www.zejournal.mobi
Samedi, 15 Juin 2024

Dr Robert Malone : Les meilleures universités du monde sont désormais des marionnettes du Forum économique mondial

Auteur : Pierre-Alain Depauw | Editeur : Walt | Samedi, 25 Mars 2023 - 14h23

Tribune du Dr Robert Malone

L’un des événements les plus troublants des trois dernières années a été la diffusion de messages mondialisés et coordonnés de missives et de politiques socio-économiques à travers le monde. Nous tous dans le mouvement pour la liberté, nous nous sommes demandés : qui contrôle cela ? Comment cela peut-il arriver ?

Je me souviens avoir passé du temps l’automne dernier avec Nick Hudson du groupe Pandata (Panda). Nous discutions des politiques transgenres à travers le monde. Nous étions tous les deux très perturbés, non seulement par ces politiques, mais aussi par la façon dont elles ont été mises en place.

Comment les politiques d’enseignement des genres supposés non binaires dans les écoles et l’importance de la « transition » des jeunes se sont-elles exécutées si rapidement dans le monde ? Comment est-il possible que l’Afrique du Sud soit plongée dans les mêmes batailles pour les «droits trans» que les États-Unis et la majeure partie de l’Europe ? Bien sûr, cela n’est pas possible sans coordination.

Ensuite, nos esprits se sont tournés non seulement vers les politiques pandémiques de masquage, d’obligations vaccinales et de confinements, mais aussi vers le changement climatique, l’élimination des voitures à essence, l’Agenda 2030, la décision d’éliminer les éléments de propriété privée tels que les automobiles et le logement, les identifiants numériques, les monnaies, villes à 15 minutes, confiscation de terres privées, censure mondialisée, etc., pas seulement dans un pays, mais dans le monde entier. La liste coordonnée semble interminable.

Je ne me souviens pas d’une période de ma vie où la plupart des gouvernements du monde étaient d’accord sur autant de sujets. D’où viennent ces politiques ? Qui les coordonne ? Comment est-ce arrivé ?

Un lecteur m’a écrit à propos de sa découverte que le Forum mondial (WEF) a un comité économique formel de présidents des meilleures universités du monde et que ces présidents se réunissent régulièrement pour discuter et décider de la politique dans les meilleures universités du monde. Ces présidents se sont engagés à soutenir le Forum économique mondial.

Sur le site du WEF :

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le Forum économique mondial contrôle désormais les plus importantes universités

La communauté du Global University Leaders Forum (GULF) se compose des présidents des plus grandes universités du monde qui s’engagent à soutenir la mission du Forum d’améliorer l’état du monde. Ensemble, les présidents du GULF définissent les tendances, les défis et les pratiques dans l’enseignement supérieur, la recherche et l’impact sociétal. La communauté est composée de 29 membres et est représentée par Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière de l’Université McGill.

En 2021, la communauté GULF se concentre sur la manière dont les universités peuvent faciliter une reprise plus équitable et inclusive après la pandémie de COVID-19, notamment en explorant les compétences pour l’avenir et la reconversion, l’inclusion sociale et l’action pour le climat.

Les présidents et les professeurs du GULF s’engagent de plusieurs manières avec le Forum :

Réseaux d’experts : opportunités pour les experts de contribuer aux communautés d’experts, y compris les Global Future Councils
Développement d’idées : opportunités de contribuer à de nouvelles recherches, de diffuser de nouvelles idées et de mettre en œuvre à l’amélioration de l’intelligence stratégique
Action : des opportunités pour façonner le monde à travers 18 plateformes répondant aux défis sociaux, environnementaux, technologiques et industriels
Apprentissage : opportunités de développer et de piloter des modules éducatifs avec les communautés du Forum

Des universités telles que Stanford, MIT, Princeton, Yale, Berkeley, l’Université de Pennsylvanie et l’Université de Chicago en sont membres. Les présidents de collèges internationaux sont membres d’Oxford, de l’Université du Cap (Afrique du Sud) et des meilleures universités chinoises et européennes. Il existe une plate-forme de 18 idéologies que ces présidents sont invités à soutenir et à diffuser dans leurs campus et dans la société.

Ces dirigeants universitaires ont reçu un statut spécial au sein du WEF et sont invités à siéger dans d’autres conseils, tels que les «Global Future Councils».

Selon le site Web du WEF :

Le réseau des Global Future Councils du Forum économique mondial est le premier réseau de connaissances multipartite et interdisciplinaire au monde dédié à la promotion d’une réflexion innovante pour façonner un avenir plus résilient, inclusif et durable.

Le réseau réunit environ 600 leaders d’opinion les plus pertinents et les plus compétents du monde universitaire, du gouvernement, des organisations internationales, des entreprises et de la société civile, regroupés dans des conseils thématiques basés sur l’expertise. Il s’agit d’une communauté sur invitation uniquement et les membres sont nommés pour un mandat de deux ans.

Il me semble que le Global University Leaders Forum est un autre moyen par lequel le WEF coopte des leaders mondiaux. Ceux-ci font le travail du WEF d’une manière que nous ne pouvons qu’imaginer.

Les gens pensent souvent que le WEF n’occupe pas de postes de grande autorité. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Vous vous souvenez en 2019, lorsque le WEF et les Nations Unies ont signé un accord de partenariat ? Maintenant, le pouvoir du WEF est soutenu par le pouvoir de l’ONU et vice-versa.

Ce qui suit est extrait d’un communiqué de presse du WEF, publié le 13 juin 2019 :

"Le Forum économique mondial et les Nations Unies ont signé aujourd’hui un cadre de partenariat stratégique décrivant les domaines de coopération pour approfondir l’engagement institutionnel et accélérer simultanément la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable. Le cadre a été rédigé sur la base d’une cartographie de la collaboration existant entre les deux institutions et permettra une approche plus stratégique et coordonnée pour produire un impact".

L’ONU ne représente plus des nations, elle est partenaire des 1000 plus grandes entreprises transnationales du monde : le WEF. Nous ne pouvons que supposer qu’avec ce partenariat, une énorme somme d’argent a été versée dans les coffres de l’ONU.

Les Nations Unies et le Forum économique mondial n’ont pas de fonctionnaires qui représentent le peuple. Leurs dirigeants n’ont pas été élus pour prendre des décisions en notre nom ou au nom de notre nation. Les programmes de ces organisations ne sont pas ceux de notre nation et ne subissent pas nos concepts de droits à la souveraineté personnelle. Pourtant, à travers des projets tels que l’Agenda 2030 et le Règlement sanitaire international proposé par l’Organisation mondiale de la santé (une organisation des Nations Unies), il semble que l’ONU souhaite remplacer la législation nationale et la souveraineté nationale et personnelle.

Les politiciens affiliés au WEF doivent se déclarer comme agents étrangers. C’est un conflit d’intérêts inhérent de représenter et de soutenir le WEF et un gouvernement.

De même, de nombreux présidents d’université nommés dirigeants du WEF GULF sont issus d’institutions publiques. Ils ont le devoir, en tant qu’agents publics, de signaler cela comme un conflit d’intérêts avec leur institution. L’argent des contribuables ne devrait pas servir à financer les présidents d’université qui sont fidèles à une ONG étrangère.

Dr Robert Malone

***

Malone : le GULF, curie romaine de Davos, par Modeste Schwartz

Le Forum Mondial des Dirigeants d’Universités (en anglais : GULF), émanation du WEF de Klaus Schwab, généralise le modèle du GIEC (sorte de Congrégation pour la doctrine de la foi climatique) à l’ensemble des objets de la prise de décision politique des sociétés humaines (rebaptisés « risques » en davosien dialectal).

Robert W. Malone

Comme le WEF lui-même, le GULF est une organisation invitation only, fondée sur la cooptation : comme dans le Parti Communiste d’Union Soviétique, il dépend des membres déjà agréés qu’un nouveau candidat soit admis ou non. A ceci près que, en Union Soviétique, de pénibles parodies électorales assuraient le maintien de la fiction selon laquelle les caciques à la tête du parti se seraient soumis à la sanction du vote de l’ensemble des citoyens soviétiques.

Le WEF, lui, ne s’inflige pas ce genre d’enfantillages : juridiquement structuré en ONG, il vit des cotisations de ses membres cotisants – eux aussi cooptés, mais, vu le montant des cotisations, les non-milliardaires ne risquent pas trop de se présenter. Pas de rétroactions, donc : le vecteur de l’influence est monodirectionnel, si bien que les « experts » de Davos (généralement rémunérés d’une façon ou d’une autre) se retrouvent exactement dans la situation des salariés d’une entreprise privée de type SARL : au service des proprios.

Au nom du WEF, de l’ONU et du GULF, Davos baptise à la seringue

Dans ces conditions, comment peuvent-ils prétendre que leur rapport à la réalité qu’ils expertisent n’est pas soumis à l’impératif hiérarchique de plaire aux darons ? Et comment ces derniers – capitaines du grand capital monopolistique de leur état – peuvent il espérer nous faire croire (voire croire eux-mêmes) qu’ils ne vont pas bassement abuser de cette expertise prostituée ?

Réponse simple : par la foi. Répétant en boucle les mantras « verts et inclusifs » de cette théocratie pseudo-bouddhiste, les cardinaux cotisants et prêtres entretenus de Davos se déclarent en permanence « activistes », c’est-à-dire inspirés par la grâce davosienne (a.k.a. « résilience »), et méritant subséquemment la « confiance » (chère à Ursula) des croyants. La confiance, étymologiquement, c’est la foi.

Il n’est donc pas étonnant que, en Occident, la résistance la plus acharnée à cette révolution théocratico-oligarchique vienne – comme à l’époque de l’Inquisition – de scientifiques comme Robert Malone ou Pierre Chaillot – et notamment de ceux qui ont buté sur l’épouvantable mensonge du dogme vaccinaliste.

Source: Modeste Schwartz Le Courrier des Stratèges


- Source : MPI

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...