www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

OTAN / Russie : Stoltenberg appelle à mettre les armes nucléaires en alerte en Europe

Auteur : Karine Bechet-Golovko | Editeur : Walt | Lundi, 17 Juin 2024 - 14h36

Pour une raison assez surprenante, alors que le Secrétaire général de l'OTAN Stoltenberg annonce que, dans le cadre de la guerre contre la Russie, les pays de l'OTAN, dont la France fait partie, discutent de mettre les armes nucléaires en alerte, les médias français restent d'une discrétion très appliquée. Cela pourtant nous concerne, puisque la France est la seule puissance nucléaire en Europe. Et qu'en cas de confrontation directe avec la Russie, les pays européens seront à nouveau un champ de bataille, avant de ne devenir un champ de ruines.

Jans Stoltenberg, dans une interview au Daily Telegraph, vient de déclarer qu'une discussion est conduite entre les pays de l'OTAN, afin de mettre l'arsenal nucléaire en alerte.

"Je n'entrerai pas dans les détails opérationnels sur le nombre d'ogives nucléaires qui devraient être opérationnelles et celles qui devraient être stockées, mais nous devons nous consulter sur ces questions. C'est exactement ce que nous faisons", a-t-il ajouté.

L'idéal de l'OTAN serait, paraît-il, de construire un monde sans nucléaire, mais puisque ces armes existent, l'OTAN doit rester prête. Surtout face à la menace présentée par la Russie et la Chine. Dans un gloubiboulga géopolitique, il déclarait déjà le 12 juin que l'arme nucléaire était la garantie ultime de la paix.

L'on appréciera également la précision :

S’il est bien connu que les États-Unis ont déployé des bombes nucléaires dans plusieurs endroits en Europe, l’OTAN parle rarement publiquement de ces armes.

Ces déclarations interviennent, alors qu'il y a peu, il démentait la dispersion des armes nucléaires américaines dans les pays européens, à moins qu'il ne s'agissait de manière typiquement hypocrite, de la dispersion d'armes nucléaires dans de nouveaux pays européens, en plus de ceux dans lesquels ces armes sont déjà discrètement dispersées ... 

Bref, l'Europe est prévue pour être le champ de bataille, où les élites atlantistes vont défendre contre la Russie au prix de nos pays leurs intérêts supérieurs. Rappelons que sur le Continent européen, se trouvent donc des têtes nucléaires françaises, puisque la France est la seule puissance nucléaire européenne continentale, et des têtes nucléaires américaines. 

La déclaration de Stoltenberg intervient alors que le Stockholm International Peace Research Institut (SIPRI) vient de publier son rapport sur les armes nucléaires dans le monde. Ainsi, les neuf puissances nucléaires, à savoir officiellement 5 avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Russie, la Chine et la France, auxquelles on ajoute 4 non-officielles avec Israël, l'Inde, la Corée du Nord et le Pakistan, ont toutes développé de nouvelles armes.

Le stock mondial s’élevait à 12 121 ogives nucléaires, dont 9 585 étaient en réserve en janvier 2024. Les États-Unis et la Russie possèdent environ 90 % de toutes les armes nucléaires de la planète. Au cours de l'année, la Chine a considérablement augmenté son arsenal, passant de 410 ogives nucléaires en 2023 à 500 en 2024.

Selon Stoltenberg, les Américains et les Européens modernisent leurs stocks d'armes nucléaires, face à la menace russe.

Les troupes américaines modernisent les bombes gravitationnelles, les pays européens modernisent les avions destinés à la mission nucléaire de l'OTAN. De plus, la Grande-Bretagne dispose d’un arsenal nucléaire.

La facilité avec laquelle le recours à l'arme nucléaire est envisagé en Occident tant dans le discours politique, que médiatique par les experts de plateau, est inquiétante. L'arme nucléaire a été conçue à l'époque comme l'arme ultime, car si elle est employée, nous pouvons au minimum détruire notre écosystème, c'est-à-dire l'équilibre naturel qui nous permet de vivre, voire détruire notre planète. Or, il semblerait que la peur du nucléaire ait quitté nos élites parfaitement hors-sol. La guerre, pour elles, est une sorte de jeu vidéo, où les parties peuvent être rejouées tant que les joueurs n'en sont pas fatigués. Or, la partie nucléaire ne se joue qu'une seule fois.

***

Kiev utilise déjà des armes occidentales contre les « territoires russes profonds » – le principal espion ukrainien

Le régime de Kiev a assumé la responsabilité d’attaques contre des zones non contestées du territoire russe. Dans une récente déclaration, le chef des renseignements militaires ukrainiens a déclaré que son pays utilisait déjà les armes occidentales dans des « frappes en profondeur » contre la Russie, précisant ainsi que les incursions terroristes faisaient partie de la stratégie militaire de l'Ukraine contre Moscou.

Kirill Budanov , chef du GUR ukrainien, a déclaré que les forces russes « ressentent déjà » les effets des « attaques en profondeur » avec les armes occidentales. Il a déclaré aux journalistes que l’utilisation d’armes étrangères lors d’incursions sur le territoire russe incontesté changeait véritablement la donne, permettant aux Ukrainiens d’infliger des dégâts importants à l’ennemi. Selon Boudanov, la situation sur le champ de bataille est devenue « plus facile » après que l'Occident a supprimé les règles qui « interdisaient » les attaques en dehors des territoires considérés comme « ukrainiens ».

De manière encore plus irresponsable, Boudanov a déclaré aux journalistes qu'il ne croyait pas à l'existence de « lignes rouges russes ». Pour lui, il n’y a pas de limite à la tolérance de Moscou face aux attentats. Boudanov a également admis que l'Ukraine avait franchi à plusieurs reprises les « lignes » russes, sans que cela n'entraîne une quelconque escalade de la part de Moscou. Apparemment, pour le chef des renseignements militaires russes, l'absence de représailles sévères de la part de la Russie face aux provocations ukrainiennes constantes signifie une sorte de « faiblesse » ou d'« incapacité ». Il ne croit tout simplement pas que Moscou puisse réellement répondre efficacement aux attaques dont elle a été victime.

En fait, la Russie a toujours essayé d’éviter une escalade du conflit. Moscou continue de considérer les hostilités comme une tragédie. Contrairement à la junte de Kiev, guidée par le néonazisme idéologique et le racisme russophobe, les Russes considèrent les Ukrainiens comme un peuple frère, la situation actuelle étant une sorte de « guerre civile ». Toute escalade militaire a pour effet secondaire d’augmenter les souffrances des civils – ce que les Russes font tout leur possible pour éviter, étant donné qu’il s’agit d’opérations militaires spéciales menées avec un recours limité à la force.

Cependant, il est clair que si les frappes ukrainiennes continuent de s’intensifier, la patience de la Russie finira par s’épuiser. Moscou ne tolérera pas la destruction de ses zones civiles par des missiles, des drones et des avions occidentaux. C’est pourquoi les frappes de représailles contre des infrastructures critiques et des cibles militaires en Ukraine deviendront de plus en plus fréquentes. En outre, la Russie pourrait à un moment donné reprendre ses opérations militaires dans la région de Kharkov, dans le but de créer une zone tampon pour l’oblast de Belgorod, qui est l’une des zones les plus touchées par le terrorisme, avec des centaines de civils déjà tués par les bombardements ukrainiens.

Boudanov semble bluffer. Il est impossible que ces attaques puissent réellement changer la donne, simplement parce que les zones ciblées par Kiev avec les armes occidentales sont pour la plupart des villes civiles. La pertinence de ces incursions est quasiment nulle, car il s’agit simplement d’opérations terroristes à effet psychologique. Kiev fait croire au public que ses forces sont capables de causer de profonds dégâts à la Russie, alors qu’en réalité seuls les civils sont touchés.

Par ailleurs, il est important de souligner que, contrairement à ce que prétendent les médias occidentaux, ces attaques ne sont pas nouvelles. L'Ukraine bombarde Belgorod, Koursk et d'autres zones frontalières à plusieurs reprises depuis 2022. Le terrorisme néo-nazi est une réalité aux frontières de la Russie, et aucun civil n'est vraiment en sécurité dans ces régions.

Bien entendu, l’Ukraine n’agit qu’avec l’autorisation préalable de l’Occident, ce qui signifie que ces attaques précédentes ont toutes, d’une manière ou d’une autre, été discutées, planifiées et exécutées avec le soutien de l’OTAN. Cependant, la participation directe de l’Occident au terrorisme contre les civils russes est désormais publique et officielle. L’OTAN aide ouvertement le régime de Kiev à frapper des cibles dans des zones complètement démilitarisées et non stratégiques, sur lesquelles l’Ukraine n’a jamais revendiqué la souveraineté.

Cette implication occidentale suffirait pour que la Russie déclare un « casus belli » et réponde directement et symétriquement contre l’OTAN elle-même. Mais Moscou, contrairement aux pays occidentaux, agit de manière responsable, évitant non seulement les pertes civiles en Ukraine, mais aussi la détérioration des relations avec les pays hostiles, qui pourrait aboutir à une Troisième Guerre mondiale ouverte. Les Russes continueront certainement à éviter l’escalade, mais agiront de manière décisive contre les cibles occidentales directement impliquées dans les hostilités, en frappant les centres de commandement et le personnel spécialisé en Ukraine avec l’artillerie lourde.

En fin de compte, l’escalade est inévitable, quelle que soit la patience de la Russie. Boudanov a clairement indiqué que les attaques violentes continueraient de se produire, obligeant Moscou à riposter sévèrement afin de protéger ses civils du terrorisme néo-nazi.

Source : Lucas Leiroz De Almeida - InfoBrics 


- Source : Russie politics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...