www.zejournal.mobi
Vendredi, 23 Févr. 2024

François Asselineau – Injonctions de l’UE : Meloni contrainte de renoncer à ses engagements

Auteur : UPR | Editeur : Walt | Mardi, 29 Août 2023 - 18h34

Le ministre italien des finances vient d’avouer qu’à cause des injonctions de la Commission européenne et de la BCE, de nombreuses promesses électorales emblématiques de Meloni ne seront pas honorées :

Promesse : Meloni avait promis d’abaisser l’âge du départ à la retraite, élevé à 67 ans par Mario Draghi ?

Réponse : La Commission européenne a dit non.
Il sera maintenu à 67 ans !

Promesse : Meloni avait promis d’instaurer une “flat tax” de 15% sur tous les foyers gagnant moins de 65.000 €/an ?

Réponse : La Commission européenne a dit non.
C’est abandonné.

Promesse : Meloni avait promis une relance par des politiques publiques ?

Réponse : La Commission européenne la contraint à faire le contraire : coupes budgétaires pour 1,5 Md€ et rigueur dans tous les ministères.
La relance attendra.

Promesse : Meloni avait promis d’instaurer une taxe exceptionnelle sur les profits bancaires?

Réponse : La Banque centrale européenne refuse !
Oubliée la taxe…

Etc.

Toutes ces trahisons de promesses électorales surviennent après celle, inouïe, sur l’immigration, dont j’ai déjà parlé.

Promesse : Meloni avait promis d’arrêter net l’afflux de migrants sur les côtes de Méditerranée ?

Réponse : Elle le laisse au contraire exploser ! Pour ne pas sortir de Schengen et des articles 67, 77 et 78 du Traité de fonctionnement de l’Union européenne, Meloni a accepté que cet afflux soit multiplié par 2 au cours des 7 premiers mois de 2023 par rapport à la même période de 2022 sous le gouvernement Draghi.

CONCLUSION

Comme le dit le dicton, “les faits sont têtus”. Ce qui se déroule en Italie confirme à 200% ce que je ne cesse d’expliquer aux Français depuis 16 ans ½, sous les insultes des européistes et les ricanements des “alter-européistes”.

Comme l’ont prouvé les gouvernements Tsipras en Grèce, Kurz en Autriche, Salvini en Italie, et maintenant Meloni encore en Italie, AUCUN CHANGEMENT SIGNIFICATIF N’EST POSSIBLE TANT QUE L’ON RESTE DANS LA DICTATURE DE L’UNION EUROPÉENNE, DE l’EURO ET DE L’OTAN.

Les dirigeants de tous les partis politiques invités dans les médias mentent effrontément aux Français :

  • lorsqu’ils refusent de parler de cette dictature,
  • et lorsqu’ils ont le culot de présenter des programmes alléchants pour leurs électorats respectifs, mais totalement incompatibles avec le maintien dans l’Union européenne, dans l’euro et dans l’OTAN.

Les plus condamnables, politiquement et moralement, sont les faux opposants.

EN CONTREPARTIE DE PASSAGES MÉDIAS, Le Pen, Bardella, Zemmour, Ciotti, Faure, Mélenchon, Roussel etc. ÉGARENT LÂCHEMENT ET DÉLIBÉRÉMENT les Français, en leur faisant croire qu’ils pourraient rester dans l’Union européenne, dans l’euro et dans l’OTAN tout en appliquant le changement profond que souhaitent leurs électeurs.

En agissant ainsi, Le Pen, Bardella, Zemmour, Ciotti, Faure, Roussel, Mélenchon, etc., se comportent exactement comme se sont comportés Tsipras, Kurz, Salvini et Meloni…

Ils acceptent en leur for intérieur de mentir effrontément à ceux qui leur font confiance.

Ils profitent sciemment de l’ignorance et de la crédulité de millions d’électeurs pour se faire élire, puis les trahir sans vergogne.

C’est de l’abus de confiance et une escroquerie historique abjecte.

Les Français doivent se soulever contre ce système vicieux et totalement verrouillé.

Cela doit commencer en juin 2024 en votant massivement pour la liste UPR pour le Frexit que je conduirai aux élections européennes.


- Source : UPR

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...