www.zejournal.mobi
Mercredi, 12 Juin 2024

L’ingérence des États-Unis dans les élections thaïlandaises : Chercher à créer un mandataire anti-chinois

Auteur : Brian Bertelic | Editeur : Walt | Lundi, 20 Mars 2023 - 17h50

Le royaume de Thaïlande, en Asie du Sud-Est, doit organiser des élections générales en mai de cette année. La Thaïlande, deuxième économie de l’ANASE et peuplée de près de 70 millions d’habitants, s’est beaucoup trop rapprochée de la Chine au goût de Washington. C’est pourquoi Washington voit dans ces élections l’occasion d’écarter les cercles de pouvoir actuels et de les remplacer par des partis d’opposition qu’ils soutiennent depuis des années et qui se sont ouvertement engagés à « se rééquilibrer » en s’éloignant de la Chine et en se rapprochant des États-Unis.

Le gouvernement des États-Unis a investi des millions de dollars depuis des décennies en Thaïlande pour créer des réseaux de médias, des groupes de pression, des organisations de défense des « droits » et même des mouvements de protestation destinés à aider les mandataires de choix de Washington à accéder au pouvoir, ou à contester leur défaite et à inverser les résultats électoraux dans la rue.

Pourquoi les États-Unis s’ingèrent-ils en Thaïlande ?

Les États-Unis sont impliqués dans l’ingérence politique tout au long de la périphérie de la Chine. Ils tentent ainsi d’encercler et de contenir la Chine en créant des régimes clients des États-Unis hostiles à Pékin. Les États-Unis ont déjà fait accéder au pouvoir un gouvernement pro-Washington en Malaisie voisine, au sud, et soutiennent le terrorisme violent au Myanmar, à l’ouest, après que l’armée y a chassé le gouvernement choisi par Washington en 2021.

Le Cambodge, à l’est de la Thaïlande, s’est lancé dans une vaste campagne visant à déraciner les organisations médiatiques et les partis d’opposition parrainés par les États-Unis, qui a culminé avec l’emprisonnement récent du chef de l’opposition cambodgienne, Kem Sokha, qui a ouvertement admis dans une vidéo que le gouvernement américain l’aidait à mener une révolution de couleur de type serbe.

La Thaïlande est visée parce que, malgré l’idée fausse selon laquelle la Thaïlande est un allié majeur des États-Unis qui ne fait pas partie de l’OTAN, au cours de la dernière décennie ou plus, la Thaïlande a cultivé une relation forte et toujours croissante avec la Chine.

La Chine est le premier partenaire commercial de la Thaïlande, son premier investisseur et son premier partenaire en matière de développement d’infrastructures. En termes d’infrastructures, il convient de noter la construction d’un réseau ferroviaire à grande vitesse qui reliera la Thaïlande à la Chine via la ligne ferroviaire à grande vitesse déjà achevée et exploitée au Laos, au nord de la Thaïlande.

La Chine est également la première source de tourisme de la Thaïlande. Avant que le COVID-19 ne ferme les frontières de nombreux pays du monde au tourisme, les touristes arrivant en Thaïlande en provenance de Chine étaient plus nombreux que ceux de tous les pays occidentaux réunis.

Ces dernières années, la Thaïlande a également commencé à coopérer avec la Chine en matière de défense. La Thaïlande est en train de remplacer une grande partie de son matériel militaire vieillissant des États-Unis par des alternatives chinoises. La Thaïlande a acheté à la Chine toute une série de systèmes, petits et grands, dont des chars de combat principaux VT4, une grande variété de véhicules de combat blindés, des navires de guerre, dont les premiers sous-marins modernes du Royaume, et des systèmes mobiles de défense antiaérienne.

La Thaïlande a également travaillé avec la Chine sur des systèmes d’armes développés conjointement, tels que le système de roquettes guidées à lancement multiple DTI-1, et a mené des exercices militaires exclusivement avec la Chine.

La Thaïlande continue d’acheter des armes aux États-Unis, mais en nombre décroissant. Et si la Thaïlande accueille toujours les exercices militaires annuels Cobra Gold avec les États-Unis (auxquels la Chine participe également), il est clair que la Thaïlande recherche une relation équilibrée qui reflète les intérêts thaïlandais plutôt que d’être utilisée par procuration par d’autres pays, notamment les États-Unis. En raison de la montée en puissance de la Chine et du déclin visible des États-Unis, les relations de la Thaïlande avec ces deux nations se sont ajustées en conséquence.

Le temps joue clairement en faveur de la Chine. Chaque année qui passe, la Chine a davantage à offrir à la région sur le plan économique et même militaire, tandis que les États-Unis s’appuient de plus en plus sur la « coopération en matière de sécurité », ce qui se traduit par un enrôlement dans la guerre par procuration que Washington mène contre la Chine. Les pays, dont la Thaïlande, qui hésitent à jouer les mandataires des États-Unis au détriment de leur propre population et de leur économie, sont la cible de l’ingérence politique des États-Unis.

Qui les États-Unis soutiennent-ils lors des prochaines élections en Thaïlande ?

Parmi les groupes d’opposition que les États-Unis soutiennent en Thaïlande, on trouve le Pheu Thai, dernière version du parti politique du milliardaire et fugitif Thaksin Shinawatra. Thaksin a été Premier ministre de 2001 à 2006 avant d’être renversé par un coup d’État militaire. Il avait privatisé les intérêts pétroliers thaïlandais, engagé les troupes thaïlandaises dans l’occupation américaine de l’Irak, permis aux États-Unis d’utiliser le territoire thaïlandais dans le cadre de leur programme de « restitutions extraordinaires » et tenté de signer un accord de libre-échange déséquilibré entre les États-Unis et la Thaïlande sans l’approbation du Parlement.

En 2009 et 2010, pour tenter de reprendre le pouvoir, Thaksin et ses réseaux politiques ont organisé de violentes manifestations dans la capitale, Bangkok. En 2010, plus de 300 militants lourdement armés ont participé à ces manifestations, qui ont entraîné des incendies criminels dans toute la ville et la mort de près de 100 personnes, dont des soldats et des policiers. Les médias occidentaux, dont Reuters, la BBC et CNN, ont travaillé de concert avec les manifestations violentes pour dissimuler les provocations et exagérer les réponses de la police et de l’armée, dans ce qui est désormais reconnu comme une méthode de propagande bien huilée utilisée dans le cadre des révolutions de couleur soutenues par les États-Unis dans le monde entier.

Les États-Unis soutiennent également le parti Aller de l’avant, la dernière version du parti politique du milliardaire Thanathorn Juangroongruangki. Aller de l’avant, et sa version précédente, le parti du Nouvel Avenir, ont travaillé en parallèle avec le parti Pheu Thai de Thaksin, à la fois dans les urnes et dans la rue.

Relations de Thanathorn avec Washington

Avant les élections générales thaïlandaises de 2019, Thanathorn s’est effectivement rendu aux États-Unis. Comme Thanathorn s’est assuré les services d’un cabinet de lobbying basé aux États-Unis pour organiser sa visite, la loi américaine sur l’enregistrement des agents étrangers (FARA) exigeait que les documents soient déposés publiquement. Ces documents révèlent qui il était venu rencontrer. À la page 26 du document numérique, on trouve la liste des membres de la commission des affaires étrangères de la Chambre des États-Unis, des représentants du Département d’État américain, de l’USAID, de divers médias américains, dont Bloomberg, le New York Times et NBC, ainsi que de Freedom House, une filiale de la National Endowment for Democracy (NED) des États-Unis.

Au cours de sa visite, Thanathorn a également visité les installations d’essai de Virgin Hyperloop One dans le Nevada.

À son retour en Thaïlande, ses nouvelles relations se sont immédiatement traduites par des actions concrètes.

Il a organisé une conférence de presse pour expliquer pourquoi la Thaïlande devait annuler le projet de train à grande vitesse entre la Thaïlande et la Chine et le remplacer par la technologie « Hyperloop », qui n’a pas encore fait ses preuves. Au cours de l’événement, il a déclaré :

« Je pense qu’au cours des cinq dernières années, nous avons accordé trop d’importance à la Chine. Nous voulons réduire cette importance et rééquilibrer nos relations avec l’Europe, le Japon et les États-Unis ».

Bloomberg, dans son article intitulé « La Thaïlande a besoin de l’Hyperloop, pas d’un train à grande vitesse construit par la Chine, selon un critique de la junte », rapporte ce qui suit :

« Un magnat devenu politicien qui s’oppose au gouvernement militaire thaïlandais a critiqué son projet de train à grande vitesse de 5,6 milliards de dollars avec la Chine parce que la technologie Hyperloop offre une alternative plus moderne.

Selon Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Nouvel Avenir, une option telle que Virgin Hyperloop One de Richard Branson – qui travaille à la construction de réseaux de nacelles voyageant à des vitesses comparables à celles des avions – est meilleure pour la Thaïlande car elle aiderait le pays à être un leader technologique ».

En réalité, la technologie chinoise des trains à grande vitesse transporte en toute sécurité des milliards de passagers chaque année, tandis que la technologie Hyperloop n’a pas permis de transporter un seul passager et ne le fera probablement pas dans les années à venir. La proposition de Thanathorn, si elle avait été prise au sérieux, aurait conduit à l’annulation d’un projet d’infrastructure viable qui rapporte déjà des dividendes en Chine et au Laos, et n’aurait laissé aucune alternative à la Thaïlande, retardant son développement de plusieurs années, voire de plusieurs décennies, dans le seul but de « rééquilibrer » le pays par rapport à la Chine.

C’est un schéma qui s’est répété dans le monde entier, où les régimes clients soutenus par les États-Unis, de l’Ukraine à Taïwan, prennent des décisions pour contrarier les adversaires de Washington aux dépens des populations qui vivent sous ces administrations respectives. La Thaïlande semble prête à les rejoindre si les partis d’opposition favorisés par les États-Unis prennent le pouvoir plus tard en 2023.

Les manifestations en cours à l’approche des élections de 2023 laissent présager une instabilité politique

Thanathorn, après avoir perdu les élections en 2019, puis vu son parti politique dissous pour avoir violé les lois électorales, a commencé à mener lui-même des manifestations de rue. Thai PBS a rapporté dans un article de 2019 intitulé « Thanathorn s’engage à faire descendre les gens dans la rue après un rassemblement dans le centre de Bangkok », que :

« Des milliers de partisans du parti Nouvel Avenir ont participé à un rassemblement antimilitaire appelé par son chef Thanathorn Jungroongruangkit sur le Skywalk à l’intersection Pathumwan dans le centre de Bangkok samedi soir.

Les manifestants ont scandé « Prayut dégage », ce qui constitue probablement le plus grand rassemblement politique depuis les élections générales de mars.

S’adressant aux manifestants, Thanathorn a déclaré que ce rassemblement n’était qu’un signe avant-coureur d’autres activités politiques contre le gouvernement Prayut. Il a menacé de « faire descendre les gens dans la rue » le mois prochain ».

Il a rapidement confié les manifestations à des organisations financées par la NED et a joué un rôle plus discret lorsque les manifestations sont devenues violentes. Les manifestations ne visent pas seulement à évincer le gouvernement actuel, mais aussi à saper le soutien aux forces armées thaïlandaises et à la monarchie constitutionnelle vénérée du Royaume. Ces deux institutions ont défendu et uni le peuple thaïlandais pendant des générations, faisant de la Thaïlande la seule nation d’Asie du Sud-Est à n’avoir jamais été colonisée par des puissances européennes.

C’est par l’intermédiaire de la NED et de ses diverses filiales, dont l’International Republican Institute (IRI), le National Democratic Institute (NDI), Freedom House, et des organisations adjacentes comme l’USAID et même des fondations du secteur privé comme l’Open Society, que les États-Unis mènent leur ingérence politique en Thaïlande.

Nombre de ces intérêts sont impliqués dans des conférences annuelles telles que le Forum d’Oslo pour la liberté qui, selon la BBC, forme des groupes d’opposition du monde entier pour qu’ils rentrent ensuite chez eux et chassent leurs gouvernements respectifs. Il s’agit notamment des groupes d’opposition soutenus par les États-Unis qui protestaient à Hong Kong, en Chine, jusqu’en 2020.

Thanathorn Juangroongruangkit a été invité en tant qu’orateur au Forum d’Oslo pour la liberté et y a participé à plusieurs reprises, notamment lors de la dernière édition en 2022. Alors qu’il était encore membre du parlement thaïlandais, il a rencontré le leader des manifestations de Hong Kong parrainées par les États-Unis, Joshua Wong, créant une querelle diplomatique entre la Thaïlande et la Chine à l’époque, rapporterait le South China Morning Post.

Selon son propre site web (archivé), le Forum d’Oslo pour la liberté est financé par le gouvernement norvégien, des sociétés américaines, dont Amazon et Jigsaw (Google), ainsi que par le Freedom Fund, lui-même financé par le Département d’État américain.

Thaksin Shinawatra et Thanathorn Juangroongruangkit, tous deux milliardaires, n’ont pas besoin de l’argent de la NED. Au contraire, les États-Unis, par l’intermédiaire de la NED, soutiennent leurs réseaux politiques collectifs en mobilisant des organisations qui reçoivent de l’argent du gouvernement américain. La NED cible tous les aspects de la société thaïlandaise, des médias à la politique, en passant par l’éducation et la culture, en remplaçant des siècles de tradition thaïlandaise par des « valeurs » de style occidental visant à multiplier le nombre et l’ampleur des lignes de fracture sur lesquelles la société peut être divisée.

Sur son propre site officiel, la NED admet qu’elle est « financée en grande partie par le Congrès américain » et qu’elle est supervisée à la fois par le Congrès et le Département d’État des États-Unis, ce qui signifie que les organisations en Thaïlande qui reçoivent de l’argent de la NED sont en fait financées par le gouvernement des États-Unis lui-même par l’intermédiaire de la NED.

La page web de la NED sur les programmes qu’elle finance en Thaïlande omet de nombreux noms de groupes recevant de l’argent, spécifiquement pour obscurcir le rôle de Washington dans le parrainage de groupes d’opposition à l’approche des prochaines élections, impliqués dans les violentes protestations qui se poursuivent depuis les dernières élections générales thaïlandaises en 2019.

Les organisations médiatiques qui font la promotion des manifestations antigouvernementales en cours en Thaïlande comprennent PrachataiBenar News (financé via l’Agence américaine pour les médias mondiaux) et Isaan Record.

Parmi les organisations directement impliquées dans les manifestations, on peut citer Thai Lawyers for Human Rights (TLHR), dont l’avocat Anon Nampha dirige actuellement les manifestations. La fondatrice de TLHR, Sirikan Charoensiri, s’est rendue à Washington pour recevoir le « Prix international du courage féminin » 2018 des mains de la première dame des États-Unis, Melania Trump.

Il y a aussi iLaw, qui a organisé une pétition pour réécrire la constitution thaïlandaise et était présent sur les sites de protestation pour recueillir des signatures.

En 2020, dans un article intitulé « iLaw lance une pétition pour la réécriture de la charte », le journal The Nation a fait état de cette initiative :

« L’Internet Law Reform Dialogue (iLaw), une ONG de défense des droits de l’homme, a lancé une campagne visant à recueillir les signatures de 50 000 électeurs afin de soutenir une motion en faveur d’une réécriture de la Constitution. La pétition pour la réécriture de la charte sera ouverte aux signatures de 13h à 16h le vendredi 7 août au campus Tha Phra Chan de l’université de Thammasat. Les activités de la journée comprendront une conférence sur l’importance de la modification de la Constitution par le directeur de iLaw Jon Ungphakorn, ancien sénateur ».

Aucune mention n’a été faite du financement d’iLaw par le gouvernement des États-Unis ou des implications d’une organisation financée par le gouvernement des États-Unis tentant de réécrire la constitution d’une autre nation souveraine.

TLHR et l’iLaw, ainsi que des organisations médiatiques spécialisées comme Prachatai, Benar News et Isaan Record financées par le gouvernement des États-Unis, ainsi que les médias occidentaux opérant en Thaïlande, utilisent leur importante présence sur les médias sociaux pour promouvoir des événements de protestation et diffuser en ligne des récits antigouvernementaux.

À l’approche des élections, ces mêmes organisations et plateformes utiliseront leur financement par les gouvernements des États-Unis et de l’Europe pour influencer le public thaïlandais en faveur des partis soutenus par l’Occident.

Que se passera-t-il ensuite ?

Quelle que soit l’issue des élections thaïlandaises, il est presque certain que la crise politique se poursuivra.

Si les partis soutenus par les États-Unis n’accèdent pas au pouvoir, les organisations financées par les États-Unis descendront à nouveau dans la rue et tenteront de renverser les résultats des élections par la coercition violente. Si les États-Unis ne parviennent pas à coopter la Thaïlande en installant un régime client au pouvoir, ils se contenteront de déstabiliser la Thaïlande politiquement et économiquement afin de minimiser sa capacité à servir de partenaire constructif pour la Chine et le reste de la région.

Si des groupes d’opposition soutenus par les États-Unis arrivent au pouvoir, ils commenceront immédiatement à tenter d’écraser la Thaïlande sur le plan politique et économique, en tenant leurs promesses de « rééquilibrage » par rapport à la Chine, le plus grand partenaire commercial de la Thaïlande, et en transformant la Thaïlande en un mandataire de Washington utilisé comme bélier contre la Chine. Tout comme l’Ukraine l’a fait à partir de 2014 en s’isolant de la Russie, son plus important partenaire économique et industriel, ou Taïwan à partir de 2016 en s’isolant du reste de la Chine au prix du développement économique et de la croissance, il y aura des impacts réels et durables à se détourner de manière irrationnelle de la Chine, vers les États-Unis qui n’ont pas d’alternatives à offrir.

Les projets d’infrastructure conjoints entre la Thaïlande et la Chine risquent d’être annulés, ce qui non seulement retardera le développement de la Thaïlande de plusieurs années, mais aura également un impact négatif sur l’ensemble de la région. Une fois achevé, le réseau ferroviaire chinois à grande vitesse permettra à un plus grand nombre d’entreprises de la région d’expédier des volumes plus importants et une plus grande variété de marchandises en provenance et à destination de la Chine, tout en attirant un nombre plus important que jamais de touristes chinois.

Si des mandataires des États-Unis prennent le pouvoir en Thaïlande, les États-Unis seront mieux à même de faire pression sur l’ANASE dans son ensemble pour qu’elle se range résolument du côté de Washington dans ses efforts pour transformer les différends maritimes en mer de Chine méridionale en une confrontation régionale, mettre en œuvre un changement de régime au Myanmar, et même rapprocher la région d’une militarisation menée par les États-Unis en amont d’un conflit entre les États-Unis et la Chine.

Comme ce fut le cas de 2011 à 2014, lorsque le parti politique de Thaksin Shinawatra a finalement repris le pouvoir avec sa propre sœur servant à sa place de Premier ministre, les manifestations visant à évincer le régime client des États-Unis sous la forme d’une « contre-révolution de couleur » ne descendront probablement pas dans la rue avant que des dommages considérables n’aient été causés au pays au cours d’une année ou plus.

En 2014, bien que le gouvernement des Shinawatras ait finalement été chassé du pouvoir, des réformes cruciales, notamment des lois relatives à l’ingérence massive des États-Unis et de l’Europe dans les affaires politiques internes de la Thaïlande, ne se sont pas concrétisées, préparant ainsi le terrain pour une répétition de l’expérience cette année.

Seul l’avenir nous dira si la Thaïlande est en mesure d’attendre que l’influence de Washington s’estompe dans la région avec la montée en puissance de la Chine, de résister aux dommages causés par l’arrivée au pouvoir de groupes d’opposition soutenus par les États-Unis et, enfin, de mener à bien, sur plusieurs années, les réformes qui garantiront véritablement et pleinement l’indépendance politique de la Thaïlande. Ce n’est qu’à ce moment-là que la Thaïlande et d’autres pays d’Asie pourront servir de fondations stables sur lesquelles construire l’avenir collectif de l’Asie. En attendant, la Thaïlande et la région dans son ensemble sont toujours confrontées à la perspective de l’instabilité, de la ruine économique et même de la violence.

Traduction Réseau International


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...