www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Un panel de l'ONU sur la santé trans accusé de CRONISME : 80 % des « experts » de l'OMS signalés pour conflits d'intérêts

Auteur : James Reinl | Editeur : Walt | Mardi, 06 Févr. 2024 - 17h24

Un panel de l'ONU sur la santé trans accusé de CRONISME : 80 % des « experts » de l'OMS signalés pour conflits d'intérêts – ils envisagent les profits tirés des hormones et des opérations de changement de sexe qu'ils présentent comme des normes mondiales.

 

 

 

Un panel de l'ONU établissant des normes mondiales de soins pour les adultes trans a été accusé de copinage, les quatre cinquièmes de ses membres étant signalés pour conflits d'intérêts et même pour avoir un intérêt financier dans le travail du groupe.

La LGBT Courage Coalition, un groupe de campagne basé aux États-Unis, a accusé l' Organisation mondiale de la santé (OMS) de l'ONU de nommer des experts qui sont prêts à bénéficier des lignes directrices qu'ils sont chargés de rédiger.

Plusieurs sont des professionnels de la santé dont les cabinets fournissent des hormones sexuelles croisées et d'autres soins aux personnes trans, et qui pourraient bénéficier de la généralisation de ces soins, affirme-t-on.

Jamie Reed, ancien gestionnaire de cas dans une clinique trans du Missouri qui a dénoncé le traitement accéléré des enfants vers des bloqueurs de puberté, a critiqué l'OMS pour avoir nommé des panélistes ayant un intérêt financier dans le travail.

L'Organisation mondiale de la santé de l'ONU a fait l'objet de critiques depuis qu'elle a révélé les noms des panélistes en décembre.

"De nombreuses organisations ont du mal à gérer les conflits d'intérêts intellectuels, mais un conflit d'intérêt financier se situe au niveau de la maternelle", a déclaré Reed, membre de la coalition, à DailyMail.com.

"Le fait qu'ils n'aient pas pu gérer des conflits d'intérêts financiers fondamentaux démontre qu'ils ne sont pas en mesure de gérer quelque chose d'aussi complexe qu'une directive mondiale et qu'ils doivent retourner à la planche à dessin".

Jamie Reed accuse un panel de l'OMS de copinage

Quelque 13 membres du panel ont des conflits d'intérêts « importants » et trois autres semblent compromis, a-t-elle déclaré dans un rapport .

L'OMS devrait les expulser et laisser entrer des personnes possédant un plus large éventail d'expertises, y compris dans le domaine de l'autisme, qui peut contribuer à la dysphorie de genre, ainsi que des personnes qui ont fait une transition et en viennent plus tard à le regretter, a-t-elle ajouté.

Un autre groupe, la Society for Evidence-based Gender Medicine (SEGM), a partagé cet avis, affirmant que les conflits d'intérêts pourraient « interférer » avec « la capacité des membres à évaluer de manière impartiale les preuves et à émettre des recommandations fondées sur des preuves ».

Le SEGM a déclaré que cela était probablement intentionnel : l’OMS a choisi des experts d’un côté d’un débat médical très controversé pour fournir des lignes directrices promouvant l’affirmation à la demande, les médicaments et les interventions chirurgicales pour les personnes trans.

"Le fait que ces affiliations n'aient pas été considérées comme problématiques et aient passé avec succès l'examen a envoyé un signal fort concernant l'orientation des lignes directrices", a déclaré le groupe dans un communiqué.

Une jeune femme montre les cicatrices de l'opération d'ablation du sein qu'elle a subie lorsqu'elle était adolescente et qu'elle regrette aujourd'hui profondément.

Les responsables de l'OMS n'ont pas commenté la controverse. L'agence a établi des règles contre les conflits d'intérêts « financiers » et « intellectuels » pour les rédacteurs de lignes directrices, mais il reste à déterminer si ces règles sont appliquées.

Les partisans des soins d’affirmation de genre, comme on l’appelle, affirment qu’ils peuvent sauver la vie d’un groupe enclin au suicide.

Les critiques affirment que de grands groupes médicaux ont été détournés par des idéologues trans et que certaines personnes qui s'identifient comme trans bénéficieraient davantage de conseils que d'une procédure accélérée vers des médicaments et une intervention chirurgicale.

Les cliniciens qui élaborent des lignes directrices pour des soins affirmant le genre se concentrent principalement sur l’aide aux patients et sur l’éthique médicale.

Mais les normes ont d'importantes implications financières qui influenceront les 194 pays membres de l'OMS.

Les hormones sexuelles croisées coûtent jusqu'à 2 500 dollars par an aux patients trans américains.

Un forfait chirurgical complet de changement de sexe peut facilement dépasser 100 000 $.

Rendre les soins d’affirmation de genre plus largement accessibles pourrait augmenter les bénéfices des fabricants de médicaments et des prestataires de soins de plusieurs millions, voire milliards de dollars.

Les opérations de conversion sexuelle, comme celle-ci en France, sont semées d'embûches. Un forfait complet de la tête aux pieds peut coûter plus de 100 000 $ aux États-Unis.

Les hormones sexuelles croisées peuvent coûter 150 dollars pour un an d'approvisionnement aux États-Unis, mais les types plus chers peuvent dépasser 2 500 dollars.

La coalition affirme que plusieurs panélistes de l’OMS ont tout à gagner personnellement à ce que des médicaments et des procédures coûteux soient déployés à plus grande échelle.

Parmi eux, Gale Knudson, médecin et psychiatre de Vancouver, au Canada, dont « la pratique consiste en grande partie à approuver les patients pour des soins d'affirmation de genre », a déclaré le groupe.

Walter Bockting, docteur en psychiatrie et chercheur à l'Institut psychiatrique de l'État de New York, est également compromis car «sa pratique clinique est axée sur la fourniture d'hormones d'affirmation de genre», selon le groupe.

De même, Walter Bouman de Grande-Bretagne, Elma de Vries et Chris McLachlan d'Afrique du Sud, Apako Williams d'Ouganda et Rena Janamnuaysoo de Thaïlande travaillent tous pour des cliniques qui profitent des soins de genre, affirme-t-on.

Alicia Krüger, pharmacienne de formation au Brésil, bénéficierait de la recommandation de l'OMS d'une utilisation plus large des hormones sexuelles croisées, car elle consulte le gouvernement brésilien sur cette question, affirme-t-on.

D'autres panélistes perçoivent leurs salaires auprès d'organisations qui promeuvent les soins affirmant le genre, a indiqué le groupe.

Les panélistes ne sont pas accusés d’actes répréhensibles – ils ne devraient simplement pas siéger à un organisme intergouvernemental élaborant des lignes directrices alignées sur l’un de leurs intérêts commerciaux.

Les procédures de changement de sexe sont compliquées et entraînent des taux inquiétants de douleur et d'inconfort postopératoires et à long terme.

La transcanadienne Florence Ashley a quitté le panel au milieu de révélations sur leur soutien passé à une utilisation « par défaut » des bloqueurs de puberté sur les enfants. 

DailyMail.com a contacté l'OMS pour offrir à l'agence et à ses panélistes le droit de réponse, mais n'a pas obtenu de réponse.

L'agence des Nations Unies fait l'objet de critiques depuis qu'elle a dévoilé la composition de son panel en décembre.

Le groupe est chargé d’élaborer des lignes directrices complètes sur la manière dont les systèmes de santé traitent les personnes trans dans le monde.

Ils se concentreront sur les hormones sexuelles croisées et autres traitements de changement de sexe, la formation des médecins et des infirmières, ainsi que les politiques permettant aux personnes transgenres de choisir le sexe utilisé pour les identifier dans les documents gouvernementaux.

Les critiques affirment que le groupe – composé de militants et de défenseurs des droits trans – est partial.

Une militante trans, la Canadienne Florence Ashley, tiktokeuse, s'est retirée au milieu de révélations sur son soutien passé à une utilisation « par défaut » des bloqueurs de puberté sur les enfants.

Un autre, l'activiste non binaire Cianán Russell, reste membre du panel, malgré les révélations selon lesquelles il a publié des discussions classées X depuis l'application de connexion Grindr sur les réseaux sociaux.

Qui compose le panel ?

Sur la photo : Alicia Kruger

Alicia Krüger est pharmacienne de formation en épidémiologie des maladies sexuellement transmissibles et virales. 

Elle travaille actuellement comme épidémiologiste et pharmacienne au Brésil.

Elle-même femme transgenre, Krüger a cofondé et présidé l'Association professionnelle brésilienne pour la santé transgenre (BRPATH), une filiale du WPATH.

Sur la photo : Apako Willimas

Apako Willimas est un militant pour les droits humains des personnes transgenres et de genre non conforme en Ouganda, où il a fondé le Tranz Network Uganda (TNU).

Willimas a une formation en travail social. Il est également avocat avec environ huit ans d’expérience dans la défense des personnes LGBTQ+.

Sur la photo : Ayouba El Hamri

Ayouba El Hamri est une militante trans au Maroc qui a cofondé un groupe marocain de défense des droits LGBTQ et siège au comité directeur de l'African Trans Network et du Réseau mondial des personnes vivant avec le VIH (GNP+).

Sur la photo : Chris McLachlan

Chris McLachlan, qui est née femme mais s'identifie davantage au genre masculin, est membre de la Division Sexualité et Genre de la Société Psychologique d'Afrique du Sud, où il a contribué à l'élaboration de la première et définitive ligne directrice sud-africaine sur les soins de santé affirmant le genre.

Il fait également partie de l’équipe principale qui a élaboré les lignes directrices de pratique pour les professionnels en psychologie travaillant avec des personnes de diverses sexualités et genres.

Sur la photo : Cianán Russell

Cianán Russell est chimiste de formation, défenseur des politiques et des droits des trans au sein du groupe de réflexion ILGA-Europe basé en Belgique.

Il a débuté comme militant LGBTQ+ aux États-Unis dans les années 1990 et a depuis travaillé dans des groupes de défense des droits des transgenres en Asie et en Europe.

Russel est également directeur du Trans Survivors Network, une organisation internationale à but non lucratif qui se concentre sur la recherche, le plaidoyer et la sensibilisation à la prise en charge des personnes trans exposées à la violence sexuelle, aux agressions sexuelles et au viol.

Sur la photo : Elma de Vries

Elma de Vries est médecin de famille et militante pour les besoins de santé de la communauté trans d'Afrique du Sud. Elle travaille à la faculté de médecine de l'université Nelson Mandela.

Elle est également membre fondatrice de la Professional Association for Transgender Health South Africa (PATHSA).

Sur la photo : Erika Castellanos

Erika Castellanos est une femme trans et militante du Belize qui vit désormais aux Pays-Bas.

Elle a suivi un programme de certificat pour mener des recherches sur les problèmes de santé LGBTQ+ et a fondé le premier réseau de personnes vivant avec le VIH au Belize comme elle.

Castellanos dirige actuellement le travail de GATE visant à renforcer le mouvement pour les droits des trans en matière de soins de santé.

Sur la photo : Eszter Kismödi

Eszter Kismödi est une avocate internationale spécialisée dans les droits humains et la santé sexuelle et reproductive. Elle dirige le groupe Sexual and Reproductive Health Matters, qui supervise une revue universitaire qui publie un large éventail de recherches sur la santé sexuelle et les droits de genre.

Kismödi travaille également depuis longtemps avec des organisations mondiales de santé, notamment l'OMS et l'Association mondiale pour la santé sexuelle, en tant que conseiller en matière de droits humains.

Sur la photo : Felisbela de Oliveira Gaspar

Felisbela de Oliveira Gaspar est conseillère en politique de genre auprès du ministre de la Santé du Mozambique, où elle forme les agents de santé à la prise en compte du genre dans leur travail de traitement des patients.

Depuis 2016, elle conseille également le bureau de l'OMS à Genève sur le développement de stratégies d'utilisation de la médecine traditionnelle et alternative dans un large éventail de contextes, et pas seulement dans le traitement de la dysphorie de genre.

Florence Ashley est une femme trans et professeure de droit au Canada spécialisée en éthique médicale. 

Ils sont les auteurs d'un livre intitulé Gender/Fucking : The Pleasures and Politics of Living in a Gendered Body, ainsi que de rapports condamnant le recours continu à des thérapies de conversion nocives pour inverser l'homosexualité d'une personne.

Sur la photo : Gale Knudson

Gale Knudson est médecin et psychiatre à Vancouver, au Canada, qui a participé à plusieurs panels visant à élaborer des lignes directrices en matière de soins de santé pour les transgenres, notamment le panel Soutenir la sexualité à travers le spectre de genre de l'Association américaine des éducateurs, conseillers et thérapeutes en sexualité.

Elle est co-auteur de plusieurs versions des normes de soins WPATH et codirige le Global Education Institute et est une ancienne présidente de WPATH et de l'Association professionnelle canadienne pour la santé des transgenres (CPATH).

Sur la photo : Phan Thi Thu Huong

Phan Thi Thu Huong est médecin spécialisé dans la prévention et le contrôle des maladies sexuellement transmissibles et infectieuses et directrice générale de l'Administration vietnamienne de lutte contre le VIH/SIDA.

Elle a également été coordinatrice vietnamienne de l'Agence française de recherche sur le sida et les hépatites virales et professeur de santé à l'Université de médecine de Hanoï.

Sur la photo : Rena Janamnuaysook

Rena Janamnuaysook est responsable du programme de science de la mise en œuvre à l'Institut de recherche et d'innovation sur le VIH (IHRI) à Bangkok, en Thaïlande. Là, elle a créé la Clinique de santé communautaire Tangerine, la première clinique de santé dirigée par des transgenres dans la région.

Janamnuaysook est membre du programme CHIMERA D43 des National Institutes of Health qui a constitué une équipe de chercheurs du Cambodge, de Malaisie, des Philippines et de Thaïlande pour mener des études de conception abordant le lien entre les diagnostics de VIH et la maladie mentale.

Sur la photo : Saima Paracha

Saima Paracha, l'une des deux pédiatres du panel, travaille au sein du programme national de lutte contre le sida du Pakistan, en mettant l'accent sur le VIH et les infections qui l'accompagnent souvent, telles que l'hépatite virale et les MST.

Une grande partie de son travail, principalement au Pakistan, s'est concentrée sur l'amélioration des diagnostics du VIH/SIDA et sur la formation d'autres agents de santé au VIH et à la tuberculose.

Sur la photo : Sanjay Sharma

Sanjay Sharma, qui est également pédiatre de formation, a été le directeur fondateur et PDG de l'Association pour la santé des transgenres en Inde.

En tant que conseillère auprès du Transgender Empowerment Board de Delhi, le Dr Sharma a contribué à formuler des protections juridiques étendues pour les personnes trans contre la discrimination en Inde.

Sur la photo : Shobini Rajan

Shobini Rajan est médecin et directeur général adjoint de l'Organisation nationale de lutte contre le sida. 

Elle a dirigé le programme de santé des transgenres en Inde et a joué un rôle déterminant dans la rédaction du « Livre blanc du gouvernement indien sur les services complets liés à la santé pour la santé des transgenres ».

Teddy Cook travaille sur des projets politiques et de plaidoyer et est directeur de la santé communautaire chez ACON, une organisation leader de défense de la santé contre le VIH et les LGBTQ+ basée en Australie. 

Il fait partie d'un large éventail de groupes consultatifs sur les droits des trans, notamment la plus grande enquête australienne sur la santé et le bien-être des LGBTIQ, appelée Expert Advisory Group and Gender Advisory Board.

Sur la photo : Walter Bockting

Walter Bockting est docteur en psychiatrie et chercheur à l'Institut psychiatrique de l'État de New York, responsable du domaine du genre, de la sexualité et de la santé. 

Il a été président du WPATH et est le chercheur principal de trois études sur le sujet financées par le National Institute of Health, dont une portant sur la qualité de vie des personnes trans et non binaires après une chirurgie d'affirmation de genre.

Sur la photo : Walter Bouman

Walter Bouman est médecin et spécialiste de la santé trans au Royaume-Uni.

Il se spécialise dans la prescription, le dosage et le suivi des traitements aux hormones de transition, en fournissant des références pour des chirurgies de transition et d'autres interventions médicales telles que l'épilation et l'orthophonie, et en fournissant un soutien psychologique aux personnes trans.

Le Dr Bouman est le membre fondateur de l'Association professionnelle européenne pour la santé des transgenres (EPATH) et de la British Association of Gender Identity Specialists (BAGIS).

Sur la photo : Yanyan Araña

Yanyan Araña est une femme trans et militante aux Philippines. 

Elle est gestionnaire de programme d'une organisation appelée LoveYourself Inc. qui fournit des services, des recherches et des événements en matière de santé sexuelle et de transition de genre à la communauté trans de là-bas.

Sur la photo : Zakaria Nasser

Zakaria Nasser est un militant basé au Liban et était membre du groupe clandestin de défense des droits LGBTQ+ Meem. 

Il a depuis fondé le groupe Qorras, qui collecte et diffuse des rapports sur les droits civiques et les politiques dans une perspective féministe et queer.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...