www.zejournal.mobi
Samedi, 28 Nov. 2020

Des fonctionnaires de l’ONU citent une étude qui révèle que les fermetures d’écoles tuent plus d’enfants que le COVID

Auteur : Jade | Editeur : Walt | Vendredi, 31 Juill. 2020 - 14h41

Des fonctionnaires de l’ONU ont cité une étude qui révèle que les fermetures d’écoles font plus de mal aux enfants que le coronavirus lui-même, et que l’on s’attend à ce que la réaction à l’épidémie, plutôt que la pandémie elle-même, soit à l’origine de davantage de décès.

Dans une présentation visant à obtenir des fonds supplémentaires pour les efforts de lutte contre les coronavirus, la directrice de l’UNICEF Henrietta H Fore a déclaré lundi : « Les répercussions de la pandémie font plus de mal aux enfants que la maladie elle-même ».

Le chef du programme nutritionnel de l’UNICEF, Victor Aguayo, a noté que le plus grand mal est fait « en ayant des écoles fermées, en ayant des services de soins de santé primaires perturbés, en ayant des programmes nutritionnels dysfonctionnels ».

Les fonctionnaires ont fait référence à une étude publiée dans The Lancet qui note que « la distanciation sociale, les fermetures d’écoles, les restrictions commerciales et le confinement des pays » aggravent la malnutrition globale des enfants.

L’étude estime que 6,7 millions d’enfants supplémentaires seront à risque, et que les fermetures d’écoles et autres réactions aux coronavirus pourraient entraîner plus de 10 000 décès d’enfants supplémentaires chaque mois.

Les responsables de l’UNICEF ont noté que cela signifierait 128.000 décès supplémentaires parmi les enfants au cours de l’année prochaine.

L’étude est conforme aux recherches de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), basé à Washington, et de l’École de santé publique Johns Hopkins Bloomberg.

Elle conclut que les stratégies de fermeture pourraient entraîner « des impacts tout au long de la vie sur l’éducation, les risques de maladies chroniques et la formation globale du capital humain », en plus des « conséquences intergénérationnelles sur la croissance et le développement des enfants ».

Les estimations sont « probablement prudentes, étant donné que la durée de cette crise est inconnue et que ses impacts sur les systèmes d’alimentation, de santé et de protection sociale ne sont pas encore pleinement pris en compte ».

L’étude s’inscrit dans la lignée d’autres recherches qui ont conclu que les confinements « détruiront au moins sept fois plus d’années de vie humaine » qu’ils n’en sauveront.

Un document non officiel allemand a conclu que l’impact de la fermeture du pays pourrait finir par tuer plus de personnes que le coronavirus, car les victimes d’autres maladies graves ne reçoivent pas de traitement.

Comme nous l’avons déjà souligné, au Royaume-Uni, il y a déjà eu jusqu’à 10 000 décès supplémentaires dus au fait que des personnes gravement malades ont évité les hôpitaux à cause du COVID-19 ou que leurs traitements hospitaliers n’ont pas été annulés.

Un consortium d’analystes de données en Afrique du Sud a également constaté que les conséquences économiques du confinement du pays entraîneront 29 fois plus de décès que le coronavirus lui-même.

Des centaines de médecins s’opposent également aux mesures de confinement, avertissant qu’elles entraîneront plus de décès que le coronavirus lui-même.

Alors que les mondialistes ont insisté sur la nécessité de poursuivre les mesures de confinement, les experts médicaux et économiques de plusieurs pays mettent en garde contre le fait que les pertes de vies humaines seront bien plus importantes que celles causées directement par le virus lui-même, si les mesures de confinement ne sont pas supprimées.


- Source : Aube Digitale

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé