www.zejournal.mobi
Mercredi, 19 Juin 2024

Personne ne touchera Poutine s'il vient en Afrique du Sud pour le sommet des BRICS, déclare Julius Malema

Auteur : Jonisayi Maromo | Editeur : Walt | Jeudi, 30 Mars 2023 - 18h34

Le chef de l'EFF, Julius Malema, a déclaré que personne ne bloquerait ni n'arrêterait le président russe Vladimir Poutine s'il se rendait en Afrique du Sud plus tard cette année pour le sommet prévu des BRICS.

La Cour pénale internationale (CPI), dont l'Afrique du Sud est signataire, a émis un mandat d'arrêt contre Poutine pour avoir prétendument commis des crimes de guerre lors de l'invasion russe de l'Ukraine.

Vidéo en anglais:

« Poutine est le bienvenu ici, et personne ne va arrêter Poutine. Si besoin est, nous allons chercher Poutine à l'aéroport, l'amener à sa réunion où il s'adressera et terminera ses réunions, et nous le ramènerons à l'aéroport », a déclaré Malema aux journalistes à Joburg.

« Nous n'allons pas nous faire dire par ces hypocrites de la Cour pénale internationale qui connaissent les vrais violateurs des droits de l'homme, les assassins de ce monde.

"L'ancien Premier ministre (d'Angleterre) Tony Blair a admis qu'il avait fait une horrible erreur en ce qui concerne Saddam Hussein - ils n'ont pas été inculpés aujourd'hui. Bush est toujours là, et ils n'ont pas été inculpés. Barack Obama a tué (Mouammar) Kadhafi, et il ne s'est rien passé.

Il a dit que la Libye a été détruite et est incapable de récupérer "à cause de l'Amérique".

« Nous savons très bien que là où l'Otan s'implique, ce sont des terroristes. Nous savons très bien que lorsque les États-Unis diront que nous allons installer la paix, il n'y aura plus de paix tant que l'Amérique visitera cet endroit. Nous ne voulons pas que l'hypocrisie de la CPI s'applique ici dans notre pays », a déclaré Malema.

« Le président Poutine est le bienvenu ; nous connaissons nos amis, nous connaissons les personnes qui nous ont libérés, nous connaissons les personnes qui nous ont soutenus. À Cuito Cuanavale (une ville d'Angola), les armes qui y ont été utilisées et qui ont conduit à la libération de l'Afrique du Sud provenaient de Russie.

"La Russie nous a fourni des armes à Cuito Cuanavale et Cuba nous a fourni des soldats - le MK (uMkhonto we Sizwe) était ivre", a-t-il ajouté.

Independent Media a rapporté plus tôt cette semaine que l'Afrique du Sud a déclaré qu'elle restait en contact avec toutes les principales parties prenantes du conflit Ukraine-Russie après que la CPI a émis un mandat d'arrêt contre Poutine avant le sommet des BRICS prévu pour l'Afrique du Sud en août.

Le porte-parole du président Cyril Ramaphosa, Vincent Magwenya, a déclaré que, tout en notant le mandat délivré par la CPI, le pays a soutenu que le conflit en Ukraine peut être résolu par des moyens pacifiques.

Magwenya a déclaré qu'entre maintenant et le sommet, il serait en contact avec toutes les principales parties prenantes.

« En ce qui concerne la CPI, nous notons le rapport sur le mandat d'arrêt que la CPI a émis contre le président Poutine. Il reste l'engagement de l'Afrique du Sud et un désir très fort que le conflit en Ukraine soit résolu pacifiquement par des négociations.

« En tant que gouvernement, nous sommes conscients de notre obligation légale. Cependant, d'ici au sommet, nous resterons engagés avec les parties prenantes concernées en ce qui concerne le sommet et d'autres questions liées », a déclaré Magwenya.

L'Afrique du Sud a été prise dans une situation similaire en 2015 lorsqu'elle n'a pas arrêté l'ancien président soudanais Omar el-Béchir alors qu'il participait au sommet de l'Union africaine à Johannesburg.

Les partis politiques sont allés en justice pour contester le gouvernement pour ne pas avoir arrêté Al-Bashir, qui a ensuite été renversé dans son pays.

Poutine devrait assister au sommet des BRICS avec Ramaphosa, le président Xi Jinping de Chine, le président Lula da Silva du Brésil et le Premier ministre indien Narendra Modi.

Xi a rencontré Poutine cette semaine lors de la première visite du dirigeant chinois à Moscou depuis l'invasion de l'Ukraine.

D'autre part, l'AD a déclaré que Ramaphosa ne devrait pas permettre à Poutine d'assister au sommet des BRICS, à moins qu'il n'ait l'intention d'arrêter le dirigeant russe au moment où il mettra le pied sur le sol sud-africain.

"La DA appelle le président Cyril Ramaphosa à donner la priorité à la réputation et au bien-être du pays par rapport à ceux du président russe Vladimir Poutine et à s'assurer qu'il ne figure pas parmi les dirigeants qui participeront au sommet des BRICS en Afrique du Sud en août", a déclaré un membre de la DA. Parlement Darren Bergman.

"L'émission par la CPI d'un mandat d'arrêt contre Poutine pour crimes de guerre présumés devrait servir d'avertissement final à l'ANC que si le parti au pouvoir peut faire la lumière sur l'invasion d'un pays voisin, la communauté internationale ne le fait pas."

L'ANC au pouvoir a refusé de se prononcer sur la question de savoir si le gouvernement sud-africain agirait conformément à la directive de la CPI d'arrêter Poutine s'il mettait les pieds dans le pays.

Le secrétaire général de l'ANC, Fikile Mbalula, a déclaré qu'ils souhaitaient toujours une solution pacifique au conflit entre l'Ukraine et la Russie.

Photo d'illustration: Julius Malema, dirigeant des Combattants de la liberté économique (EFF)


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...