www.zejournal.mobi
Mardi, 07 Févr. 2023

Pourquoi Israël a secrètement décidé d’effacer la Ligne verte des cartes

Auteur : Adam Raz | Editeur : Walt | Vendredi, 28 Oct. 2022 - 17h19

Les procès-verbaux des réunions très secrètes du cabinet en 1967 révèlent comment la décision d’effacer la Ligne verte de la carte officielle d’Israël a été prise. Et ce n’était pas la seule chose qui a été effacée.

Une tempête médiatique a éclaté le mois dernier à la suite de la décision de la municipalité de Tel-Aviv d’accrocher dans les salles de classe des cartes d’Israël montrant la Ligne verte – la ligne d’armistice sur laquelle Israël et ses voisins se sont mis d’accord en 1949, à la suite de la guerre d’indépendance d’Israël. Jusqu’en 1967, cette ligne représentait la frontière orientale de facto d’Israël et délimitait son territoire souverain. La ligne n’est pas apparue sur les cartes officielles de l’État d’Israël pendant toutes les années de l’occupation, et ce délibérément, à la suite de décisions secrètes prises par le cabinet de sécurité à la fin de 1967. Au lieu de la Ligne verte, il a été décidé de désigner les frontières (non officielles) d’Israël par les lignes de cessez-le-feu de la guerre de six jours qui a eu lieu en juin de la même année, englobant les territoires de la Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est), la bande de Gaza, la péninsule du Sinaï et les hauteurs du Golan.

Depuis lors, les cartes officielles imprimées par Survey of Israel, le service cartographique gouvernemental, n’ont pas établi de distinction entre le territoire de l’État tel qu’il était à la veille de la guerre de 1967 et ce qu’il comprenait par la suite. Dans la pratique, comme le montre la carte officielle, Israël (et non « État de » ni « Terre de ») s’étend de la mer Méditerranée, à l’ouest, au Jourdain, à l’est. La décision politique de 1967 d’effacer la ligne de la carte officielle a peut-être eu pour but de laisser ouvertes toutes les options concernant l’avenir de ces territoires. Toutefois, avec l’établissement de colonies de peuplement dans les territoires occupés et leur transformation, aux yeux de beaucoup, en une partie intégrante d’Israël, l’effacement de la ligne est passé d’un exercice cartographique à une réalité politique. La Ligne verte a en fait été oubliée et, pour de nombreux Israéliens, elle n’existe plus concrètement.

La réaction du maire Benny Kashriel, de Ma’aleh Adumim, une colonie urbaine en Cisjordanie, à la décision de la mairie de Tel-Aviv reflète fidèlement la réalité politique d’Israël. Selon Kashriel, « l’État de Tel-Aviv et ses dirigeants pensent que les frontières de la Terre d’Israël se terminent à Gush Dan [agglomération de Tel-Aviv]. Je les invite à quitter Sheinkin et Ibn Gavirol [rues de Tel-Aviv] et à venir nous voir à Ma’aleh Adumim pour voir de près ce qu’est une colonie. »

Au-delà du verbiage anti-Tel Aviv, qui est à la mode dans certains milieux, la position du maire, selon laquelle Ma’aleh Adumim fait partie d’Israël, reflète une position étatique de longue date. En effet, hityashvut (le terme politiquement neutre utilisé par Kashriel pour « colonisation », au lieu de hitnahlut, le mot habituellement employé, parfois de manière dérisoire, pour désigner la colonisation dans les territoires occupés) est un projet d’État. Cependant, comme les décideurs l’ont très bien compris, il était nécessaire d’être ambigu dès le départ sur la question.

Ainsi, en octobre 1967, lors d’une réunion du comité ministériel sur la sécurité concernant la « disparition » de la Ligne verte, le projet de colonisation n’étant pas encore à l’horizon, le ministre de la Défense Moshe Dayan a clairement indiqué que, selon certains, « nous ne devrions pas manifester nos intentions expansionnistes ». Depuis lors, Israël a clairement manifesté ses intentions. De son côté, le ministre sans portefeuille Menahem Begin a déclaré qu’il « n’était pas d’accord avec le terme « expansion » [hitpashtut, en hébreu], tout comme je n’étais pas d’accord avec le terme « occupation ». C’est une très mauvaise phraséologie. » 

Cartes officielles d’après les guerres de 1948, 1967 et 1973

Un certain nombre de réunions des hauts dirigeants israéliens en octobre et novembre 1967 ont été consacrées à l’avenir de la Ligne verte sur des cartes publiées par l’État. Pour les participants, il était clair que la décision sur le sujet n’était pas anodine. À la suite de la décision prise par le gouvernement à l’automne d’annuler les lignes d’armistice de 1949, le ministre du Travail, Yigal Allon, a soumis une résolution au comité ministériel sur la sécurité. Allon dit : « Ma proposition est simple. Prendre un instantané de la vraie réalité reconnue, telle qu’elle est. » 

« Assis sur de nouvelles lignes »

Ce qu’il voulait dire, c’est que l’État devrait publier des cartes basées sur le « statut du cessez-le-feu » dans la guerre des Six Jours et non sur celui des lignes d’armistice de 1949. En d’autres termes, effacer la frontière orientale reconnue d’Israël de la carte officielle. Comme l’a expliqué Allon lors d’une des réunions : « La logique est la suivante : le gouvernement a décidé que lors de la déclaration de la guerre des Six Jours, les accords d’armistice ont cessé d’exister, avec tout ce que cela implique. S’il n’y a pas de lignes d’armistice, il n’y a pas de frontières… Nous sommes assis sur de nouvelles lignes, qui ont le statut de lignes de cessez-le-feu. »

Pratiquement tous les ministres étaient en faveur du projet de résolution. Le Premier ministre, Levi Eshkol, l’a accepté, expliquant dans l’une des discussions : « C’est aujourd’hui une carte qui n’est qu’un instantané de la situation existante. [Mais] cela ne signifie pas que c’est la carte finale. » Les ministres étaient conscients des implications de leur décision. Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Zeev Sherf, a noté que « la publication d’une carte du service cartographique gouvernemental est un acte politique, important et grave ». C’est pourquoi Eshkol a dit qu’il « préférerait que nous n’ayons pas d’opinions divergentes à ce sujet ».

Le ministre de la Police Eliahu Sasson, qui était également en faveur de la décision, a expliqué la logique qu’il y a trouvée : « Les territoires administrés sont trois fois plus grands que la zone précédente de l’État d’Israël. Il y a des pays qui savent que nous avons conquis tel ou tel territoire, mais ils n’imaginent pas la taille des territoires que nous avons conquis. Si nous leur donnons une carte sur laquelle nous marquons séparément les territoires administrés par les Forces de défense israéliennes, ils verront à quel point Israël était minuscule et quelle est la taille des territoires administrés. Nous ne devrions pas placer une telle carte entre les mains de ceux qui veulent que nous nous retirions des territoires administrés ».

Les discussions ont porté sur divers points. L’un des plus intéressants d’entre eux concernait le titre de la carte : « État d’Israël » ou simplement « Israël » ? « Nous avons convenu, nota Allon, que pour éviter les allégations d’annexions et autres, le titre de la carte serait ‘Israël’ et le sous-titre ‘Carte des lignes de cessez-le-feu’ ».

Un débat a été consacré à la question de la censure et à la crainte que la décision d’effacer cette ligne ne devienne publique avant la réunion de l’Assemblée générale des Nations unies, prévue quelques semaines plus tard, début novembre. C’est le ministre des Affaires étrangères Abba Eban qui a demandé que les cartes ne soient imprimées qu’après les sessions de l’Assemblée générale, et c’est ce qui s’est passé. Cependant, ce n’était pas seulement une question de diplomatie, c’était aussi une question intérieure. En effet, Eban lui-même a déclaré dans l’une des discussions : « Je pense qu’il y a des raisons internes et externes pour effacer la ligne de la carte ».

L’une de ces raisons était probablement le désir d’établir des colonies sur les hauteurs du Golan. À l’époque, la plupart des ministres n’aspiraient pas à un vaste projet de colonisation en Cisjordanie. Mais les choses étaient différentes quand il s’agissait des hauteurs du Golan ; Allon a expliqué que laisser les cartes avec la Ligne verte dessus était quelque chose qui « ne pouvait nous contrarier que dans le cas des hauteurs du Golan ». Il avait raison. Aux yeux de la plupart des Israéliens, les colonies de peuplement qui ont été construites sur les hauteurs du Golan depuis lors sont considérées comme des yeshuvim – terme politiquement neutre – et non comme des hitnahaluyot, le terme utilisé, comme on l’a noté, pour désigner les colonies de peuplement d’après 1967.

Le ministre de la justice Yaakov Shimshon-Shapira a également évoqué la dissimulation de la décision et ses implications. « Des cartes [des lignes] du cessez-le-feu ont déjà été publiées des dizaines de fois. Quel est le secret ici ? Le secret est que le gouvernement a décidé de publier une carte de ce genre en tant que carte officielle ». Ainsi, les décisions du comité ministériel pour la sécurité d’effacer la Ligne verte des cartes officielles ont été qualifiées de « top secret » et n’ont pas été publiées pendant des années.

L’effacement de la ligne n’avait pas pour but de délimiter une nouvelle frontière pour Israël, mais cette question a été soulevée tout au long des discussions. « Il faut qu’il y ait une note [indiquant] qu’il ne s’agit pas d’une carte des frontières du pays, mais des lignes de cessez-le-feu. Cela enlève tout le « piquant », a déclaré le ministre de l’Information Israël Galili. Dans la pratique, cependant, la question de la frontière a été divisée en plusieurs questions. Le directeur général du ministère de l’Intérieur, Meir Silverstone, a écrit en septembre 1967 à son ministre, Haim-Moshe Shapira, que « le ministre de la Défense (et peut-être d’autres ministres) sont favorables à une approche de « brouillage » de la frontière entre l’État et le territoire administré. Pour cette raison, ils ne veulent pas que nous nous occupions de la question par le biais d’une supervision des frontières sur la base de la loi sur l’entrée en Israël. »

« Un seul Israël »

Il convient de rappeler que la municipalité de Tel-Aviv n’a pas été le premier organisme à vouloir restaurer la Ligne verte sur les cartes – le sujet a en fait été débattu au fil des ans. Par exemple, en 2006, lorsque le ministre de l’Éducation, Yuli Tamir (travailliste), a lancé une enquête pour déterminer si la ligne pouvait être restaurée sur des cartes dans les manuels scolaires, cela a généré une brève fureur politique. Le fait que la Ligne verte n’apparaisse pas sur les cartes officielles, et que l’histoire de son existence ne soit pas correctement enseignée dans le système éducatif, a permis de reproduire pendant des décennies l’ignorance sur les limites du territoire souverain d’Israël. « Il n’y a pas de Ligne verte. Il y a un Israël. Un enfant dans [la colonie de] Karnei Shmron, dans Netivot [en Israël souverain], dans [les colonies de] Ariel ou Ofra – ils sont un seul et même enfant », a déclaré le ministre de l’Éducation Naftali Bennett des années plus tard. « Nous enseignons sur toute la Terre d’Israël, sans distinction ».

La décision d’effacer la Ligne verte des publications de Survey of Israel a également été adoptée pour d’autres cartes. En décembre 1967, par exemple, de nouvelles cartes ont été imprimées pour marquer les « nouveaux sentiers » de la Société pour la protection de la nature en Israël. « La carte contient les nouveaux sentiers qui ont été marqués dans le désert de Judée libéré, le long desquels des milliers de jeunes vont faire de la randonnée durant quelques jours pendant les sorties de Hanoukka des mouvements de jeunesse », a écrit le journal Lamerhav (l’organe du parti de Galili et Allons, les travaillistes). La Ligne verte, notait-on dans l’article, avait été « complètement retirée de la carte ».

Les considérations étaient très claires. Dans l’une des discussions sur la question, le Premier ministre Eshkol a explicitement fait référence à la considération cachée qui sous-tend l’effacement de la Ligne verte et la décision de le garder secret, disant : « Nous savons tous pourquoi une mariée vient se tenir sous le dais (1). Mais nous n’en parlons pas ».

Pour apporter un peu d’oxygène, quelques cartes de la Palestine, réalisées par Rami Abou Qa’adan, un jeune Palestinien de Cisjordanie, sans aucune ligne, ni verte, ni bleue. (Yalla Filastin)

Note:

  1. Dais : la houppa est un dais sous lequel les mariés juifs se tiennent lors de la cérémonie de mariage, pour symboliser le foyer commun qu’ils fondent

Traduction Fausto Giudice pour Tlaxcala


- Source : Haaretz (Israël)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé