www.zejournal.mobi
Dimanche, 24 Juin 2018

Le mot clé du show Trump-Kim

Auteur : Pepe Escobar | Editeur : Walt | Jeudi, 14 Juin 2018 - 15h17

L’émission de télé-réalité géopolitique Trump-Kim – surréaliste pour certains – a fait une entrée sans précédent dans les annales de la diplomatie internationale. Il sera difficile de surpasser le président américain en train de sortir un iPad et de montrer à Kim Jong-un la bande annonce ringarde d’un film d’action de série B des années 1980 – avec un Sylvester Stallone en cameo, faisant des deux leaders des héros destinés à sauver les 7 milliards de personnes de la planète.

Loin de la télévision, l’ancien « Rocket Man », devenu respectueusement dans la terminologie de Trump « Président Kim », a fait un formidable coup en effaçant complètement du texte final de la déclaration commune de Singapour le terrible acronyme CVID – ou « complete, verifiable, irreversible denuclearization” (dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible).

Tout au long des négociations préalables au sommet, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a toujours insisté sur une stratégie « action pour action » aboutissant à la dénucléarisation, puisque Pyongyang aura une compensation à chaque étape au lieu d’attendre une dénucléarisation complète pour être admissible à des avantages économiques, ce qui aurait pu durer plus d’une décennie.

La déclaration conjointe de Singapour consacre exactement ce que le partenariat stratégique Russie-Chine, formalisé lors du récent sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), suggérait depuis le début : un double gel.

La RPDC suspend tous les nouveaux essais nucléaires et de missiles pendant que les États-Unis et la Corée du Sud arrêtent les « jeux de guerre » (selon la terminologie de Trump).

Cette séquence logique de la feuille de route sino-russe est basée sur ce que le président sud-coréen Moon Jae-in a convenu avec Kim Jong-un lors du sommet inter-coréen en avril dernier. Et cela rejoint ce dont la Corée du Nord, la Corée du Sud et la Russie avaient déjà discuté lors du sommet de l’Extrême-Orient à Vladivostok en septembre dernier, comme l’a rapporté Asia Times c’est à dire l’intégration économique entre la Russie et les deux Corées, y compris la connectivité cruciale d’un futur chemin de fer trans-coréen avec le Transsibérien.

Encore une fois, tout cela concerne l’intégration de l’Eurasie ; accroissement des échanges entre la Corée du Nord et la Chine du Nord-Est, concernant principalement les provinces du Liaoning, du Jilin et du Heilongjiang ; et la connectivité totale et physique des deux Corées au cœur de l’Eurasie.

C’est encore un exemple de la Nouvelle route de la soie, ou initiative de la ceinture et de la route (BRI), qui rencontre l’Union économique eurasiatique (UEE). Et ce n’est pas un hasard si la Corée du Sud veut établir des liens plus étroits avec la BRI et l’UEE.

En cas de doute, relisez Panmunjom

La déclaration commune de Singapour n’est pas un accord ; c’est une déclaration. L’élément absolument clé est le numéro 3 : « Réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018, la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».

Cela signifie que les États-Unis et la Corée du Nord travailleront à la dénucléarisation non seulement la RPDC mais aussi toute la péninsule coréenne.

Bien plus que « … la RPDC s’engage à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », les mots-clés sont en fait « réaffirmant la Déclaration de Panmunjom du 27 avril 2018 … »

Même avant Singapour, tout le monde savait que la RPDC ne « de-nuke » (terminologie de Trump) pas pour rien, surtout quand on ne lui promettait que quelques vagues « garanties » américaines.

Comme on pouvait s’y attendre, tant les factions impérialistes américaines néoconservatrices que les factions impérialistes humanitaires sont unanimes dans leur fureur, fustigeant l’absence de consistance dans la déclaration commune. En fait, il y avait énormément de consistance. Singapour réaffirme la Déclaration de Panmunjom, qui est un accord entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

En signant la déclaration commune de Singapour, Washington a été mis au courant de la Déclaration de Panmunjom. En droit, quand on prend connaissance d’un fait, on ne peut l’ignorer plus tard. L’engagement de la RPDC à dénucléariser dans la déclaration de Singapour est une réaffirmation de son engagement à dénucléariser dans la Déclaration de Panmunjom, avec toutes les conditions qui y sont attachées. Et Trump l’a reconnu en signant la déclaration de Singapour.

La Déclaration de Panmunjom le souligne : « La Corée du Sud et la Corée du Nord ont confirmé l’objectif commun de réaliser, par la dénucléarisation complète, une péninsule coréenne exempte d’armes nucléaires. La Corée du Sud et la Corée du Nord sont d’avis que les mesures prises par la Corée du Nord sont très significatives et cruciales pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne et ont convenu de remplir leurs rôles et responsabilités respectifs à cet égard. La Corée du Sud et la Corée du Nord ont convenu de rechercher activement le soutien et la coopération de la communauté internationale pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

C’est cela l’engagement. « La  » communauté internationale « , comme tout le monde le sait, est le code pour désigner les États-Unis comme étant le Grand Décideur. Si Washington ne rapatrie pas ses troupes de Corée du Sud, il n’y aura pas de dénucléarisation. Fondamentalement, c’est l’accord discuté entre Kim et le président Xi Jinping lors de leurs deux réunions cruciales, avant Singapour. Sortez les États-Unis de la péninsule et nous vous couvrons.

Toute l’attention devrait donc se focaliser sur la « réaffirmation », le mot clé de la déclaration commune de Singapour.

Traduction : Avic – Réseau International

Photo d'illustration: Les chasseurs F-16 de l’US Air Force participent à des exercices conjoints à la base aérienne d’Osan à Pyeongtaek, en Corée du Sud, en décembre dernier. Les jeux de guerre vont se terminer, mais les Etats-Unis vont-ils se retirer complètement de la péninsule ? Photo : AFP / piscine / Kim Hong-ji


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé