www.zejournal.mobi
Mercredi, 19 Juin 2024

Comment les puissants utilisent les crises pour concentrer la richesse et manipuler les masses

Auteur : The Defender (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Mercredi, 15 Févr. 2023 - 20h26

Dans un récent épisode de son émission « Stay Free », l’humoriste et commentateur politique Russell Brand a expliqué comment les crises qui touchent les gens ordinaires – de la pandémie de COVID-19 à la guerre en passant par la crise économique – sont autant d’occasions pour les personnes au pouvoir de concentrer leurs richesses et de manipuler les masses.

« Dans divers types de crises, qu’il s’agisse d’une crise énergétique, d’une crise sanitaire ou d’une crise militaire, il y a de curieux profits et avantages à en tirer », a déclaré M. Brand.

Il semble évident que les entreprises « ne devraient pas faire de bénéfices » en temps de crise, a-t-il déclaré, mais cette semaine, BP a annoncé des bénéfices annuels records de 28 milliards de dollars pour 2022, soit plus du double des bénéfices du géant pétrolier l’année précédente.

Shell a également annoncé les bénéfices les plus élevés de son histoire, a déclaré M. Brand, en diffusant un clip d’information qui attribuait les gros bénéfices de Big Oil [les grandes entreprises pétrolières] à la guerre en Ukraine, qui fait grimper les prix.

« Pour une entreprise énergétique puissante, une crise énergétique n’est pas une crise – c’est une « crisitunité », pour citer Homer Simpson », a déclaré M. Brand.

Pour M. Brand, la pandémie de COVID-19 a été un autre exemple de profit des entreprises – Pfizer a déclaré un bénéfice record de 31,4 milliards de dollars sur des ventes de 100,3 milliards de dollars.

Une grande partie des bénéfices des entreprises pendant les crises provient directement de l’argent des contribuables, a déclaré M. Brand. « Biden signe un projet de loi de dépenses gouvernementales de 1 700 milliards de dollars, dont nous savons que 50 % finiront dans les mains de sociétés comme Raytheon et Lockheed Martin ».

Le gouvernement fédéral a financé le développement et l’achat des vaccins contre la COVID-19 de Pfizer et de Moderna. Si le peuple paie pour ces choses, « alors [they] devrait partager les bénéfices ».

Les politiciens ne devraient pas non plus pouvoir profiter des crises, a déclaré M. Brand, proposant que les membres du Congrès ne possèdent pas d’actions dans les entreprises qu’ils réglementent, et que la porte tournante entre l’industrie et le gouvernement soit éliminée.

Et peut-être plus important encore, a-t-il dit, il devrait être interdit aux personnes chargées de gérer une crise d’en tirer profit.

Le Dr Anthony Fauci, en plus d’être le fonctionnaire américain le mieux payé, demande aujourd’hui 100 000 dollars pour ses engagements.

Bill Gates a gagné des centaines de millions de dollars en investissant dans BioNTech, qui n’était qu’un des fabricants de vaccins dans lesquels il a investi.

Mattias Desmet sur « La psychologie du totalitarisme »

Plus tard dans l’épisode, M. Brand a fait appel à Mattias Desmet, docteur en psychologie de l’université de Gand, en Belgique, pour discuter de son livre « The Psychology of Totalitarianism ».

Le livre théorise la façon dont les dirigeants manipulent les crises comme des instruments psychologiques pour un contrôle totalitaire.

M. Desmet a expliqué qu’une société totalitaire, qui, selon lui, s’est formée tout au long de la crise pandémique, se distingue de la dictature classique en ce qu’elle s’appuie sur la « formation des masses » – un phénomène psychologique de groupe où les gens perdent leur capacité à évaluer de manière critique le groupe auquel ils s’identifient.

Les personnes sous l’emprise de la formation de masse, a-t-il dit, sacrifieront leur propre bien-être au profit du récit du groupe et deviendront radicalement intolérants aux opinions divergentes.

Il a averti qu’au stade final de la formation des masses, qui, selon lui, n’est pas encore arrivé dans la société contemporaine, les gens deviennent prêts à commettre des atrocités contre ceux qui ne vont pas dans le sens des masses.

M. Desmet a décrit les conditions nécessaires pour que cette formation de masse se développe dans une large population. Il a déclaré que l’incapacité de la société à fournir des liens sociaux forts entraîne un sentiment d’isolement et de solitude.

Avant la pandémie, il y avait déjà une crise de la solitude, a déclaré M. Desmet. Les confinements ont aggravé la crise.

La solitude et l’isolement donnent l’impression que la vie n’a pas de sens, ce qui entraîne une « anxiété flottante » généralisée – un état dans lequel les gens se sentent inquiets, frustrés et agressifs, sans pouvoir en identifier la cause.

« L’anxiété flottante est extrêmement aversive parce que lorsque vous ne savez pas pourquoi vous êtes anxieux, vous ne pouvez pas contrôler votre anxiété », a déclaré M. Desmet.

Cet état peut être facilement manipulé lorsque « un récit est diffusé par les médias de masse indiquant un objet d’anxiété et la stratégie à adopter pour y faire face », a-t-il déclaré.

Pendant la pandémie de COVID-19, cet objet était la COVID-19 et ces stratégies étaient les confinements, la vaccination de masse, etc, a-t-il dit. Et en participant à ces stratégies, « les gens ont le sentiment qu’ils peuvent échapper à leur solitude, qu’ils se sentent à nouveau connectés ».

Mais le problème est que les gens dans une masse ne se lient pas les uns aux autres, ils se lient à une idée, et, « Toute la solidarité et tout l’amour sont aspirés du lien entre les individus. Et tout est injecté dans le lien entre l’individu et le collectif », a déclaré M. Desmet, comparant le phénomène à une sorte d’« hypnose de masse » où tout le monde se concentre sur une seule chose.

M. Brand a commentée :

« J’aime la façon dont il est lié à des psychés individuelles et à des états qui sont identifiables et empiriques, comme la solitude. J’aime la façon dont il est lié au nihilisme inhérent et à la perte de sens que beaucoup de gens expérimentent alors que de nombreuses idées du siècle dernier et les idées religieuses qui les ont précédées commencent à s’effondrer en idées de commerce, de plaisir et de distraction, par opposition au sens et au but ».

M. Brand a suggéré que, contrairement aux sociétés totalitaires du passé, la violence ouverte pourrait ne pas être nécessaire, car « le contrôle peut être exercé par le gel des actifs, des biens, la manipulation du comportement, etc. ».

M. Desmet a souligné que l’expression ouverte de la dissidence était l’outil le plus puissant pour combattre le totalitarisme. Si les gens arrêtent de parler, a-t-il dit :

« Alors le système commencera à libérer son potentiel agressif. Parce qu’à ce moment-là, la machination de masse devient complète, la folie devient complète, et tout le monde dans les masses et les dirigeants commencent à être convaincus que c’est leur devoir sacré de détruire tous ceux qui ne vont pas dans le sens de leur système, de leur idéologie – de leur idéologie totalitaire – dont ils croient toujours qu’elle va créer un paradis artificiel ».

Selon M. Desmet, la question de savoir si les voix dissidentes seront un jour éliminées des médias sociaux reste ouverte.

« Si nous ne pouvons pas nous exprimer sur les médias sociaux, alors nous nous exprimons dans la rue, dans les magasins et dans les pubs », a-t-il déclaré.

A visionner en cliquant ici :


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...