www.zejournal.mobi
Mardi, 23 Juill. 2019

Macron, ce grand complotiste

Auteur : Georges Gourdin | Editeur : Walt | Jeudi, 27 Juin 2019 - 09h29

Macron ne peut pas comprendre avec son prisme idéologique que les Gilets Jaunes soient un mouvement populaire. Cela lui est impossible.

Lors de la traditionnelle allocution de fin d’année, il déclarait le 31 décembre 2018 : « Que certains prennent pour prétexte de parler au nom du peuple (…) et n’étant en fait que les porte-voix d’une foule haineuse, s’en prennent aux élus, aux forces de l’ordre, aux journalistes, aux juifs, aux étrangers, aux homosexuels, c’est tout simplement la négation de la France ». Autrement dit, pour celui qui est sensé être le président de tous les Français :

Gilets Jaunes = fascistes, antisémites, xénophobes, homophobes.

Le Président décida alors d’une répression farouche contre ce mouvement de contestation,

  • répression policière sans précédent au point de déclencher un malaise profond dans les forces de l’ordre (suicides, désobéissance)

  • répression judiciaire massive :

Selon le magazine Basta ! du 3 avril 2019 :

Les condamnations à la prison ferme ou avec sursis recensées par Basta ! montrent l’ampleur du volet judiciaire dans la répression du mouvement des gilets jaunes. Des comparutions immédiates très nombreuses, des dossiers vite ficelés, des condamnations parfois sans preuve concrète des faits reprochés, ou simplement pour avoir eu la volonté de participer à une manifestation.

Des Gilets Jaunes jugés en grande partie en comparution immédiate, des peines allant d’un mois de prison avec sursis à plus de trois ans de prison, des jets de projectiles majoritaires parmi les motifs des condamnations : les chiffres que nous avons publiés donnent une idée du traitement judiciaire du mouvement des gilets jaunes, qui représente un nombre considérable de procédures : 2000 participants au mouvement des gilets jaunes ont été condamnés entre mi-novembre et fin mars, 1800 autres personnes sont en attente d’être jugées, selon le ministère de la Justice.

  • répression médiatique : la presse subventionnée n’a eu de cesse de diaboliser les Gilets Jaunes fauteurs de troubles et fossoyeurs inconséquents de l’économie du pays. Dans cette dans la meute médiatique, citons L’Express du 9 décembre 2018 : « Gilets jaunes : une “catastrophe” pour l’économie ». Les débats avec des Gilets Jaunes sont souvent pipés de sorte à discréditer le mouvement.

Les rouages de connivence se sont enclenchés avec des licenciements dans plusieurs entreprises au prétexte que les salariés étaient des Gilets Jaunes : Amazon licencie des salariés qui ont affiché leur soutien aux blocages des « Gilets Jaunes ».

Notre Président est dépassé par la nature et l’ampleur du mouvement qui ne lâche rien.

Pour lui, ce n’est pas possible que ces Français qui ne sont rien puisqu’ils n’ont pas réussi comme ses amis, puissent avoir une conscience politique. Ainsi Macron ne comprend pas que Christophe Dettinger, le champion de boxe qui a secouru une femme battue à terre par un gendarme, soit capable de s’exprimer avec intelligence et pondération : « Pour Emmanuel Macron, Christophe Dettinger “n’a pas les mots d’un gitan”. » Dès février 2019 Macron s’agace de la trop grande complaisance — selon lui — des médais à l’égard des Gilets Jaunes : « Drouet, c’est un produit médiatique, un produit des réseaux sociaux […] Les différentes strates de Gilets jaunes, la déconstruction de ce qu’est le mouvement, de ses influences, la déconstruction de ses influences extérieures, ça, on l’a très peu entendu. Il y a eu une forme aussi de légitimation accélérée de ce qu’a été ce mouvement qui est un problème. » Macron sait de quoi il parle, lui qui a été entièrement fabriqué par les médias.
Notre Président répète que les Gilets Jaunes, qu’il prend pour des cons, sont forcément « conseillés de l’étranger ». Comment expliquer que des personnes qui n’ont pas fait Sciences Po soient capables de tenir un discours politique qui a du sens ? Pour Macron, Président de tous les Français, c’est IMPOSSIBLE. Sans le dire explicitement, pour Macron, c’est la Russie qui attise le mouvement des Gilets Jaunes.

Le mouvement qu’il croyait avoir maté, perdure. C’en est trop pour notre Président.

Macron persiste dans son analyse du complot fomenté de l’étranger.

Récemment interviewé par le magazine américain, The New Yorker, le Président français affirme que considérer les Gilets Jaunes comme de simples manifestants, est du « pure bullshit » (mot à mot « pure crotte de taureau », disons : « pure connerie »).

La France est donc dans le collimateur de comploteurs étrangers (comprenez russes) qui interviennent dans notre politique nationale de diverses manières : en diffusant des infox dans leurs médias de propagande, en manipulant les Gilets Jaunes qui sans cela ne seraient que des imbéciles. Du reste le secrétaire d’État Cédric O considère qu’il existe en France un « risque monstrueux » que les médias russes aient pour dessein de « porter au pouvoir en France tel ou tel parti politique ».

Le Pouvoir en France nous montre qu’il est adepte de la théorie du complot.


- Source : Nice Provence Info

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...