www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Juin 2024

Effondrement sur le front intérieur de l’UE

Auteur : Conor Gallagher | Editeur : Walt | Vendredi, 29 Mars 2024 - 14h41

L’insouciance de l’armée allemande a récemment fait l’objet d’une grande attention en raison de la fuite d’un enregistrement audio d’officiers militaires allemands discutant nonchalamment d’attaques contre la Russie.

On peut établir un lien direct entre la folie d’attaquer la Russie avec un total de 100 missiles Taurus et le déclin économique rapide en cours dans le pays. L’incompétence évidente dans les deux cas continue d’être mise en évidence alors que les décisions prises à Berlin ne font qu’empirer les choses, et l’insistance de l’Allemagne sur l’austérité pour le reste de l’Europe contribue à faire en sorte que le reste de l’UE soit également entraîné dans la chute.

Les ramifications de ces politiques risquent d’être considérables, car la classe ouvrière européenne est de plus en plus opposée au conflit avec la Russie et de plus en plus hostile à l’UE, et en réponse, les élites répriment les droits démocratiques, menaçant d’interdire les partis et de limiter la parole.

L’ineptie – de Berlin à Bruxelles et dans la plupart des capitales européennes – est si répandue qu’on en vient à se demander si elle n’est pas intentionnelle, dans le cadre d’une sorte de démolition ciblée avec une arrière-pensée.

Dramatiquement mauvaise

Les prévisions de croissance économique pour l’Allemagne ont récemment été ramenées à 0,2 % en 2024, contre 1,3 % précédemment. Le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, se plaint à présent des prix élevés de l’énergie en Allemagne, qui poussent les entreprises allemandes à délocaliser leur production. Il a récemment déclaré que les résultats du pays étaient “dramatiquement mauvais“. Habeck, membre des Verts, est ministre de l’économie depuis 2021. Il n’est pas nécessaire de chercher beaucoup plus loin que lui et son équipe pour comprendre pourquoi la situation est telle qu’elle est.

Le marasme économique de l’Allemagne est désormais largement considéré comme structurel plutôt que temporaire, car le pays est confronté à la hausse des prix de l’énergie à la suite de la perte de l’énergie russe, bon marché et fiable. Habeck et les Verts ont été parmi les plus fervents partisans du conflit contre la Russie et de l’élimination des combustibles fossiles russes, ainsi que de l’énergie nucléaire allemande.

On n’en est pas là, selon un rapport publié le 7 mars par la Cour des comptes fédérale allemande. Ce rapport constate que l’expansion des énergies renouvelables et du réseau électrique a pris beaucoup de retard et que la capacité de production n’est pas suffisante pour répondre à la demande.

Habeck, qui est également ministre fédéral de l’action climatique, a rejeté le rapport en déclarant qu’il “ne reflétait pas la réalité“.

La réalité, c’est que l’inflation reste problématique, que l’économie se contracte en raison de la réduction de l’industrie, que les exportations vers la Chine diminuent et que les atlantistes exercent une pression constante pour imposer encore plus de réduction, que le niveau de vie baisse, que les dépenses sociales sont réduites au profit de dépenses militaires, que l’inégalité des richesses s’accroît et que l’industrie continue de quitter le pays.

Pendant ce temps, Berlin a récemment approuvé un plan de subventions pour 2024 d’une valeur de 5,5 milliards d’euros afin d’atténuer les effets de la hausse des prix de l’électricité. Le gouvernement ne peut pas faire beaucoup plus sans continuer à réduire les autres dépenses sociales de l’Allemagne. Le ministre allemand des finances, Christian Lindner, s’oppose à toute suspension du frein à l’endettement du pays et souhaite plutôt réduire les taux d’imposition des sociétés, ce qui serait financé par des réductions de dépenses.

Le taux d’imposition des sociétés en Allemagne est plus élevé que celui de ses concurrents mondiaux, mais il y a des raisons de penser qu’une réduction de ce taux tout en diminuant les dépenses publiques n’entraînerait pas de croissance économique et risquerait même d’aggraver la situation économique du pays.

L’économiste Philip Heimberger, auteur d’une étude réalisée en 2022 qui montre qu’il existe peu de preuves empiriques des effets positifs sur la croissance des réductions de l’impôt sur les sociétés, estime que le plan de Lindner n’est pas judicieux :

"Surtout si les dépenses publiques sont réduites ailleurs au moment de la réduction de l’impôt sur les sociétés, il faut s’attendre à des effets plus faibles sur la croissance. Compte tenu des problèmes liés au respect du frein à l’endettement et de la perspective de réduction des dépenses publiques qui en découle, la prudence est donc de mise, d’autant plus qu’une réduction de l’impôt sur les sociétés entraînerait une baisse (continue) des recettes publiques.

Une perte de recettes fiscales réduit à son tour la fourniture de biens publics tels que les infrastructures et l’éducation. Or, la qualité de la localisation des entreprises et leurs perspectives commerciales dépendent de la qualité des biens publics.

Pour que les entreprises allemandes investissent à nouveau davantage et que l’économie connaisse une croissance plus forte, les arguments économiques en faveur de l’investissement doivent être valables. Le gouvernement devrait faciliter la planification pour les décideurs des entreprises en combinant une stratégie de politique industrielle claire avec des investissements publics afin d’attirer davantage d’investissements privés. Les turbulences au sein du gouvernement fédéral concernant le respect du frein à l’endettement et les incertitudes quant à la possibilité de financer des mesures de politique fiscale en faveur des entreprises, même annoncées de longue date, sont contre-productives.

L’imposition des entreprises en Allemagne ne serait plus compétitive au niveau international. Les effets positifs des réductions générales de l’impôt sur les bénéfices sont principalement obtenus, si tant est qu’ils le soient, par la délocalisation des entreprises en Allemagne au détriment d’autres pays. Malgré sa faible croissance actuelle, l’Allemagne est le pays le plus puissant d’Europe, tant sur le plan politique qu’économique. En tant que tel, son gouvernement ne devrait pas promouvoir une course vers le bas en matière d’imposition des entreprises, qui ne contribue guère à la croissance".

Que signifie tout cela pour les Allemands ? Tout d’abord, le budget de cette année, qui prévoit les dépenses militaires les plus élevées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (dont une grande partie pour l’Ukraine) et des réductions massives dans les domaines des soins de santé, de l’éducation et de la protection sociale, pourrait n’être qu’un avant-goût de ce qui nous attend.

Et c’est un modèle qui est imposé au reste de l’Europe.

Aggraver une situation déjà difficile

L’Allemagne continue également d’insister sur des règles fiscales plus strictes pour l’Europe, ce qui ne fera probablement qu’aggraver la douleur économique déjà ressentie par des millions de personnes à travers l’Union, en grande partie à cause de la guerre économique contre la Russie.

En février, un accord de dernière minute entre la Commission européenne et le Parlement européen obligera les États membres de l’UE à réduire leurs ratios d’endettement et leurs déficits tout en maintenant les investissements dans des “domaines stratégiques tels que le numérique, l’écologie, le social ou la défense“.

Dans le même temps, selon Bloomberg, les fonctionnaires et les investisseurs de l’UE utilisent les règles fiscales pour faire pression en faveur d’un programme d’obligations à l’échelle de l’UE qui rapporterait aux investisseurs de gros bénéfices tout en permettant à l’Union d’augmenter les dépenses militaires sans que les nations individuelles ne s’endettent davantage.

Après des années d’utilisation de la clause de sauvegarde pour faire face aux retombées économiques de la pandémie, le retour des règles budgétaires sous la forme d’un nouveau cadre de “gouvernance économique” pourrait aider l’UE à obtenir les obligations de guerre tant convoitées, mais cela signifiera aussi plus d’austérité. – surtout pour les pays dont le taux d’endettement public est élevé, comme l’Italie, l’Espagne et la France.

N’oublions pas que l’UE met en avant ces mesures malgré ses propres sondages auprès des citoyens de l’Union, qui montrent que près de 80 % d’entre eux sont favorables à des politiques sociales plus fortes et à une augmentation des dépenses sociales.

Les conséquences potentielles

L’accumulation de crises, qui réduisent toutes le niveau de vie de la majorité des Européens, a des conséquences prévisibles. Un document publié l’année dernière et intitulé « Le coût politique de l’austérité » décrit en détail ce qui se passe déjà :

"Les consolidations budgétaires entraînent une augmentation significative des votes pour les partis situés aux extrêmes, une baisse de la participation électorale et une augmentation de la fragmentation politique. Nous mettons en évidence la relation étroite entre les développements économiques néfastes et le soutien des électeurs aux partis extrêmes en montrant que l’austérité induit de graves coûts économiques en réduisant le PIB, l’emploi, l’investissement privé et les salaires. Les récessions induites par l’austérité amplifient considérablement les coûts politiques des ralentissements économiques en augmentant la méfiance à l’égard de l’environnement politique".

Bruxelles a réussi à contenir les partis anti-européens dans l’ensemble de l’Union, malgré l’augmentation de leur part de voix. Le parti Chega, au Portugal, n’est que le dernier né de l'”extrême droite” à avoir profité du mécontentement des électeurs face à l’érosion de leur position économique et de leur démocratie. C’est ainsi que des plans ont été immédiatement mis en œuvre pour exclure Chega de toute coalition.

Dans la deuxième économie d’Europe, l’élection présidentielle n’aura lieu qu’en 2027, mais Marine Le Pen se rend déjà plus acceptable pour l’État permanent transatlantique :

"La “melonisation”, c’est à dire l’auto domestication, de Le Pen avance à marche forcée. Après avoir abandonner son programme anti-euro, elle apaise maintenant l’OTAN et Washington. Elle est presque prête a être autorisée a gouverner".

Si ce tweet fait référence à l’abandon par le Premier ministre italien Giorgia Meloni des positions passées de son parti sur l’OTAN et l’UE, le cas de la deuxième économie industrielle d’Europe, l’Italie, est instructif à bien d’autres égards, car il préfigure ce qui attend d’autres pays de l’UE, comme l’Allemagne. Trois points à retenir :

  1. L’Italie est ébranlée par la crise énergétique, mais cela fait plus de vingt ans qu’elle subit une baisse du niveau de vie, depuis son adhésion à la monnaie unique :

Le revenu annuel net des ménages italiens, qui était de 27 499 euros (aux prix constants de 2010) en 1991, est tombé à 23 277 euros en 2016, soit une baisse de 15 % du niveau de vie médian. Le revenu net moyen des ménages a diminué de 3 108 € entre 1991 et 2016, soit une baisse d’environ 10 %. L’Italie est le seul grand pays de la zone euro qui, au cours des 27 dernières années, a connu non pas une stagnation mais un déclin.

  1. La guerre économique contre la Russie a ensuite aggravé la situation, les prix de l’énergie ayant augmenté de plus de 50 % en 2022 et n’ayant toujours pas baissé. L’inflation, les salaires réels et l’activité industrielle vont tous dans la mauvaise direction.

En janvier, un tribunal italien a autorisé les compagnies énergétiques à interrompre l’approvisionnement en gaz de l’entreprise sidérurgique Acciaierie d’Italia (ADI), détenue majoritairement par le géant multinational de l’acier ArcelorMittal, en raison de dettes croissantes. C’est la principale usine, elle se situe dans la ville de Taranto et est une des plus grande d’Europe. Elle emploie environ 8 200 personnes et de nombreux autres emplois en dépendent.

La réponse des élites italiennes et bruxelloises est toujours la même : plus de suppressions de salaires, plus de réformes favorables au marché, plus de réductions des dépenses sociales et plus de privatisations. Il y a quelques mois à peine, la société de capital-investissement KKR, basée à New York et dont l’un des partenaires est l’ancien directeur de la CIA David Petraeus, a conclu un accord controversé pour racheter le réseau de téléphonie fixe de Telecom Italia. Aujourd’hui, le quotidien italien La Repubblica déclare que “l’Italie est à vendre“, décrivant des plans de privatisation d’une valeur de 20 milliards d’euros, notamment de la compagnie ferroviaire publique Ferrovie dello Stato, de Poste Italiane, de la banque Monte dei Paschi et du géant de l’énergie Eni. Ce plan serait rendu nécessaire par les réductions d’impôts accordées par le pays. Les quelque 100 milliards d’euros que Rome a engloutis pour faire face à la crise énergétique n’ont certainement pas aidé non plus. Et ce, alors que le frein à l’endettement de l’UE était suspendu.

  1. Selon Breugel, les nouvelles règles budgétaires de l’UE se traduiront pour l’Italie par une exigence de solde primaire structurel de plus de 4 % du PIB. Cela signifiera des réductions continues des services publics et la privatisation de tout ce qui n’a pas encore été exploité. En outre, les politiques d’austérité néolibérales de Bruxelles continueront à creuser le fossé entre les riches et les pauvres.

Comment ce carnage économique se traduit-il au niveau politique ? À la fin de l’année 2022, les électeurs ont déjà choisi la candidate (Meloni) qui se présentait comme une sceptique de l’UE et de l’OTAN. Elle s’est avérée n’être ni l’un ni l’autre.

Vers qui les électeurs se tournent-ils maintenant ? À l’heure actuelle, un tiers des électeurs italiens considèrent l’économie comme leur principale préoccupation, et la plupart d’entre eux n’ont nulle part où aller :

Cela explique en partie pourquoi le taux de participation aux élections italiennes de 2022 a été le plus faible depuis la Seconde Guerre mondiale. Des taux aussi bas sont observés en France, en Allemagne et ailleurs. C’est probablement la façon dont Ursula von der Leyen et la Commission européenne l’apprécient, mais combien de temps cela pourra-t-il durer ?

Les Européens de la classe ouvrière se rendent de plus en plus compte que l’UE est un projet de guerre de classe contre le travail. La confiance dans les institutions européennes continue de décliner, tandis que 66 % de la classe ouvrière européenne estime que sa qualité de vie se dégrade.  En bref, les politiques de Bruxelles créent une vague d’opposition à l’UE.

Comme c’est le cas dans une grande partie de l’Europe, le soutien à l’UE en Italie est déjà largement divisé en fonction des classes sociales :

"Des sondages récents suggèrent que le soutien à l’euro est clairement influencé par les revenus et les classes sociales. Le sentiment d’avoir bénéficié de l’euro croît avec le revenu et est le plus élevé parmi les professionnels indépendants et les grands employeurs, les (semi-)professionnels techniques et les cadres associés, tandis que les travailleurs de la production et des services et les propriétaires de petites entreprises sont beaucoup moins susceptibles de déclarer qu’ils ont bénéficié de l’euro. En résumé, en Italie, le soutien à l’euro se concentre sur les personnes les plus aisées économiquement et, en ce qui concerne le choix partisan, sur les électeurs de centre-gauche. Par ailleurs, plus une personne a bénéficié de l’euro, plus elle est susceptible de déclarer qu’elle voterait pour le maintien dans l’euro lors d’un hypothétique référendum. Il est important de noter que la majorité des électeurs italiens déclarent ne pas avoir bénéficié de l’euro, ce qui rend le soutien à la monnaie unique plutôt fragile".

Alors que l’escalade contre la Russie et la Chine se poursuit à l’étranger, nous assistons également à une escalade à l’intérieur du pays. Alors que des personnalités comme Mme von der Leyen font la leçon aux pays sur les dangers d’élire toute personne qu’ils considèrent comme une menace pour ce qu’ils appellent le “consensus libéral“, ils ont de plus en plus recours à des mises en garde contre des “outils“, à des menaces d’interdiction de partis politiques et à des mesures de répression de la parole pour parvenir à ce consensus.

Les réactions négatives se multiplient, qu’il s’agisse de manifestations d’agriculteurs, de partis politiques appelant à une nouvelle orientation, ou simplement d’individus ou de groupes diffusant des points de vue indésirables. Pour l’instant, ils sont accusés d’être d’extrême droite ou d’être des personnifications de la propagande russe, mais à quel moment le nombre de ceux qui sont dénigrés aura-t-il atteint la masse critique ?

Alors que le capital continue d’engloutir les États-providence européens et que le niveau de vie diminue, on demande aux citoyens de se sacrifier encore plus pour les guerres économiques des riches, dont on leur dit qu’elles sont des luttes pour les valeurs démocratiques. Pendant ce temps, ces valeurs sont de plus en plus bafouées au niveau national afin de réduire au silence l’opposition à ces guerres économiques. Cela ne semble pas être un modèle durable.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...