www.zejournal.mobi
Lundi, 10 Août 2020

L’histoire secrète de Fort Detrick, la base de la CIA pour les expériences de contrôle de l’esprit

Auteur : RI | Editeur : Walt | Jeudi, 09 Juill. 2020 - 15h58

Stephen Kinzer.

20 septembre 2019 – Aujourd’hui, c’est un laboratoire de pointe. Dans les années 1950 et 1960, il a été le centre des expériences les plus sombres du gouvernement américain.

En 1954, un médecin de prison au Kentucky a isolé sept détenus noirs et leur a administré des doses « doubles, triples et quadruples » de LSD pendant 77 jours d’affilée. Personne ne sait ce qu’il est advenu des victimes. Elles sont peut-être mortes sans savoir qu’elles faisaient partie du programme très secret de la CIA visant à développer des moyens de contrôler les esprits – un programme élaboré à partir d’une base militaire peu connue au passé sombre, Fort Detrick.

L’expansion des banlieues a englouti Fort Detrick, une base militaire située à 80 km de Washington, dans la ville de Frederick, dans le Maryland. Il y a 73 ans, cependant, lorsque l’armée a choisi Detrick pour développer ses plans super-secrets de guerre bactériologique, la zone autour de la base était bien différente. En fait, elle a été choisie pour son isolement. La raison en est que Detrick, toujours florissante aujourd’hui en tant que base principale de l’armée pour la recherche biologique et comprenant maintenant près de 600 bâtiments sur 13 000 acres, a été pendant des années le centre nerveux de l’empire caché de la CIA pour les armes chimiques et le contrôle des esprits.

Detrick est aujourd’hui un des laboratoires de pointe pour la recherche sur les toxines et les antitoxines, le lieu où sont développées des défenses contre tous les fléaux, du champignon tueur de cultures à l’Ebola. Son rôle de leader dans ce domaine est largement reconnu. Pendant des décennies, cependant, une grande partie de ce qui se passait à la base était un secret bien gardé. Les directeurs du programme de contrôle mental MK-ULTRA de la CIA, qui utilisait Detrick comme base clé, ont détruit la plupart de leurs archives en 1973. Certains de ses secrets ont été révélés dans des documents déclassifiés, lors d’entretiens et à la suite d’enquêtes du Congrès. Ensemble, ces sources révèlent le rôle central de Detrick dans MK-ULTRA et dans la fabrication de poisons destinés à tuer des dirigeants étrangers.

En 1942, alarmée par des rapports indiquant que les forces japonaises menaient une guerre bactériologique en Chine, l’Armée Américaine a décidé de lancer un programme secret pour développer des armes biologiques. Elle a engagé un biochimiste de l’Université du Wisconsin, Ira Baldwin, pour diriger le programme et lui a demandé de trouver un site pour un nouveau complexe de recherche biologique. Baldwin a choisi une base de la Garde Nationale, pour la plupart abandonnée, sous la montagne Catoctin, appelée Detrick Field. Le 9 mars 1943, l’armée a annoncé qu’elle l’avait rebaptisée Camp Detrick, l’a désigné comme quartier général des Laboratoires de Guerre Biologique de l’Armée et a acheté plusieurs fermes adjacentes afin de fournir plus d’espace et d’intimité.

Après la Seconde Guerre Mondiale, Detrick a perdu de son importance. La raison en était simple : Les États-Unis possédaient des armes nucléaires, il ne semblait donc plus urgent de développer des armes biologiques. Cependant, au début de la Guerre Froide, deux événements apparemment sans rapport entre eux, survenus dans des parties opposées du monde, ont stupéfié la jeune Central Intelligence Agency et ont donné à Detrick une nouvelle mission.

Le premier était le procès pour trahison du primat catholique romain de Hongrie, le Cardinal Joseph Mindszenty, en 1949. Lors de ce procès, le cardinal est apparu désorienté, a parlé d’un ton monotone et a avoué des crimes qu’il n’avait manifestement pas commis. Puis, après la fin de la Guerre de Corée, il a été révélé que de nombreux prisonniers américains avaient signé des déclarations critiquant les États-Unis et, dans certains cas, confessant des crimes de guerre. La CIA a fourni la même explication pour les deux cas : le lavage de cerveau. Les communistes, a conclu la CIA, ont dû développer une drogue ou une technique qui leur a permis de contrôler les esprits humains. Aucune preuve de cela n’est jamais apparue, mais la CIA s’est laissée prendre au jeu de la fantaisie.

Au printemps 1949, l’armée a créé une petite équipe super-secrète de chimistes au Camp Detrick, appelée la Division des Opérations Spéciales. Sa mission était de trouver des utilisations militaires aux bactéries toxiques. L’utilisation coercitive des toxines était un nouveau domaine, et les chimistes de la Division des Opérations Spéciales devaient décider comment commencer leurs recherches.

Au même moment, la CIA venait de créer son propre corps de magiciens de la chimie. Les agents de la CIA en Europe et en Asie capturaient régulièrement des agents ennemis présumés et voulaient développer de nouveaux moyens pour soustraire les prisonniers à leur identité lors des interrogatoires, les inciter à révéler des secrets et même éventuellement les programmer pour qu’ils commettent des actes contre leur volonté. Allen Dulles, à la tête de la direction des opérations secrètes de la CIA et bientôt promu à la tête de l’agence, considérait son projet de contrôle des esprits – d’abord appelé Bluebird, puis Artichoke, puis MK-ULTRA – comme étant d’une importance suprême, la différence entre la survie et l’extinction des États-Unis.

En 1951, Dulles a engagé un chimiste pour concevoir et superviser une recherche systématique de la clé du contrôle de l’esprit. L’homme qu’il a choisi, Sidney Gottlieb, ne faisait pas partie de l’aristocratie à la cuillère d’argent dans laquelle la plupart des officiers de la jeune CIA ont été recrutés, c’était un Juif de 33 ans qui boitait et bégayait, issu d’une famille d’immigrants. Il méditait également, vivait dans une cabane isolée sans eau courante et se levait avant l’aube pour traire ses chèvres.

Gottlieb voulait utiliser les ressources de Detrick pour propulser son projet de contrôle de l’esprit vers de nouveaux sommets. Il a demandé à Dulles de négocier un accord qui officialiserait le lien entre l’armée et la CIA dans cette démarche. Selon un rapport ultérieur, les dispositions de l’accord prévoient que « la CIA a acquis les connaissances, les compétences et les installations de l’armée pour développer des armes biologiques adaptées à l’usage de la CIA ».

Profitant de cet arrangement, Gottlieb a créé une enclave cachée de la CIA à l’intérieur de Camp Detrick. Sa poignée de chimistes de la CIA a travaillé si étroitement avec leurs camarades de la Division des Opérations Spéciales qu’ils sont devenus une seule et même unité.

Certains scientifiques en dehors de ce groupe soudé soupçonnaient ce qui se passait. « Savez-vous ce qu’est une ‘opération indépendante standard’ ? » demanda l’un d’entre eux des années plus tard. « La CIA en menait une dans mon laboratoire. Ils testaient des produits psychochimiques et faisaient des expériences dans mes laboratoires mais ne m’en parlaient pas ».

Gottlieb a cherché sans relâche un moyen de faire exploser les esprits humains afin d’en implanter de nouveaux à leur place. Il a testé une étonnante variété de combinaisons de médicaments, souvent en conjonction avec d’autres tortures comme les électrochocs ou la privation sensorielle. Aux États-Unis, ses victimes étaient des sujets involontaires dans des prisons et des hôpitaux, notamment une prison fédérale à Atlanta et un centre de recherche sur la toxicomanie à Lexington, dans le Kentucky.

En Europe et en Asie de l’Est, des victimes de Gottlieb étaient emprisonnées dans des centres de détention secrets. L’un de ces centres, construit dans le sous-sol d’une ancienne villa de la ville allemande de Kronberg, pourrait avoir été la première prison secrète de la CIA. Pendant que les scientifiques de la CIA et leurs anciens camarades nazis étaient assis devant une cheminée de pierre pour discuter des techniques de contrôle de l’esprit, les prisonniers des cellules du sous-sol étaient préparés comme sujets d’expériences brutales et parfois fatales.

Il s’agissait des expériences les plus macabres que le gouvernement américain ait jamais menées sur des êtres humains. Dans l’une d’entre elles, sept prisonniers de Lexington, dans le Kentucky, ont reçu de multiples doses de LSD pendant 77 jours d’affilée. Dans une autre, des Nord-Coréens capturés ont reçu des médicaments dépresseurs, puis des doses de puissants stimulants et ont été exposés à une chaleur intense et à des électrochocs alors qu’ils étaient dans un état affaibli. Ces expériences ont détruit de nombreux esprits et causé un nombre inconnu de morts. Nombre des potions, pilules et aérosols administrés aux victimes ont été créés à Detrick.

L’une des victimes les plus connues des expériences MK-ULTRA était Frank Olson. Olson était un officier de la CIA qui avait passé toute sa carrière à Detrick et connaissait ses plus profonds secrets. Lorsqu’il a commencé à réfléchir à la possibilité de quitter la CIA, ses camarades ont vu une menace pour la sécurité. Gottlieb a convoqué l’équipe à une retraite et s’est arrangé pour qu’Olson soit drogué au LSD. Une semaine plus tard, Olson est mort dans un plongeon d’une fenêtre d’hôtel à New York. La CIA a appelé cela un suicide. La famille d’Olson pense qu’on l’a jeté de la fenêtre pour l’empêcher de révéler ce qui se préparait à l’intérieur de Camp Detrick.

Une décennie d’expériences intenses a appris à Gottlieb qu’il existe effectivement des moyens de détruire un esprit humain. Il n’a cependant jamais trouvé le moyen d’implanter un nouvel esprit dans le vide qui en résulte. Le Graal qu’il cherchait lui a échappé. MK-ULTRA s’est soldé par un échec au début des années 1960. « La conclusion de toutes ces activités », admit-il après coup, « était qu’il était très difficile de manipuler le comportement humain de cette façon ».

Néanmoins, Fort Detrick, tel qu’il a été rebaptisé en 1956, est resté la base d’armes chimiques de Gottlieb. Après la fin de MK-ULTRA, il l’a utilisée pour développer et stocker l’arsenal de poisons de la CIA. Dans ses congélateurs, il conservait des agents biologiques susceptibles de provoquer des maladies comme la variole, la tuberculose et l’anthrax, ainsi qu’un certain nombre de toxines organiques, notamment du venin de serpent et du poison paralysant pour crustacés. Il a développé des poisons destinés à tuer le leader cubain Fidel Castro et le leader congolais Patrice Lumumba.

Durant cette période, le profil public de Fort Detrick s’est étoffé de façon inconfortable. Personne ne savait que la CIA y fabriquait des poisons, mais son rôle en tant que principal centre de recherche du pays dans le domaine de la guerre biologique et de la lutte contre les cultures devenait évident. De la mi-1959 à la mi-1960, les manifestants se réunissaient une fois par semaine aux portes. « Aucune rationalisation de la « défense » ne peut justifier le mal de la destruction massive et des maladies », avaient-ils écrit dans une déclaration.

En 1970, le Président Richard Nixon a ordonné à toutes les agences gouvernementales de détruire leurs réserves de toxines biologiques. Les scientifiques de l’armée s’y sont conformés. Gottlieb hésitait. Il avait passé des années à rassembler cette pharmacopée mortelle et ne voulait pas la détruire. Après avoir rencontré le directeur de la CIA Richard Helms, il a reconnu à contrecœur qu’il n’avait pas le choix.

Un poison extrêmement puissant pour les mollusques, connu sous le nom de saxitoxine, a cependant échappé à la destruction. Deux bidons contenant près de 11 grammes de saxitoxine – assez pour tuer 55 000 personnes – se trouvaient dans le dépôt de Gottlieb à Fort Detrick. Avant que les techniciens de l’armée ne puissent les retirer, deux officiers de la Division des Opérations Spéciales les ont mis dans le coffre d’une voiture et les ont conduits au Bureau de Médecine et de Chirurgie de la Marine à Washington, où la CIA entretenait un petit entrepôt de produits chimiques. Un des assistants de Gottlieb a témoigné plus tard qu’il avait ordonné cette opération sans en informer son patron. Au moment où la saxitoxine a été découverte et détruite en 1975, Gottlieb avait pris sa retraite.

Gottlieb était l’Américain inconnu le plus puissant du 20e siècle – à moins que quelqu’un d’autre n’ait mené des expériences brutales sur trois continents et n’ait obtenu un permis de tuer délivré par le gouvernement américain. Detrick, sa base indispensable, contient encore des histoires inédites sur la cruauté qui a commencé là – à seulement 80 km du centre du gouvernement qui les a maintenues scellées pendant des décennies.

source : https://www.politico.com

——————————

L’histoire étonnante de Fort Detrick

par Ceng Jing.

Depuis que l’administration Trump a déclaré l’urgence nationale à la mi-mars au sujet de la propagation rapide du COVID-19, la tâche de développer un vaccin est tombée sur le principal laboratoire de recherche sur les virus de l’Armée Américaine à Fort Detrick, situé dans la banlieue du Maryland à quelque 80 km de Washington, D.C.

Au cours des dernières décennies, des recherches de pointe sur un large éventail de virus et de bactéries ont été menées à l’intérieur de ce complexe tentaculaire. Ses installations de pointe stockent également certaines des toxines les plus dangereuses connues de l’humanité, notamment le virus Ebola, l’anthrax et le coronavirus du SRAS.

L’obscure base militaire a été mise sous les feux de la rampe en 2008 après qu’un de ses scientifiques ait été soupçonné d’avoir perpétré l’attaque à l’anthrax de 2001, où plusieurs lettres contenant le germe mortel ont été envoyées aux médias et aux bureaux gouvernementaux américains.

L’année dernière, l’un des plus importants laboratoires de haute sécurité à l’intérieur du campus a été fermé par les autorités sanitaires en raison de violations de la sécurité. Outre quelques incidents ici et là, Fort Detrick semble être un lieu ordinaire pour la science médicale moderne. Mais en remontant un peu plus loin dans l’histoire, une période de l’histoire purement effrayante commence à émerger.

Après la Seconde Guerre Mondiale, Fort Detrick est devenu un site d’expériences scientifiques horribles menées dans le cadre d’une quête top-secrète de la CIA pour contrôler l’esprit humain, connue sous le nom de « Project MK Ultra ». Après plus de 20 ans, le projet s’est soldé par un échec lamentable et a entraîné un nombre inconnu de morts, dont un scientifique qui a participé au projet, et au moins des centaines de victimes américaines et canadiennes soumises à des tortures mentales et physiques. Les expériences ont non seulement violé le droit international, mais aussi la propre charte de l’agence qui interdit toute activité sur le plan national.

Le projet MK Ultra a été mis sur pied par le parrain de l’empire du renseignement américain, le directeur de la CIA Allen Dulles, dont la rhétorique toujours aussi effrénée sur la menace soviétique l’a aidé à mettre en place un appareil de sécurité nationale omnipotent qui allait définir la politique américaine. En 1953, après avoir capturé des pilotes américains qui ont admis avoir déployé de l’anthrax pendant la Guerre de Corée, Dulles a commencé à vanter les théories selon lesquelles ils avaient subi un lavage de cerveau par les Communistes de la République Populaire Démocratique de Corée de l’époque. Pour assurer la sécurité nationale, a-t-il soutenu, les États-Unis doivent concevoir leur propre programme de lavage de cerveau.

La revendication de Dulles s’est avérée n’être basée sur rien d’autre qu’une pure fantaisie de la Guerre Froide, car un rapport qu’il a commandé plus tard a rejeté les revendications de lavage de cerveau par les Communistes. Pourtant, le rusé maître espion Dulles, qui était connu pour avoir activement sauvé plusieurs hauts fonctionnaires nazis contre la volonté de son propre gouvernement, a poursuivi le programme pour une raison bien plus néfaste.

Comme l’explique David Talbot dans son livre « L’Échiquier du Diable », de nombreux espions recrutés au début de la Guerre Froide étaient des personnages sommaires et peu fiables, motivés par des vulnérabilités intérieures telles que l’avidité, la luxure ou la vengeance. Pendant ce temps, l’agence cherchait des moyens d’éliminer ces variables psychologiques en créant des machines humaines qui agiraient sur commande, même contre leur propre conscience.

Le 19 mars 2020, Andrea Luquette, scientifique de laboratoire, cultive des coronavirus pour préparer des tests au Commandement de la Recherche et du Développement Médical de l’Armée AZéricaine à Fort Detrick. /AP

En termes officiels, l’objectif principal du programme était « la recherche et le développement de matériaux chimiques, biologiques et radiologiques pouvant être utilisés dans des opérations clandestines pour contrôler le comportement humain », selon un mémo déclassifié produit par l’Inspecteur Général de la CIA. Il a rapidement pris de l’ampleur, se ramifiant en 149 sous-projets impliquant au moins 80 institutions dont des universités, des hôpitaux, des prisons et des compagnies pharmaceutiques à travers les États-Unis et le Canada.

Pour maîtriser le contrôle des esprits, un groupe de scientifiques malhonnêtes a testé librement des méthodes extrêmes sur des humains qui auraient fait atterrir n’importe qui en prison si ce n’était pas dans les paramètres de Fort Dertrick. Ces méthodes comprennent l’administration forcée de drogues psychoactives, des électrochocs forcés, des abus physiques et sexuels, ainsi qu’une myriade d’autres tortures, toutes effectuées en silence derrière les hauts murs de la « sécurité nationale ».

Dulles tenait particulièrement à savoir si des hallucinogènes comme le LSD pouvaient inciter certaines personnes à commettre « des actes de sabotage importants ou des actes de violence, notamment des meurtres », a rappelé Sidney Gottlieb, le principal expert en poisons de l’agence qui a dirigé le programme.

Des documents déclassifiés examinés par CGTN ont montré que les expériences dans le cadre du programme, allaient du bizarre aux extrêmes de la science-fiction : Des drogues qui « provoquent une confusion mentale », « procurent un maximum d’amnésie », « produisent une euphorie pure sans déception ultérieure », « abaissent l’ambition et l’efficacité générale du travail des hommes », et bien d’autres encore.

Tout au long de ses deux décennies d’existence, MK Ultra a été mené dans le plus grand secret, car l’agence s’attendait à un contrecoup politique important si le projet était porté à la connaissance du public. En fait, il était si secret que seuls quelques hauts responsables de l’agence étaient au courant de son existence.

À l’insu de la Maison Blanche et du Congrès, les habitants des quartiers oubliés des États-Unis – les prisonniers, les prostituées et les sans-abri – ont été enlevés dans les rues pour participer involontairement à la science folle de Fort Derrick : « Des gens qui ne pouvaient pas se défendre », selon les mots de Gottlieb. Cependant, le programme s’appuyait également sur des personnes qui le pouvaient, y compris des soldats américains et des patients sans méfiance qui sont tombés par inadvertance dans les hôpitaux et cliniques associés à MK Ultra à travers l’Amérique du Nord.

En juillet 1954, l’aviateur Jimmy Shaver, de la base aérienne de Lackland, a été accusé d’avoir violé et tué une fillette de trois ans à San Antonio. Tout au long de l’épisode, il était souvent dans un état d’étourdissement et de transe. Lors de son arrestation, Shaver semble également avoir perdu une grande partie de ses souvenirs, y compris ceux concernant sa femme. Quatre ans plus tard, il a été exécuté le jour de son 33e anniversaire. Ce n’est que plus tard que le public a appris que Shaver, qui n’avait pas de casier judiciaire, était l’un des cobayes utilisés par MK Ultra. Selon The Intercept, le projet de contrôle de l’esprit avait joué un rôle important dans l’envoi de Shaver à la chaise électrique.

D’autres personnes ayant survécu aux expériences brutales ont révélé les terribles conséquences du lavage de cerveau pratiqué par la CIA. Linda McDonald, 25 ans, mère de cinq jeunes enfants, a déclaré qu’elle s’était pratiquement transformée en enfant après avoir subi les fameuses expériences de la Sleep Room, dont on lui avait dit qu’elles permettraient de traiter sa schizophrénie aiguë inexistante. Pendant 86 jours, McDonald est restée dans un coma provoqué par de puissants narcotiques et des électrochocs qui lui ont fait frire le cerveau 102 fois.

L’ancien Président américain Gerald Ford présente ses excuses en 1975 à la famille de Frank Olson, qui est mort en 1953 après que la CIA lui ait administré une dose de LSD. /AP

« Il fallait que je sois aidé pour les toilettes », a déclaré McDonald. « J’étais un légume. Je n’avais pas d’identité, pas de souvenir. Je n’avais jamais existé dans le monde auparavant. Comme un bébé ».

Pourtant, parmi les 180 médecins et chercheurs qui ont participé à ces expériences illégales, peu avaient exprimé des doutes ou des remords. Le seul qui l’ait fait est mort.

Frank Olson était un biochimiste et père de trois enfants qui travaillait dans les laboratoires de guerre biologique de Fort Detrick. Il était l’un des scientifiques de MK Ultra qui voyageait régulièrement entre les « sites noirs » d’Europe pour observer différentes expériences humaines. Après une visite en 1952 au Camp King, un célèbre refuge de la CIA en Allemagne, il a été particulièrement secoué par la cruauté dont les prisonniers soviétiques étaient victimes, selon Talbot.

« Il a eu beaucoup de mal après l’Allemagne … la drogue, la torture, le lavage de cerveau », aurait déclaré l’ancien collègue d’Olson à Detrick, le chercheur Norman Cournoyer. À son retour d’Allemagne, Olson a subi une « crise morale » et était prêt à abandonner sa carrière scientifique pour devenir dentiste, selon la famille d’Olson. Pourtant, avant qu’il ne puisse changer de vie, le scientifique lui-même était devenu, sans le savoir, l’une des nombreuses victimes involontaires de MK Ultra.

Une semaine avant Thanksgiving, Olson a été invité à un week-end de retraite dans une installation isolée de la CIA à Deep Creek Lake dans le Maryland. Un soir après le dîner, Olson et d’autres scientifiques sans méfiance ont reçu des boissons contenant du LSD, après quoi il a commencé à avoir de fortes hallucinations. L’épreuve s’est terminée une semaine plus tard, lorsqu’il s’est défenestré du 10ème étage de l’hôtel Statler à Manhattan. Les responsables de la CIA ont conclu à la hâte que la mort du scientifique était un suicide. Cependant, les enfants d’Olson ont eu du mal à accepter ce « récit » et ont commencé leur propre enquête sur la fin tragique de leur père.

Après des décennies de procédures avec le gouvernement américain et l’enquête menée par Eric et Nils Olson, les fils de Frank, et après une exhumation pour autopsie, des preuves substantielles ont été mises en place pour déterminer l’éventualité du meurtre du scientifique. Après avoir examiné la dépouille d’Olson, le médecin légiste James Starrs a relevé plusieurs incohérences importantes qui contredisent le récit officiel du suicide. Bien qu’il ait atterri sur le dos, le crâne au-dessus de l’œil d’Olson s’était fissuré, ce qui suggère qu’il a reçu un coup violent à la tête avant de traverser la fenêtre.

« La mort de Frank Olson le 28 novembre 1953 est un meurtre, pas un suicide », a déclaré Eric Olson. « Ce n’est pas une histoire d’expérience sur la drogue LSD, telle qu’elle a été représentée en 1975. C’est une histoire de guerre biologique. Frank Olson n’est pas mort parce qu’il était un cobaye expérimental qui a vécu un « bad trip ». Il est mort parce qu’on craignait qu’il ne divulgue des informations concernant un programme d’interrogatoire très secret de la CIA au début des années 1950, et concernant l’utilisation d’armes biologiques par les États-Unis pendant la Guerre de Corée ».

source : https://news.cgtn.com

Traduit par Réseau International


- Source : RI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...