www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Le «Guardian» révèle comment CNN manipule les informations sur Gaza

Auteur : James North | Editeur : Walt | Mercredi, 07 Févr. 2024 - 11h30

«Le siège de CNN émet des restrictions sur les points de vue palestiniens, ceux d’Israël étant pris au pied de la lettre. Toute publication ou diffusion doit être approuvé par le bureau de Jérusalem».

Le Guardian britannique vient de publier une confirmation extraordinaire et détaillée de ce que nous soupçonnions déjà, à savoir que la partialité de CNN dans les reportages sur la guerre d’Israël contre Gaza n’est pas un accident, mais une politique consciente et systématique dictée depuis le sommet de la chaîne.

Le long article du Guardian devrait être inscrit à tous les concours de prix possibles et imaginables. Chris McGreal a recueilli les propos de six initiés de la chaîne dans plusieurs salles de rédaction de CNN. Il a également mis la main sur «plus d’une douzaine de mémos et de courriels internes». L‘article – le Guardian n’a pas de pare-feu – compte 16 pages. Voici la première phrase :

«CNN est confrontée à une levée de boucliers de la part de son propre personnel à propos de politiques éditoriales qui, selon eux, ont conduit à une régurgitation de la propagande israélienne et à la censure des perspectives palestiniennes dans la couverture de la guerre à Gaza par la chaîne».

On a l’impression que CNN passe autant de temps à déformer les informations qu’à les recueillir. En voici un bref résumé :

«Les décisions quotidiennes en matière d’information sont déterminées par un flux de directives émanant du siège de CNN à Atlanta, qui a établi des lignes directrices strictes en matière de couverture.

Elles comprennent des restrictions strictes sur les déclarations du Hamas et d’autres points de vue palestiniens, tandis que les déclarations du gouvernement israélien sont prises au pied de la lettre».

Puis, encore plus extraordinaire :

«En outre, tout reportage sur le conflit doit être approuvé par le bureau de Jérusalem avant d’être diffusé ou publié.»

C’est exactement ainsi que les régimes autoritaires contrôlent leur production d’informations.

Les initiés de CNN ont déclaré à McGreal que la partialité de la chaîne «a eu pour conséquence, en particulier dans les premières semaines de la guerre, de mettre davantage l’accent sur les souffrances israéliennes et sur le récit israélien de la guerre comme une traque du Hamas avec ses tunnels, que sur l’ampleur du nombre de victimes civiles palestiniennes et les destructions à Gaza».

Les informateurs de McGreal ont déclaré que «le ton des reportages est donné au sommet par le nouveau rédacteur en chef et PDG, Mark Thompson». Les initiés de CNN ont déclaré qu’ils se souvenaient des antécédents de Thompson lors de son précédent poste à la tête de la BBC, de 2004 à 2012, où «Il a été accusé d’avoir cédé aux pressions du gouvernement israélien à plusieurs reprises, notamment en demandant à l’une des plus éminentes correspondantes de la BBC de quitter son poste à Jérusalem en 2005».

(Cette correspondante chevronnée de la BBC, Orla Guerin, continue d’effectuer des reportages sur pratiquement tous les fronts de crise de la planète et est sans doute la correspondante étrangère la plus accomplie de la chaîne britannique. Pourtant, vous la verrez rarement en train de diffuser des émissions à Jérusalem).

McGreal a déterré un mémo révélateur de deux pages, ouvertement appelé «une instruction de Mark», qui déclare que «… tandis que CNN rapporte les conséquences humaines de l’assaut israélien et le contexte historique de l’histoire, ‘nous devons en permanence continuer à rappeler à notre public la cause immédiate de ce conflit actuel, à savoir l’attaque du Hamas et le meurtre et l’enlèvement massifs de civils’».

L’excellent rapport de M. McGreal a omis un fait essentiel concernant Mark Thompson. Après avoir quitté la BBC, il est devenu président-directeur général du New York Times, de 2012 à 2020. Ceux d’entre nous qui ont passé des années à essayer d’expliquer le parti pris chronique du NYT sur le thème Israël/Palestine viennent peut-être de mettre en évidence l’une des preuves irréfutables de ce parti pris.

Voyons quel suivi cette remarquable enquête du Guardian suscitera dans les médias américains. Le téléphone de Mark Thompson devrait déjà carillonner, les journalistes américains lui demandant de réagir à ces graves accusations.

Jake Tapper, Dana Bash et Wolf Blitzer, entre autres, devraient également être sollicités pour des commentaires.

Bien sûr, ils ne diront probablement rien. Mais Chris McGreal a déjà montré que des membres de l’équipe de CNN sont prêts à s’exprimer en privé. De plus, pourquoi ne pas contacter discrètement des personnes de MSNBC, du New York Times et du Washington Post ? Et qu’en est-il de la National Public Radio, sans doute la plus frileuse d’entre elles ? Espérons que ce n’est qu’une question de temps avant que nous n’en apprenions davantage.

Traduction: Spirit of Free Speech


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...