www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Les BRICS prennent position sur la Palestine par Pepe Escobar

Auteur : Pepe Escobar | Editeur : Walt | Lundi, 17 Juin 2024 - 14h08

La gravité de la constellation des BRICS, récemment élargis, attire des adhérents arabes, musulmans et du Sud mondial vers le message de ce groupe influent sur le droit international, la Palestine et l’arrêt des guerres perpétuelles.

Un événement d’une ampleur extraordinaire s’est produit à Moscou le 23 mai. Le roi de Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, a personnellement demandé au président russe Vladimir Poutine de l’aider à organiser une conférence de paix sur la Palestine, à laquelle la Russie serait la première nation non arabe invitée.

Al-Khalifa et Poutine ont eu deux séries de discussions, dont une à huis clos, au cours desquelles l’accent a toujours été mis sur la Palestine. Le monarque bahreïni a noté que, dans une rare démonstration d’unité, le monde arabe s’était finalement mis d’accord pour mettre fin à la guerre à Gaza. Il a été sous-entendu que la Russie avait ensuite été choisie comme le médiateur le plus fiable pour mettre fin à ce conflit brutal.

Bahreïn – et la Ligue arabe – reconnaissent que la position russe est centrée sur ce que Poutine avait précédemment défini comme la «formule de l’ONU» : un État palestinien indépendant avec sa capitale à Jérusalem-Est.

Il se trouve que c’est la position des dix nations BRICS et de la quasi-totalité de la Majorité mondiale. Il s’agit également de la position commune de la Chine et du monde arabe, réaffirmée à Pékin une semaine seulement après la réunion Russie-Bahreïn.

Le problème est de savoir comment mettre en œuvre la «formule» lorsque l’hégémon américain, allié inconditionnel d’Israël, a pratiquement la mainmise sur les Nations unies.

En 2020, alors que Tel-Aviv annonçait ouvertement l’annexion inévitable de la Cisjordanie, les accords d’Abraham brisaient un tabou arabe majeur sur le soutien ouvert à Israël, via les accords de normalisation signés à Washington DC par le Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Maroc et le Soudan.

Il y a neuf mois, la Palestine était virtuellement isolée et vouée à l’extinction par le biais de politiques israéliennes discrètes visant à forcer progressivement l’expulsion. Mais il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir d’un génocide commis en plein jour, sur vidéo. Aujourd’hui, le partenariat stratégique Russie-Chine, les BRICS et la Majorité mondiale se sont mobilisés pour consacrer la Palestine en tant qu’État souverain, conformément au récent vote à la super-majorité de l’Assemblée générale des Nations unies qui a accepté la Palestine en tant que membre de l’ONU.

Ce sera un chemin long, sinueux et épineux qui pourrait diviser le monde en deux.

Lavrov expose tout cela

Le forum de Saint-Pétersbourg, qui s’est tenu la semaine dernière, a délivré trois messages cruciaux à la Majorité mondiale, axés sur les BRICS. Si le cœur des sessions a été la géoéconomie, un message désormais incontournable de soutien à la Palestine s’est glissé dans les coulisses.

Après un débat sur l’offre et la demande de pétrole et de gaz, qui a abordé le rôle de principe du Yémen dans la mer Rouge contre le génocide de Gaza, en soutien à la Palestine, au milieu de sourires amicaux (mais officieux), a été souligné par tout le monde, du secrétaire général de l’OPEP Haitham al-Ghais au ministre de l’Énergie des Émirats arabes unis Suhail Mohamed al-Mazrouei.

Même chose pour le groupe Russie-Oman, avec le ministre du Commerce Qais bin Mohammed bin Moosa al-Yousef.

En début de semaine, la tragédie palestinienne a été abordée en détail – aux points 34 et 35 – dans la déclaration commune des ministres des Affaires étrangères des BRICS 10, qui se sont assis à la même table pour la première fois à Nijni Novgorod, en vue de préparer le sommet annuel extrêmement important des BRICS qui se tiendra en octobre prochain à Kazan, sous la présidence russe. Trois points très importants ont été soulevés à cette occasion :

Premièrement, les ministres ont «réaffirmé leur rejet de toute tentative visant à déplacer, expulser ou transférer par la force le peuple palestinien de sa terre». Deuxièmement, ils ont collectivement «exprimé leur profonde inquiétude face au mépris flagrant et persistant d’Israël pour le droit international, la Charte des Nations unies, les résolutions de l’ONU et les ordonnances de la Cour». Et troisièmement, les dix ministres des Affaires étrangères :

«ont réaffirmé leur soutien à l’adhésion à part entière de la Palestine aux Nations unies et réitéré leur engagement inébranlable en faveur de la solution des deux États, fondée sur le droit international, des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies et de l’Assemblée générale des Nations unies, ainsi qu’en faveur de l’initiative de paix arabe, qui comprend la création d’un État palestinien souverain, indépendant et viable, conformément aux frontières internationalement reconnues de juin 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité».

Ce sont les BRICS qui parlent d’une seule voix, en incluant, de manière cruciale, des représentants des principaux États à majorité musulmane : L’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte.  

Le ministre russe des affaires étrangères Sergey Lavrov, lors d’une session élargie des BRICS définie comme BRICS+/Extension BRICS, a offert un contexte supplémentaire, important.

«Nous avons organisé une réunion intra-palestinienne à Moscou. Nous l’avons fait à plusieurs reprises. La dernière fois, fin février et début mars de cette année, toutes les factions palestiniennes, y compris le Hamas et le Fatah, étaient présentes. Pour la première fois, un événement de ce type s’est terminé par l’adoption d’une déclaration commune dans laquelle tous, y compris le Hamas, ont exprimé leur volonté d’unir les rangs palestiniens sur la base de la plate-forme de l’Organisation de Libération de la Palestine. Auparavant, il n’était pas possible d’y parvenir».

Lavrov a expliqué pourquoi, pour la Russie, il est essentiel de restaurer l’unité palestinienne :

«Seule une Palestine unie peut être un partenaire dans des négociations visant à atteindre le maximum de résultats souhaités. Tant que les Palestiniens sont divisés, il est peu probable que cela fonctionne. Aujourd’hui, sans Palestiniens, ils commencent à réfléchir à ce qu’ils vont faire de la bande de Gaza : soit établir une sorte de protectorat des pays arabes, soit introduire une sorte de force de maintien de la paix, soit déclarer artificiellement qu’il s’agira de territoires gouvernés par l’Autorité nationale palestinienne. Ce sont toutes des initiatives imposées par des acteurs extérieurs».

Et cela nous amène au cœur de la position russe : «L’élément le plus important de notre politique à long terme dans ce domaine sera de soutenir le mouvement pour la création d’un État palestinien en pleine conformité avec les résolutions de l’ONU».

Comment répondre «symétriquement» ?

Tout ce qui précède résume la position officielle de la Russie, soigneusement calibrée. Moscou déteste l’escalade irrationnelle et ininterrompue d’Israël, alors que les propositions de cessez-le-feu se multiplient. Dans le même temps, elle ne prend pas parti, ni pour le Hamas, ni pour Ansarullah au Yémen. C’est un consensus que les diplomates et les analystes russes expriment régulièrement : La Russie ne s’engagera pas dans une guerre à des milliers de kilomètres de distance alors qu’elle combat une menace existentielle des États-Unis/OTAN à sa frontière occidentale.

Après les réponses de Poutine aux questions-réponses qui ont suivi son discours lors de la session plénière de Saint-Pétersbourg, le débat a fait rage sur le type de réponses «symétriques» que le ministère russe de la Défense proposerait pour contrer le feu vert de l’OTAN à des frappes avec des missiles à longue portée à l’intérieur de la Fédération de Russie.  

L’Asie occidentale, comme on pouvait s’y attendre, figure dans le scénario favori : des armes de frappe avancées déployées en Syrie, décrites comme des «armes syriennes» pour refléter le subterfuge des «armes ukrainiennes» de l’Occident. Ces armes viendraient compléter celles déjà déployées dans les bases russes de Khmeimim et de Tartus – qui couvrent la Méditerranée orientale, le Liban et Israël, ainsi que les bases américaines en Jordanie, en Syrie et en Irak occupés – et seraient utilisées par du personnel russe, tout comme le personnel des États-Unis et de l’OTAN utilise les armes «ukrainiennes».

Une épine dans le pied des BRICS

Nous en arrivons maintenant à l’épine dans la composition florale des BRICS : l’Arabie saoudite.

La Maison-Blanche et l’État profond américain, déconcertés, semblent avoir trouvé une formule pour éloigner Riyad de son nouveau rôle d’acteur fort des BRICS : un traité de défense historique, baptisé «Accord d’alliance stratégique», en attendant que Riyad officialise ses relations avec Tel-Aviv.

L’accord d’alliance stratégique devrait obtenir un vote à la majorité des deux tiers au Sénat américain. Pourtant, l’insistance sur la «normalisation avec Israël» pourrait bien faire capoter l’accord, car le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (MbS) a désormais des options à examiner attentivement, non seulement en ce qui concerne la tragédie de Gaza, mais aussi en ce qui concerne ses nouvelles alliances avec les BRICS.

La position officielle de Riyad sur la Palestine est liée aux BRICS : fin de la guerre/génocide à Gaza et création d’un État palestinien. Et chaque grain de sable en terre d’islam est parfaitement conscient qu’un Tel-Aviv dirigé par une foule ethnocentrique d’extrémistes n’acceptera pas une solution à deux États.

En outre, une alliance militaire américano-saoudienne est totalement incompatible avec le fait que Riyad devienne un membre influent des BRICS. Les mouvements de l’échiquier indiquent plutôt la possibilité d’une alliance militaire de la Majorité mondiale, tôt ou tard, pour contrecarrer l’escalade de la guerre entre les États-Unis et l’OTAN – hybride et autre – à l’aube d’un monde multipolaire multinoedal, polycentrique et, selon la terminologie de Poutine à Saint-Pétersbourg, «harmonique».  

À cela s’ajoute l’expiration, en début de semaine, de l’accord américano-saoudien signé il y a 50 ans pour établir le pétrodollar, essentiellement en échange de la protection militaire des États-Unis.

L’année dernière déjà, Riyad avait clairement indiqué que l’accord ne serait pas renouvelé lorsqu’il a conclu avec la Chine un accord basé sur le commerce de l’énergie en utilisant le pétroyuan.

En théorie, nous progressons donc sur la voie de la disparition du pétrodollar, associée à l’expansion du yuan numérique. La Banque centrale d’Arabie saoudite est désormais un «participant à part entière» du projet mBridge, qui réunit le Centre d’innovation de la BRI, la Banque centrale de Thaïlande, la Banque centrale des Émirats arabes unis, la Banque populaire de Chine et l’Autorité monétaire de Hong Kong.

En substance, mBridge est une plateforme de monnaie numérique multi-banques centrales (CBDC) partagée entre les banques centrales et les banques commerciales, qui permet des paiements et des règlements transfrontaliers instantanés. La Thaïlande, par exemple, achète du pétrole aux Émirats arabes unis en utilisant mBridge.

Il n’y a pas moins de 26 observateurs de mBridge – un mélange assez varié, comprenant la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) dirigée par la Chine, la Banque centrale européenne, le FMI et la Banque mondiale.

Alors que l’Arabie saoudite rejoint mBridge, Saudi Aramco – après s’être ouverte aux investisseurs étrangers avec une énorme introduction en bourse – vient de céder 0,64% supplémentaire de son capital, avec 60% d’acheteurs américains. Aramco est une énorme source de dividendes pour les actionnaires : cette année, ils s’élèveront à 141 milliards de dollars.

Devinez qui sont les principaux nouveaux investisseurs ? Les trois grands – Vanguard, BlackRock et State Street – qui se vautrent désormais dans le pétrole saoudien.

Arabes, CENTCOM et Israël : au lit ensemble ?

Et maintenant, l’ultime facteur de complication.

Lundi, des officiers militaires du Bahreïn, de l’Égypte, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de la Jordanie – ce qui inclut trois membres des BRICS et le Bahreïn, favorable à la Russie – ont rencontré Herzi Halevi, le chef d’état-major général de Tsahal, pour discuter… de coopération en matière de défense.

La réunion a été facilitée par nul autre que le CENTCOM américain. Bien que peu médiatisée, la réunion a tout de même fait l’objet d’une fuite, étant donné la juxtaposition du génocide de Gaza et d’une réunion de hauts dirigeants arabes avec les pires ennemis du monde arabe.

Un épigone post-moderne des cyniques de l’Agora de la Grèce antique ferait remarquer qu’avec de tels «amis» arabes du CENTCOM – dont trois sont membres des BRICS – la Palestine n’a pas besoin d’ennemis.

Pendant ce temps, la tragédie se poursuit à de nombreux niveaux. Alors que les lycéens chinois de tout l’État civil manifestent leur soutien à la Palestine après avoir passé leurs examens d’entrée à l’université, l’axe États-Unis-Israël homogénéise le terrorisme, lié à la débâcle du projet Ukraine, couplé au massacre incessant des Palestiniens.

Tout est aspiré dans le trou noir du terrorisme – avec l’OTAN qui réarme ouvertement le bataillon néonazi Azov, et Kiev qui cible des civils à Belgorod avec des drones et dissémine des mines dans les parcs où jouent les enfants.

Toutes les composantes de la Légion étrangère du Terrorisme alimentée par l’hégémon sont en train de se rassembler, en phase avec Israël, qui est en réalité ISIS avec des armes nucléaires. Mais malgré leurs nobles idéaux et leur foi sacrée en l’ONU, les BRICS n’ont toujours pas élaboré de stratégie solide et pratique pour lutter contre l’horreur.


- Source : The Cradle (Liban)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...