www.zejournal.mobi
Mardi, 07 Févr. 2023

Des lanceurs d’alerte militaires tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences « dévastatrices » de l’obligation de vaccination imposée par le Pentagone

Auteur : The Epoch Times (Etats-Unis) | Editeur : Walt | Samedi, 29 Oct. 2022 - 13h17

Des lanceurs d’alerte s’expriment au nom de milliers de militaires dont la carrière a été compromise parce qu’ils se sont opposés à l’obligation du Secrétaire à la Défense Lloyd Austin concernant la vaccination militaire contre le COVID-19 en 2021. Ils ont exprimé leur inquiétude quant à la légalité de cette obligation vaccinale, ainsi qu’à ses effets sur la santé.

Aux côtés de trois membres des forces armées, l’avocat et ancien capitaine du corps des Marines Dale Saran a participé à une conférence de presse diffusée en direct par des lanceurs d’alerte militaires le 18 octobre, afin de mettre en lumière les préoccupations relatives à l’obligation de vaccination des militaires. La vidéo a été visionnée plus de 40 000 fois à ce jour.

M. Saran a déjà défendu des militaires impliqués dans une lutte contre le programme de vaccination obligatoire contre l’anthrax du Pentagone. Il conteste également l’obligation vaccinale du Pentagone dans le cadre d’une action en justice collective. Lors de la conférence de presse, il a fait remarquer que l’affaire actuelle présentait des similitudes frappantes avec la bataille juridique menée contre le programme de vaccination contre l’anthrax il y a près de 20 ans.

M. Saran a déclaré qu' « au cœur de la plupart des revendications juridiques » contre l’obligation militaire actuelle de vaccination contre le COVID-19, il y a le fait qu' « il n’y a pas de vaccin homologué » disponible pour les militaires.

L’avocat et de nombreux militaires soutiennent que l’obligation de vaccination du Pentagone, qui couvre « les vaccins contre le COVID-19 qui ont reçu une autorisation complète de la Food and Drug Administration (FDA), conformément à l’étiquetage et aux directives approuvés par la FDA », ne s’applique pas aux vaccins délivrés en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), comme le vaccin de Pfizer-BioNTech.

Ils affirment que l’armée a principalement offert aux militaires le vaccin de Pfizer-BioNTech EUA, plutôt que le vaccin Cominarty approuvé par la FDA, et ne peut donc pas obliger le personnel à les prendre. Ils affirment également que la politique du Pentagone, qui stipule que les vaccins Cominarty et d’urgence de Pfizer-BioNTech sont interchangeables, est illégale.

Saran a déclaré que la pression continue pour vacciner les membres du service est « faite juste pour les briser ».

Lors de la conférence de presse, le premier lieutenant de l’armée de l’air John Bowes, un élève-pilote de F-16, a souligné les différents rapports qui ont été envoyés au Congrès concernant l’effet de l’obligation de vaccination des militaires sur la préparation militaire et la santé des membres du service.

« Nous étions là pour défendre les 80 000 militaires qui ne sont pas entendus », a déclaré John Bowes à The Epoch Times après la conférence.

« Nous lançons un appel à l’aide au Congrès et au peuple américain pour qu’ils nous défendent et nous accordent une certaine protection de la part du ministère de la Défense afin que nous puissions continuer à servir – ce qui est tout ce que nous voulons faire », a-t-il ajouté.

La conférence de presse a permis à des membres du service actif et à « un avocat exceptionnel » de s’exprimer contre l’obligation de vacciner les militaires, a déclaré M. Bowes. Et selon lui, chacun d’entre eux risque sa carrière afin de faire prendre conscience « du problème absolument terrible auquel nous sommes confrontés actuellement ».

Comme M. Saran, M. Bowes considère que l’obligation actuelle de vaccination contre le COVID-19 est « presque une copie conforme de ce qui s’est passé avec l’anthrax il y a près de vingt ans ». Il ajoute que « l’anthrax a fini par être jugé comme un vaccin qui ne pouvait pas être imposé aux membres du service parce qu’il était expérimental ».

« Il est choquant de voir exactement la même chose se produire 20 ans plus tard ».

M. Bowes a ajouté que les membres du service lanceur d’alerte ayant participé à la conférence de presse « continueront à évoquer respectueusement les conséquences dévastatrices [de l’obligation de vaccination] pour la sécurité nationale ainsi que pour la santé et la sécurité de nos forces à chaque occasion qui leur sera donnée ».

L’officier a souligné que ses opinions ne reflètent pas celles du ministère de la Défense ou de l’armée de l’air.

Une inquiétude persistante

Le commandant de la marine Olivia Degenkolb, qui sert depuis 20 ans, a également participé à la conférence de presse.

Dès le début, Degenkolb a exprimé des « préoccupations importantes » concernant l’effet du vaccin sur la fertilité et son caractère cancérigène avant l’obligation de vacciner les militaires, préoccupations qui, selon elle, ont été écartées par le personnel médical militaire, a-t-elle déclaré à The Epoch Times, soulignant que son point de vue ne reflète pas celui du ministère de la défense ou de la marine.

Elle a souligné que la notice de Comirnaty indique : « COMIRNATY n’a pas été évalué pour son potentiel cancérigène, génotoxique ou d’altération de la fertilité masculine. Dans une étude de toxicité pour le développement chez le rat avec COMIRNATY, aucun effet lié au vaccin n’a été observé sur la fertilité des femelles ».

Outre les préoccupations sanitaires, Degenkolb a également fait part aux responsables militaires de ses inquiétudes quant à la légalité de l’obligation d’utiliser des produits EUA, ainsi qu’à la légalité de l’obligation de réaliser des tests COVID-19 et de porter un masque.

« Ces produits EUA ne sont pas officiellement autorisés par la FDA et, en vertu de la loi fédérale, ils ne peuvent pas être obligatoires », a-t-elle déclaré.

Selon elle, la marine a ignoré ces préoccupations.

La demande initiale d’aménagement religieux de Degenkolb a été rejetée en décembre 2021, mais son appel est toujours en cours. Ses objections religieuses et juridiques ont entraîné la perte d’une affectation en Chine, le refus d’un congé, la perte de possibilités de formation, le manque d’accès aux biens de sa famille et d’autres difficultés familiales, a-t-elle déclaré.

Photo d'illustration: Un militaire se fait vacciner contre le COVID-19 à Fort Knox, dans le Kentucky, sur une image d’archive. (Jon Cherry/Getty Images)

Traduction par Aube Digitale


Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé