www.zejournal.mobi
Mercredi, 19 Juin 2024

Le voyage de Modi à Jakarta est un événement géopolitique

Auteur : M.K. Bhadrakumar | Editeur : Walt | Jeudi, 14 Sept. 2023 - 20h01

La visite d’une journée du Premier ministre Narendra Modi à Jakarta pour le sommet ASEAN-Inde jeudi, alors que le compte à rebours a déjà commencé pour le sommet du G20 qu’il accueille à New Delhi, est un signe de la réponse de la diplomatie indienne à un environnement géopolitique asiatique en pleine transformation.

La décision de Modi témoigne de la très grande importance que Delhi accorde à ses relations avec la région de l’ASEAN, qui est en proie à une nouvelle guerre froide rampante comme elle n’en a jamais connu depuis la fin de la guerre du Viêt Nam, il y a cinquante ans.

Lors du sommet de l’ASEAN, Modi a déclaré que l’Inde considérait le groupe comme un pilier central de sa politique de l’Acte oriental. Selon lui, “l’Inde soutient la perspective de l’ANASE sur l’Indo-Pacifique. Alors que notre partenariat entre dans sa quatrième décennie, l’ASEAN occupe une place prépondérante dans l’initiative indo-pacifique indienne“. Il a fait l’éloge de l’ASEAN en tant qu’épicentre de la croissance, jouant un rôle crucial dans le développement mondial.

La portée des remarques de Modi ne peut être comprise que si elles sont replacées dans le contexte immédiat des remarques préliminaires formulées plus tôt dans la journée de mardi par le président indonésien Joko Widodo, qui a appelé l’ASEAN à concevoir “une stratégie tactique à long terme qui soit pertinente et réponde aux attentes de la population” (souligné par l’auteur).

Jokowi, comme on appelle affectueusement cet homme d’État charismatique, a mis en garde contre le risque de voir l’ASEAN entraînée dans une rivalité entre grandes puissances, déclarant : “L’ASEAN s’est mis d’accord pour ne pas être le proxy de quelque puissance que ce soit. Ne transformez pas notre navire en une arène de rivalité destructrice“.

Jokowi a ajouté : “En tant que dirigeants, nous avons fait en sorte que ce navire continue à avancer et à naviguer, et nous devons en devenir le capitaine pour parvenir ensemble à la paix, à la stabilité et à la prospérité.”

L’exhortation de Jokowi s’inscrit dans un contexte complexe. Tout d’abord, elle intervient en aval d’un plaidoyer passionné du plus haut diplomate chinois, Wang Yi, adressé à un auditoire à Jakarta samedi dernier, selon lequel les pays d’Asie du Sud-Est doivent éviter de suivre les traces de l’Ukraine et se garder d’être utilisés comme des pions géopolitiques par des forces étrangères qui sèment la discorde dans la région à leur propre profit.

Cette pantomime géopolitique est essentiellement liée à la pression croissante exercée par les États-Unis sur l’Indonésie pour que cette dernière se rallie à la stratégie indo-pacifique de l’administration Biden. Washington est impatient de “verrouiller” l’Indonésie, la plus grande nation musulmane du monde et une puissance asiatique, dans le cadre d’un bloc dirigé par les États-Unis contre la Chine.

L’Indonésie s’est sentie obligée de retirer sa demande d’adhésion aux BRICS afin d’avoir plus de temps pour réfléchir. Jokowi devait initialement participer au sommet des BRICS à Johannesburg du 22 au 24 août.

Le président Joe Biden n’a pas participé au sommet de l’ASEAN à Jakarta et quittera le G20 de Delhi pour se rendre au Viêt Nam le 10 septembre. Dans un commentaire nuancé, Voice of America, le porte-drapeau de la diplomatie publique américaine, a posé dimanche une énigme alléchante intitulée “Pourquoi Joe Biden va-t-il au Viêt Nam et pas en Indonésie“, différenciant le Viêt Nam de l’Indonésie à travers le prisme des intérêts américains :

Le Viêt Nam est un partenaire précieux pour les États-Unis qui développent des liens en Asie du Sud-Est… Le Viêt Nam est maintenant prêt à accroître ses relations avec les États-Unis après 10 ans de partenariat global. L’une des raisons pour lesquelles le Viêt Nam pourrait maintenant être prêt à accroître ses relations avec les États-Unis est l’activité de la Chine en mer de Chine méridionale… Le Viêt Nam veut protéger ses droits en mer de Chine méridionale en établissant des partenariats qui renforcent sa position. Au début du mois [septembre], Biden a déclaré que le Viêt Nam “veut des relations parce qu’il veut que la Chine sache qu’il n’est pas seul“.

Les États-Unis ont soutenu la sécurité maritime du Viêt Nam par le passé… Un partenariat accru aiderait le Viêt Nam à développer son industrie technologique. Cela comprendrait la production de semi-conducteurs et le développement de l’intelligence artificielle. Ces deux domaines sont en concurrence entre les États-Unis et la Chine.”

En ce qui concerne l’Indonésie, VOA cite l’avis d’experts pour souligner que “parmi les Asiatiques du Sud-Est, les États-Unis sont plus populaires que la Chine et cette popularité a augmenté par rapport à l’année précédente. Cependant, les Indonésiens semblent être des exceptions. Le pourcentage d’Indonésiens choisissant les États-Unis a chuté de 18 points de pourcentage entre 2021 et 2023. Ceux qui choisissent la Chine ont augmenté d’environ le même nombre de points de pourcentage au cours de la même période… Trouver un équilibre entre les États-Unis et la Chine est le “plus grand devoir” de l’Indonésie. L’un des moyens pour l’Indonésie de trouver un équilibre est de se tourner vers les États-Unis pour qu’ils lui fournissent des armes“. (souligné dans le texte original).

Attirer l’attention de partenaires réticents ou sceptiques en simulant des attitudes est un vieux truc dans la boîte à outils diplomatique des États-Unis. C’est ainsi que Washington a profité de son statut de pays hôte pour exploiter la récente visite du ministre indonésien de la défense, Prabowo Subianto, afin d’avancer des affirmations farfelues dans un faux communiqué de presse conjoint publié sur le site web du Pentagone.

Ce communiqué affirmait notamment que Prabowo et le secrétaire Austin “partageaient le même point de vue” concernant les “revendications maritimes expansives” de la Chine en mer de Chine méridionale, “condamnaient conjointement les violations de la souveraineté nationale” et “déploraient dans les termes les plus forts l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine et exigeaient son retrait complet et inconditionnel du territoire de l’Ukraine“.

Mais Jakarta ne s’est pas laissé abuser. Le ministre de la défense, M. Prabowo, a publiquement insisté plus tard, par l’intermédiaire de l’agence de presse nationale Antara, sur le fait qu’”il n’y a pas eu de déclaration commune [avec Austin], ni de conférence de presse“. Prabowo était en fait en visite de travail à Washington !

Prabowo a déclaré : “Ce qui est important, c’est que je peux souligner ici que nous (l’Indonésie) avons de très bonnes relations avec la Chine. Nous construisons un respect et une compréhension mutuels. C’est ce que j’ai fait savoir aux États-Unis. Nous sommes des amis proches de la Chine, nous respectons l’Amérique et nous recherchons l’amitié avec la Russie. La position de l’Indonésie est claire : nous ne sommes pas alignés. Nous nous lions d’amitié avec tous les pays.”

Le ministre a ensuite annoncé son intention de se rendre à Moscou et à Pékin cette année. “Je me rendrai à Moscou et j’ai également été invité à me rendre à Pékin en octobre. Insya Allah (si Dieu le veut), j’ai été invité. Nous voulons nous lier d’amitié avec tous les pays. Si possible, nous pouvons devenir un pont pour tous“.

Cette ligne de conduite a été confirmée par le président Widodo lui-même lors du sommet de l’ASEAN qui s’est tenu mardi à Jakarta. L’ensemble de l’alliance de l’ASEAN “s’est mis d’accord pour ne pas devenir le proxy d’une quelconque puissance“, a déclaré Jokowi. Il a affirmé que l’ASEAN coopère avec tous les pays pour la paix et la prospérité, mais que personne n’est autorisé à faire de l’alliance “une arène de rivalité destructrice“. Et Jakarta insiste sur sa neutralité.

En d’autres termes, la visite de Modi à Jakarta peut être considérée comme un événement géopolitique. Selon toute vraisemblance, il s’agit d’une démarche intentionnelle de la part de Delhi. Après tout, Modi a également été l’un des premiers dirigeants asiatiques à féliciter chaleureusement le nouveau premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, le 5 septembre, après qu’il a prêté serment devant le roi Maha Vajiralongkorn, marquant ainsi une nouvelle défaite spectaculaire d’une autre révolution de couleur parrainée par l’Occident en Asie, après les troubles survenus à Hong Kong il y a trois ans.

Si la Chine a agi avec une “puissance coercitive intelligente” pour surmonter la tempête, l’establishment thaïlandais s’est appuyé sur cette “puissance coercitive intelligente“, – peut-être avec le soutien de Pékin en coulisses – pour marginaliser les manifestants qui bénéficiaient d’un soutien anglo-américain et souhaitaient le renversement de l’ancienne monarchie thaïlandaise dans cette nation profondément religieuse et imposer le républicanisme comme idéologie d’État sous la direction d’un magnat formé à Harvard et introduit dernièrement dans la politique thaïlandaise comme une figure culte par les médias sociaux – ce qui rappelle Mikhail Saakashvili lors de la “révolution des roses” en Géorgie en 2008.

La stabilisation de la politique thaïlandaise profite à l’Inde. L’Inde, la Thaïlande et la Chine sont plus ou moins sur la même longueur d’onde en tant que parties prenantes dans la situation du Myanmar. La visite de Modi à Jakarta (tout comme l’invitation faite au Bangladesh en tant qu’invité spécial au sommet du G20) témoigne d’une politique étrangère indépendante. La politique de l’Acte oriental s’adapte à l’environnement régional asiatique.

Photo d'illustration: Le Premier ministre Narendra Modi (5e en partant de la gauche) et les dirigeants de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, Jakarta, 7 septembre 2023

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...