www.zejournal.mobi
Jeudi, 18 Avr. 2024

L’UE prolonge la surveillance de masse des messages privés sur Facebook, Instagram, Gmail et Xbox jusqu’en avril 2026

Auteur : Didi Rankovic | Editeur : Walt | Lundi, 26 Févr. 2024 - 12h47

Scanner invasif et sujet aux erreurs.

Il ne faut jamais se fier à la nature “volontaire” des “codes volontaires” – impliquant des entreprises massives et des États-nations, ou, dans ce cas, une organisation transnationale comme l’UE.

En général, ces codes ne sont rien d’autre qu’une occasion pour ceux qui ont beaucoup à perdre (dans ce cas, Big Tech) de s’autocensurer et/ou de réduire la liberté d’expression en général – avant que les régulateurs gouvernementaux n’interviennent pour les punir de ne pas s’être alignés correctement sur leurs politiques. Et, en effet, la politique.

Il est évident que les deux parties sont susceptibles de jouer le jeu. Les gouvernements ne veulent pas montrer leur côté autoritaire et les entreprises ne veulent pas perdre d’argent.

Ici, l’UE – le Parlement européen (PE) pour être précis – travaille apparemment d’arrache-pied pour s’assurer que certains des plus grands acteurs basés aux États-Unis – Facebook, Instagram, Gmail, et même Xbox – poursuivent la surveillance de masse des messages privés pendant encore deux ans environ – avril 2026 étant cité comme la nouvelle date butoir.

Les règles officielles qui régissent cette situation sont connues sous le nom de “règlement de dérogation à la protection de la vie privée”.

Pour le confirmer, la semaine dernière, un membre allemand du Parlement européen (MEP) et avocat, Patrick Breyer, a annoncé dans un post sur son site que ce qu’il appelle “l’analyse de contrôle de chat en masse sujette à erreur” se poursuivra en effet pendant plusieurs années encore.

M. Breyer a indiqué que le Parlement européen et le Conseil de l’UE s’étaient mis d’accord, grâce à ce que l’on appelle un “accord de trilogue”, pour que l’analyse en masse des messages privés et des photos se poursuive pendant encore deux ans.

Les élections au Parlement européen (et dans les États-nations) sont citées comme la raison pour laquelle il faut s’assurer que cet accord est prolongé de toute urgence. Selon M. Breyer, le projet initial prévoyait une prolongation de neuf mois.

“Le Parlement européen veut mettre fin aux contrôles généralisés des chats qui violent les droits fondamentaux, mais avec l’accord d’aujourd’hui (15 février), il les consolide. Le Parlement européen veut une protection beaucoup plus forte et à l’épreuve des tribunaux contre les abus d’enfants en ligne, mais l’accord d’aujourd’hui n’apporte rien du tout pour mieux protéger nos enfants”, écrit M. Breyer, qui ajoute :

“Avec si peu de combativité, il est probable que le statu quo se prolonge et qu’une meilleure protection de nos enfants devienne de plus en plus improbable. Les victimes d’abus sexuels sur les enfants méritent mieux !”

En outre, M. Breyer accuse ce qu’il appelle un réseau industriel international de surveillance d’avoir atteint l’objectif d’obtenir une majorité au Parlement européen, dont le but déclaré est de combler ce que l’on dit être un vide juridique – qui est officiellement censé résoudre le problème de la “surveillance de masse par contrôle en vrac” (la version précédente du Parlement européen), qui est en train d’être supprimée.

Mais M. Breyer n’est pas du tout convaincu.

“En réalité, le balayage en vrac ne contribue pas de manière significative à sauver les enfants maltraités ou à condamner les agresseurs, mais il criminalise des milliers de mineurs, surcharge les forces de l’ordre et ouvre la porte à une justice privée arbitraire de la part des sociétés Internet”, écrit-il, avant d’ajouter :

“Si, selon la Commission européenne, seul un rapport sur quatre est pertinent pour la police, cela signifie que 750 000 fuites de photos de plages privées, d’images de nudité et de conversations intimes d’Européens n’ont aucun intérêt pour les forces de l’ordre chaque année”.

M. Breyer ajoute qu’en tant que représentant du Parti pirate allemand, il “s’efforce de faire cesser le balayage illégal de contrôle des conversations en vrac devant les tribunaux”, ce qui constitue en quelque sorte un avertissement à la Commission européenne et lui indique où sa prochaine “entreprise” de censure pourrait la mener.

“L’accord doit encore être approuvé par le Parlement et le Conseil de l’UE”, note enfin M. Breyer.

Lire aussi : L’Observatoire européen des médias numériques, financé par l’UE, appelle à une approche “globale de la société” pour contrer la “désinformation”

Traduit par Anguille sous roche


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...