www.zejournal.mobi
Lundi, 27 Mai 2024

Australie : La police poursuivie pour sa collaboration à la tyrannie sanitaire

Auteur : Pierre-Alain Depauw | Editeur : Walt | Vendredi, 12 Avr. 2024 - 14h52

La militante australienne Monica Smit espère créer un précédent contre les arrestations en tyrannie sanitaire et garantir que les policiers soient responsables de leur application des mesures liberticides prises sous prétexte de répondre au COVID-19.

L’opposante la plus en vue aux confinements brutaux au nom du COVID-19 en Australie, aux obligations de vaccination et à la répression violente des critiques publiques s’appelle Monica Smit. Sa résistance continue. Elle a annoncé qu’elle poursuivait la police de Victoria. Le procès est prévu pour le 23 juillet et devrait durer 15 jours.

Des arrestations abusives

En octobre 2020, Monica Smit faisait un reportage sur une manifestation contre la tyrannie sanitaire lorsqu’elle a été arrêtée à trois reprises, menottée et détenue dans une camionnette pendant 45 minutes. Selon ses propres mots, cela a changé sa vie. «Si mes compatriotes australiens de la police sont prêts à me faire ça, que sont-ils prêts à faire d’autre ?», s’inquiétait-elle.

Elle allait bientôt le découvrir. Monica Smit a poursuivi sa participation à des manifestations sans se décourager et en 2021, elle a été arrêtée et accusée d’avoir encouragé les manifestations contre les politiques de confinement et les obligations de vaccination sur ordre du premier ministre de l’État de Victoria, Dan Andrews, et d’avoir refusé de passer un test PCR. Elle a passé 22 jours en isolement cellulaire pour ces crimes présumés, une incarcération qui lui a valu le statut de première prisonnière politique d’Australie.

Smit est catégorique : elle intente cette action non pas pour elle-même, mais pour les Victoriens qui ont été aspergés de gaz au poivre, touchés par des balles en caoutchouc, dont les entreprises ont été détruites par les confinements (les plus longs au monde), qui ont été arrêtés pour des publications sur les réseaux sociaux ou ont été frappés d’«amendes COVID».

«Il faut donner l’exemple à quelqu’un ; quelqu’un doit être responsable», dit-elle. Son objectif est de profiter de l’occasion pour exprimer publiquement ses griefs, ajoutant qu’elle «se sentira coupable pour le reste de sa vie» si elle ne fait rien. «Je peux garantir… que je n’accepterai jamais un accord pour être réduit au silence».

Le courage de Monica Smit est indéniable et elle est devenue un modèle pour les Australiens qui se sentent trahis par leur gouvernement. La colère parmi ceux qui ont résisté aux actions de l’État augmente à mesure que l’ampleur de la réaction excessive du gouvernement devient plus évidente.

Faire réfléchir les policiers sur leurs actes

Monica Smit dit qu’elle souhaite créer un précédent qui empêcherait à l’avenir que des personnes comme elle «puissent être arrêtées à tort de cette manière dans un pays démocratique comme l’Australie». Elle souhaite également qu’au moins un officier soit personnellement responsable de ce qui lui est arrivé. «Il convient de rappeler aux agents que «suivre les ordres» n’est pas une excuse et qu’ils sont autorisés à agir consciencieusement». Elle aimerait qu’au moins un officier de police soit condamné afin que les autres puissent y réfléchir à deux fois avant de suivre des ordres illégaux.

Les fermetures dues au COVID ont causé d’énormes dégâts au tissu civil australien – autrefois une source de fierté et maintenant une cause de honte. L’une des motivations de Smit est de restaurer ce passé, lorsque l’Australie était un pays meilleur – comme en témoigne le titre du parti politique qu’elle a fondé : Reignite Democracy Australia.

Elle reconnaît qu’elle n’aura peut-être pas gain de cause devant le tribunal, mais elle est déterminée. «Je vais jusqu’au procès, donc cela restera dans le dossier public pour toujours. Il ne s’agit pas d’obtenir justice pour moi-même, mais pour tous ceux qui méritent d’être entendus mais qui n’en ont pas les ressources ou le mode de vie pour le faire. J’espère que ce sera le cas du peuple, et pas seulement celui de Monica Smit».


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...