www.zejournal.mobi
Lundi, 15 Avr. 2024

Une étude le prouve : le vaccin à ARNm de Pfizer peut s’intégrer à l’ADN humain

Auteur : Report24 (Allemagne) | Editeur : Walt | Mardi, 26 Déc. 2023 - 14h24

Une fois de plus, une « théorie du complot » sur les injections expérimentales de gènes devient un fait vérifiable. Parce que : Une nouvelle étude a découvert des gènes uniques aux vaccins à ARNm Pfizer dans les cellules sanguines humaines. Voilà pour « Les vaccins sont sûrs »…

Les fabricants de vaccins, les autorités sanitaires, les grands médias et les politiciens ont affirmé à plusieurs reprises que les vaccins expérimentaux à ARNm sont sûrs et n'affecteront pas la structure génétique des personnes. Mais comme pour les mensonges très évidents selon lesquels les injections de gènes empêcheraient également les infections et les transmissions , soit il s’agissait simplement d’un mensonge flagrant, soit une éventuelle contamination de l’ADN humain par l’ARNm n’a tout simplement pas été étudiée.

Une étude récemment publiée (Dhuli et al., Presence of viral Spike Protein and Vaccin Spike Protein in the Blood Serum of Patients with Long-Covid Syndrome), basée sur l'analyse de l'ADN d'échantillons sanguins de volontaires, confirme l'existence de gènes le vaccin Pfizer/BioNTech Covid BNT162b2. Ce qui est intéressant, c’est que les chercheurs italiens voulaient en réalité enquêter sur ce qu’on appelle le « Long Covid ». Ils sont tombés sur des protéines de pointe qui avaient des propriétés qui n’apparaissent en réalité que chez celles provenant des vaccins. Ceux-ci s’ajoutent à ceux provenant d’infections naturelles.

Les auteurs de l’étude se sont alors demandé : comment la production à long terme de protéines de pointe est-elle possible ? Cela pourrait-il être dû à des modifications de l’ADN qui transforment les cellules en usines permanentes de protéines de pointe ? Pour répondre à cette question, ils ont utilisé des tests spécifiques à l'ADN pour détecter la présence du code génétique du vaccin Covid dans les génomes des cellules des participants à l'étude, comme ils le décrivent dans leur supplément d'étude .

Les auteurs notent que leurs résultats sont cohérents avec une « transcription inverse intracellulaire » – le vaccin devient ainsi une partie du génome du vacciné. Même si ce n’est pas le cas pour toutes les personnes vaccinées, cela arrive quand même. Et on ne sait pas encore quels types de cellules sont concernés. Ce serait mauvais si cela affectait également les spermatozoïdes et les ovules, par exemple. Car cela pourrait aussi avoir un impact sur les générations futures.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...