www.zejournal.mobi
Mardi, 17 Juill. 2018

L’Asie répond à la guerre commerciale de Trump en formant le plus grand bloc économique du monde

Auteur : | Editeur : Walt | Mercredi, 11 Juill. 2018 - 12h12

Le Partenariat économique régional global (PERG, RCEP) est en train de devenir le plus grand bloc économique du monde en termes de population. Les politiques protectionnistes de l’administration Trump ont incité les pays d’Asie-Pacifique à s’associer et à former un front uni.

Les guerres tarifaires de Donald Trump ont donné un élan au Partenariat économique régional global (PERG, RCEP), un bloc économique de 16 pays de l’Asie et du Pacifique qui comprend trois des quatre pays les plus peuplés du monde ainsi que deux de ses trois plus grandes économies.

Le 1er juillet 2018, le sommet du RCEP à Tokyo a réuni des ministres du commerce et des fonctionnaires de 16 pays de la région. S’adressant à la réunion, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a appelé les participants à « créer un marché libre, équitable et fondé sur des règles dans la région » pour contrer les nouvelles politiques commerciales affirmées des États-Unis d’Amérique.

« Alors que nous sommes confrontés à la montée du protectionnisme dans le monde, nous tous en Asie devons-nous unir, et notre avenir dépend de savoir si nous pouvons continuer à hisser notre principe phare du commerce libre et équitable », a déclaré Abe, comme cité par South China Morning Post.

S’adressant à Sputnik Chine, Jia Pujing, de l’Université populaire de Chine, a noté que « de nombreux pays sont maintenant déterminés à protéger le système commercial multilatéral … en raison des provocations commerciales de Trump à l’échelle mondiale ».

La pression exercée par Washington a poussé le bloc ASEAN de 10 pays ainsi que l’Australie, la Chine, l’Inde, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud à mettre en veilleuse leurs anciennes disputes et à conclure rapidement l’accord RCEP.

Selon The Nikkei, les participants au sommet ont convenu de «concentrer les efforts en vue d’atteindre un ensemble de résultats de fin d’année». Le média a précisé que les négociateurs devaient se réunir à la mi-juillet en Thaïlande pour envisager l’élimination des tarifs et l’établissement de règles pour le libre-échange dans la région. Ils devraient se rencontrer à nouveau en août à Singapour pour se préparer à une réunion finale en novembre.

Le bloc a toutes les chances de devenir la première association économique mondiale. Selon la Banque mondiale, le PIB total des participants est passé de 21 900 milliards à 25 500 milliards de dollars entre 2012 et 2017. Leur part dans le PIB mondial est passée de 29,3 à 31,6% au cours de la même période. En outre, la population de l’Union s’élève à 3,5 milliards de personnes, soit 47,5% de la population mondiale.

Le PERG qui est apparu comme une alternative viable au Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) d’Obama, qui a été arraché par Trump en 2017, pourrait aider les pays asiatiques à surmonter leurs contradictions internes et à résoudre d’anciens conflits, selon l’analyste politique indien Mohan Guruswamy.

« Si la Chine commence à investir dans le secteur manufacturier indien, cela créera des dizaines de milliers d’emplois et de nouvelles opportunités pour les exportations indiennes, ce qui finira par résoudre le stupide conflit territorial », a déclaré le Dr Guruswamy.

Cependant, la nouvelle association ne devrait pas perturber les liens commerciaux des pays avec les Etats-Unis d’Amérique qui restent pour la plupart d’entre eux, notamment le Japon, la Chine et la Corée du Sud, un partenaire commercial important. Néanmoins, la création d’une nouvelle zone économique libre en Asie affectera la stratégie commerciale de Washington. Les sanctions des Etats-Unis d’Amérique imposées à certains États membres de l’Union deviendront tout simplement insignifiantes en raison des règles de réexportation dans la zone économique libre.

D’un autre côté, il est hautement improbable que Washington introduise des sanctions collectives contre tous les participants au RCEP, ce qui signifierait rien de moins que le «suicide économique».

La Russie émerge comme fournisseur d’énergie en Asie

Pour sa part, la Russie pourrait bénéficier substantiellement de l’approvisionnement en énergie de la nouvelle association. Moscou continue de renforcer sa coopération énergétique avec les deux grandes puissances de l’alliance émergente – la Chine et l’Inde.

Le 21 mai 2014, Gazprom et la compagnie pétrolière et gazière publique chinoise CNPC ont signé un accord de 30 ans prévoyant la fourniture annuelle de 38 milliards de mètres cubes de gaz naturel à la Chine via la route Power of Siberia.

Le 8 juin 2018, Alexey Miller, Président du Comité de Direction de Gazprom, a rencontré Wang Yilin, Président du Conseil d’Administration de CNPC et a confirmé que le projet se déroulait comme prévu.

Pendant ce temps, la Russie a lancé ses livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) en Inde. Conformément à l’accord russo-indien, Gazprom devrait fournir environ 25 milliards de dollars de GNL sur la durée du contrat de 20 ans. Il est probable que les autres partenaires asiatiques de la Chine et de l’Inde feront de même.

Traduction : MIRASTNEWS

Photo d'illustration: © Sputnik / Iliya Pitalev


- Source : Sputnik (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...