www.zejournal.mobi
Mercredi, 19 Juin 2024

La direction du FBI a saboté les enquêtes sur la Fondation Clinton : Rapport de Durham

Auteur : Tyler Durden | Editeur : Walt | Samedi, 20 Mai 2023 - 10h58

Vous souvenez-vous de la Fondation Clinton ? Qui a reçu des millions de dons de l’étranger alors que tout le monde pensait qu’Hillary Clinton allait gagner les élections américaines de 2016, pour ensuite voir les dons s’effondrer de 90 % après sa défaite ? 

A revoir :

Nous apprenons maintenant, grâce au rapport Durham, que le FBI avait trois enquêtes simultanées sur la Fondation Clinton, qui ont été interrompues au cours de l’année électorale 2016 par des hauts gradés.

Comme le note l’avocat et commentateur politique Techno Fog sur The Reactionary ;

Le champ d’application de Durham comprenait les enquêtes du FBI « dirigées » contre la campagne d’Hillary Clinton. Il semble que le but de cet examen était d’évaluer et de comparer le traitement favorable reçu par Clinton au ciblage de Trump.

La première enquête concernait un tuyau du FBI provenant d’un CHS selon lequel un gouvernement étranger envoyait une personne « pour contribuer à la campagne présidentielle anticipée de Clinton, comme un moyen de gagner de l’influence auprès de Clinton si elle gagnait la présidence. » (Quel pays ?!) Une enquête du FBI a été menée sur la campagne de Hillary Clinton. (Quel pays ?!) Un bureau local du FBI a demandé une FISA à l’encontre du contributeur étranger et a transmis cette demande au siège du FBI, qui l’a ignorée pendant quatre mois parce qu’il était attentif au fait que Clinton était « impliquée ». Selon un agent du FBI, « ils étaient très prudents avec HRC parce qu’il y avait une chance qu’elle soit la prochaine présidente ». La FISA a été approuvée à la condition que le FBI donne des briefings défensifs à Clinton.

La deuxième enquête sur Clinton impliquait le même CHS qui, en novembre 2015, a signalé au FBI qu’un autre gouvernement étranger cherchait à contribuer à la campagne de Clinton « en échange de la protection des intérêts [de ce pays] au cas où Clinton deviendrait présidente ». Ce CHS finirait par faire un don de 2 700 dollars à la campagne Clinton au nom d’un initié étranger, en violation de la loi fédérale qui interdit les contributions des ressortissants étrangers. Le CHS a déclaré à l’agent du FBI qui le manipulait qu' « ils [les responsables de la campagne] étaient d’accord. […] oui, ils étaient parfaitement au courant depuis le début » de la contribution apportée au nom de l’intérêt étranger.

Qui était la source humaine confidentielle du FBI qui a pris la campagne Clinton en flagrant délit d’activité illégale ? Grâce à l’excellent travail du talentueux Fool Nelson, qui a montré une contribution de 2 700 dollars de Patrick Byrne, nous avons cet aveu de Byrne lui-même :

D’une manière ou d’une autre, le FBI n’a pas obtenu de copies du paiement illégal et les agents du FBI qui s’occupaient du CHS « n’ont pas pu expliquer pourquoi cette contribution illégale apparente n’était pas documentée dans les dossiers du FBI ». Au lieu de cela, l’agent du FBI « a dit au CHS de se tenir à l’écart de tous les événements liés à la campagne de Clinton ». Plus tard, le CHS, qui avait essentiellement surpris un membre de la campagne Clinton en train de faciliter des contributions illégales, a été réprimandé par le FBI :

« N’assistez plus à aucun événement de la campagne, n’organisez plus de réunions ou quoi que ce soit d’autre en rapport avec la campagne [de Clinton]. Nous devons vous tenir complètement à l’écart de cette situation. Je ne connais pas tous les détails, mais c’est pour votre propre protection ».

Durham s’est demandé comment le FBI pouvait concilier le fait de donner des briefings défensifs à la campagne de Mme Clinton tout en refusant d’en donner à la campagne de Trump. Il a comparé « l’approche mesurée » du FBI et du DOJ dans l’enquête sur la campagne Clinton à la vitesse à laquelle le FBI a lancé Crossfire Hurricane. Il a également comparé la façon dont le FBI n’a fait presque « aucun effort pour enquêter sur la possible contribution illégale à la campagne » de la campagne Clinton « ou sur la prétendue acceptation par la campagne Clinton d’une contribution à la campagne faite par la propre source à long terme » du FBI.

L’autre enquête sur Clinton examinée par Durham – l’enquête sur « une éventuelle activité criminelle impliquant la Fondation Clinton » – a démontré, une fois de plus, le traitement favorable reçu par Clinton de la part des dirigeants du FBI. Selon Durham, la communication d’ouverture de l’affaire de la Fondation Clinton :

"fait référence à un produit de renseignement et à un rapport financier corroborant le fait qu’une « industrie commerciale particulière a probablement engagé un fonctionnaire fédéral dans un système de flux d’avantages, à savoir que d’importantes contributions monétaires ont été versées à une organisation à but non lucratif, sous le contrôle direct et indirect du fonctionnaire fédéral, en échange d’une action et/ou d’une influence favorable de la part du gouvernement »".

En outre, les enquêtes des bureaux locaux du FBI de Little Rock et de New York « comprenaient des prédictions basées sur des rapports de sources qui identifiaient des gouvernements étrangers qui avaient fait, ou proposé de faire, des contributions à la Fondation en échange d’un traitement favorable ou préférentiel de la part de Clinton ».

Malgré ces preuves, les responsables du Département de la justice et du FBI ont essentiellement saboté l’enquête sur la Fondation Clinton. Le Département de la Justice s’est montré « hostile » aux présentations de la Fondation Clinton faites par les bureaux locaux du FBI. Et lors d’une réunion du FBI en février 2016 pour discuter des enquêtes sur la Fondation Clinton, le directeur adjoint Andre McCabe a ordonné que les affaires soient classées. Il reconsidérerait cette demande à la suite d’objections. Cependant, toute mesure d’enquête manifeste devait être approuvée par McCabe. En mai 2016, le directeur du FBI, Comey, a exigé, par le biais d’un intermédiaire, que le bureau local de New York « cesse et abandonne » son enquête sur la Fondation Clinton. En août 2016, à l’approche de l’élection présidentielle, les bureaux des procureurs des districts sud et est de New York ont refusé de délivrer des citations à comparaître au bureau local du FBI à New York dans le cadre de leur enquête sur la Fondation Clinton.

Nous recommandons vivement de s’abonner et de lire l’intégralité du rapport de Techno Fog, qui va bien plus loin dans les découvertes de Durham, notamment le piratage du DNC, Crossfire Hurricane, l’espionnage du président élu Trump, le plan de Clinton pour salir Trump, et d’autres décisions de poursuite.

* * *

Rappelons que l’épouse de McCabe a accepté près de 700 000 dollars d’un allié de Mme Clinton, le gouverneur de Virginie de l’époque, Terry McAuliffe (Démocrate), pour soutenir sa candidature à un poste de législateur de l’État.

Par ailleurs, un homme qui a créé un mème incitant les gens à voter pour Clinton depuis leur domicile risque 10 ans de prison, alors que ceux qui se sont rendus coupables d’ingérence électorale ne le sont pas.

Enfin, cliquez sur ce fil de discussion de Benjamin Weingarten de RealClear, qui a disséqué davantage le rapport Durham pour le rendre public.


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...