www.zejournal.mobi
Samedi, 13 Juill. 2024

Le véritable coût de l’énergie produite par les éoliennes

Auteur : Naveen Athrappully | Editeur : Walt | Mercredi, 24 Mai 2023 - 17h57

Les affirmations selon lesquelles l’énergie éolienne est respectueuse de l’environnement ne tiennent souvent pas compte des effets néfastes que ces projets peuvent avoir sur la faune et les écosystèmes, dissimulant ainsi le « coût réel » de ces initiatives.

Les projets d’énergie éolienne peuvent menacer les oiseaux qui volent dans leur voisinage et entraîner un déclin de leur population ; ils peuvent nuire à la vie marine en raison de la pollution sonore et affecter la croissance des plantes dans la région où ils sont implantés. Stimulée par les subventions accordées par le gouvernement fédéral, la croissance des projets éoliens a suscité des inquiétudes quant aux impacts cumulés qu’ils ont sur l’environnement.

Les protestations contre les projets d’énergie éolienne se sont multipliées dans le monde entier. Aux États-Unis, des personnes se sont opposées à l’installation de turbines éoliennes dans le lac Érié en raison des inquiétudes suscitées par l’impact environnemental du projet.

Dans le New Jersey, des manifestants ont demandé la suspension du développement d’un parc éolien en mer qui, selon eux, a entraîné l’échouage de dauphins et de baleines sur le rivage.

En Norvège, l’activiste climatique Greta Thunberg a protesté contre un projet de construction de deux parcs éoliens sur les pâturages de rennes des Samis. Les Samis sont le seul peuple autochtone reconnu au sein de l’Union européenne et affirment que leur tradition d’élevage de rennes sera mise en danger par les parcs éoliens.

Danger pour les oiseaux et les baleines

Les pales des éoliennes peuvent être fatales pour les oiseaux. Lorsque les premières centrales éoliennes commerciales ont été installées aux États-Unis, elles n’avaient pas pris en compte l’impact du projet sur les oiseaux et d’autres créatures volantes comme les chauves-souris. Non seulement les oiseaux sont blessés en entrant en collision avec les pales, mais les chauves-souris volantes peuvent être affectées par les changements de pression de l’air résultant de la rotation des pales.

La prolifération des éoliennes constituerait un danger important pour la population d’aigles royaux, qui serait déjà en déclin dans certaines régions.

Une analyse de l’Associated Press a révélé qu’un nombre important d’aigles mouraient alors que les poursuites pénales étaient moins nombreuses, ce qui suggère un « compromis » intentionnel entre la mort des oiseaux et la mise en œuvre d’une production d’énergie propre.

« Ils se plient en quatre pour les compagnies éoliennes« , a déclaré Mike Lockhart, un ancien biologiste du U.S. Fish and Wildlife Service, selon le média. « Je pense qu’ils tuent beaucoup plus d’aigles qu’ils ne l’avaient prévu.

Des dizaines de permis pour des projets éoliens approuvés ou en cours d’approbation devraient entraîner la mort d’environ 6 000 aigles sur plusieurs décennies.

Un article publié en 2013 estimait à 234 000 le nombre moyen d’oiseaux tués chaque année aux États-Unis à la suite de collisions avec des installations éoliennes. Avec environ 50 000 mégawatts de capacité installée dans le pays, cela représente environ 4,68 décès d’oiseaux par mégawatt.

L’administration Biden s’est fixé pour objectif de déployer 30 000 mégawatts de capacité éolienne en mer d’ici à 2030. À raison de 4,68 oiseaux morts par mégawatt, cela pourrait entraîner la mort de 140 000 oiseaux supplémentaires par an.

L’installation d’éoliennes et le bruit généré par leur fonctionnement peuvent avoir un effet néfaste sur les baleines.

L’année dernière, un responsable du Northeast Fisheries Science Center (NEFSC) de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a mis en garde contre la mise en place de projets éoliens au large des côtes de la Nouvelle-Angleterre, car cela menacerait la population de baleines franches de la région.

En 2011, on comptait environ 478 de ces créatures, un nombre qui est tombé à 350 en 2022. En janvier, le représentant Jeff Van Drew (R-N.J.) a demandé l’arrêt de l’activité éolienne offshore dans le New Jersey après qu’un nombre « sans précédent » de baleines se soient échouées sur le rivage dans la région.

Changements climatiques et environnementaux

Les projets éoliens modifient les habitats où ils sont implantés, en changeant la végétation et d’autres caractéristiques du paysage de la région. L’implantation d’un parc éolien nécessite la création d’espaces ouverts. Les grands espaces ont tendance à augmenter la vitesse du vent. Ces changements minimes peuvent entraîner une hausse des températures et une baisse du taux d’humidité.

Des températures plus élevées la nuit peuvent amener les plantes à rejeter plus de CO2 que d’habitude. Ce dioxyde de carbone est essentiel à la croissance des plantes. En libérant le CO2, la croissance des plantes peut donc être affectée. Dans les zones agricoles où des éoliennes sont installées, cela pourrait se traduire par une baisse des rendements agricoles.

Une étude réalisée en 2018 a révélé que l’énergie éolienne peut avoir un impact sur le climat en modifiant la couche limite de l’atmosphère. « Nous constatons que la production de la demande actuelle d’électricité aux États-Unis par l’énergie éolienne réchaufferait les températures de surface des États-Unis continentaux de 0,24 degré Celsius », indique l’étude.

L’effet de réchauffement s’est avéré le plus fort la nuit, avec un effet de réchauffement nocturne observé dans 28 parcs éoliens opérationnels aux États-Unis.

Une étude de 2010 a révélé que « les impacts des éoliennes sur les conditions météorologiques de surface sont susceptibles d’affecter les pratiques agricoles ainsi que les communautés vivant dans les zones résidentielles autour des parcs ».

Ni bon marché, ni fiable

Outre les coûts environnementaux considérables, l’énergie éolienne n’est pas aussi bon marché qu’on le prétend généralement. On dit que l’électricité éolienne est moins chère que d’autres sources d’énergie comme le charbon et le gaz, en citant généralement une mesure connue sous le nom de « coûts énergétiques nivelés » (LCOE).

Cependant, le LCOE ne dit pas tout. Il ne calcule le coût de la production d’électricité que lorsque la source d’énergie produit effectivement de l’électricité. Le LCOE ne tient pas compte de tous les coûts liés à la production d’électricité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ce qui est nécessaire pour assurer la fiabilité d’un réseau électrique.

Par exemple, les centrales éoliennes ne produisent pas d’électricité lorsqu’il n’y a pas de vent ou leur production d’électricité diminue lorsque les vents sont faibles.

Dans de telles situations, les centrales au charbon et au gaz doivent compenser le manque de production. Les centrales au gaz et au charbon qui sont maintenues en veille ont tendance à avoir des coûts d’exploitation plus élevés que si elles fonctionnaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ces dépenses doivent donc être prises en compte dans le calcul du coût réel de l’énergie éolienne.

Dans un article publié en 2023, Wade Allison, mathématicien et physicien à l’université d’Oxford, a calculé le coût de la production d’électricité éolienne avec un rendement de 100 %. Il a constaté que si le vent souffle à 10 mètres par seconde (environ 22 mph), la puissance générée est de 600 watts par mètre carré.

Ainsi, pour produire 3 200 millions de watts d’électricité, soit la même puissance que Hinkley Point C, un projet de centrale nucléaire à zéro émission de carbone en Angleterre, il faudrait 5,5 millions de mètres carrés de surface balayée par les turbines.

Cependant, la performance réelle de l’énergie éolienne est bien pire puisque les calculs sont basés sur un rendement de 100 %, a-t-il déclaré. Or, le rendement moyen des éoliennes n’est que de 35 à 45 %. Cela signifie que les éoliennes ne peuvent en moyenne convertir en électricité que 35 à 45 % de l’énergie cinétique captée.

« Si le vent tombe à mi-vitesse, la puissance disponible diminue d’un facteur 8. Pire encore, si la vitesse du vent double, la puissance fournie est multipliée par 8, ce qui oblige à éteindre l’éolienne pour sa propre protection », indique le document.

Photo d'illustration: Des éoliennes se découpent sur le soleil dans le parc éolien de Black Law, à Black Law, en Écosse, le 29 janvier 2010. (Jeff J. Mitchell/Getty Images)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...