www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Août 2022

Marioupol libérée… Le silence des médias occidentaux face à la révélation de leurs mensonges

Auteur : Strategic Culture Foundation (Russie) | Editeur : Walt | Lundi, 16 Mai 2022 - 11h44

Pour quiconque a suivi sérieusement le conflit en Ukraine, il est évident que les gouvernements et les médias occidentaux ont menti grossièrement dans leurs affirmations sur ce pays.

Cette semaine, l’évacuation des civils de l’aciérie Azovstal à Marioupol, ville portuaire de la mer Noire située dans le sud de l’Ukraine, a fait des médias occidentaux la risée de tous.

Ils se sont révélés comme les artisans de la propagande de guerre mensongère. Les médias occidentaux devraient avoir une honte atroce et profonde de cette situation, qui devrait même servir de base à de futures poursuites pour complicité de crimes de guerre.

Jusqu’à 100 civils ont été libérés de l’usine industrielle tentaculaire et pris en charge par les forces russes, en collaboration avec les secouristes des Nations unies et la Croix-Rouge internationale. Leurs témoignages contredisent totalement les affirmations diffusées par les médias occidentaux pendant plusieurs semaines.

Amplifiant le discours du régime de Kiev soutenu par l’OTAN, les médias occidentaux ont fait croire que les civils se trouvaient volontairement dans l’usine Azovstal pour aider à la défendre aux côtés des soldats ukrainiens. Les militaires russes qui entouraient l’usine étaient censés assiéger le site et menacer la sécurité des civils.

Or, il s’avère, d’après leurs propres témoignages, que les civils étaient pris en otage comme boucliers humains par les combattants ukrainiens. Alors que les médias occidentaux ont fait l’éloge des défenseurs « héroïques » de l’usine Azovstal, il est désormais évident que ces « héros » violaient grossièrement les lois de la guerre en utilisant systématiquement des non-combattants comme des boucliers humains pour dissuader un assaut russe.

Nous ne devrions pas être surpris par cette conduite criminelle et dégénérée. Car les « courageux défenseurs » de l’usine Azovstal dont les médias occidentaux ont fait l’éloge ne sont autres que le bataillon Azov, affilié aux nazis. Ces militants sont les troupes de première ligne des forces armées ukrainiennes. Ils ont été formés et armés par les puissances de l’OTAN, notamment les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada et la Pologne. Il semblerait même que des forces spéciales de l’OTAN soient encore cachées dans l’aciérie avec leurs protégées du bataillon Azov.

Il reste à voir ce que les 1000 militants restants dans l’usine vont faire maintenant que leur siège est définitivement condamné. L’un des combattants a même lancé cette semaine un appel bizarre au milliardaire de SpaceX, Elon Musk, pour qu’il les aide à s’échapper. Comme c’est approprié pour l’époque bizarre dans laquelle nous vivons !

Contrairement à ce que prétendent les médias occidentaux, les forces ukrainiennes ont régulièrement utilisé des écoles, des hôpitaux, des appartements résidentiels et d’autres centres civils comme couverture pour combattre les troupes russes.

La baisse soudaine de la couverture médiatique occidentale cette semaine contraste fortement avec la saturation quasi hystérique des semaines précédentes, lorsque l’on affirmait que la ville portuaire ukrainienne était cruellement assiégée par les forces russes. Les consommateurs des médias occidentaux ont été amenés à croire que l’armée russe était sur le point de perpétrer un odieux crime de masse. L’hystérie générée fait partie de la fabrication du consentement du public pour que les gouvernements occidentaux acheminent l’argent des contribuables et l’aide militaire pour soutenir le régime de Kiev. Cette semaine, l’administration Biden s’apprête à envoyer une aide militaire de 40 milliards de dollars au régime de Kiev.

Pour quiconque a suivi sérieusement le conflit en Ukraine, il est évident que les gouvernements et les médias occidentaux ont menti grossièrement dans leurs affirmations sur ce pays. Le régime de Kiev, qui s’est emparé du pouvoir en 2014 à la suite d’un coup d’État soutenu par la CIA contre un président élu, est en réalité une honte internationale que seuls les médias occidentaux et les gouvernements occidentaux complaisants couvrent. Le régime a peut-être actuellement un président juif comme figure de proue, mais pendant huit ans, il a été infesté de nazis, de fascistes et d’autres radicaux anti-russes. Ce régime et ses fantassins du bataillon Azov et d’autres formations de ce type glorifient ouvertement la mémoire des collaborateurs de la Seconde Guerre mondiale avec le Troisième Reich dans la poursuite de sa Solution finale de génocide.

Les médias occidentaux avaient auparavant reconnu le « problème nazi » en Ukraine. Mais depuis que le bloc de l’OTAN dirigé par les États-Unis a intensifié son programme de guerre contre la Russie au cours des six derniers mois, toute mention péjorative du régime de Kiev a été supprimée. Le public occidental est incité à croire que Washington et ses alliés européens défendent la démocratie en Ukraine. Le conflit a été complètement dépouillé de tout contexte factuel, depuis les origines du coup d’État de Kiev jusqu’aux huit dernières années d’agressions meurtrières incessantes contre les populations russophones des républiques séparatistes du Donbass, Donetsk et Lougansk.

L’une des principales raisons pour lesquelles Moscou a ordonné l’intervention militaire en Ukraine le 24 février était de défendre le peuple russe du sud-est du Donbass contre les ravages des forces du régime de Kiev soutenu par l’OTAN et leur nazis haineux.

Près de trois mois plus tard, les provinces du Donbass ont été largement libérées par l’armée russe. Les nazis d’Azov ont été repoussés. La ville portuaire de Marioupol, au sud, est un gain stratégique essentiel pour relier le territoire du Donbass sous le contrôle des forces russes en alliance avec les armées des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Les médias occidentaux racontent à leurs consommateurs que l’opération militaire russe en Ukraine a été un échec, qu’elle a donné lieu à des crimes de guerre massifs, que les « courageux défenseurs » tiennent bon.

En réalité, le régime de Kiev a utilisé de manière cynique et sans ménagement sa propre population comme chair à canon pour s’accrocher au pouvoir et comme pions pour faciliter la militarisation du pays par l’OTAN pour en faire une arme contre la Russie. C’est exactement ce que veulent les puissances de l’OTAN. Les États-Unis et leurs complices de l’OTAN – les architectes ultimes de ce conflit – injectent des dizaines de milliards de dollars en Ukraine, fournissant des forces secrètes et des renseignements militaires qui risquent imprudemment un conflit direct avec la Russie dotée de l’arme nucléaire.

On peut se laisser embobiner par la corne d’abondance de récits et de propagande. Le massacre de Boutcha (sous faux drapeau), qui aurait eu lieu en mars, est un exemple classique d’opérations psychologiques par les médias, tout comme le bombardement de la maternité de Marioupol, tous perpétrés secrètement par des nazis soutenus par l’OTAN, mais imputés à la Russie par les médias occidentaux.

Mais la libération de Marioupol par la Russie est sans doute le test le plus évident pour distinguer les mensonges des faits. La ville revient à la normale après des semaines de combats intenses. L’aide humanitaire est fournie par les forces russes en coordination avec l’ONU et la Croix-Rouge. Comme dans d’autres parties du Donbass libéré, les civils expriment leur soulagement et leur gratitude pour s’être débarrassés des militants qui les assiégeaient avec leur idéologie nazie haineuse.

Il existe un parallèle frappant avec la ville d’Alep, au nord de la Syrie, lorsqu’elle a été libérée des militants djihadistes par les forces russes fin 2016. Rappelez-vous comment, pendant des semaines avant la reprise d’Alep, les médias occidentaux déclaraient qu’un bain de sang était imminent contre les civils innocents et les « braves rebelles ».

Tout comme Marioupol et le reste du Donbass, la population civile a été libérée d’un siège de terreur que les mandataires soutenus par l’Occident avaient imposé. Dans le cas d’Alep, les médias occidentaux n’ont manifestement pas donné suite à leurs histoires à dormir debout et à leurs affirmations farfelues. Quand se sont-ils rendus à Alep pour savoir ce que sont devenus les civils assiégés ?

Il est donc approprié – bien qu’accablant – que les médias occidentaux aient soudainement abandonné leur couverture de l’Ukraine cette semaine. Il est vraiment stupéfiant de voir comment ces médias occidentaux ont réagi. Il y a un déni massif de la réalité, car sinon, ils s’exposent comme les menteurs et les pourvoyeurs de propagande sans vergogne qu’ils sont. Pourquoi la BBC, CNN, etc. ne sont-elles pas à Marioupol, Donetsk et Lougansk pour s’enquérir des conditions de vie et des opinions de la population ? C’est parce que les médias occidentaux s’exposeraient en tant que vecteurs de la propagande de guerre. Il est plus prudent pour eux de se taire et de faire comme si rien ne s’était passé.

Les chiens aboient et la caravane des médias occidentaux poursuit son chemin… dévouée vers une autre destination.

Faut-il s’étonner que les gouvernements occidentaux censurent massivement tous les médias critiques et indépendants ? Une recherche sur Internet ne donne plus que des sources médiatiques occidentales approuvées. Pratiquement aucune vue des médias russes n’est autorisée, pas plus que les perspectives occidentales critiques et indépendantes. Cette suppression draconienne de la liberté d’expression et d’information par l’Occident fait partie de sa campagne de propagande de guerre visant à donner aux médias bellicistes le champ libre pour débiter sans contrôle leurs mensonges absurdes et pernicieux. Les implications sont choquantes. Les États occidentaux se transforment en régimes totalitaires qui, dans le même temps, ont l’audace de pontifier sur la démocratie et la liberté. Ils s’en tirent largement avec cette audace absurde parce que les médias d’entreprise sont achetés et payés pour être consciencieusement muets et obséquieux. Il existe un cercle de plus en plus vicieux de militarisme occidental toxique, aidé et encouragé par les soi-disant médias qui devraient plutôt être appelés « ministère de la vérité ».

De nombreux clous s’enfoncent dans le cercueil des médias occidentaux contrôlés par les entreprises en ce qui concerne leur crédibilité et le respect du public. Un autre clou vient d’être enfoncé cette semaine par l’exposition de leur Grand Mensonge sur Marioupol.

Traduction Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé