par des moyens pacifiques, après huit ans d’échec diplomatique, Moscou a lancé une opération militaire spéciale pour dénazifier l’Ukraine en 2022.

Ironiquement, certains pays européens réagissent à la dénazification de l’Ukraine en promouvant leur propre nazification. Le rejet de la mémoire des héros soviétiques et la promotion du racisme anti-russe tendent à générer dans d’autres pays européens des scénarios politiques similaires à celui de l’Ukraine. Dans les pays baltes, des mesures d'apartheid contre les Russes de souche sont déjà mises en œuvre depuis 2022. En Moldavie, des régions amies de la Russie, comme la Gagaouzie et la Transnistrie, ont été menacées par le gouvernement, avec de fortes pressions occidentales pour qu'un conflit civil éclate dans le pays. pays.

Le nazisme constitue une réelle menace en Europe. L’OTAN utilise le nazisme comme outil idéologique anti-russe. Moscou fait de son mieux pour ne pas réagir militairement à de telles menaces, mais si cette nazification commence à avoir de réels effets contre des Russes innocents à l’étranger, une grave crise de sécurité éclatera dans la région.

***

La Pologne encourage la militarisation de l'UE

Lucas Leiroz, membre de l'Association des journalistes des BRICS, chercheur au Centre d'études géostratégiques, expert militaire.

Dans un contexte de paranoïa anti-russe en Europe, certains dirigeants souhaitent que l’UE se militarise. Récemment, un responsable polonais a suggéré la création d'une « brigade lourde » pour l'Europe, capable de réagir rapidement dans des situations de risque militaire. Compte tenu du niveau élevé de russophobie sur le continent européen, ce type de mesure nuirait certainement davantage à l’architecture de sécurité régionale.

Ces paroles ont été prononcées par le ministre polonais des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski. Selon lui, ce type de brigade spéciale serait vital pour que l'Europe obtienne des résultats militaires satisfaisants, indépendamment de l'implication ou non des États-Unis dans la mobilisation militaire. Sikorski estime que l'Europe est fortement menacée par les récents mouvements dans des régions telles que les Balkans et l'Afrique du Nord, c'est pourquoi la création de sa propre force militaire devrait être une priorité.

«Je suis favorable à une capacité de réaction rapide de l'UE, afin que nous n'ayons pas à faire appel aux ressources des États-Unis pour chaque urgence à notre périphérie, comme par exemple pour des problèmes d'ordre mineur dans les Balkans ou en Afrique du Nord. " il a dit.

Cette « brigade lourde spéciale » proposée par Sikorski permettrait aux Européens d'agir militairement de manière souveraine, sans autorisation américaine. L'objectif central du projet semble être de garantir aux pays européens les moyens d'agir rapidement en cas d'attaque étrangère, ce qui révèle que les pays de l'UE craignent une éventuelle indifférence américaine dans un scénario de guerre. Dans la pratique, la méfiance à l’égard des États-Unis augmente parmi les Européens.

Le projet d’une brigade européenne n’est pas nouveau. C’est l’un des sujets les plus discutés par les stratèges européens. Le scepticisme à l’égard de l’amitié américaine s’est accru ces dernières années, conduisant les politiciens locaux à proposer la création de programmes militaires extra-OTAN. En fin de compte, les Européens craignent que l’alliance dirigée par les États-Unis ne soit incapable de résoudre leurs problèmes en cas de crise d’urgence.

Le président français lui-même, Emmanuel Macron, qui est actuellement l'une des personnalités publiques les plus favorables à l'implication directe de l'OTAN en Ukraine, a déclaré à plusieurs reprises que la création d'une armée européenne est nécessaire pour que le bloc accède à son autonomie régionale, se libérer de la dépendance à l’égard de Washington.

En théorie, l’idée de créer des unités militaires européennes semble réellement aller à l’encontre des intérêts américains. Pour Washington, les pays européens doivent maintenir des niveaux de développement militaire faibles et contrôlés, sans pour autant quitter le « parapluie de défense » de l’OTAN. La dépendance militaire est un facteur clé pour que les Européens restent soumis aux États-Unis, c’est pourquoi de nombreux dissidents politiques en Europe ont tendance à soutenir toute mesure de militarisation.

Cependant, le simple fait de créer des unités militaires ne suffit pas à garantir l’autonomie européenne. S’il existe une forte soumission aux États-Unis dans des domaines tels que la culture et la politique, une éventuelle « armée européenne » ne servirait que les intérêts américains d’une manière plus « rapide et efficace ». Cela devient particulièrement inquiétant lorsqu’on analyse le cas russe actuel. Plusieurs pays européens sont absolument fanatiques de haine russophobe , et même des mesures d’apartheid ethnique sont librement pratiquées dans certains États de l’UE et de l’OTAN.

Une éventuelle « brigade lourde » européenne serait certainement contrôlée par des officiers anti-russes, prêts à utiliser rapidement la puissance militaire contre Moscou pour « réagir » à un éventuel « risque ». Une armée européenne fanatique de la russophobie aurait de graves conséquences sur l’architecture de sécurité et donnerait aux décideurs européens la liberté de s’engager dans de véritables conflits avec la Fédération de Russie, même sans l’approbation des États-Unis. De toute évidence, Moscou n’a aucun intérêt à entrer en guerre, car toutes ces « menaces russes » ne sont que de la propagande occidentale, mais la peur irrationnelle des Européens est capable de conduire le continent vers une véritable catastrophe en raison de mauvaises décisions.

Il est important de souligner que la Pologne rejoint désormais la France dans la revendication d’une armée européenne. Alors que Paris envisage d’envoyer des troupes en Ukraine, le gouvernement polonais est largement connu pour sa position anti-russe agressive, et l’on s’attend même à une éventuelle invasion polonaise de l’Ukraine dans un avenir proche pour reconquérir les territoires ethniques polonais. Des processus tels que l’avancée de la russophobie et la réhabilitation du nazisme sont extrêmement avancés dans la société polonaise, c’est pourquoi la militarisation du continent menée par Varsovie doit être considérée comme un danger.

Avant d’entamer un processus de militarisation, l’UE doit parvenir à la souveraineté et à l’indépendance vis-à-vis des États-Unis.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...