www.zejournal.mobi
Lundi, 27 Mai 2024

Confinement : Analyse d’une «expérience d’obéissance de masse» par deux sociologues

Auteur : Alexandra Joutel | Editeur : Walt | Lundi, 15 Avr. 2024 - 16h20

Auteurs d’un livre enquête, les sociologues Nicolas Mariot et Théo Boulakia reviennent sur l’expérience d’obéissance de masse que fut le grand confinement du printemps 2020. En abordant le sujet sous l’angle non pas sanitaire, mais réglementaire, ils montrent que la France a été particulièrement inégalitaire et coercitive durant cette période, et les Français dociles dans leur ensemble.

Une «gestion punitive des populations»

Dans un ouvrage paru en septembre 2023, «L’Attestation» (Éditions Anamosa), Nicolas Mariot et Théo Boulakia, tous deux sociologues, ont interrogé ce qu’il s’est passé lors du confinement du printemps 2020, n’hésitant pas à qualifier cet épisode d’«expérience d’obéissance de masse» conduisant à une privation importante des libertés.

En analysant le confinement sous l’angle réglementaire, les deux auteurs concluent même que le désir de contrôle social l’a emporté sur l’aspect sanitaire. «À l’occasion de cette pandémie, on a vu ressurgir de vieilles habitudes de gestion punitive des populations», affirme Nicolas Mariot dans une interview accordée au Journal du CNRS et publiée en ligne ce mercredi 10 avril.

Tous les pays n’ont pas confiné

Ce fut du moins le cas en France et dans quelques autres pays, mais pas partout, contrairement à ce que le gouvernement français et de nombreux médias ont voulu nous faire croire à l’époque. «Pour s’en tenir à l’Europe, cinq pays du Sud – la France, l’Italie, l’Espagne, la Grèce et Chypre – ont adopté les mesures parmi les plus strictes, avec attestation, soumettant toute circulation de leur population à des règles sévères, contrôlées par les forces de l’ordre.

Dans le même temps, les pays nordiques comme la Suède, la Finlande, le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas, mais aussi la Suisse ou la Bulgarie, ont adopté comme partout des mesures sanitaires (port du masque, interdiction des rassemblements, recommandation de lavage des mains, etc.), mais ont laissé les sorties totalement libres», rapporte le sociologue dans l’interview.

Aucun effet sanitaire positif évident

Selon lui, «les pays qui ont adopté les règles les plus strictes n’étaient pas plus à risque, du point de vue sanitaire, que les autres. La différence de réaction est clairement liée aux habitudes coercitives des gouvernements : (…) plus les États européens comptent de policiers par habitant, ou plus ils ont l’habitude de s’affranchir des libertés publiques, plus ils ont enfermé leur population».

Une coercition qui n’a eu, de plus, aucun effet sanitaire positif évident. Toujours selon Nicolas Mariot, certains pays comme le Japon, Taïwan ou le Danemark n’ont pas confiné et ont enregistré un déficit de mortalité sur la période, tandis que d’autres qui ont énormément confiné ont connu une forte surmortalité (40% en Espagne, par exemple).

Une inégalité territoriale des mesures

Si les mesures prises face à une même menace ont été différentes d’un pays à l’autre, elles l’ont aussi été en France d’une région à l’autre, d’un département à l’autre, voire d’une ville à l’autre. «Par un décret du 23 mars, rappelle Nicolas Mariot, les préfets et les maires ont été encouragés à «utiliser la totalité de leurs pouvoirs de police» et à «adopter des mesures plus restrictives – que celles prises au niveau national – lorsque les circonstances légales l’exigent». Et ils n’ont pas hésité à user de ce pouvoir !»

Ainsi, les couvre-feux n’ont pas été instaurés partout de la même manière ni aux mêmes heures. L’accès aux lieux de loisirs et de détente était également variable selon les endroits, allant parfois jusqu’à «l’interdiction de s’asseoir sur les bancs publics» !

«Ces différentes mesures complémentaires ont souvent conduit à rompre avec l’un des principes fondamentaux de légitimation du confinement : l’égalité de tous face aux interdits», souligne Nicolas Mariot, assurant que «tout le monde n’a pas vécu le même confinement», y compris concernant la fréquence des contrôles et la fréquence des verbalisations, plus ou moins importantes selon les départements.

La peur du gendarme plus que celle du virus

Pour ce qui est de l’obéissance de masse, les Français ont accepté d’aller assez loin dans «l’expérience», notamment à travers la fameuse auto-attestation de sortie, qui a eu pour effet de «transformer chacun en gendarme de soi-même», comme le note le sociologue. La France est l’un des rares pays à avoir utilisé ce «dispositif de responsabilisation» et les Français s’y sont soumis avec une certaine facilité, tout comme ils se sont pliés, dans leur grande majorité, aux contraintes drastiques imposées. Pourquoi ?

«Nous avions deux hypothèses», explique le sociologue : «La peur du virus et la peur du gendarme». Or, l’enquête Vico («La vie en confinement», enquête sociologique par questionnaire en ligne menée du 15 avril au 11 mai 2020 auprès de la population française) a montré que «durant cette période, il n’y a jamais eu plus de 50% des gens qui respectaient les recommandations sanitaires (…). Donc la crainte du virus ne suffit pas, à elle seule, à expliquer l’obéissance massive aux règles».

Surveillance et délation

Si la peur du gendarme semble donc avoir été la plus déterminante, Nicolas Mariot n’écarte pas non plus «une dimension plus horizontale de l’obéissance, celle qui a trait à la comparaison avec autrui». Donner l’exemple, être le bon élève ou faire comme les autres, en allant parfois jusqu’à dénoncer son voisin «déviant» auprès des autorités locales (maire, police ou même médias). Une preuve, selon le sociologue, que «les règles ne sont pas mises en cause dès lors que leur application semble ne pas laisser place à l’arbitraire».

«Beaucoup de leçons à tirer de cette expérience»

Pour Nicolas Mariot, «il y a beaucoup de leçons à tirer de cette expérience, car nous ne sommes pas à l’abri d’une nouvelle pandémie». Le sociologue, également historien et spécialiste de la Première Guerre mondiale, ce qui lui avait déjà donné l’occasion d’étudier «une telle expérience d’obéissance à grande échelle», dit par ailleurs avoir été «surpris qu’une nouvelle forme d’union sacrée justifiant suspension des libertés et gouvernement sans contrôle ait pu se répéter presque un siècle après à l’identique». Un étonnement que l’on ne peut que partager.


- Source : Nexus

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...