www.zejournal.mobi
Jeudi, 08 Déc. 2022

La défenestration du Dr Robert Malone

Auteur : The Epoch Times (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Vendredi, 07 Janv. 2022 - 17h45

Le Dr Robert Malone est un virologue et immunologiste américain qui a consacré son existence professionnelle au développement de vaccins à ARNm.

Dans les années 1980, Malone a travaillé comme chercheur au Salk Institute for Biological Studies, où il a mené des études sur la technologie de l’acide ribonucléique messager (ARNm). Au début des années 1990, Malone a collaboré avec Jon A. Wolff et Dennis A. Carson, deux éminents scientifiques, sur une étude qui impliquait la synthèse.

En fait, Malone est le père des vaccins à ARNm. Il a été professeur associé auxiliaire de biotechnologie à l’université d’État de Kennesaw, et il a cofondé Atheric Pharmaceutical, une société qui a été engagée par l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine en 2016.

Comme vous pouvez le constater, Malone n’est pas un homme ordinaire. En fait, c’est un homme plutôt extraordinaire. Avant de se lancer dans une brillante carrière scientifique, Malone a travaillé comme charpentier et comme ouvrier agricole. Devenir médecin était une noble aspiration, mais à force de travail et de détermination, son rêve est devenu réalité. En l’espace de trois décennies, Malone s’est imposé comme l’une des personnes les plus compétentes dans les domaines de la virologie et de l’immunologie.

Pourquoi, alors, est-il considéré comme un « paria » (selon ses propres termes) par tant de ses pairs ? Pourquoi Twitter a-t-il récemment suspendu son compte ?

M. Malone est sans doute la personne la plus qualifiée au monde pour parler de ce que nous, en tant que société, devrions faire et ne pas faire pendant la pandémie. Pourtant, pour des raisons qui vont devenir très claires, il se retrouve ostracisé, largement réduit au silence et coupé de la communauté scientifique. Pourquoi ?

Deux mois avant la suspension de son compte Twitter, Malone a écrit un message plutôt prophétique sur Twitter :

« Je vais parler franchement », a-t-il écrit.

« Les médecins qui s’expriment sont activement traqués par les conseils médicaux et la presse. Ils essaient de nous délégitimer et de nous éliminer les uns après les autres ».

Il a terminé en prévenant qu’il ne s’agit « pas d’une théorie du complot » mais « d’un fait ». Il nous a exhorté à nous « réveiller ».

Malheureusement, beaucoup d’entre nous sont encore endormis.

Lors de mes recherches pour cet article, il m’a semblé évident que Malone a été réduit au silence, non pas parce qu’il est un charlatan qui raconte n’importe quoi, mais parce qu’il a contesté – et conteste toujours – le récit général sur les vaccins et la létalité du COVID-19.

M. Malone a récemment été interviewé par Joe Rogan. Pour les non-initiés, Rogan est l’hôte de l’un des podcasts les plus influents au monde. À un moment de l’entretien de trois heures, Malone a appelé le Dr Anthony Fauci Tony Fauci, un homme qu’il connaît personnellement. En d’autres termes, Malone sait où sont cachés tous les squelettes. Il en va de même pour le Dr Peter McCullough, un autre expert de renommée mondiale qui est apparu sur le podcast de Rogan.

Avant d’écrire cet article, j’ai consulté à la fois Malone et McCullough.

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, s’exprime lors d’une réunion d’information à la Maison Blanche, le 1er décembre 2021. (Susan Walsh/AP Photo)

Au cours des 18 derniers mois, M. Malone a été dépeint comme une sorte de scientifique marginal antivax, un homme au mérite douteux qui débite des absurdités.

Eh bien, ce n’est pas le cas. Il se trouve que Malone est vacciné. Tout ce qu’il a jamais demandé, c’est d’avoir la possibilité d’avoir des discussions franches et honnêtes sur les vaccins.

Selon ses propres termes, les vaccins ont « sauvé des vies. De nombreuses vies ».

« Mais il est également de plus en plus clair que certains risques sont associés à ces vaccins », a déclaré M. Malone. « Divers gouvernements ont tenté de nier que c’est le cas. Mais ils ont tort. La coagulation associée à la vaccination est un risque. La cardiotoxicité est un risque. Ces risques sont prouvés et discutés dans les communications officielles du gouvernement américain, ainsi que dans les communications de divers autres gouvernements. »

Malone n’est pas un théoricien fou du complot : C’est un homme qui connaît parfaitement les avantages et les risques des vaccins. C’est un partisan du consentement éclairé. Avant de laisser quelqu’un injecter un vaccin dans votre corps, vous devriez peut-être être pleinement informé des risques encourus, dit-il. Ce n’est pas un homme déraisonnable.

Néanmoins, à l’ère de la fausse indignation et des histoires inventées, la société a besoin d’un bouc émissaire, d’un homme de confiance, d’un agneau sacrifié. Malone fait l’affaire. Il en sait trop. Il est beaucoup plus facile de discréditer un médecin décoré qui remet en question le récit général que de débattre avec lui.

Zéro degré de séparation

L’histoire va plus loin. En 2019, la BBC a créé la Trusted News Initiative (TNI), un partenariat qui comprend désormais des organisations telles que Facebook, Twitter, Reuters et le Washington Post. On nous dit qu’il a été créé pour s’attaquer à la « désinformation en temps réel ». La TNI a été ostensiblement conçue pour mener une guerre contre les « fake news ».

Mais en y regardant de plus près, il semble avoir été conçu pour promouvoir des récits très spécifiques et faire taire toute voix dissidente, comme celle de Malone. Au lieu de faire confiance au TNI, nous devrions nous interroger sur les motivations de ses membres.

Après tout, le Washington Post a récemment publié un article demandant aux gens d’arrêter de critiquer le président Joe Biden. Le message est clair : arrêtez d’être méchant avec le président, même si le président est méchant avec vous (à plus d’une occasion).

Ensuite, il y a James C. Smith, président de la Fondation Thomson Reuters. Il siège au conseil d’administration de Pfizer, une société responsable de la création de vaccins à l’efficacité douteuse et qui a l’habitude de manipuler les données. En bref, Pfizer est une entreprise à la réputation douteuse. Néanmoins, le directeur général de Pfizer, Albert Bourla, a récemment été nommé PDG de l’année par CNN. Faites-en ce que vous voulez.

Lorsque l’on pense à la TNI (et aux médias grand public en général), plusieurs termes viennent instantanément à l’esprit. « Objectivité » n’en fait pas partie. En revanche, « hautement compromis » et « conflit d’intérêts » viennent à l’esprit.

En parlant d’objectivité, ou de son absence, en août 2021, The Atlantic a publié un article très cité sur Malone, qui contenait beaucoup d’accusations, mais peu de preuves réelles. Il attaquait son caractère et sa crédibilité – à plusieurs reprises. Fait plutôt intriguant, l’article, comme tous les articles relatifs au COVID-19 de The Atlantic, a été financé par la Chan Zuckerberg Initiative et la Robert Wood Johnson Foundation.

La première est une organisation créée et détenue par le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et son épouse, Priscilla Chan. La Fondation Robert Wood Johnson détient des actions de Johnson & Johnson, une société dont le vaccin a été associé au développement de caillots sanguins, ce contre quoi Malone nous met en garde depuis près de deux ans.

Les gens pourraient se moquer. Mais contrairement à la croyance populaire, la démocratie ne meurt pas dans l’obscurité. Elle meurt en plein jour. Sa mort est lente et prolongée, une mort par mille coups plutôt que par un seul coup de couteau fatal.

Comme l’a écrit l’auteur Steve Levitsky, les démocraties ne meurent pas souvent des mains de généraux militaires, « mais de dirigeants élus – présidents ou premiers ministres – qui renversent le processus même qui les a portés au pouvoir ».

« L’une des grandes ironies de la façon dont les démocraties meurent est que la défense même de la démocratie sert souvent de prétexte à sa subversion », a-t-il écrit. « Les autocrates en puissance utilisent souvent les crises économiques, les catastrophes naturelles, et surtout les menaces sécuritaires – guerres, insurrections armées ou attaques terroristes – pour justifier des mesures antidémocratiques ».

Appliquez ces lignes à la pandémie, et les mots de Levitsky ont plus de poids que jamais.

Aux États-Unis, il ne faut pas remettre en question l’efficacité des masques, les vaccins pour enfants, la logique (ou l’absence de logique) des confinements, ou la nature inconstitutionnelle des obligations en matière de vaccins. Et qu’en est-il de la petite question des décès causés par les vaccins ? Ne posez aucune question.

Mais attendez, si la science ne peut pas être remise en question, cela n’en fait-il pas de la propagande ? Taisez-vous maintenant. N’aimez-vous pas l’Amérique ? Ne voulez-vous pas que les gens vivent, plutôt que de mourir ? Alors fermez-la et faites le vaccin, puis le rappel, puis le rappel-rappel. Nous, les arbitres de la vérité, savons ce qui est le mieux pour vous. Il est quelque peu ironique de constater que ces arbitres de la vérité autoproclamés ne manquent pas de mensonges.

Faut-il s’étonner, dès lors, que de plus en plus d’Américains continuent de perdre confiance dans les grands médias et le gouvernement ? Et pourtant, nous sommes là, à nous faire traiter avec condescendance par des gens comme Don Lemon de CNN et Nicolle Wallace de MSNBC. Pire encore, nous sommes censés recevoir des ordres de Fauci, un homme qui est censé représenter la science, mais qui fait tout son possible pour dénigrer les scientifiques. Pourquoi un homme de science attaquerait-il la chose même qu’il est censé représenter ?

Photo d’archives d’icônes de plateformes de médias sociaux dans un appareil mobile. (Pixabay/Pexels)

Selon de nombreux rapports, Fauci a trompé à plusieurs reprises le peuple américain. Il est important de se rappeler que Fauci est, avant tout, une tête parlante du gouvernement américain. En réalité, c’est un politicien avec un diplôme de médecine.

Pour citer l’auteur Gillian Flynn, l’auteur de « Gone Girl » : « La vérité est malléable ; il suffit de choisir le bon expert. »

Qui de mieux que Fauci, une personne hautement qualifiée qui a son propre fan club ? Mais ne vous laissez pas berner. Fauci peut agir comme s’il n’avait de comptes à rendre à personne, mais c’est faux. Il répond au gouvernement américain. A qui, alors, le gouvernement répond-il ? Big Pharma, il semble.

En 2019, l’Institut Roosevelt a publié un rapport fascinant, « Le coût de la corruption : Comment l’industrie pharmaceutique a corrompu les décideurs et nui aux patients. » Le rapport décrit les nombreuses façons dont l’industrie pharmaceutique a façonné les politiques par la capture des entreprises. Il s’agit d’un phénomène qui voit des industries privées utiliser leur importante influence financière et politique pour manipuler l’appareil décisionnel d’un État. Le rapport met en garde contre les dangers du lobbying et d’une recherche médicale profondément défectueuse.

Nous assistons à la convergence de Big Pharma, les Big Tech et Big Government. Appelons cela la trinité impie, avec les grandes entreprises technologiques aux ordres des grands gouvernements et les grands gouvernements aux ordres des grandes entreprises pharmaceutiques.

Il est intéressant, mais pas surprenant, que YouTube ait supprimé les épisodes de Joe Rogan avec Robert Malone et Peter McCullough. Pourquoi ? Parce qu’en matière de virus et de vaccins, ces derniers comptent parmi les experts les plus remarquables et les plus accomplis au monde. Ils semblent savoir des choses que le gouvernement ne veut pas que nous sachions. De plus, Google, le propriétaire de YouTube, semble être étroitement lié au gouvernement américain.

Nous nous retrouvons avec l’équivalent d’une dictature numérique, où même les personnes les plus qualifiées sont réduites au silence, ostracisées et, dans certains cas, défenestrées. Robert Malone est un homme sage, un homme honnête et un homme hautement crédible. Le chagrin qu’il a subi – et qu’il subit encore aujourd’hui – est injustifié. Mais comme il ne le sait que trop bien, c’est le prix à payer pour défier la trinité impie.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de The Epoch Times.

Photo d'illustration: Le Dr Robert Malone (à gauche) s’exprime lors du Sommet mondial Covid à Nashville, Tennessee, le 18 décembre 2021. (Avec l’aimable autorisation du Global Covid Summit/Screenshot via NTD)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé