www.zejournal.mobi
Vendredi, 23 Févr. 2024

La lettre de l'autorité de régulation européenne EMA supprime la base de toute exigence de vaccination corona

Auteur : Peter F. Mayer | Editeur : Walt | Jeudi, 23 Nov. 2023 - 18h01

Certains députés européens ont demandé des éclaircissements à l’EMA sur un certain nombre d’aspects de l’approbation des vaccins corona. En plus des pages d’excuses, il existe une déclaration claire qui invalide tout argument en faveur d’une vaccination obligatoire générale ou liée au travail.

Ce sont les députés européens Marcel de Graaff, Gilbert Collard, Francesca Donato, Joachim Kuhs, Mislav Kolakuši?, Virginie Joron, Ivan Vilibor Sin?i? et Bernhard Zimniok qui ont ordonné les réponses à une série de questions. Dans une lettre datée du 18 octobre 2023, signée par la directrice générale de l'EMA, Emer Cooke, il y a au moins une précision importante.

Voici la traduction de la réponse à la première question :

Les indications approuvées

Ils notent que, sur la base des indications approuvées, les vaccins « ne devraient être administrés qu’aux personnes recherchant une protection personnelle et ne sont pas approuvés pour réduire les taux de transmission ou d’infection (contrôle de la transmission) ». Ils notent également que l’indication approuvée ne correspond pas aux utilisations promues par « les sociétés pharmaceutiques, les politiques et les professionnels de la santé ».

Vous avez en effet raison de souligner que les vaccins contre la COVID-19 ne sont pas approuvés pour prévenir la transmission d’une personne à une autre. Les indications servent uniquement à protéger les personnes vaccinées.

Les informations sur le produit des vaccins contre la COVID-19 indiquent clairement que les vaccins sont destinés à une immunisation active pour prévenir la COVID-19. En outre, les rapports d’évaluation de l’EMA sur l’approbation des vaccins soulignent qu’il n’existe aucune donnée sur la transférabilité.

L’EMA continuera à faire preuve de transparence quant aux utilisations approuvées des vaccins contre la COVID-19 et à identifier les domaines dans lesquels nous devons dissiper les malentendus.

C’est comme une moquerie que l’EMA admette aujourd’hui, après que des millions de doses de vaccin périmées ont été jetées et éliminées, ce que des scientifiques réputés ont déjà clairement déclaré en 2020 : l’injection dans le haut du bras ne peut jamais conduire à une immunité stérile qui élimine le l'infection et le Peut empêcher la transmission à d'autres personnes.

Mais c'est précisément l'affirmation d'une protection contre l'infection et la transmission qui était la seule justification acceptable pour la vaccination obligatoire en Autriche et pour les vaccinations obligatoires liées au travail dans de nombreux pays - dans le système de santé, dans l'armée, dans les établissements de soins, etc. . Si l’EMA avait effectivement rendu « transparentes » « les utilisations approuvées des vaccins contre le Covid-19 » et dissipé les « malentendus », alors il n’aurait jamais pu y avoir une quelconque forme de vaccination obligatoire.

Réponses incorrectes ou évasives

Les autres points de la lettre sont soit encore incorrects, soit formulés de manière très évasive.

Tout d’abord, les morceaux d’ARNm raccourcis et « cassés ». La réponse de l’EMA :

« Bien que certains morceaux d’ARNm tronqués aient été trouvés dans le vaccin, le CHMP a conclu en 2020 que « les spécifications proposées concernant l’intégrité de l’ARN et la coiffe 5′ sont considérées comme scientifiquement justifiées et acceptables. Cependant, des données supplémentaires pour compléter la caractérisation de la substance active et du médicament fini et prenant en compte l'expérience clinique sont considérées comme importantes pour confirmer l'adéquation de ces spécifications et ces données doivent être soumises après autorisation en tant que conditions particulières pour l'autorisation de mise sur le marché ».

En fait, des proportions allant jusqu'à 50 % de ces fragments d'ARNm ainsi que d'autres impuretés, parfois massives, ont été trouvées dans les préparations livrées. L’affirmation « certains » est tout simplement fausse. Les effets que ces fragments pourraient avoir sur la personne vaccinée n’ont jamais été étudiés, de sorte que des dommages massifs à la santé n’ont jamais été exclus.

Réglementation du génie génétique

TKP a rendu compte de la modification de la réglementation européenne sur le génie génétique le 5 août 2020 . Le Parlement européen a approuvé le nouveau règlement le 10 juillet, le Conseil (Conseil des ministres) le 14 juillet. La nouvelle politique entre en vigueur le 17 juillet. Le titre un peu gênant est :

« RÈGLEMENT DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relatif à la conduite d'essais cliniques de médicaments à usage humain contenant ou constitués d'organismes génétiquement modifiés pour le traitement ou la prévention de la maladie à coronavirus (COVID-19) et leur délivrance »

Le règlement précise en outre :

« Compte tenu de l’urgence de santé publique sans précédent provoquée par la pandémie de COVID-19, la protection de la santé publique doit être une priorité. Il est donc nécessaire d’accorder une dérogation temporaire aux exigences d’une évaluation préalable des incidences sur l’environnement pendant la durée de la pandémie de COVID-19 ou aussi longtemps que la COVID-19 constitue une urgence de santé publique. L’exemption devrait être limitée aux essais cliniques de médicaments expérimentaux contenant ou constitués d’OGM pour le traitement ou la prévention de la COVID-19. Tant que l’exemption temporaire s’applique, l’évaluation de l’impact environnemental… ne devrait pas être une condition préalable à la conduite de ces essais cliniques.

L’EMA affirme désormais dans sa réponse, contrairement à tout ce qui a été communiqué à l’été 2020 :

« Il est important de préciser d’abord que les vaccins à ARNm ne sont pas considérés comme des organismes génétiquement modifiés. Nous supposons que le règlement était destiné à d’autres vaccins, tels que : B. Les vaccins qui « contiennent des virus affaiblis ou des vecteurs vivants pouvant entrer dans la définition d’un OGM ».

Ce n'est tout simplement pas vrai. Bien entendu, les protéines Spike ont été génétiquement modifiées pour leur conférer les propriétés souhaitées. Des parties sont génétiquement découpées et, par exemple, de la pseudo-uridine est insérée.

L'écriture continue sur ce ton. La sécurité est là, l'efficacité diminue, mais c'est pour cela qu'il existe des boosters et des préparations adaptées. L'effet secondaire ne peut pas être immédiatement attribué à la vaccination, mais doit être examiné attentivement et de nombreuses vaccinations ont effectivement été effectuées. Emer Cooke, directrice générale de l'EMA, était auparavant directrice générale du groupe de pression pharmaceutique européen. Les réponses ne sont donc guère surprenantes.

Voici le texte intégral de la lettre :

Letter_to_MEP_Marcel_de_Graaff_et al

Image parJeyaratnam Caniceus sur Pixabay


- Source : tkp (Autriche)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...