www.zejournal.mobi
Jeudi, 18 Avr. 2024

Des immigrés pour occuper des emplois vacants dans les fermes

Auteur : Éric Verhaeghe | Editeur : Walt | Jeudi, 29 Févr. 2024 - 12h27

Dans le brouhaha général, où le débat sur le protectionnisme, sur l’Ukraine, et sur quelques autres sujets, deviennent des exutoires pour les différentes colères qui s’agitent, des vraies mesures structurantes passent inaperçues. Ainsi, alors que le secteur agricole souffre d’une grave pénurie de manoeuvre, le gouvernement vient de ne pas se vanter d’avoir pris une décision capitale hier : déclarer le secteur en tension, et donc autoriser le recrutement d’étrangers hors UE pour pourvoir les postes vacants. Un grand remplacement dans les campagnes pour régler la grogne ?

Face aux tensions sur le marché agricole, le gouvernement vient de prendre une mesure contre-intuitive et potentiellement explosive : il devrait, début mars, ouvrir les métiers agricoles au recrutement sans autorisation préalable d’étrangers hors UE pour pourvoir les postes vacants. Intuitivement, face aux difficultés de revenus des petits agriculteurs, on aurait pu penser que le gouvernement aurait plutôt freiné l’afflux de “nouveaux”, particuliers d’Africains.

Il en est tout autrement.

Les consultations ont commencé avec les partenaires sociau vendredi dernier, donc, pour inscrire sur la liste des métiers en tension quatre professions agricoles :

  • agriculteur salarié
  • éleveurs salariés
  • maraîchers et horticulteurs salariés
  • viticulteurs et arboriculteurs salariés

Certains ne manqueront pas d’y voir une volonté de “grand remplacement” là où le protectionnisme devient un sujet de débat. D’autres rappelleront que, par-delà les mythes, le secteur agricole n’attire plus et souffre d’une grave pénurie de main-d’oeuvre.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...