www.zejournal.mobi
Jeudi, 01 Déc. 2022

Evo Morales et les risques d'empoisonnement des leaders révolutionnaires

Auteur : legrandsoir | Editeur : Stan | Samedi, 16 Mars 2013 - 23h04
Mercredi, Jean-Luc Mélenchon a rencontré à Paris le dirigeant bolivien Evo Morales qui l’avait invité à l’occasion de son très bref séjour en France, juste avant son rendez-vous avec François Hollande. Voici un extrait saisissant des propos d’Evo Morales tels qu’on les lit sur le blog de Jean-Luc Mélenchon. Les pseudo anti-conspis vont sauter de joie devant notre imprudence, mais ce n’est pas une raison suffisante pour que nous passions cette conversation sous silence. Les craintes d’Evo Morales méritent au moins qu’on les « donne à lire ». LGS « Evo Morales, le président bolivien n’était pas en forme. Pas seulement un peu enrhumé ! Il avait l’estomac très perturbé par son dîner en Autriche, la veille. Quelque chose du repas servi n’était pas bien passé et il ne s’en cachait pas. Cela n’a pas de rapport, mais disons que dans le cadre de notre conversation, cela fit ambiance. J’étais là avec Eliane Assassi, la présidente du groupe communiste du Sénat. Je crois pouvoir dire que nous fûmes assez surpris du ton très direct avec lequel le président bolivien résuma le caractère criminel des étasuniens. - Il dit que les USA essaient d’abord d’avoir des gouvernements démocratiques qui fassent leur politique. - S’ils ne les ont pas, ils essaient de diviser les peuples entre eux pour justifier des interventions extérieures. - S’ils n’y parviennent pas non plus ils essaient de diviser les forces de la révolution pour trouver une faille qui déstabilise le processus et permette la revanche de leurs partisans par des coups d’état. - Enfin, s’ils n’arrivent à rien, ils essaient l’assassinat du dirigeant du processus. Détruire les leaders est une tactique constante des Etats-Unis et de leurs agents locaux. Ce point a son importance. Car si évidemment un processus politique, surtout de nature révolutionnaire, est d’abord un phénomène de masse, le point d’appui que donne une personnalité correspondant au moment politique et le cristallisant est aussi un paramètre fondamental. Eliane Assassi confirma l’analyse générale en rappelant les innombrables tentatives de meurtres contre Fidel. Elles sont aujourd’hui avérées depuis l’ouverture des archives de la CIA. Elle informa Morales en montrant comment Sarkozy avait joué à fond la carte de la division du peuple et l’opposition permanente entre catégories populaires. Evo Morales dit qu’il croit à l’empoisonnement d’Hugo Chavez. Il rappelle que Chavez était sur ses gardes, qu’il se déplaçait partout avec une ambulance et qu’il était toujours accompagné de son propre cuisinier. Il raconte comment d’ailleurs l’un des cuisiniers de Fidel fut intercepté au moment même où il s’apprêtait à l’empoisonner. Il nous dit aussi que Fidel et Chavez, les deux, l’avaient mis en garde contre l’empoisonnement et les méthodes des gringos pour assassiner les leaders dangereux à leurs yeux. Evidemment nous n’avons pas parlé que de cela, mais ce moment de la discussion m’a marqué. A côté de lui, Chokehuanca, son ministre des affaires étrangères, que je connais de longtemps, nous regardait fixement comme pour souligner l’importance de ce que disait Evo et faire comprendre leur méfiance en toutes circonstances. »  

- Source : legrandsoir

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé