www.zejournal.mobi
Lundi, 25 Sept. 2023

Les anomalies menstruelles qui durent des mois après l’injection de COVID-19 sont « très préoccupantes » : Médecin

Auteur : The Epoch Times (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Lundi, 17 Oct. 2022 - 17h32

Les données recueillies auprès du système israélien de notification des effets indésirables, qui montrent que certaines femmes ont connu des troubles menstruels pendant plus de 12 mois après avoir reçu un vaccin COVID-19, suscitent des inquiétudes, selon le Dr Shelly Cole, gynécologue-obstétricienne au Texas.

« L’examen des données israéliennes est très préoccupant », a déclaré Cole à The Epoch Times.

Sur les 282 femmes israéliennes qui ont signalé une anomalie menstruelle après la vaccination par le COVID-19, 88 rapports contenaient des informations sur la durée de l’anomalie. Et sur ces 88 rapports, 83 ont révélé que les problèmes menstruels avaient duré plus d’une semaine. Les problèmes de certaines femmes n’étaient toujours pas résolus.

Tous les rapports, sauf un, émanaient d’adultes. L’unique rapport d’enfant décrivait un trouble qui durait entre un et six mois.

Sur les 82 autres rapports, 11 ont indiqué que leur trouble avait duré entre une semaine et un mois, 42 que leur trouble avait duré entre un et six mois, 22 qu’ils avaient souffert pendant six à douze mois, et sept que leur trouble avait duré plus de douze mois.

Les rapports provenaient de femmes ayant reçu un vaccin Pfizer ou Moderna COVID-19. Les rapports ont été soumis entre décembre 2021 et mai 2022. Ils ont été examinés lors d’une réunion secrète au cours de l’été.

Les experts de la santé affirment que le nombre réel de cas de menstruations est bien plus élevé que ce qui est déclaré au système et à d’autres systèmes similaires. De nombreuses femmes ont pu penser que leur état n’était pas lié au vaccin, ne connaissaient pas le système de déclaration ou n’ont pas été encouragées par leur médecin à faire une déclaration.

Mme Cole a déclaré qu’elle n’était pas surprise que des femmes se plaignent de menstruations irrégulières, y compris de saignements anormaux après une vaccination. Elle a constaté ce phénomène « tout au long de la pandémie » dans sa clinique et en a discuté avec d’autres médecins.

Elle a cependant été choquée d’apprendre que le ministère israélien de la santé présentait un risque d’anomalie menstruelle inférieur à ce que les rapports d’événements indésirables indiquaient dans un rapport public (pdf) publié en août, deux mois après la réunion à huis clos.

Le ministère de la Santé a utilisé le nombre total de doses de vaccin administrées depuis l’autorisation des vaccins – plus de 18 millions – comme dénominateur pour calculer le risque d’effets indésirables. Les vaccins ont été autorisés fin 2020, mais le nouveau système de déclaration n’a été lancé qu’en décembre 2021.

« Ils ont pris les 18 mois de doses du vaccin Pfizer et ils n’ont examiné les effets secondaires que pendant six mois », a déclaré Cole. « Alors comment cela peut-il être valide, même de loin ? »

Cela a minimisé les risques calculés des effets indésirables signalés, notamment les anomalies menstruelles. Et ils ont inclus les doses administrées aux hommes dans le calcul des risques malgré le fait que les hommes n’ont pas de menstruations.

« Ils ont minimisé l’irrégularité menstruelle en mettant en œuvre les hommes dans les données », a déclaré Cole.

Le ministère de la Santé n’a pas répondu à la demande de commentaires de The Epoch Times.

« Les phénomènes signalés sont des phénomènes connus dans la littérature professionnelle et ont également été trouvés dans les rapports précédents du ministère de la Santé, et il n’y a pas eu d’observation d’une augmentation d’un nouveau phénomène (nouveau signal) », a déclaré le ministère dans le rapport. Cette déclaration était fausse, selon la présentation faite lors de la réunion secrète.

Présentation

Le ministère de la Santé a chargé un groupe de chercheurs d’analyser les rapports d’événements indésirables soumis à son nouveau système de déclaration après une vaccination entre décembre 2021 et mai 2022. Les chercheurs ont constaté que la durée de certains événements, notamment les troubles menstruels, n’étaient pas de courte durée ou légers comme le prétendent les autorités sanitaires.

Les chercheurs ont également déclaré que les responsables de Pfizer les ont informés que l’entreprise n’avait pas connaissance de symptômes à long terme.

Pfizer n’a pas répondu à plusieurs courriels demandant des commentaires.

Sasha Zhurat, le principal intervenant à l’époque, a déclaré que bon nombre des plaintes relatives à des anomalies menstruelles ont duré plusieurs mois et non les quelques jours mentionnés dans la brochure distribuée aux personnes vaccinées.

« Mais par rapport à la brochure où il est dit que les symptômes disparaissent au bout de quelques jours, nous avons vu qu’il y avait de nombreux rapports, et que seuls 5 % avaient des symptômes qui duraient entre deux semaines et un mois, tous les autres étaient beaucoup plus longs », a déclaré Zhurat.

Elle a ajouté que « sur 90 % des rapports dans lesquels apparaît une sorte de sujet sur la durée et les changements à long terme », 60 % ont fait état d’un changement durant trois mois.

Chez 10 % de ces femmes, Zhurat a indiqué qu’elles ont connu le même problème de menstruation après l’administration de doses supplémentaires du vaccin, un phénomène connu sous le nom de rechallenge.

La rechallenge est un facteur permettant d’établir la causalité entre un vaccin et un événement indésirable lorsque la réadministration du même vaccin provoque la réapparition d’un effet secondaire qui avait disparu.

Certains effets secondaires sont officiellement reconnus par les fabricants de vaccins et les autorités sanitaires, comme l’inflammation cardiaque. Mais les chercheurs ont découvert que certains autres étaient également causés par le vaccin.

La réunion a été enregistrée à l’insu des participants et communiquée à la journaliste israélienne Yaffa Shir-Raz, qui a révélé l’affaire en août. The Epoch Times a examiné l’intégralité de l’enregistrement.

Certaines des conclusions, y compris la constatation d’une rechute, ont été omises du rapport public du ministère de la Santé.

Études

Après le lancement des vaccins à ARN messager COVID-19, de nombreuses femmes dans le monde ont également commencé à signaler des changements dans leurs menstruations.

Une étude a révélé que les vaccins étaient liés à une augmentation des saignements menstruels chez environ 39 000 femmes ayant répondu à une enquête lancée en avril 2021. L’étude a été publiée dans Science Advances en juillet 2022.

« Dans cet échantillon, 42 % des personnes ayant des cycles menstruels réguliers ont saigné plus abondamment que d’habitude, tandis que 44 % n’ont signalé aucun changement après avoir été vaccinées », ont écrit les auteurs. « Parmi les personnes interrogées qui n’ont généralement pas de règles, 71 % des personnes sous contraceptifs réversibles à action prolongée, 39 % des personnes sous hormones d’affirmation du genre et 66 % des personnes ménopausées ont signalé des saignements abondants ».

Une autre étude publiée dans le British Medical Journal le 27 septembre a révélé que la vaccination peut prolonger le cycle menstruel des femmes. Les chercheurs ont déclaré que les femmes qui ont reçu l’une des injections de COVID-19 ont connu une augmentation de 0,71 jour de leurs règles après la première dose, et une augmentation de 3,91 jours de la durée du cycle chez celles qui ont reçu deux doses.

Les auteurs ont appelé à d’autres études sur les changements post-vaccinaux du cycle menstruel des femmes et à déterminer les causes de ces changements.

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...