www.zejournal.mobi
Mercredi, 12 Juin 2024

La nouvelle carte de l’Afrique

Auteur : Andrea Marcigliano | Editeur : Walt | Vendredi, 22 Sept. 2023 - 19h44

L’Alliance du Sahel est née. Une entente militaire et politique entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger.

Peu en ont parlé. Mais c’est un fait… révolutionnaire.

La géographie de l’Afrique change. Rapidement. Et les cartes encore utilisées aujourd’hui, qui reproduisent en fait celles de la période coloniale, risquent de finir bientôt remisées au grenier.

L’équilibre de l’Afrique du Nord-Ouest, et de l’Afrique centrale, semble en effet figé. Arrêté au moment du colonialisme, notamment français, qui avait profondément mise en friche ces terres. Sans jamais vraiment lâcher prise.

En fait, la domination coloniale directe avait simplement été remplacée par un contrôle non moins étroit des ressources économiques, de la monnaie et des réserves d’or des pays issus du seul processus apparent de décolonisation. Elle a même maintenu une présence militaire directe. Cette présence a été renforcée par la volonté affichée de coopérer à la lutte contre le djihadisme islamique.

Le gouvernement est resté, nominalement, entre les mains de dirigeants locaux – parler d’élites serait absurde – hétéro-dirigés depuis Paris. Et, presque toujours, auto-référents et profondément corrompus. Incapables, à de rares exceptions près, de donner un sens national à des pays qui s’étaient constitués uniquement sur la base des frontières des anciens gouvernorats coloniaux. Sans aucun respect pour les différences ethniques, culturelles et religieuses des peuples.

Ces pays africains nous ont habitués, pendant des décennies, à de fortes tensions tribales. Et à une instabilité politique chronique, seulement partiellement masquée par des régimes personnalistes. Et, souvent, familiaux, comme celui, vieux de quarante ans, des Bongo au Gabon.

Tout cela, cependant, n’a jamais porté atteinte aux intérêts coloniaux. Et surtout sur ceux de la France, qui a continué à se nourrir sur le dos de ses anciennes (si l’on peut dire) colonies. À tel point qu’il n’est pas exagéré de dire qu’une grande partie de la richesse française provient de son empire africain.

Aujourd’hui, cependant, la situation est complètement différente. Cette nouvelle alliance sahélienne fragilise la CEDEAO, qui a toujours été un outil docile entre les mains de l’Élysée. Et elle ouvre des horizons totalement nouveaux.

Mais il n’y a pas que le conflit, pour l’instant latent, entre les alliés (subalternes) de la France et les rebelles. Toute l’Afrique semble être devenue une poudrière. Et les tentatives de l’Élysée pour détendre les relations tendues avec l’Algérie n’ont guère abouti. Cette dernière ayant publiquement déclaré son soutien au Niger et à la nouvelle Alliance.

Au contraire, cela a eu un effet boomerang. L’aliénation des relations avec le Maroc. Comme en témoigne le double camouflet infligé par Rabat à Macron. Le Maroc a d’abord refusé l’aide française lors du récent et tragique tremblement de terre. Il a ensuite refusé publiquement la visite officielle du président français et sa rencontre avec le roi Mohammed VI.

 

Et puis le coup d’État au Gabon. Et celui, plus tard démenti mais manifestement tenté, au Congo. Où se jouent d’étranges jeux internationaux.

Car s’il est vrai que Moscou soutient la révolte des États du Sahel – avec également une présence de plus en plus évidente des SMP russes, dont la célèbre Wagner – même Washington ne semble pas mécontent de certains changements en Afrique centrale. À commencer, précisément, par le Gabon.

Une attitude qui révèle comment les États-Unis ont l’objectif mal dissimulé de remplacer Paris dans le contrôle d’une certaine région africaine.

L’Afrique est le nouveau théâtre privilégié du Grand Jeu. Un jeu entre puissances qui ne respecte aucun schéma préétabli. Pas d’alliances ou d’alignements formels. Un jeu dont il est très difficile, aujourd’hui, d’identifier clairement les lignes et les frontières.

Une certitude. La carte de l’Afrique évolue rapidement. Et la France est sur le point d’être expulsée du continent qu’elle considérait, hier encore, comme sa propriété.

Traduction: Euro-Synergies


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...