www.zejournal.mobi
Jeudi, 01 Déc. 2022

Les États-Unis et Israël sont responsables des manifestations et veulent déstabiliser l'Iran, accuse Khamenei

Auteur : FranceSoir | Editeur : Walt | Mardi, 04 Oct. 2022 - 16h25

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a accusé lundi les Etats-Unis et Israël d'être à l'origine du mouvement de contestation, qui, selon lui, ne vise pas la remise en cause du port du voile islamique, mais la déstabilisation de l'Iran.

"Je dis clairement que ces émeutes et l'insécurité sont l'œuvre des États-Unis, du régime sioniste (Israël, NDLR) usurpateur, leurs mercenaires et certains Iraniens traîtres qui les ont aidés à l'étranger", a lancé l'ayatollah Khamenei, 83 ans, dans sa première réaction aux manifestations.

"Femme, vie, liberté"

La mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique, qui oblige notamment les femmes à porter le voile, a provoqué une vague de manifestations en Iran.

Dans la nuit de dimanche à lundi, de violents incidents ont eu lieu à l'Université de technologie Sharif à Téhéran, la plus prestigieuse d'Iran. La police anti-émeute a tiré des billes d'acier et des gaz lacrymogènes contre des étudiants qui scandaient "Femme, vie, liberté", "les étudiants préfèrent la mort à l'humiliation", rapporte l'agence de presse iranienne Mehr. 

"La police est obligée de tenir tête aux criminels et d'assurer la sécurité de la société", a justifié le guide suprême. Et d'ajouter : "La mort de la jeune fille nous a brisé le coeur, mais ce qui n'est pas normal, c'est que certaines personnes, sans preuve ni enquête, rendent les rues dangereuses, brûlent le Coran, retirent le foulard des femmes voilées, mettent le feu aux mosquées et aux voitures".

"Les États-Unis ne peuvent pas tolérer un Iran fort et indépendant."

Selon l'ayatollah Khamenei, ces manifestations ne sont pas dirigées contre le port obligatoire du voile, mais contre "l'indépendance" de l'Iran.

"Beaucoup de femmes en Iran ne portent pas parfaitement le voile et sont de ferventes partisanes de la République islamique", a-t-il écrit sur Twitter. "Les États-Unis ne peuvent pas tolérer un Iran fort et indépendant."

Sans surprise, les États-Unis habitués à se mêler des affaires du monde, ont fait connaitre leur position sur les affaires intérieures iraniennes : "Nous sommes alarmés et révoltés par les informations sur la manière dont les forces de l'ordre répondent par la violence et avec des arrestations massives à des manifestations pacifiques d'étudiants", a déclaré lundi la porte-parole de l'administration de Joe Biden, Karine Jean-Pierre.

Vendredi, le ministère iranien du Renseignement avait annoncé que neuf ressortissants étrangers occidentaux - notamment de France, d'Allemagne, d'Italie, des Pays-Bas et de Pologne - avaient été arrêtés en lien avec les manifestations.

***

L’Iran condamne l’ingérence de la France

L’ayatollah Ali Khamenei implique Israël et les États-Unis dans les troubles iraniens

par Faouzi Oki.

Le guide suprême de la République islamique d’Iran Ali Khamenei a dénoncé hier la responsabilité des États-Unis et d’Israël dans les manifestations anti-gouvernementales. Il accuse aussi Washington d’avoir trouvé un prétexte pour provoquer des incidents.

Le guide suprême de la République islamique, l’ayatollah Ali Khamenei, a accusé le 3 octobre les États-Unis, Israël et leurs agents secrets d’avoir soulevé le mouvement de contestation anti-gouvernemental déclenché par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini à Téhéran. La mort de la jeune fille a brisé le cœur de toute la population.

« Je dis clairement que ces émeutes et l’insécurité sont l’œuvre de l’Amérique, du régime sioniste d’Israël usurpateur et leurs agents salariés, avec l’aide de certains Iraniens traîtres à l’étranger », a-t-il dit dans sa première réaction à la mort de la jeune femme, arrêtée le 13 septembre 2022 par la police des mœurs. « La mort de la jeune fille nous a brisé le cœur, mais ce qui n’est pas normal c’est que certaines personnes, sans preuve ni enquête, rendent les rues dangereuses, brûlent le Coran, retirent le hijab des femmes voilées, mettent le feu aux mosquées et aux voitures », a-t-il déclaré.

Prenant la parole à l’occasion d’une cérémonie de remise de diplômes à des officiers issus de l’académie militaire à Téhéran, il a affirmé devant les médias iraniens : « La police est obligée de tenir tête aux criminels et d’assurer la sécurité de la société. Donc affaiblir la police signifie renforcer les criminels, et celui qui attaque la police laisse le peuple sans défense contre les criminels, les voyous, les voleurs », a-t-il ajouté. Il a appelé les autorités judiciaires à juger les émeutiers proportionnellement au niveau de leur participation aux « destructions et aux atteintes à la sécurité ».

Concernant la prise de position de certaines personnalités sportives et artistiques en faveur des manifestants, il a estimé que c’est à la justice de se prononcer s’il s’agit d’un acte criminel, mais à ses yeux leurs déclarations n’ont aucune importance, fait-il savoir.

L’Iran a convoqué le chargé d’affaires français, dénonçant l’ingérence de la France dans ses affaires intérieures après la condamnation par Paris de la répression violente par Téhéran des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini. Dans un communiqué publié ce 29 septembre 2022 le ministère iranien des Affaires étrangères rejette et condamne fermement l’ingérence du ministère français des Affaires étrangères et de certains responsables français dans les affaires intérieures de l’Iran en utilisant de fausses interprétations.

« En réponse à la participation de trois responsables français à des manifestations à Paris et à l’initiative ridicule du magazine Charlie Hebdo, le chargé d’affaires de l’ambassade de France à Téhéran a été convoqué au ministère des Affaires étrangères », écrit la diplomatie iranienne.

Charlie Hebdo a publié le 28 septembre un article intitulé « Iran : les femmes disent merde aux mollahs » dans un numéro dont la Une met en scène quatre femmes voilées criant « Connasse ! Pute ! Chienne ! Salope ! » à une femme courant courtement vêtue, avec comme sous-titre : « Téhéran à 10 minutes de Paris ». La déclaration du ministère français des Affaires étrangères vise à innocenter les émeutiers qui n’avaient d’autre but que de détruire les biens publics et la vie et les biens des gens, ajoute le texte. Paris a fait état le 26 septembre de sa condamnation la plus ferme de la répression violente, par l’appareil sécuritaire iranien, des manifestations en Iran, consécutives à la mort le 16 septembre de la jeune iranienne Mahsa Amini après son interpellation par la police des mœurs, qui lui reprochait d’avoir enfreint le strict code vestimentaire de l’Iran qui oblige notamment toutes les femmes à porter le voile islamique.

« Cette répression brutale a déjà conduit à la mort de plusieurs dizaines de manifestants et manifestantes au cours des derniers jours », a dénoncé le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué. Il avait ajouté que la France examinait avec ses partenaires européens les options disponibles en réaction à ces nouvelles atteintes massives aux droits des femmes et aux droits de l’Homme en Iran.

Le 29 septembre, l’Allemagne a d’ailleurs réclamé des sanctions de l’Union européenne contre Téhéran. « Au sein de l’UE, je fais tout mon possible pour mettre en place des sanctions contre ceux qui en Iran battent les femmes à mort et abattent les manifestants au nom de la religion », a écrit la responsable de la diplomatie allemande Annalena Baerbock sur Twitter.

Faouzi Oki


- Source : FranceSoir

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...

Abonné par e-mail

Recevez notre newsletter, nous l'envoyons à votre email

  


Fermé