www.zejournal.mobi
Mercredi, 12 Juin 2024

L’Ukraine, laboratoire d’un « Daech » néo-nazi qui peut dévaster l’Europe

Auteur : Rachel Marsden | Editeur : Walt | Vendredi, 19 Mai 2023 - 18h12

Une menace terroriste néonazie pourrait émerger du brouillard de la guerre alors que les extrémistes qui ont rejoint les rangs de l’armée ukrainienne depuis toute l’Europe reviennent des lignes de front.

Une nouvelle tentative d’assassinat a secoué la Russie la semaine dernière, visant une personnalité civile de premier plan – cette fois, l’écrivain Zakhar Prilepin, dont la voiture a été détruite dans la région de Nijni Novgorod.

L’attentat, auquel Prilepin a survécu, rappelle l’incident qui a tué l’année dernière la politologue et militante Darya Dugina près de Moscou, ainsi que l’attentat à la bombe qui a visé le blogueur militaire Vladlen Tartarsky et détruit un café à Saint-Pétersbourg. Ces attaques sont similaires à celles régulièrement condamnées par l’Occident lorsqu’elles sont commises par des « djihadistes ». Cependant, le manque d’intérêt manifeste des responsables occidentaux pour identifier ou condamner les auteurs de ces incidents en dit long.

Et en parlant de sabotage, qui est responsable du lancement du drone qui a explosé au-dessus du Kremlin la semaine dernière ? Le silence de Washington est assourdissant. Des documents classifiés américains divulgués en ligne le mois dernier ont déjà pointé du doigt des agents ukrainiens qui « ont mené des attaques de drones en Biélorussie et en Russie, contrairement aux souhaits des États-Unis et de l’Occident, et les dirigeants de Kiev ont envisagé d’autres cibles en dehors de l’Ukraine », selon NBC News. Pourtant, interrogé sur l’incident par le Washington Post, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que l’incident devait être pris avec « une très grosse pincée de sel », comme si les responsables américains n’étaient pas déjà parfaitement conscients de l’intention générale de mener de telles attaques. Mais les responsables occidentaux jouent constamment la carte du déni plausible. Ce qui leur permet de le faire, c’est leur insistance à faire la distinction entre l’Ukraine en tant que pays, d’une part, et les agents et groupes pro-ukrainiens, d’autre part.

Il y a vraiment beaucoup de sabotages contre la Russie en ce moment. Certains sont directement attribués à l’Ukraine, comme l’a récemment fait le journal français Le Monde à la suite de l’attentat à la bombe dans un train à Bryansk. D’autres actes, comme l’attaque du réseau de gazoducs Nord Stream – un élément central de la coopération économique russo-européenne – ont été décrits par les responsables américains comme étant perpétrés par des groupes « pro-ukrainiens » non définis.

Toute distinction n’est en réalité qu’un détail mineur, étant donné que les alliés de l’OTAN ne se donnent même pas la peine de la faire lorsque cela pourrait leur convenir. Ils ont délibérément formé et entraîné des néo-nazis du bataillon Azov, comme l’ont documenté le journal canadien Ottawa Citizen et d’autres médias occidentaux. Ces soldats ont finalement été intégrés à l’armée ukrainienne et leurs antécédents ont été opportunément blanchis.

 

La menace sécuritaire que les États-Unis et leurs alliés fomentent en Europe rappelle leurs actions en Syrie. Ils ont formé et équipé des « rebelles modérés » syriens dans une tentative avortée de renverser le président Bachar al-Assad, et bon nombre de ces combattants ont fini par rejoindre Al-Qaïda.

De plus, les armes fournies par l’Occident ont fini par se retrouver entre les mains de Daech et d’Al-Nusra. Un succès retentissant pour une opération de lutte contre le terrorisme.

L’Occident risque de créer un véritable Disneyland du terrorisme international en Ukraine, tout comme il l’a fait en Syrie. En 2018, les services de renseignement français s’inquiétaient du retour des djihadistes français de Syrie et de l’impact des combattants de retour sur la sécurité intérieure française et européenne. Ont-ils les mêmes craintes concernant les combattants de retour d’Ukraine ?

 

Le mois dernier, deux Français, âgés d’une vingtaine d’années selon les informations, sont descendus d’un bus à Paris en provenance de Lviv, en Ukraine, ont été arrêtés, ont été directement présentés devant un tribunal et ont déjà été condamnés à 15 mois de prison (dont neuf avec sursis).

En termes de justice française, cela signifie qu’ils ont été pris la main dans le sac. Tout cela s’est passé si rapidement que si vous avez cligné des yeux, vous l’auriez manqué. Alors qui sont exactement ces gars-là ? Eh bien, les services de renseignement français le savent certainement. On dit qu’ils suivent ces deux individus depuis un certain temps déjà. L’un d’eux est officieusement identifié dans les médias français grand public sous le nom d’« Alain V. » et a déjà été mentionné dans un rapport de presse sur les néo-nazis dans l’armée française. Il faisait partie de la division alpine de chasseurs de l’armée, donc c’est probablement un excellent skieur. Peut-être était-il simplement en Ukraine pour skier avec les néo-nazis du « Daech des neiges » encadrés par l’Occident.

On dit que le suspect a également un tatouage en allemand du serment de fidélité à Adolf Hitler de la Schutzstaffel et aurait écrit sur Facebook en 2018 que les migrants devraient recevoir « une bonne balle dans l’arrière de la tête ». Il était déjà sur la liste des autorités avant même de se rendre présumément en Ukraine avec son ami, dont nous savons peu, mais dont l’identité a été officieusement évoquée dans diverses sources françaises sous le nom de « Guillaume A. » Après leur arrivée à Paris, ces deux individus ont été rapidement arrêtés pour ce qui est décrit comme une reconnaissance préalable de culpabilité pour le transport et la possession d’armes, qu’ils semblent également avoir réussi à monter dans le bus, étant apparemment pris en flagrant délit avec des chargeurs de fusil d’assaut.

Est-ce simplement la pointe émergée de l’iceberg d’une menace beaucoup plus importante pour l’Europe ? Selon le service de renseignement intérieur de la France, la DGSI, environ 400 citoyens français combattent en Ukraine, dont environ 30 néo-nazis connus.

Tout cela pourrait être un véritable choc pour l’establishment occidental qui continue d’affirmer que l’objectif de dénazification de l’opération militaire spéciale du président russe Vladimir Poutine n’est rien d’autre que de fausses informations, et publie des vérifications de faits à cet effet, affirmant que l’idée de néo-nazis en Ukraine n’est que de la propagande russe. Ils feraient mieux d’espérer que, avec toutes les armes et la formation que l’Occident a déversées en Ukraine, tout retour de flamme en Europe ne reste qu’une simple illusion. Mais qu’ils soient ignorants, naïfs ou imprudents, on pourrait penser que cet incident devrait leur servir de signal d’alarme.

Traduction: Le Cri des Peuples


- Source : RT (Russie)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...