www.zejournal.mobi
Vendredi, 23 Févr. 2024

Les vaccins contre le COVID-19 peuvent déclencher des maladies rhumatismales inflammatoires : Étude

Auteur : Marina Zhang | Editeur : Walt | Mardi, 17 Oct. 2023 - 20h22

Une nouvelle étude suggère que les vaccins contre le COVID « peuvent déclencher » des maladies rhumatismales inflammatoires à médiation immunitaire, notamment l’arthrite, la vascularite, le lupus et la maladie de Still à l’âge adulte.

Selon l’étude, les patients ont développé des maladies rhumatismales en moyenne 11 jours après l’administration du vaccin. Soixante-quinze (plus de 27 %) de ces patients ont connu une rémission totale de la maladie, et environ 50 % ont vu leur état s’améliorer après le traitement. Huit ont été admis en soins intensifs et deux sont décédés des suites de leurs symptômes.

« Le court laps de temps entre l’administration du vaccin contre le COVID-19 et l’apparition de R-IMID suggère la possibilité potentielle d’une relation de cause à effet », écrivent les auteurs.

Les maladies inflammatoires rhumatismales à médiation immunitaire (R-IMIDs) impliquent une inflammation qui se manifeste dans les articulations, les tendons, les muscles et les os en raison d’une cause inconnue.

L’étude, dirigée par des chercheurs du National Health Service au Royaume-Uni, a porté sur 271 participants issus de 190 études de cas publiées dans le monde entier.

Plus de 80 % des patients ont développé des symptômes après leur première ou deuxième dose du vaccin contre le COVID-19, et la plupart d’entre eux ont été traités et ont vu leur état s’améliorer grâce à des corticostéroïdes.

Près de 57 % des patients blessés ont reçu le vaccin de Pfizer, près d’un quart celui d’AstraZeneca et 12 % des maladies rhumatismales se sont manifestées après l’administration du vaccin de Moderna.

Maladies déclarées

Les maladies rhumatismales sont peut-être moins fréquentes que la myocardite, un effet indésirable connu de la vaccination contre le COVID. Une recherche sur le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) a révélé que plus de 3 000 cas de myocardite ont été signalés après l’administration du vaccin contre le COVID-19, avec plus de 2 300 cas d’arthrite, plus de 370 cas de lupus érythémateux disséminé, le type de lupus le plus courant, et 280 cas de vascularite. Les maladies rhumatismales suivantes ont été incluses dans cette toute première étude systématique des maladies rhumatismales nouvellement apparues après la vaccination contre le COVID.

Inflammation des vaisseaux sanguins

La vascularite était la maladie rhumatismale la plus fréquente dans l’étude, avec 86 effets indésirables enregistrés. Les maladies vasculaires les plus courantes affectent les petits vaisseaux sanguins, provoquant des taches rouges et des bosses sur la peau et d’éventuelles lésions organiques. Les vaisseaux sanguins de taille moyenne et de grande taille peuvent également être touchés, provoquant des lésions tissulaires, musculaires et rénales.

Une patiente atteinte d’une inflammation des gros vaisseaux sanguins a présenté une accumulation de liquide dans ses poumons. Un autre patient a développé une inflammation des artères de la tête et a perdu la vision de son œil gauche en raison d’une diminution du flux sanguin vers ses nerfs optiques.

Maladies du tissu conjonctif

Soixante-six cas de maladies ont affecté les tissus conjonctifs. Les maladies entrant dans cette catégorie comprennent le lupus, une maladie auto-immune affectant la peau, les articulations et les organes internes, ainsi que la myosite et la dermatomyosite, qui se manifestent par une inflammation des muscles et des tissus.

Deux patients sont décédés des suites de leur maladie. L’un d’eux était un homme de 44 ans qui avait développé une myosite, ou inflammation musculaire, et un syndrome des loges dans ses membres. Le syndrome des loges est une affection douloureuse et potentiellement mortelle qui se manifeste par une augmentation de la pression dans les muscles. Une autre femme de 62 ans est décédée après avoir développé un diabète et une dermatomyosite, une inflammation de la peau et des muscles, après avoir reçu le vaccin de Pfizer.

Arthrite

Cinquante-cinq patients ont développé de l’arthrite après avoir été vaccinés, principalement au niveau des genoux, des coudes et des chevilles.

Après un traitement aux stéroïdes, la plupart des patients ont vu leurs symptômes s’améliorer, 12 sont entrés en rémission et deux ont eu des symptômes persistants.

Maladie de Still à l’âge adulte

Vingt-deux cas de maladie de Still à l’âge adulte ont été documentés dans le rapport. Les symptômes de cette maladie rare comprennent une fièvre quotidienne, de l’arthrite dans plus de cinq articulations et des éruptions cutanées de couleur rose saumon sur le corps. Six de ces patients ont également développé des problèmes cardiaques, dont deux ont développé une myocardite et une insuffisance cardiaque.

Cinq des patients sont entrés en rémission, tandis que la plupart ont vu leur état s’améliorer après avoir été traités par des stéroïdes.

Autres maladies

Parmi les maladies moins courantes, citons la polymyalgie rhumatismale, signalée chez 21 personnes. Les symptômes de cette maladie comprennent la raideur et l’inflammation des épaules, du cou et des hanches, et la sarcoïdose, qui survient lorsque des tissus enflammés commencent à se développer à l’intérieur des organes, provoquant un dysfonctionnement des tissus.

Le mimétisme moléculaire est la principale explication

Les auteurs ont noté que le délai entre la vaccination et l’apparition des symptômes était très court, la durée moyenne étant de 11 jours. Cette durée est similaire à celle constatée dans d’autres études portant sur les effets secondaires de la myocardite après les vaccins COVID-19. Les auteurs ont estimé que le vaccin pouvait avoir été un « déclencheur » des maladies rhumatoïdes.

Cependant, certains des patients auraient pu être prédisposés aux maladies rhumatismales, selon les auteurs. En outre, certains auraient pu être prédisposés à avoir une réponse très inflammatoire aux vaccinations par ARNm, entraînant des symptômes rhumatismaux tels que la raideur et l’inflammation des articulations.

Le mimétisme moléculaire, qui se produit lorsque l’organisme confond des substances étrangères avec les siennes et déclenche une réponse immunitaire, est la principale explication du développement de ces maladies auto-immunes. Les auteurs ont estimé que les adjuvants des vaccins, comme l’aluminium, pouvaient avoir une structure similaire à celle des protéines humaines. Par conséquent, l’organisme aurait pu confondre ses propres tissus en attaquant ces adjuvants, perçus comme des envahisseurs étrangers.

Cependant, de nombreuses études ont montré que les protéines spikes présentes à la surface du virus COVID-19 présentent des similitudes structurelles avec des protéines humaines. Une étude a révélé que les anticorps qui réagissaient aux protéines spikes pouvaient également réagir à près de 30 tissus humains différents. Si les protéines spikes induites par les vaccins contre le COVID-19 sont similaires aux protéines spikes virales d’origine, alors les protéines spikes du vaccin pourraient également déclencher une auto-immunité.

Une autre possibilité est que les vaccins à ARNm déclenchent la formation d’inflammasomes. Les inflammasomes sont des groupes de protéines qui signalent l’inflammation et l’élimination virale. Les cellules immunitaires peuvent également devenir hyperactives et endommager leurs propres tissus pour tenter d’éliminer le vaccin.

Photo d'illustration: Un agent de santé utilise une aiguille et une fiole de vaccin contre le COVID-19 de Pfizer-BioNTech pour préparer une dose dans un centre de santé de vaccination, sur une photo d’archive. (Justin Tallis/AFP via Getty Images)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...