www.zejournal.mobi
Samedi, 08 Mai 2021

Pourquoi une guerre quand nous pouvons en avoir deux!

Auteur : Eric MARGOLIS | Editeur : Walt | Mercredi, 28 Févr. 2018 - 20h55

Nous continuerons à poursuivre la campagne contre les terroristes, mais la concurrence des grandes puissances – et non le terrorisme – est désormais le principal objectif de la sécurité nationale des États-Unis. « Désormais, la Russie et la Chine seront les principaux ennemis de l’Amérique, avec l’Iran et la Corée du Nord pour faire bonne mesure.

Ainsi a déclaré le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le mois dernier dans une déclaration d’une grande importance pour le monde.

Au cours des dix-sept dernières années, l’armée américaine a dévasté le monde musulman dans la fausse «guerre contre le terrorisme». L’Afghanistan, l’Irak, une grande partie de la Syrie, la Somalie et le Pakistan ont tous été lourdement bombardés. Les bombardiers lourds américains B-52 et B-1 ont tenté de soumettre ceux qui résistaient aux « directives » américaines.

En Afghanistan, la plus longue guerre des États-Unis, le président Donald Trump a ordonné un doublement des bombardements contre les forces talibanes luttant contre l’occupation américaine. Maintenant, pour une quelconque raison, les États-Unis ont très peu de bombes, de munitions guidées et même de missiles air-air. Les stocks de munitions sont expédiés du commandement américain du Pacifique au Moyen-Orient.

Dans le même temps, les Etats-Unis sont en train de manquer rapidement de cibles musulmanes à bombarder, maintenant que l’épouvantail de l’Etat islamique a disparu et que les attaques aériennes américaines en Syrie sont minimisées par crainte de heurter la Russie. L’Iran reste toujours sur la liste de frappe potentielle des États-Unis.

Ce qui nous ramène au Général ‘Mad Dog’ Mattis. Il a tout à fait raison de dire que les soi-disant terroristes (c’est-à-dire quiconque s’oppose activement à la Lex Americana) ne constituent pas une menace réelle ou mortelle pour la partie continentale des États-Unis. 

Mais si c’est le cas, comment maintenir le budget militaire américain de 1 trillion de dollars? Eh bien, bien sûr, sortez ces bons vieux « Rouges sous nos lits ».  En fait, le Pentagone a planifié une nouvelle guerre avec la Chine depuis trois ans, un conflit principalement aérien et naval pour dominer les côtes et les mers de la Chine. Le Pentagone embarque de nouveaux avions, missiles, satellites et navires pour la prochaine guerre du Pacifique et tente d’enrôler l’Inde comme alliée contre la Chine.

Mais qu’en est-il alors de la Russie? Pas si facile. Le théâtre probable d’un conflit américano-russe se situe sur la côte baltique, en Ukraine, en mer Noire ou en Syrie.  Dans ce cas, les Etats-Unis seraient confrontés au même problème que la France à l’automne 1939.

Peu de gens savent que c’est la France qui a attaqué en premier l’Allemagne, et non l’inverse. En réponse à l’invasion allemande de la Pologne, la France et la Grande-Bretagne ont déclaré la guerre à l’Allemagne. Les divisions françaises ont commencé à envahir la Rhénanie allemande. Mais après quelques escarmouches, le haut commandement français, sous l’égide du général inepte Maurice Gamelin, ne savait plus quoi faire. L’Allemagne était grande, et les Français sur la défensive ne s’attendaient pas à occuper tout le pays.

Après une brève démonstration, l’armée française se retire derrière la ligne Maginot. Hitler n’a pas contre-attaqué dans l’espoir qu’il pourrait forger un traité de paix avec Londres et Paris.  Winston Churchill et ses collègues impérialistes cherchaient furieusement à pousser la Grande-Bretagne en guerre contre l’Allemagne. Mais des mois d’inactivité passèrent, connus sous le nom de « Sitzkrieg » ou « drôle de guerre », jusqu’à ce que l’Allemagne agisse de manière décisive.

 

Ce serait également le problème de l’Amérique dans une guerre contre la Russie. Jusqu’à quelle profondeur en Russie attaquer (en supposant qu’on n’utilise pas d’armes nucléaires)? Comment protéger les lignes d’alimentation toujours plus longues? Napoléon et Hitler firent face aux mêmes défis et échouèrent.

Bien sûr, cela suppose que les États-Unis sont prêts pour la guerre. En vérité, ni les Etats-Unis, ni l’OTAN, ni la Russie ne sont en aucune façon prêts à mener une véritable guerre terrestre, maritime et aérienne. Les forces militaires des deux camps ont été tellement anéanties et épuisées par de petites guerres et des compressions budgétaires qu’il y a eu de graves pénuries de stocks de guerre et d’équipement vieillissant.

L’Allemagne, membre clé de l’OTAN, est en piteux état. Son armée féminisée, dirigée par une gentille, mais incompétente, ministre de la Défense, ne pourrait pas se frayer un chemin hors d’un sac en papier. La France n’est pas beaucoup mieux lotie. Les forces armées américaines et britanniques manquent cruellement de pièces détachées, de munitions, de moyens de transport et de matériel blindé. L’ancienne et puissante Armée rouge russe manque de tout. L’Est et l’Ouest ne sont tout simplement pas prêts pour une vraie guerre.

Comme s’il y avait une raison pour qu’il y en ait une. Il n’y a pas. Ces idiots du Congrès américain et des médias qui essaient de faire gonfler les méfaits d’une vingtaine de cybercriminels russes dans un second Pearl Harbor crient au feu dans un théâtre bondé.

Une dernière note respectueuse au général Mattis (mon père était un marine): Un bon général ne se bat pas contre deux grandes puissances lointaines à la fois. L’astuce consiste à les retourner les uns contre les autres. Déclarer une future guerre contre la Chine et la Russie est une idée folle. Seuls les escrocs et les généraux qui ont perdu la guerre du Vietnam pouvaient la trouver.

Traduction : Avic– Réseau International

Photo d'illustration: Le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, parle de la revue de la Défense nationale, le 19 Janvier 2018 à Washington


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé