www.zejournal.mobi
Vendredi, 27 Nov. 2020

Article 49-3 sur les retraites : François Asselineau demande à l’opposition de lancer la destitution de Macron

Auteur : UPR | Editeur : Walt | Lundi, 02 Mars 2020 - 16h05

François Asselineau demande aux partis se réclamant de l’opposition parlementaire de lancer la destitution de Macron, en réponse à l’emploi de l’article 49-3 de la Constitution par le gouvernement pour imposer, sans vote, sans délai et sans débat approfondi, la « réforme » – comprendre le saccage – des retraites que la grande majorité des Français refuse.

Il faut viser Macron et l’UE, pas Édouard Philippe qui n’est qu’un lampiste

Les énièmes motions de censure que les partis d’opposition – LFI, le PS, le PCF, le RN et LR – comptent déposer ou soutenir n’ont évidemment aucune chance d’aboutir et seront balayées en quelques minutes à l’Assemblée nationale.

Surtout, en focalisant l’attention sur Édouard Philippe et le gouvernement, « l’opposition » dédouane Macron de ses responsabilités et le protège de facto.

Quant au rôle déterminant de l’Union européenne, qui est la véritable commanditaire de la réforme des retraites par le biais des « Grandes orientations des politiques économiques », il n’en est jamais question dans les discours de M. Mélenchon, de M. Faure, de M. Roussel, de Mme Le Pen ou de M. Jacob.

C’est le non-dit fondamental de cette réforme que les Français n’ont jamais demandée, que plus personne ne comprend et qui est socialement injuste, financièrement infondée et politiquement déraisonnable.

Le summum d’hypocrisie atteint par LR

Le summum du spectacle d’hypocrisie offert par « l’opposition » est atteint par LR qui a annoncé déposer une motion de censure contre le gouvernement Philippe, tout en ayant noué « en même temps » des dizaines d’alliances avec LREM à l’occasion des élections municipales à venir.

L’exécutif et les partis dits « d’opposition » semblent s’être accordés pour prendre grossièrement les Français pour des imbéciles.

Or les Français, vexés, s’en rendent compte de plus en plus.

Les avantages politiques essentiels du lancement de la procédure de destitution

Bien différente d’une banale motion de censure est la procédure de destitution de Macron, qui peut être enclenchée par seulement 58 députés ou 35 sénateurs en application de l’article 68 de la Constitution, et qui permettra :

- de faire connaître aux Français et au monde les violations multiples de notre loi fondamentale auxquelles Macron, et plus largement l’exécutif, se livrent sans vergogne,

- d’obliger la macronie, ainsi mise en accusation, de s’expliquer sur ces violations,

- d’installer durablement un débat dans l’opinion sur l’inaptitude de Macron à exercer sa fonction de Président de la République,

- d’ouvrir la voie à la satisfaction de l’une des revendications fondamentales des « Gilets jaunes » qui est le départ de Macron,

- de mettre un coup d’arrêt à la désinvolture, désormais évidente aux yeux des Français, avec laquelle leur Constitution est traitée par la classe politique française, et en particulier par le Président de la République, garant en théorie de nos institutions.

Voici 14 mois que l49-3 sur la réforme des retraites : réaction de François Asselineau, et que nous sommes en train de mettre à jour avec 2 nouvelles violations flagrantes intervenues entretemps :

- la cession d’un morceau de territoire français à Andorre sans l’accord des populations concernées, en violation de l’article 53 de la Constitution,

- la présence au gouvernement de Jean-Paul Delevoye qui détenait, « en même temps », des mandats dans des structures extérieures, et bénéficiait d’une rémunération privée, se cumulant avec sa rémunération ministérielle, en violation de l’article 23 de la Constitution.

Conclusion : la déchéance de l’opposition d’opérette

Si l’abaissement constant des droits du Parlement et les entorses graves à notre Constitution commises par l’exécutif ne conduisent pas LFI, le PS, le PCF, le RN et LR à lancer la destitution de Macron, alors ces partis politiques achèveront de montrer aux Français qu’ils ne sont rien d’autre qu’une opposition d’opérette, sous contrôle, dépourvue de tout crédit, de tout courage et de tout projet alternatif pour la France.

49-3 sur la réforme des retraites : réaction de François Asselineau:


- Source : UPR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé