www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Une étude importante révèle qu’un plus grand nombre de doses de vaccins entraîne un plus grand nombre d’infections par le virus Covid

Auteur : The Daily Sceptic (Royaume Uni) | Editeur : Walt | Vendredi, 24 Mai 2024 - 11h16

Selon une étude de grande envergure, le fait d’avoir plus de doses de vaccin entraîne plus d’infections par le virus Covid.

Des chercheurs de la Cleveland Clinic, dans l’Ohio (États-Unis), ont suivi plus de 47 500 employés dans le cadre d’infections par le Covid au cours des quatre premiers mois de 2024, lorsque la lignée du virus JN.1 était dominante. Ils ont constaté que le fait d’être vacciné augmentait le risque d’infection de 46 % avec deux doses, de 95 % avec trois doses et de 151 % avec plus de trois doses, par rapport au fait de n’avoir reçu aucune ou une seule dose.

Ces résultats sont présentés dans le tableau et le graphique ci-dessous.

Ratios de risque non ajustés (à gauche) et ajustés (à droite) pour l’infection à Covid

L’étude, qui est en cours d’examen par les pairs, a confirmé les résultats d’études antérieures menées par la même équipe auprès de la même population. L’étude de 2022 a produit ce fameux graphique, qui montre le risque cumulatif lié à l’augmentation des doses. Une étude de suivi réalisée en 2023 a abouti à des résultats similaires.

Les auteurs ont été plus audacieux cette fois-ci en proposant que les vaccins eux-mêmes soient responsables de l’augmentation du risque – bien qu’ils accusent une interaction possible avec l’immunité naturelle plutôt qu’un effet direct du médicament lui-même. Ils écrivent :

"Conformément aux résultats similaires de nombreuses études antérieures, un nombre plus élevé de doses de vaccin antérieures a été associé à un risque plus élevé de COVID-19. La raison exacte de ce résultat n’est pas claire. Il est possible qu’elle soit liée au fait que l’immunité induite par le vaccin est plus faible et moins durable que l’immunité naturelle. Ainsi, bien qu’elle confère une certaine protection à court terme, la vaccination peut augmenter le risque d’infection future, car elle empêche la survenue d’un événement plus immunogène. Ainsi, la protection à court terme fournie par un vaccin contre COVID-19 s’accompagne d’un risque de susceptibilité accrue à COVID-19 à l’avenir".

Cela suppose bien sûr que les vaccins confèrent une certaine protection au départ, ce qui semble douteux au vu des éléments dont nous disposons.

Une cause plus probable serait le « péché antigénique originel », où une réponse immunitaire étroite basée sur le vaccin empêche une réponse immunitaire plus large lors de la rencontre avec le virus, ainsi que le développement d’une tolérance à l’égard de la protéine spike à la suite d’administrations répétées.

Dans l’ensemble, le modèle de l’étude a révélé un faible effet protecteur du récent rappel, de l’ordre de 23 %. Toutefois, les auteurs soulignent que ce résultat n’a été obtenu qu’en ajustant le nombre de doses de vaccin. En d’autres termes, en supposant que le nombre de vaccins ne devrait pas augmenter la sensibilité et en ajustant les résultats en conséquence, le dernier rappel semble avoir un effet protecteur. Mais si l’on ne procède pas à cet ajustement, « la formulation 2023-2024 du vaccin n’a pas conféré de protection contre le COVID-19 », affirment les auteurs.

Ils concluent qu’« une approche plus nuancée du COVID-19 est nécessaire ».

"Bien que certaines personnes présentent un risque élevé de complications liées au COVID-19 et puissent bénéficier d’une vaccination fréquente, il convient de s’interroger sur l’opportunité de vacciner tout le monde tous les quelques mois avec un vaccin peu efficace pour prévenir ce qui est généralement une infection bénigne ou asymptomatique chez la plupart des personnes en bonne santé".

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...