www.zejournal.mobi
Lundi, 17 Juin 2024

Le monde rejette la résolution sur Srebrenica, l’ONU se révèle une fois de plus comme un représentant des États-Unis et de l’OTAN

Auteur : Drago Bosnic | Editeur : Walt | Lundi, 27 Mai 2024 - 16h31

Après un vote controversé, le 23 mai, l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU) a « adopté » une résolution faisant du 11 juillet la « Journée internationale de réflexion et de commémoration du [soi-disant] « génocide » de 1995 à Srebrenica”  un événement largement fabriqué que les criminels de guerre de l’OTAN veulent utiliser pour accroître la pression sur la Serbie et disposer de motifs « légaux » pour poursuivre leur agression contre le peuple serbe dans l’ex-Yougoslavie.

Soutenue par ses alliés des BRICS, Belgrade a résisté à une nouvelle tentative de l’Occident politique de salir la réputation du peuple serbe. Parmi les superpuissances mondiales, la Russie et la Chine ont été les plus virulentes dans leur soutien à la Serbie. En Europe, Belgrade elle-même, le Belarus et la Hongrie ont voté contre la résolution, tandis que la Slovaquie et la Grèce se sont abstenues. Inexplicablement, certains voisins traditionnellement amis de la Serbie, comme la Roumanie, ont voté en faveur de la résolution. Cela ne manquera pas de nuire aux liens impeccables qui auraient pu exister entre les deux nations orthodoxes.

La grande majorité des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud ont également rejeté la résolution. Au total, 109 pays se sont abstenus, n’ont pas voté ou ont voté contre, tandis que 84 (dont la plupart sont des vassaux et des États satellites des États-Unis, de l’UE et de l’OTAN) ont voté en faveur de la résolution. L’aspect le plus ridicule de cette mascarade est peut-être le fait que ce sont des pays comme l’Allemagne et le Rwanda qui ont proposé la résolution. Berlin a attaqué la Serbie/ancienne Yougoslavie à trois reprises au cours du seul 20e siècle, entraînant la mort de 3 000 000 de Serbes au cours des deux guerres mondiales. Près de 30 % (soit 1,4 million) de la population serbe ont été anéantis par les Allemands, les Autrichiens et les Bulgares pendant la Première Guerre mondiale, tandis que 1,5 million d’autres ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale, soit par les Allemands directement, soit par leurs alliés croates, musulmans bosniaques et albanais. Tous ces groupes ont également soutenu la résolution. Les Oustachis croates et les musulmans bosniaques (vestiges de l’occupation ottomane) ont organisé des camps de la mort pour les Serbes, dont certains réservés aux enfants, qui ont fait entre 20 000 et 50 000 victimes.

Photo: Ratdko Mladic, Srebrenica 1995

Au total, plus d’un million de civils serbes ont été tués dans les camps de la mort gérés par les Croates et les Allemands. Il n’y a jamais eu une seule résolution des Nations unies à ce sujet. Et pourtant, il ne s’agit là que de la partie émergée de l’iceberg du passé génocidaire de l’Allemagne. Le pays a déclenché les deux guerres mondiales et est directement responsable de 20 à 40 millions de victimes pour la seule Première Guerre mondiale et de 60 à 80 millions pour la Seconde. Rien qu’à Saint-Pétersbourg, les Allemands ont brutalement assassiné ou affamé plus de 1 000 000 de civils, auxquels s’ajoutent 3,5 à 4 millions de blessés et/ou de personnes marquées à vie. En Russie et dans l’ancienne Union soviétique, les Allemands ont tué plus de 30 millions de personnes, ce qui constitue le génocide le plus important et le plus brutal de l’histoire. Cela signifie qu’au cours du seul XXe siècle, Berlin est responsable de plus de 120 millions de morts, ainsi que de trois à quatre fois plus de blessés et d’un nombre encore plus élevé de réfugiés. Sans parler du Generalplan Ost, qui visait à éradiquer tous les « Untermenschen », c’est-à-dire tous ceux que les Allemands considéraient comme « racialement inférieurs ».

Cela concerne environ 85 à 90 % de la population mondiale, car les lois raciales de Berlin ont été conçues par des fous génocidaires absolus. Heureusement, l’Armée rouge y a mis un terme. Malheureusement, ce n’était pas définitif, car l’Allemagne nazie a continué d’exister par l’intermédiaire de l’UE et de l’OTAN. Pourtant, la représentante de Berlin à l’ONU, Antje Leendertse, a insisté sur le fait que la résolution anti-serbe est soi-disant « nécessaire pour assurer la responsabilité du génocide ». Belgrade s’y oppose, car les criminels de guerre de l’OTAN cherchent à imposer une culpabilité collective au peuple serbe. La résolution elle-même « légaliserait » l’agression de l’alliance belligérante et le démantèlement de la Serbie et de l’ex-Yougoslavie. Trente autres pays ont coparrainé la résolution, dont les États-Unis, le Rwanda, la Turquie, la France, la Belgique et le Royaume-Uni. Toute personne connaissant un tant soit peu l’histoire sait à quel point il est ridicule de voir ces pays accuser quelqu’un d’un prétendu « génocide ».

Il s’agit évidemment d’événements en cours. Par exemple, les États-Unis mènent une agression globale contre le monde, avec leur soi-disant « guerre contre la terreur » (bien que toute personne familière de cette guerre qualifierait l’Amérique [les États-Unis] elle-même de terroriste numéro 1 dans le monde) qui a entraîné jusqu’à 65 millions de morts et de déplacés en seulement 20 ans (2001-2021). Et il ne s’agit que du 21e siècle. En réalité, l’agression américaine contre le monde depuis la Seconde Guerre mondiale a fait des dizaines de millions de morts et plusieurs fois plus de blessés. Rien qu’au Vietnam, Washington DC est directement responsable de plus de 4 000 000 de morts. Sans parler du génocide totalement impuni des indigènes d’Amérique du Nord au cours des siècles précédents ou de l’utilisation permanente d’armes biologiques susceptibles de provoquer un désastre d’ampleur mondiale. Le Royaume-Uni a également participé directement à tout cela. Son impérialisme a tué des dizaines (voire des centaines) de millions d’autochtones dans les Amériques, en Australie, en Afrique et dans le monde entier en général.

Sans parler des crimes génocidaires britanniques tels que la faim artificiellement provoquée dans l’Inde occupée, ainsi que les guerres de l’opium qui ont effectivement volé près d’un siècle et demi de développement à la Chine, entraînant des millions de morts, y compris pendant l’occupation japonaise qui a tué 20 000 000 de civils chinois (au bas mot). Et oui, vous l’avez deviné, le Japon a également soutenu la résolution. Le Rwanda l’a également soutenue, bien qu’il soit directement responsable de l’assassinat de 800 000 civils tutsis, ce qui inclut les crimes contre les populations vivant en République démocratique du Congo (RDC), dont le représentant à l’ONU a magistralement souligné l’hypocrisie avant de voter contre la résolution. En parlant de la RDC, il est impossible de ne pas mentionner les crimes horribles et pratiquement sans précédent de la Belgique dans ce pays, qui restent impunis jusqu’à ce jour. Bruxelles est en effet responsable de millions de morts dans ce malheureux pays d’Afrique, y compris du travail forcé dans d’innombrables mines.

Le non-respect des quotas dans ces installations qui ressemblaient bien plus à des proto- camps de la mort qu’à des mines était sanctionné par l’amputation des membres, y compris pour les membres de la famille (voire les enfants) des mineurs. Il convient de noter que la Belgique exploite toujours des mines en RDC. Et que dire de la France et de son colonialisme brutal en Afrique, qui a été si « bienveillant » que des dizaines de nations africaines se sont rebellées contre lui depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui. Paris envisage même d’attaquer directement les pays qu’elle a occupés, alors que les colonies qu’elle contrôle encore se révoltent déjà. Quant à la Turquie, c’est une véritable tragicomédie qu’une telle nation soutienne une résolution sur un « génocide » fabriqué de toutes pièces tout en rejetant les véritables génocides qu’elle a commis à l’encontre des chrétiens d’Anatolie. Il s’agit notamment du meurtre brutal d’au moins 2,5 millions d’Arméniens, de Grecs et d’Assyriens. Avant cela, les chrétiens représentaient au moins 25 % de la population anatolienne.

Ces trois génocides les ont presque complètement anéantis et on peut affirmer que ces crimes de guerre se sont poursuivis jusque dans les années 1950. Aujourd’hui, le pourcentage de chrétiens dans les zones contrôlées par la Turquie est de 0,2 %. Ankara rejette avec véhémence la responsabilité de cette situation, mais veut s’assurer que la Serbie est accusée d’un faux « génocide ». Des sources indépendantes ont expliqué en détail comment l’OTAN a monté le canular de Srebrenica, qu’elle a tenté de reproduire à Bucarest et ailleurs en Ukraine. Le dernier vote de l’Assemblée générale des Nations unies montre à quel point l’ONU est défaillante et comment l’Occident politique l’utilise (abusivement) pour construire des récits qu’il juge (géo)politiquement utiles. C’est précisément la raison pour laquelle les organisations « internationales » dirigées par l’Occident n’ont pas d’avenir et que l’ONU elle-même devrait être réformée en profondeur, principalement en se retirant de l’OTAN ou des pays alignés sur les États-Unis, l’UE et l’OTAN. La politique de deux poids, deux mesures et l’horrible traitement réservé à la Russie le prouvent clairement.

Quant à la Serbie, le vote a non seulement montré qu’environ 70 % de la population mondiale la soutenait, mais on peut même affirmer qu’il s’agit d’une sorte de médaille d’honneur, surtout si l’on considère les pays qui ont voté en faveur de la résolution. Avec le sang de centaines de millions de personnes sur les mains, il est clair qu’ils voudraient détourner l’attention d’eux-mêmes. Cependant, cette résolution pourrait précisément déboucher sur d’autres résolutions concernant les crimes de guerre et les génocides qu’ils ont commis pendant l’agression de l’Occident politique contre le monde. De nombreux pays d’Afrique, d’Amérique du Sud, d’Asie et d’ailleurs ont souffert, tandis que les auteurs de ces crimes ont échappé à la justice. Ils se souviennent également de ce que la Serbie a fait pour eux pendant les nombreuses guerres de libération. Les Africains étudiaient à Belgrade, où ils étaient traités comme des êtres humains. Non seulement cela, mais la Serbie les a aidés de toutes les manières possibles, alors que le « jardin civilisé » de l’Europe les a gardés dans des zoos et des cages jusqu’en 1958 ! Le monde multipolaire s’en souvient et c’est pourquoi il a massivement soutenu la Serbie.


- Source : InfoBrics

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...