www.zejournal.mobi
Dimanche, 25 Févr. 2024

Macron demande aux petits patrons de se sacrifier pour les bureaucrates

Auteur : Éric Verhaeghe | Editeur : Walt | Jeudi, 23 Nov. 2023 - 18h57

Tiens ! le chômage repart à la hausse, ce qui contrecarre singulièrement le narratif du grand réformateur qui a vendu les problèmes du pays grâce à des mesures impopulaires mais efficaces. Donc, Macron se fâche et demande désormais aux patrons, et spécialement aux petits et aux moyens, de faire des efforts pour créer de l’emploi. Bien entendu, pas un mot sur les problèmes de recrutement, sur le coût du travail ni sur l’enfer bureaucratique que les patrons subissent au jour le jour. Et pas un mot sur le refus obstiné des bureaucrates de réduire les dépenses publiques. Les efforts, c’est pour les autres. Les dividendes, c’est pour les politiques.

Recevant les patrons pour lancer un énième dispositif destiné à aider les entreprises françaises à exporter (le genre de cautère sur la jambe de bois de la désindustrialisation française), Macron leur a remonté les bretelles. Face à la remontée du chômage annoncée hier par l’INSEE, Macron voudrait que les PME françaises créent de l’emploi pour inverser le courant et atteindre les 5% de chômage qu’il a imprudemment promis.

Bien entendu, de son côté, Macron ne prend aucun risque. Il ne taille surtout pas dans les pléthoriques dépenses sociales dont l’Agenda 2030 de l’ONU fait l’éloge, à l’unisson de l’Union Européenne, qui découragent tout le monde de travailler. Il ne réduit pas l’étouffant, l’étranglant coût du travail, qui lamine les salaires perçus, mais fait exploser les salaires versés. Il prend bien garde de ne pas demander aux bureaucrates de réduire leurs dépenses, ce qui permettrait pourtant de diminuer le coin fiscal qui pèse sur les entreprises.

Il dit seulement aux patrons qui font la croissance du pays :

« Réveillez-vous ! Je vous le dis en toute sincérité, réveillez-vous ! On est à 7 % de taux de chômage », « nous n’y sommes pas »
Emmanuel Macron

Macron, donc, ne fait pas son job de patron de l’administration, ni de gestionnaire des comptes publics. Il ne vaut surtout pas s’essuyer à l’impopularité de secouer les “bureaux” tout-puissants de l’administration, ni prendre le risque de mettre les Français devant leurs responsabilités en matière de travail.

Il préfère s’en prendre aux moins nombreux, les petits patrons, en leur demandant de façon rustaude de faire les efforts qu’il n’ose pas demander aux autres. C’est la règle de ce pays : plus vous travaillez, plus on vous en demande. Moins vous travaillez, moins on vous sollicite.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...