www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Vaccins anti-Covid : la surmortalité des 18-39 ans a démarré à l’été 2021

Auteur : Michel Chossudovsky | Editeur : Walt | Lundi, 17 Juin 2024 - 14h28

Après trois ans de censure, les médias mainstream confirment aujourd’hui que « les vaccins COVID pourraient être responsables de l’augmentation de la surmortalité ».

« Les vaccins Covid pourraient être responsables de l’augmentation de la surmortalité ».

Si ce rapport du Telegraph avait été publié début 2021, plusieurs millions de vies auraient été sauvées.

Mais en 2021, la censure a été imposée. Le journalisme honnête a été réduit au silence. Les médias ont soutenu la campagne de peur.

Le rapport du Telegraph, rédigé par Sara Knapton, rédactrice scientifique, le 5 juin 2024, porte sur :

Des chercheurs néerlandais ont analysé les données de 47 pays occidentaux et ont découvert qu’il y avait eu plus de trois millions de décès en excès depuis 2020, la tendance se poursuivant malgré le déploiement de vaccins et de mesures de confinement.

Ils ont déclaré que ces chiffres « sans précédent » soulevaient de sérieuses inquiétudes et ont appelé les gouvernements à enquêter pleinement sur les causes sous-jacentes, y compris sur les dommages éventuels causés par les vaccins.

Les auteurs de la Vrije Universiteit d’Amsterdam ont écrit dans le BMJ Public Health : « Bien que les vaccins Covid-19 aient été fournis pour protéger les civils contre la morbidité et la mortalité dues au virus Covid-19, des effets indésirables présumés ont également été documentés.

« Des professionnels de la santé et des citoyens ont signalé à diverses bases de données officielles du monde occidental des blessures graves et des décès survenus à la suite d’une vaccination. »

Cliquez ici pour lire l’article complet publié sur The Telegraph

C’EST LA VÉRITÉ CACHÉE

À partir de début 2021, coïncidant avec le déploiement du vaccin Covid, une tendance à la hausse des décès liés au vaccin Covid s’est dessinée.

Il y a une augmentation de la surmortalité attribuable au vaccin Covid.

Ironiquement, trois ans plus tard, les médias grand public font état (voir Telegraph ci-dessus) d’une surmortalité liée au vaccin Covid.

Surmortalité déclenchée par le « vaccin » Covid 19 (2020-2022)

Le graphique ci-dessous concerne la surmortalité en Allemagne (toutes causes confondues) et indique l’écart entre la mortalité observée et la mortalité attendue (par groupe d’âge) en 2020, 2021 et 2022.

On remarque le déplacement vers le haut de la surmortalité en 2021 et 2022 à la suite de la mise en place du vaccin Covid en décembre 2020.

Cette tendance observée en Allemagne se retrouve dans le monde entier.

Allemagne : Surmortalité par groupe d’âge (%)

Désinformation dans les grands médias (mainstream)

En 2021, les médias mainstream ont joué un rôle clé dans le maintien de la désinformation concernant le vaccin Covid. Ils faisaient partie de l’appareil de propagande. Ils ont contribué à soutenir la campagne de peur.

Les médias « mainstream “ ont également légitimé un régime de censure, de menaces, de sanctions, de licenciements de scientifiques et de chercheurs dans les grandes universités, de médecins et d’infirmières dans les hôpitaux ” pour avoir dit la vérité “, sans parler du rôle insidieux des fondations ” Big Money » dans la corruption et la cooptation des politiciens dans plus de 190 pays, et bien d’autres choses encore.

Des citoyens du monde entier ont vécu cette crise. De nombreuses vies ont été détruites.

Sans la censure des médias et la suppression de la vérité, cette crise n’aurait pas eu lieu.

La publication par The Telegraph d’un article sur la surmortalité liée au vaccin Covid est-elle le signe d’un changement fondamental dans les « mainstream media », c’est-à-dire d’une tendance à la levée de la censure ?

Nous avons travaillé sans relâche pour défendre les intérêts de nos communautés respectives et en solidarité avec elles, tant au niveau national qu’international.

Cette crise affecte l’humanité dans son ensemble, à savoir les 8 milliards d’habitants de la planète qui sont victimes de la fausse science, de la fraude et de la corruption.

Des profits se chiffrant en milliards de dollars sont le principal moteur de cet agenda diabolique.

« Tuer, c’est bon pour les affaires ». Nous assistons à un crime contre l’humanité d’une ampleur sans précédent, qui affecte la vie de l’ensemble de la population de notre planète.

L’OMS ainsi que quelque 190 gouvernements nationaux sont complices du déploiement du vaccin Covid. Ils avaient la responsabilité d’annuler le vaccin.

Parallèlement, au cours des trois dernières années, les médias ont diffusé des mensonges pour le compte des gouvernements et de Big Pharma.

Les données officielles relatives aux décès et aux effets indésirables liés aux vaccins ne sont pas mentionnées.

PFIZER A UN CASIER JUDICIAIRE

Fait important, jamais mentionné par les médias ni reconnu par nos gouvernements, Pfizer est la seule entreprise pharmaceutique à avoir un casier judiciaire auprès du ministère américain de la justice.

Pour consulter la décision historique du ministère de la justice, cliquez sur la capture d’écran ci-dessous.

Comment pouvons-nous faire confiance à un conglomérat de vaccins de Big Pharma qui a plaidé coupable à des accusations criminelles portées par le ministère américain de la Justice, notamment pour « commercialisation frauduleuse » et « violation criminelle de la loi sur les aliments, les médicaments et les produits cosmétiques » ?

Gardez à l’esprit que la fraude commise par Pfizer en 2009 était insignifiante (Celebrex, Lipitor, Lyrica, etc.) par rapport à la distribution mondiale du « vaccin » tueur à l’ARNm.

Flashback sur novembre 2020. Rapport frauduleux de la BBC

C’EST LE MENSONGE INAVOUÉ

Quelques semaines avant le lancement officiel du vaccin à ARNm au début du mois de novembre 2020, la BBC a publié un rapport médiatique opportun de Covid intitulé :

« Covid : Pourquoi le virus représente-t-il une telle menace ? »

Selon la BBC, qui cite et déforme des « avis scientifiques », le virus s’est développé

« Une tactique évolutive de tueur à gages »,

dans le but de propager largement l’infection par le Covid-19.

L’objectif non avoué de ce reportage de James Gallagher, correspondant scientifique de la BBC, était d’« effrayer le public britannique », d’entretenir la campagne de peur tout en promouvant l’acceptation du vaccin ARNm Covid.

L’article s’appuyait sur la « voix autorisée » du professeur Lehner de l’université de Cambridge, médecin spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Addenbrooke, à Cambridge :

« Un simple virus a stoppé net la vie telle que nous la connaissons.

Nous avons déjà été confrontés à des menaces virales, y compris des pandémies, mais le monde ne s’arrête pas à chaque nouvelle infection ou saison grippale.

Qu’est-ce qui caractérise donc ce coronavirus ? Quelles sont les particularités de sa biologie qui constituent une menace unique pour nos corps et nos vies ?« 

Professeur Paul Lehner | Cambridge Infectious DiseasesSelon Lehner : Aux premiers stades d’une infection

« le virus est capable de tromper l’organisme. … Il [le virus] se comporte comme un tueur à gages ».

La quantité de virus dans notre corps commence à atteindre son maximum la veille du jour où nous tombons malades. …

Mais il faut attendre au moins une semaine avant que le Covid ne progresse au point de nécessiter un traitement hospitalier.

« Il s’agit d’une tactique évolutive vraiment brillante : on ne va pas au lit, on sort et on s’amuse », déclare le professeur Lehner de l’université de Cambridge.

Le virus est donc comme un conducteur dangereux qui fuit la scène : il est passé à la victime suivante bien avant que nous ne nous soyons rétablis ou que nous soyons morts.

« En des termes très clairs, « le virus se moque » de votre mort, déclare le professeur Lehner (Cambridge), « il s’agit d’un virus qui s’attaque à tout »….

Il fait des choses étranges et inattendues au corps (BBC, James Gallagher, 22 octobre 2020, c’est nous qui soulignons).

Quelles absurdités !

« Covid : Why is coronavirus such a threat ? BBC.

Réponse : la désinformation des médias et la campagne de peur.

Selon la BBC : Un virus microscopique avec un agenda terroriste ?

Ce reportage frivole de la BBC personnifie le soi-disant « virus qui s’en fiche », dans le but de créer la panique, en citant les déclarations imprudentes d’un scientifique de Cambridge, qui est à la solde du Wellcome Trust de Big Pharma.

A son tour, le « Hit and Run Virus » [virus du délit de fuite] (plutôt que les gouvernements corrompus) est accusé d’avoir « ordonné le lockdown » (11 mars 2020), imposé à 190 pays, qui a créé des ravages économiques et sociaux dans le monde entier.

Ce qui est en jeu, c’est la criminalisation des grands médias pour avoir induit en erreur des millions de personnes au cours des trois dernières années, soutenant ainsi les mensonges de Big Pharma et les directives corrompues des politiciens, sans parler des déclarations frauduleuses du directeur général de l’OMS, le Dr Tedros.

Ce qui se passe maintenant, c’est que la BBC reconnaît que des gens meurent mais que « les experts ne savent pas exactement pourquoi »,

« Ils ne savent pas quelle en est la cause et la raison »

LES « THÉORIES DU COMPLOT » DE LA BBC

La BBC accuse des théoriciens du complot d’affirmer que le vaccin Covid n’est pas sûr.

« Ces dernières années, les théories du complot en ligne se sont multipliées, suggérant que des vaccins tels que le vaccin Covid sont dangereux ou inefficaces.

M. Ward s’est dit « inquiet que des gens puissent croire à ces théories du complot ».

Mais il insiste sur le fait que « ce ne sont que des théories du complot. Ce sur quoi je m’appuie, ce sont les faits ».

Il a ajouté : « Toutes les preuves internationales montrent que les vaccins que nous administrons au Royaume-Uni sont sûrs, qu’ils sont très efficaces et qu’ils vous protègent contre des maladies vraiment horribles.

Dans le même temps, la BBC décrit le virus SARS-CoV-2 comme étant impliqué dans une « conspiration », une « tactique d’évolution meurtrière » [SIC] (voir BBC, James Gallagher, 22 octobre 2020).

LA CRIMINALITÉ DANS LE MONDE ENTIER

Quelque 14 milliards de doses de vaccin Covid ont été administrées dans le monde, soit 1,75 dose par personne pour une population mondiale de 8 milliards d’habitants.

Début décembre 2023, le nombre de doses de vaccin dans le monde enregistré par l’OMS était de l’ordre de 14 milliards : une moyenne de 1,75 dose de vaccin par personne pour une population mondiale de 8 milliards d’individus. (13 595 583 1250 enregistré par l’OMS le 23 novembre 2023)

Si les médias avaient honnêtement rendu compte de la nature du vaccin Covid et de ses effets dévastateurs, des millions de vies auraient été sauvées.

À l’heure actuelle, à l’exception de l’Afrique, 75 % de la population mondiale a déjà été vaccinée. Il n’y a pas de retour en arrière possible.

Les gouvernements et les autorités sanitaires nationales, de mèche avec Big Pharma, savaient pertinemment, dès le départ, que le « vaccin » Covid-19 favorisait une tendance à la hausse de la mortalité et de la morbidité.

Médecins pour l’éthique Covid (D4CE)

Doctors for Covid Ethics a publié en juillet 2021 une déclaration générale basée sur les données d’EudraVigilance (UE, EEE, Suisse), de la MHRA (Royaume-Uni) et du VAERS (États-Unis) :

« plus de décès et de blessures dus au déploiement du “vaccin” COVID-!9 que pour tous les vaccins précédents combinés depuis le début des enregistrements ».

Le signal de danger est désormais incontestablement accablant et, conformément aux normes éthiques universellement acceptées pour les essais cliniques, Doctors for Covid Ethics exige que le programme de « vaccination » COVID-19 soit immédiatement interrompu dans le monde entier.

La poursuite de ce programme, en toute connaissance de cause des dommages graves et de la mort d’adultes et d’enfants, constitue un crime contre l’humanité/un génocide, pour lequel les personnes responsables ou complices seront tenues personnellement responsables.

LE RAPPORT SECRET « CLASSIFIÉ » DE PFIZER

Un autre document important mis à la disposition des autorités sanitaires nationales aux États-Unis est le rapport « confidentiel » de Pfizer. Ce rapport, rendu public en octobre 2021 dans le cadre de la liberté d’information, est une véritable bombe.

« Le vaccin a été lancé à la mi-décembre 2020. Fin février 2021, « Pfizer avait déjà reçu plus de 1 200 rapports de décès prétendument causés par le vaccin et des dizaines de milliers d’effets indésirables signalés, dont 23 cas d’avortements spontanés sur 270 grossesses et plus de 2 000 rapports de troubles cardiaques. »

Les données recueillies de la mi-décembre 2020 à la fin février 2021 confirment sans équivoque l’« homicide involontaire ».

Sur la base de ces preuves, Pfizer avait la responsabilité d’annuler et de retirer immédiatement le « vaccin ». Le meurtre, par opposition à l’homicide involontaire, implique une « intention criminelle ». D’un point de vue juridique, il s’agit d’un « acte de meurtre » appliqué à l’échelle mondiale à une population cible de 8 milliards de personnes.

Cliquez ici pour lire le rapport complet de Pfizer. (en anglais)

VÉRITÉ ET SOLIDARITÉ

Traduction: Mondialisation.ca

Vaccins anti-Covid : la surmortalité des 18-39 ans a démarré à l’été 2021

E&R


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...