www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Le «changement climatique» est un transfert de richesses de 100 000 milliards de dollars des pauvres vers les riches

Auteur : Elizabeth Nickson | Editeur : Walt | Mardi, 18 Juin 2024 - 12h09

Êtes-vous prédateur ou proie ?

Cet article est le dernier d’une série expliquant l’instabilité de notre environnement financier actuel. Nos économies se sont tournées vers la conservation et le développement, qui ont été financiarisés de manière irréaliste. La solution est simple. Revenir en arrière. Parce que la puanteur morale nous suivra pendant 100 ans.

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi 20 millions de personnes ont franchi la frontière sud au cours des trois dernières années et demie ? Oh, je sais, à la recherche de la liberté économique, de l’oppression de leurs gouvernements d’origine ou des oligarques, de la drogue, des escadrons de la mort, de la criminalité, etc. Idem pour l’Afrique. Mais encore une fois, pourquoi prennent-ils tant de risques pour quitter une patrie que la plupart d’entre eux aiment très certainement. L’idée de «lieu» n’est pas une idée, c’est un attachement profond, physique, émotionnel et sensoriel qui l’emporte sur la raison. Il faut tuer une grande partie de son moi naturel pour partir, risquer sa vie et celle de ses enfants pour s’enfuir dans le nord froid et gris et ne jamais revenir. La peur, à elle seule, aurait raison de tout le monde, sauf des plus forts.

Ils partent parce qu’ils le doivent.

Mais pourquoi maintenant ? La situation est mauvaise depuis toujours. En Amérique du Sud et en Amérique centrale, entre les descendants des conquistadors et les cocos, tout le monde a été écrasé sous le talon de l’oppresseur pendant 20 générations. Parce que des associations caritatives financent ces longs trains de migrants ? Parce que la gauche européenne et les démocrates ont déclaré la frontière ouverte ?

Non. En fait, oui et non, ces derniers ne sont que des mécanismes. Et ils ont été délibérément construits.

Ils viennent surtout parce que Black Rock, l’ONU, le WEF s’emparent de leurs terres, les plus fertiles étant les meilleures, les chassent de ces terres et les collent dans des cités de tentes où ils doivent gratter comme des poulets pour gagner leur vie. L’Agenda 2030 passe inaperçu aux États-Unis et au Canada, où la «société civile», à la solde du gouvernement et des ONG environnementales financées par les oligarques, retire autant de terres et de ressources que possible de l’économie productive pour les placer dans les banques foncières de BlackRock.

Dans le sud, ce n’est pas subreptice. La politique de l’État consiste à détruire leur vie, à prendre leurs terres ancestrales, qu’il s’agisse de 40 acres ou d’un demi-hectare, et à les laisser mendier au bord de la route.

Le changement climatique est un mécanisme financier complexe qui, sous couvert de «sauver la planète», vise à sauver la classe des prédateurs.

Cette dernière est non seulement moralement en faillite, mais elle doit faire face à un niveau d’endettement des gouvernements et des entreprises qu’elle sait ne pas pouvoir supporter. Dans l’économie la plus saine du monde, les États-Unis, tous les profits proviennent désormais soit d’un mécanisme de subvention gouvernementale – les 6000 milliards de dollars de la catastrophe de Covid – soit de Collateralized Default Obligations. Par exemple, Penguin est actuellement au tribunal pour tenter d’acheter Random House. Pourquoi ? Parce qu’ils peuvent emprunter de l’argent pour le faire, racheter une partie de leurs actions et payer leurs actionnaires. Cela signifie que des cadres moyens perdront leur emploi et que des livres marginaux ne seront pas publiés, mais la gueule de bois de Jamie Diamond et Larry Fink sera rassasiée. Pour l’instant. Il n’y a pas d’autre raison. La croissance, la vraie croissance, est au point mort dans toutes les entreprises.

C’est ainsi que cela fonctionne au sommet de la pyramide des classes :

La semaine dernière, sur mon île, nous avons eu droit au spectacle d’hommes et de femmes âgés, bien nantis, très instruits et s’exprimant bien, soutenant que les personnes âgées appauvries, les jeunes et les familles débutantes ne devraient pas avoir de logement à cause du changement climatique. Notre île s’étend sur 74 miles carrés et compte 10 000 habitants. Cela signifie qu’il y a un habitant pour cinq acres.

Notre gouvernement, le trust, avait proposé l’utilisation de bâtiments annexes, mis aux normes, pour des locations à long terme.

La forme extrême de conservation des terres que nous pratiquons a entraîné une flambée des prix de l’immobilier, de sorte que seuls les riches et les retraités peuvent se permettre de vivre ici. Un millier de personnes en âge de travailler parviennent à gagner leur vie, généralement en travaillant à distance. Nous n’avons pas de personnel pour les écoles, les hôpitaux, les entreprises, les restaurants. Ils n’ont pas les moyens de vivre ici.

Environ 200 personnes sur nos îles, pour la plupart âgées de 70 à 80 ans, étroitement liées à l’aile hystérique du mouvement écologiste, s’efforcent d’empêcher toute croissance. Chaque nouveau résident qui demande un permis reçoit la visite d’un agent des règlements municipaux qui le menace. La femme qui est à l’origine de cette arme spécifique, une ancienne bureaucrate écologiste de Los Angeles, a exigé la présence d’agents à plein temps pendant des années, jusqu’à ce qu’elle obtienne gain de cause, après quoi elle s’est battue pour une application agressive de la loi.

Par ce seul acte, elle a dressé les insulaires les uns contre les autres, créant un conflit là où il n’y en avait pas. Cela aussi est délibéré. Une communauté divisée est facilement contrôlable.

Cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Dans le même temps, l’organisation des Nations unies Transitions s’empare lentement de nos vastes étendues de forêts de montagne. Pour qui ? Nous ne le savons pas vraiment. Transitions est partout, aux États-Unis, au Canada, dans tous les pays d’Europe. Elle est là où vous vivez. C’est l’un des nombreux volets de l’Agenda 2030. Partout, elle envahit les gouvernements locaux et agit pour supprimer l’activité économique.

Transitions échange également des crédits de carbone. Pour qui ? Qui, à votre avis ?

C’est pourquoi Transitions, qui a un visage souriant aux couleurs de l’arc-en-ciel, est dans ce secteur. Elle achète des terres pour les céder à des organisations internationales et à des familles méga-riches afin qu’elles puissent gagner de l’argent sur nos forêts. Mais pas nous. Nous ne pouvons pas. Nous ne pouvons même pas les éclaircir pour éviter les incendies de forêt catastrophiques.

Ces contrats doivent être intéressants, même si personne ne peut les voir. La première chose qu’ils font, c’est d’offrir des déductions fiscales considérables pour la première fois. La deuxième chose qu’ils font, c’est de servir de déduction fiscale annuelle parce que ces arbres mangent du CO2. C’est très astucieux. Des intérêts internationaux achètent nos terres (et les vôtres) et s’en servent pour ne pas payer d’impôts. Tout en mettant en réserve certains des actifs les plus précieux de la planète.

Multipliez cela par 100 000 et vous ne verrez qu’une infime partie de la vaste tapisserie, du puzzle, du plan Changement climatique/Agenda 2030 qui mettra fin à l’activité économique partout dans le monde.

Imaginez que ces personnes soient présentes dans chaque secteur d’activité. Car c’est le cas. Le Canada possède suffisamment de pétrole et de gaz pour approvisionner le monde pendant les cinq cents prochaines années. Nous possédons tous les minéraux de terres rares nécessaires aux voitures électriques et à toutes les inventions vertes. Notre main-d’œuvre, la plus qualifiée au monde, a mis au point des centaines de mesures d’atténuation qui empêchent les effets secondaires de l’exploitation minière. L’exploitation minière est le moteur le plus productif de l’économie. Son multiplicateur d’emplois est de sept, et les sept emplois sont tous bien rémunérés. L’exploitation minière permet aux comtés et aux cantons ruraux de prospérer, de financer leurs écoles et leurs soins de santé.

Chaque ferme, chaque ranch, chaque entreprise rurale, chaque exploitation forestière, chaque promoteur, chaque entrepreneur et constructeur, chaque chaîne d’épicerie, chaque entreprise étonnamment prospère dispose d’un cadre militant. Tout ce que font ces militants, c’est élaborer des stratégies pour détruire cette entreprise. Et ils sont payés, par l’intermédiaire d’organisations environnementales financées par BlackRock.

Il y a deux ans, Tucker Carlson a publié un article sur un éleveur de bétail amish, le plus prospère de sa région, super-écolo, qui n’utilise pas d’engrais ni même de gaz, qui a reçu la visite d’une bande armée de voyous du gouvernement qui l’ont fait fermer.

C’est ainsi qu’ils opèrent. Trouver les plus performants dans n’importe quel secteur ou sous-secteur, les attaquer et les détruire. Personne ne doit accumuler suffisamment de pouvoir financier ou communautaire pour riposter.

Ils récolteront la tempête.

Traduction: Marie-Claire Tellier


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...