www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Fin du cordon sanitaire (du CRIF) : Ciotti deale avec Bardella

Auteur : E&R | Editeur : Walt | Mercredi, 12 Juin 2024 - 14h29

Ciotti, c’est l’homme au centre de toutes les manœuvres aujourd’hui à droite. Pensez, il a décidé, un peu tout seul, de faire un pacte de non-agression avec le RN dans pas mal de circonscriptions où la vague brune pourrait écraser les députés LR actuels.

Bardella est d’accord et a annoncé 60 cas où RN et LR partageraient les points, soit un accord de désistements mutuels. C’est ce qui manquait au RN pour accéder à la dernière marche, une victoire politique dans une élection majeure. C’est donc en cours, mais ce n’est pas gagné : car la hiérarchie LR ne veut pas de cet accord, et lorgne plutôt sur un accord avec Macron.

Cependant, Macron et ses sbires sont tellement rejetés par le peuple que certains députés Renaissance, qui remettent leur titre en jeu, ne veulent ni de Macron ni d’Attal sur leur affiche de campagne. C’est dire l’ambiance dans la Macronie... Attal, lui, a décidé de mener le combat des législatives, après avoir été en état de choc quand le Président a parlé dissolution.

On revient à Ciotti, qui a donc été désavoué par tous les cadres de son parti. On lui reproche d’être un cavalier solitaire et, surtout, de vouloir défendre sa mairie de Nice, convoitée par Vardon, un secondant de Zemmour.

C’est là où les choses se corsent : Bardella a accepté un deal secret avec Ciotti ; Ciotti est désavoué par les siens selon le principe du cordon sanitaire, établi par le CRIF pour la droite sous Chirac, et Bardella a refusé un accord sur le même nombre de circonscriptions avec Marion Maréchal, qui venait, à la manière de Ciotti, dealer un peu toute seule sans l’accord du couple Zemmour-Knafo (et Dupont-Aignan) !

Là aussi, y a eu du rififi : la nièce a eu les yeux plus grands que le ventre (60 circo contre 40), et le couple Bardella-Marine n’a pas pardonné au couple Zemmour-Knafo ses attaques pendant la campagne des européennes.

On dira que Zemmour a fracturé le camp national, un peu comme Mégret le fit sous Le Pen père... Décidément, l’histoire se répète, avec des acteurs différents.

C’est clair pour tout le monde ? Bardella tend la main à Ciotti, qui déchire son camp en brisant un tabou, tout le monde veut le flinguer chez LR, mais les députés LR de base ne veulent pas crever : Paris et le siège sont une chose, la province en est une autre. Et LR, qui n’a plus de force en national (malgré sa majorité au Sénat), en a en départemental.

Ainsi, le raz-de-marée RN rebat-il les cartes à droite et à l’extrême droite. La droite c’est LR, l’extrême droite Reconquête !, tout le monde doit se positionner par rapport à ce nouveau navire amiral. Le trimaran de la droite est en recomposition.

On ne va pas faire de pronos à la Ménès, mais il y a de fortes chances pour qu’une partie de la base LR dise merde au siège, toujours crispé et perdant à cause du cordon sanitaire. On le voit aujourd’hui, en additionnant les scores du RN, de Reconquête !, des souverainistes et de la droite dite dure, celle des sudistes, on arrive largement à 45 % du camembert national.

Certes, la participation n’a été que de 50 %, mais celle des législatives devrait monter en flèche : les Français ont compris qu’ils avaient là une fenêtre de tir contre le Système, même si elle reste plus ou moins sous contrôle...

On aurait pu s’éviter tout ce rapport de politique pas très profonde, celle des combinazione et des deals sonnants et trébuchants, et attendre que tout se tasse après le 7 juillet (au soir du 2d tour), mais quand même, faut avouer qu’il y a un changement historique : les Français n’ont plus peur de voter France.

Ce changement est acté, à moitié, par le pouvoir profond, on le voit avec Keller du Grand orient.
Mais les choses pourraient lui échapper. Même Minc, qui est en quelque sorte la partie visible de l’iceberg, reconnaît que Macron, son protégé, sa créature, pourrait dégager en cas de victoire RN le 7 juillet. Heureusement pour lui (Minc ou le pouvoir profond), « les marchés » seront là pour punir les nationalistes. Donc les Français.

« Au fond, le programme du RN, c’est le programme Mitterrand à peu de choses près de 81, à une grande différence près : en 81, la dette française était 10 % du PIB ; là, c’est 120 % du PIB. Donc les marchés seront l’ultime corde de rappel de la réalité ».

Nous, on aimerait que tout ce bordel profite aux Français, et que ça ne se termine pas en augmentation de l’électricité (l’abruti Le Maire, qui ne sera plus là, annonce une baisse du prix du jus de 10 à 15 % en 2025), en prolongement de l’âge de la retraite à 65 ou 67 ans, même si on trouve que la destruction du SPA annoncée par Chenu, qui fait trembler 17 000 salariés serviles, est une bonne chose.

Certes, les grands prédateurs – Bolloré et Saada – vont se jeter sur ces radios et télés, mais on a en même temps envie que ces nids à gauchistes antifrançais soient détruits. On préférerait un vrai service public, qui donne la parole à tout le spectre politique, sans jugement de valeur, ce qui figure dans sa charte. Mais elle n’a jamais été respectée, elle a toujours été violée par des censeurs voleurs de patates publiques. C’est dommage, encore un service public qui part à la casse à cause d’une caste qui l’a parasité et exploité jusqu’à la mort.

Au-delà du cas Ciotti, le peuple français doit comprendre que dans un tel Système, sa libération sera complexe, qu’il devra y mettre du sien, et se hisser à un niveau de lucidité qui lui évitera de tomber dans les pièges tendus par le Système. Car parfois, quand on fait un trou dans sa cellule de prison, on risque d’atterrir, si on n’a pas le plan d’ensemble, dans une autre cellule de prison.

En attendant, c’est Alain Soral qui va en prison pour ses idées, alors qu’il n’a volé personne ni pris un centime d’argent public. Il est temps que la justice et les médias prennent leur indépendance, deviennent adultes.

***

Coup de théâtre à droite : Eric Ciotti appelle à une alliance avec le Rassemblement national pour les législatives

Eric Ciotti, président des Républicains, a créé la surprise en annonçant son souhait de bâtir une alliance avec le Rassemblement national en vue des élections législatives. Cette déclaration a suscité de vives réactions au sein de son propre parti.

Eric Ciotti appelle à une alliance avec le RN pour les législatives

Le président des Républicains, Eric Ciotti, a créé la surprise en annonçant sur TF1 son souhait de bâtir une alliance avec le Rassemblement national (RN) en vue des élections législatives. Cette déclaration a suscité de vives réactions au sein de son propre parti, plusieurs ténors de LR réclamant sa démission.

« Un accord qui concernera tout le territoire national »

Eric Ciotti a reconnu avoir échangé avec Jordan Bardella et Marine Le Pen, et affirme avoir conclu avec l’extrême droite « un accord qui concernera tout le territoire national ». L’objectif affiché est de permettre la réélection de tous les députés sortants de son groupe à l’Assemblée nationale. Marine Le Pen a salué le « choix courageux » d’Eric Ciotti et son « sens des responsabilités ».

Des voix discordantes à droite

Cependant, cette annonce d’une alliance avec le RN ne fait pas l’unanimité à droite. Laurent Wauquiez, président de la région Rhône-Alpes, a ainsi réagi en déclarant qu’il n’y avait « aucun avenir pour les combinaisons d’appareil ». Valérie Pécresse, candidate LR lors de la dernière présidentielle, a également affirmé qu’elle « n’accepterait jamais aucune compromission avec les extrêmes ». Xavier Bertrand avait quant à lui lancé un avertissement sur Franceinfo : « jamais les extrêmes ».

Le RN en quête d’alliances

De son côté, Jordan Bardella, président du RN, a assuré sur RTL « tendre la main » aux membres de LR tout en prévenant qu' « il n’y aura pas d’accord de partis politiques ». Il a également affirmé que « dans les candidats que [son] mouvement politique va soutenir » aux élections, « il n’y aura pas simplement des gens issus du Rassemblement national, il y aura aussi des gens issus des Républicains ».

par Le Média en 4-4-2

***

Bonus:

Zapping – Panique en Macronie : les ministres racontent n’importe quoi sur les plateaux TV

Depuis l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron, la panique s'est emparée de plusieurs membres du gouvernement menacés dans leur fonction. On a donc eu droit à quelques déclarations assez surprenantes sur les plateaux TV.

Bruno Le Maire, alias Nono le dilaté, était chez BFM TV pour annoncer que « La facture d’électricité de chaque Français baissera de 10 à 15 % en février 2025, c’est l’engagement que je prends ce matin ». Oh, la bonne nouvelle qui tombe en pleine crise politique, histoire d’amadouer les électeurs. Le hasard, comme par hasard.

Gérald Moussa Darmanin vire complotiste et est en pleine crise paranoïaque. Il voit le mal partout : « Aujourd’hui, le système est contre le président de la République. J’ose le dire, le système médiatique est contre le président de la République ! »

par Yoann - Le Média en 4-4-2

***

Stop au bullshit des macronistes ! – AuBonTouite

Ces derniers temps, nos dirigeants font un tel festival de grand n'importe quoi qu'AuBonTouite se sent obligé de revenir sur certaines déclarations récentes afin de montrer aux personnes encore sceptiques (les "normies") à quel point ils se font berner. L'objectif étant de leur faire comprendre que Pierre Desproges était visionnaire quand il a fait sa fameuse déclaration : "Nous n'avons plus de grands hommes mais des petits qui grenouillent et sautillent de droite et de gauche avec une sérénité dans l'incompétence qui force le respect". Il faudrait y ajouter une petite notion de trahison parce que ça commence à devenir assez évident au vu des événements actuels...

La note de la France vient d’être dégradée par Standard and Poor’s. Habituellement dans ces cas-là, n’importe quelle personne normale expliquerait « bon désolé les mecs, on a un peu merdé mais on va se reprendre, essayer de ramener les choses à la normale ». Mais justement, nous on a Bruno Le Maire, Nono le rigolo, Nono l’écrivain de roman porno, qui a osé se vanter d’avoir sauvé l’économie française

par Yoann - Le Média en 4-4-2


- Source : E&R

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...