www.zejournal.mobi
Mercredi, 28 Sept. 2022

Le NHS révèle dans une enquête sur la liberté d’information que les appels d’ambulance pour des maladies cardiaques ont presque doublé depuis le début de la vaccination Covid-19 dans tous les groupes d’âge

Auteur : The Exposé (Royaume-Uni) | Editeur : Walt | Vendredi, 10 Juin 2022 - 16h07

Le National Health Service a confirmé, en réponse à une demande de liberté d’information, que les appels d’ambulance liés à des soins immédiats requis pour une affection débilitante affectant le cœur ont presque doublé sur l’ensemble de l’année 2021 et sont encore en augmentation en 2022. Mais les chiffres publiés les plus inquiétants montrent qu’ils ont également doublé chez les personnes de moins de 30 ans.

Le 25 avril 2022, Duncan Husband a envoyé une demande d’accès à la liberté d’information (FOI) au West Midlands Ambulance Service University NHS Foundation trust, demandant de connaître les éléments suivants :

Pouvez-vous me dire, en vertu de la loi sur la liberté d’information,

Le nombre d’appels de patients souffrant de problèmes cardiaques par an, entre le 1er janvier 2017 et aujourd’hui ?
Le nombre d’appels pour des patients victimes d’accidents vasculaires cérébraux par an, entre le 1er janvier 2017 et aujourd’hui ?
Si possible, pouvez-vous également me donner le nombre total de patients ci-dessus qui avaient moins de 30 ans ?
Pouvez-vous me donner les statistiques mensuelles pour chaque année, s’il vous plaît ? ».

Le NHS a répondu le 18 mai avec une feuille de calcul contenant les informations demandées.

Le tableau suivant est celui fourni par le NHS pour le nombre total d’appels d’ambulance pour des problèmes cardiaques par mois et par an -.

Le graphique suivant a permis de visualiser les données du tableau ci-dessus.

Le tableau suivant est celui fourni par le NHS pour le nombre d’appels d’ambulance pour des problèmes cardiaques chez les personnes de moins de 30 ans, par mois et par année -.

Le graphique suivant a permis de visualiser les données du tableau ci-dessus.

Comme le montrent les deux graphiques ci-dessus, le nombre d’appels d’ambulance pour des affections graves est globalement plus élevé depuis janvier 2021 et augmente de mois en mois. Ce n’est qu’en avril 2021 que nous avons constaté une augmentation significative chez les personnes âgées de moins de 30 ans, et cette augmentation s’est poursuivie de mois en mois depuis lors.

Le graphique suivant montre le nombre total d’appels par année, pour tous et pour les personnes âgées de 0 à 29 ans.

Le nombre moyen d’appels annuels entre 2017 et 2020 s’élève à 24 463. Cela signifie que le nombre d’appels a augmenté de 48 % en 2021. Le nombre moyen d’appels annuels chez les moins de 30 ans entre 2017 et 2020 s’élève à 3 940. Cela signifie que le nombre d’appels a augmenté de 82 % en 2021.

Le graphique suivant montre le nombre moyen mensuel d’appels d’ambulance pour des problèmes cardiaques par année.

Une augmentation significative a été enregistrée en 2021 dans tous les groupes d’âge, et malheureusement, les choses ont encore empiré au cours des premiers mois de 2022.

La question est de savoir pourquoi

Nous n’avons vraiment pas besoin de chercher plus loin que le nombre de cas de myocardite causés par la vaccination Covid-19. La myocardite est une affection qui provoque une inflammation du muscle cardiaque et réduit la capacité du cœur à pomper le sang et peut provoquer des rythmes cardiaques rapides ou anormaux.

La myocardite finit par affaiblir le cœur, de sorte que le reste de l’organisme ne reçoit pas suffisamment de sang. Des caillots peuvent alors se former dans le cœur, entraînant un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Parmi les autres complications de cette maladie, citons la mort cardiaque subite. Il n’existe pas de version bénigne de la myocardite, elle est extrêmement grave en raison du fait que le muscle cardiaque est incapable de se régénérer. Par conséquent, une fois que le mal est fait, il est impossible de revenir en arrière.

Le tableau suivant présente les rapports de myocardite transmis au Vaccine Adverse Event Reporting System des Centers for Disease Control des États-Unis, par année.

Les lésions cardiaques sont omniprésentes dans la population vaccinée, et les dommages sont diagnostiqués de multiples façons. Les taux d’insuffisance cardiaque aiguë sont maintenant 475 fois supérieurs au taux normal de base dans le VAERS. Les taux de tachycardie sont 7 973 fois supérieurs au taux de base. Le taux d’infarctus aigu du myocarde est 412 fois supérieur au taux de base. Les taux d’hémorragie interne, de thrombose des artères périphériques et d’occlusion des artères coronaires sont tous plus de 300 fois supérieurs au taux de base.

Les personnes entièrement vaccinées souffrent comme jamais auparavant.

La vaccination contre le virus Covid-19 était censée alléger la pression sur le NHS, et non l’augmenter.

Traduit par Anguille sous roche

***

La campagne de vaccination contre le Covid en Nouvelle-Zélande tourne au drame, des médecins tirent la sonnette d’alarme dans une lettre ouverte

Ce sont principalement des jeunes, voire des enfants, qui sont morts de façon soudaine et inattendue, souvent à la suite de caillots sanguins dans le cerveau ou le cœur. L’organisation non gouvernementale « New Zealand Doctors Speaking Out With Science » qualifie la situation de « crise humanitaire ».

RIO DE JANEIRO, BRESIL – La campagne de vaccination en Nouvelle-Zélande est en train de tourner au drame. Le nombre de décès et de blessures consécutifs à l’administration des vaccins Covid-19 est choquant. La situation devient tellement incontrôlable que des médecins néo-zélandais ont rédigé une lettre ouverte demandant aux autorités d’enquêter sur les décès survenus après la vaccination. Les médecins se sont regroupés sous le nom de NZDSOS, abréviation de New Zealand Doctors Speaking Out With Science.

Ils écrivent qu’un nombre choquant de décès et de blessures sont survenus après la vaccination Covid. En outre, les médecins affirment que certains systèmes ont été désactivés pour dissimuler l’étendue des dégâts.

Des enfants et des jeunes gens meurent et souffrent. De nombreuses personnes âgées en bonne santé sont également décédées. On nous ment, affirme le groupe. Le Health Forum New Zealand recense tous les décès et blessures survenus après une vaccination.

La base de données de l’organisation comprend environ 500 décès. Dans leur lettre ouverte, les médecins de NZDSOS donnent les noms (fictifs) d’environ un tiers des victimes. Les noms réels sont connus de la police.

Il s’agit principalement de jeunes gens, voire d’enfants, qui sont morts de façon soudaine et inattendue, souvent à la suite de caillots sanguins dans le cerveau ou le cœur. NZDSOS appelle cela une « crise humanitaire ». « Pour l’amour de Dieu, faisons en sorte que nos députés et la police mettent fin à tout cela maintenant ! »

Eddie (13 ans) de Wellington est mort dans son sommeil quelques jours après la vaccination, Joanna (15 ans) s’est effondrée dans sa salle de bain et est morte sur le chemin de l’hôpital, Timothy (33 ans) est mort d’une crise cardiaque deux jours après la vaccination, Annabelle (38 ans) est morte en septembre 2021 deux heures après sa deuxième vaccination.

L’hôpital a confirmé qu’elle était morte à cause de la vaccination, mais a obligé sa famille à signer un vœu de silence.

Maggie (47 ans) est tombée malade après avoir reçu le vaccin de rappel, que le coroner a déclaré qu’elle n’aurait pas dû recevoir du tout car elle était immunodéprimée. Mark (52 ans) est mort subitement dans son sommeil après sa deuxième injection.

Alyss (31 ans) a été incitée par son médecin de famille à recevoir l’injection, mais elle a souffert d’une hémorragie cérébrale dix jours plus tard et est décédée. Le bodybuilder Alex (25 ans) est mort dans son sommeil après avoir reçu sa première vaccination.

Satya, de Manurewa, est morte dans son sommeil après avoir reçu le vaccin. Ana (43 ans), également de Manurewa, est morte dans son sommeil peu après avoir reçu son rappel. Lefty (23 ans) a subi une attaque mortelle dans son sommeil après avoir reçu son deuxième vaccin.

Timothy, un sexagénaire en bonne santé, est mort d’une crise cardiaque trois heures après sa première injection. Et il y a des centaines d’autres cas de ce genre.

La lettre ouverte peut être lue ici.

Source : The Rio Times – Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé