www.zejournal.mobi
Dimanche, 29 Janv. 2023

#TwitterFiles : Elon Musk fait publier des communications internes accablantes sur la censure politique, notamment l’affaire Hunter Biden

Auteur : Victor Nava, Kenneth Garger and Bruce Golding | Editeur : Walt | Lundi, 05 Déc. 2022 - 21h58

C’est tordu/foireux [“f-ed”].

Twitter a “simplement improvisé” sa décision sans fondement de censurer peu avant l’élection de 2020 le scoop du New York Post à propos de l’ordinateur portable de Hunter Biden. Des cadres de haut niveau du géant des réseaux sociaux convenant que cette décision controversée était tordue/foireuse [“f-ked”], comme le révèlent des communications internes accablantes publiées par le PDG Elon Musk vendredi.

Le chaos et la confusion qui ont régné à huis clos chez Twitter immédiatement après la révélation de l’affaire Hunter Biden en octobre 2020 montrent qu’un petit groupe de cadres supérieurs a décidé de qualifier l’histoire du Post de “matériel piraté” sans aucune preuve – ce derrière le dos du fondateur et PDG de l’époque, Jack Dorsey.

Peu après 18 heures, M. Musk a tweeté un lien vers le compte du journaliste indépendant Matt Taibbi, qui a mis en lumière la décision de censure louche de Twitter en publiant ce qui semblait être des courriels expurgés entre des employés de Twitter.

La décision de censurer l’histoire du Post a été prise “aux plus hauts niveaux de l’entreprise”, selon Taibbi, mais sans l’implication de Dorsey.

[…]

“Dire que c’était du piratage était l’excuse, mais en quelques heures, à peu près tout le monde a compris que ça ne tiendrait pas. Mais personne n’a eu le courage de faire marche arrière”, ajoute l’ex-employé.

“Ils se sont contentés d’improviser ça”, a déclaré un ancien employé à Taibbi à propos de la façon dont la décision a été prise.

La décision a laissé des cadres de haut niveau perplexes.

“J’ai du mal à comprendre le fondement politique de la décision de marquer ce site comme dangereux”, avait écrit Trenton Kennedy, un responsable de la communication, dans un courriel interne adressé à ses collègues.

[…]

Selon [le journaliste indépendant] Matt Taibbi, Twitter a même eu recours à une tactique rarement utilisée pour arrêter la diffusion de l’information – bloquer le partage de liens vers l’histoire par message direct, un outil habituellement utilisé uniquement dans des “cas extrêmes”, comme pour stopper la diffusion de pornographie infantile.

La censure de l’histoire par Twitter avait conduit le compte de Kayleigh McEnany, alors attachée de presse de la Maison-Blanche, à être bloqué à quelques semaines de l’élection de 2020.

Dans un courriel partagé par Taibbi, Mike Hahn, membre du personnel de la campagne Trump, avait envoyé une missive furieuse au géant des médias sociaux, exigeant de savoir quand elle serait débloquée.

“Mais faites au moins semblant de vous y intéresser pendant les 20 prochains jours”, avait écrit Hahn.

[…]

Matt Taibbi a également révélé des courriels de l’entreprise répondant à une demande “de l’équipe de Joe Biden” pendant la période précédant l’élection de 2020 – peu de temps après que l’entreprise eut sévi contre l’histoire sur Hunter Biden du New York Post.

Un autre, daté du 24 octobre 2020, indiquait “Un signalement supplémentaire du DNC”, une référence apparente au Comité national démocratique.

Un autre, daté du 24 octobre 2020, indiquait “Encore d’autres à examiner à la demande de l’équipe Biden”, accompagné d’une liste de tweets.

En réponse, quelqu’un a répondu : “Je les ai traités.”

Matt Taibbi a également tweeté : “Les deux partis avaient accès à ces outils. Par exemple, en 2020, des demandes de la Maison Blanche de Trump et de la campagne de Biden ont été reçues et honorées.”

Mais l’ancien rédacteur de Rolling Stone a déclaré que le “système n’était pas équilibré” et “était basé sur des contacts.”

“Parce que Twitter était et est très majoritairement composé de personnes d’une seule orientation politique, il y avait plus de canaux, plus de moyens de se plaindre, ouverts à la gauche (enfin, aux démocrates) qu’à la droite”, écrit-il.

Avant son rachat pour 44 milliards de dollars, Musk avait déjà exprimé clairement sa position sur la débâcle du Post contre Twitter, en déclarant en avril que la décision de la plateforme était “évidemment incroyablement inappropriée”.

Twitter, ainsi que Facebook, ont pris des mesures de censure extraordinaires à l’encontre du Post lorsqu’il a publié pour la première fois son exposé sur le florilège d’e-mails découvert sur l’ordinateur portable de M. Hunter en octobre 2020.

La plateforme a interdit aux utilisateurs de partager l’article – et a également bloqué le New York Post de son compte Twitter pendant plus de deux semaines en raison d’allégations sans fondement selon lesquelles l’article utilisait des informations piratées.

Jack Dorsey, le PDG de Twitter à l’époque, a admis plus tard, lors d’une audience du Congrès sur la désinformation et les réseaux sociaux en mars de l’année dernière, que le blocage de l’article du Post était une “erreur totale”.

Il n’a pas voulu révéler qui était responsable de cette erreur.

Alors que de nombreux médias grand public ont d’abord ignoré ou cherché à saper les informations du Post, le New York Times et le Washington Post ont fini par authentifier le contenu de l’ordinateur portable, 18 mois plus tard.

Traduction: Fdesouche

 


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé